Accueil | Par Loïc Le Clerc | 30 mars 2020

Des tweets et des gauches

Le meilleur et le pire de la gauche sur les réseaux sociaux, c’est à lire ici !

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

MACRONAVIRUS

30/04/2020

Étrangement (ou pas), ces derniers temps, lorsqu’Emmanuel Macron remercie quelqu’un, il le fait toujours suivre du #FranceUnie (vérifiez donc vous-même). La ficelle est si grosse, presque aussi grosse que la tête du président de la République ! Quand Emmanuel Le Petit a sorti ce hashtag de son chapeau, d’aucuns y ont vu une référence à la série Baron Noir. D’autres ont cru qu’il se prenait pour Mitterrand 1988 – « La France unie est en marche ». On ne sait si Emmanuel Macron a une telle culture politique. Mais quelqu’un qui se vante de ne jamais lire de « mauvais romans » regarde-t-il des séries ? Bref, tout ceci sent bon le Macron 2022. Et tous ces mercis puent le mépris, comme si, finalement, l’haleine du Président ne savait distiller que cette petite odeur, le mépris. Même quand il dit merci. Car nous n’avons pas oublié qu’avant d’être des « héros », ces gens en premières lignes face au Covid-19 n’étaient pour Macron et sa clique que des fainéants, des cyniques, des gens qui foutent le bordel, qui devraient travailler pour se payer un costard, des illettrés, des gens qui râlent tout le temps pour tout, qui supportent mal la chaleur et la fatigue, des Gaulois réfractaires, des foules haineuses, des gens qui n’ont pas le sens de l’effort, qui déconnent, qui ne sont rien. Nous n’oublions pas que pour Saint-Emmanuel, nous sommes que cela. Alors, pas merci à vous, pas de France unie derrière vous et, avec tout le respect que vous nous donnez, nous inspirez, cher Président, nous vous dédions ici les mots de Virginie Despentes : « On se lève. On se casse. On gueule. On vous emmerde. »

 

 

FOLIE OU CONNERIE ?

17/02/2020

Quelle lassitude... Alors que s’ouvre à l’Assemblée l’examen de la réforme des retraites « universelle pour tous sans exception mis à part les quelques singularités particulières que sont les régimes spécifiques et non pas spéciaux », ils nous chantent encore la même chanson. « Ce sera un rendez-vous de l’histoire sociale de notre pays », lance le député LREM Stanislas Guérini. Et de dire sa « tristesse » aux communistes de ne pas les voir « à la hauteur ». Et de citer Ambroise Croizat, encore, quand bien même sa famille les défie de salir son nom sans honte, scrupule ni vergogne. Et de citer Maurice Thorez tel un frontiste citant Jaurès. Et de se croire héritiers du Conseil national de la Résistance, quand bien même les historiens disent le contraire. Et de fredonner ce refrain appris par cœur (ils en ont donc un !) : cette réforme va dans le sens du progrès, de l’égalité, de la justice. Affabulations, falsifications, usurpations, voilà la devise de la République « en marche ». Et de finir son « discours » sous les applaudissements de la majorité : « La gauche qui ne fait rien, elle ne sert à rien ; la gauche qui s’oppose à tout, elle ne sert à rien du tout ». Pour notre part, on hésite entre deux citations pour définir ces énergumènes du très vieux nouveau monde : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent », Albert Einstein ; « Si tous les cons volaient, il ferait nuit », Frédéric Dard.

 

MACRONISME, DÉFINITION

07/01/2020

C’est quoi, au fond, le macronisme ? Nombreux sont ceux qui ont tenté de répondre à cette épineuse interrogation. N’ayant pas la pensée suffisamment complexe, c’est par l’exemple qu’il nous faut le définir. En lisant le titre et le chapô de cet article du Parisien, tout est devenu limpide. Voyez vous-même : « RÉFORME DES RETRAITES : LE PROJET DE LOI A DÉJÀ ÉTÉ ENVOYÉ AU CONSEIL D’ÉTAT. Alors que Muriel Pénicaud ouvre le bal des concertations à la recherche d’un compromis, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, annonce que le projet de loi est déjà rédigé. » Est-ce dont cela le « en même temps » macronien ? Concerter alors que les jeux sont déjà faits ? Le mépris est sans limites.

 

ON FAIT LE BILAN CALMEMENT

12/11/2019

C’est très certainement une liste non-exhaustive que nous fait là la députée LFI Mathilde Panot. Malheureusement. Mais peut-on faire meilleur bilan à mi-mandat d’Emmanuel Macron ? La parlementaire ajoute ce commentaire : « Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre ». Sachez qu’il reste encore 893 jours avant la prochaine présidentielle. Ce qui laisse largement le temps pour faire monter la température...

 

ET POURTANT ELLE TOURNE

16/10/2019

Ah ! Aurore Bergé... Si elle était un livre, on pourrait l’intituler De la constance en politique. Aurore Bergé, cette force de la nature qui, tel le roseau face au vent, plie mais ne rompt pas. Il faut dire qu’elle en a connu des batailles : Sarkozy 2007, Pécresse 2010, Fillon 2012, Sarkozy 2014, Kosciusko-Morizet 2014, NKM 2016 puis Juppé 2016, Calmels 2017 et finalement Macron 2017 (lisez son portrait !). Aujourd’hui, elle brandit le glaive de la laïcité pour venir au secours de Jean-Michel « le-voile-n’est-pas-souhaitable-dans-notre-société » Blanquer. Une laïcité qu’elle a apprise aux côtés de Jean-Frédéric « les-principes-de-l’islam-sont-incompatibles-avec-notre-civilisation » Poisson – un mentor qu’elle finit par trahir. C’est pas vraiment qu’elle tourne, Aurore Bergé, mais elle suit toujours le vent qui mène au pouvoir.

 

IL EST PAS BEAU MON BARRAGE

(16/09/2019)

Quand il était ministre de l’Intérieur, que n’avons-nous pas dénoncé sa politique nauséabonde ! La loi Asile et Immigration fut le sommet de sa brève carrière, sous les applaudissements émus des quelques députés d’extrême droite. « Amalgames honteux, vous faîtes le jeu des fachos ! », répondirent-ils. La Macronie est bâtie sur l’antifascisme. Fin de la blague.

 

NAZI NAZI NAZI ROCK NAZI

(04/09/2019)

Comment ça, vous n’avez pas compris la blague de Benjamin Lucas, ancien président des Jeunes soc’ et actuel secrétaire général de Génération.s ? Faut suivre l’actu les gens ! Il fait juste référence à cette enquête du journal Le Monde, enquête qui est allée fouiller dans les cave du Sénat et y a découvert… un buste d’Hitler et un drapeau nazi !

A ce propos, vous saviez que sur les réseaux sociaux l’extrême droite utilise l’emoji « dauphin » pour rendre hommage à Adolf Hitler. « Dauphin », en anglais, ça se dit « dolphin ». Dolphin, Dolphi, Tonton Dolphi, Adolf… vous l’avez ? Mais c’est sûrement un hasard si le maire RN de Fréjus David Rachline utilise cet émoji dauphin quand il commente un tweet de BHL sur l’extrême droite italienne. « Humour ! », se défend-il. Nous, on préfère les blagues de Benjamin Lucas.

 

GOD SAVE THE PARTI COMMUNISTE

03/09/2019

Fabien, sur le fond, of course qu’on est d’accord avec toi. Les violences sexistes, les féminicides, c’est insupportable. Il faut agir, urgemment. Mais de là à demander un « plan Marshall », de la part du secrétaire national du Parti communiste français... Pas dit que Marchais eut osé !

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.