Accueil | Par Roger Martelli | 9 septembre 2020

Discours du Panthéon : pauvre République !

Le 4 septembre, Emmanuel Macron a saisi l’occasion du 150ème anniversaire de la IIIème République pour célébrer... « les 150 ans de la République ». De République, il a surtout été question de sa version la plus conservatrice, pour ne pas dire réactionnaire.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le discours d’Emmanuel Macron n’était pas un simple exercice de style sur l’histoire d’hier. Ancré dans les enjeux de notre temps, il n’était pas non plus un événement isolé. La valorisation du 4 septembre 1870, l’inflexion sécuritaire, la loi en gestation sur la naturalisation et la stigmatisation du « séparatisme » forment un tout. Qui éloigne irrémédiablement l’action publique de la gauche…

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Ils parlent d’ensauvagement et rien ne vous choque ?

 

Il ne suffit pas que l’on se dise républicain pour que la république vive. Il y a manière et manière de s’en réclamer. Les litanies sur la république comme un bloc ne sont que mauvaise idéologie. En réalité, la république n’est pas une essence immuable : c’est une construction, opposant ou rapprochant des forces loin de se confondre en quelque bloc que ce soit. Depuis qu’elle est apparue officiellement, en septembre 1792, elle a toujours été à la fois une et multiple : simultanément ou alternativement, un mot, une idée, un principe, un système, un projet et des actes. Ajoutons qu’elle s’exprime au singulier, mais n’a jamais existé qu’au pluriel.

N’est-il pas significatif qu’elle se décline chez nous en numéros ? Les deux premières (1792-1799 et 1848-1851) sont filles de révolutions réussies, la troisième (1870-1940) est née d’une défaite, la quatrième (1946-1958) d’une victoire et la cinquième (1958-…) d’un putsch militaire. Et ces cinq républiques n’ont pas eu moins de sept constitutions. Toutes ne sont pas équivalentes. La première a ouvert des portes démocratiques et sociales inédites ; la seconde a étouffé ses promesses émancipatrices initiales, parce que la peur du monde populaire urbain a conduit dès 1848 la bourgeoisie à s’effrayer de ses propres audaces ; la troisième n’a été véritablement propulsive que lorsque le mouvement ouvrier est parvenu à bousculer les atermoiements des républicains les plus tièdes ; la quatrième a vu ses potentialités démocratiques annihilées par les confusions de la guerre froide ; quant à la cinquième, son présidentialisme l’a portée vers des dérives monarchiques et la conduit aujourd’hui à la crise politique que nous connaissons et qui nous perturbe tant.

Dis-moi quelle république tu promeus et je te dirai qui tu es… Comme acte fondateur, Emmanuel Macron a choisi le 4 septembre 1870. Sa décision est lourde de sens et de troublantes ambiguïtés. Quand la défaite militaire face à la Prusse précipite la chute du Second Empire, à la fin de l’été 1870, c’est l’intervention du peuple parisien qui impose la proclamation de la République. Mais ceux qui la déclarent officiellement ne sont pas les plus révolutionnaires ou les plus radicaux : leur objectif est avant tout de rassurer les conservateurs, au nom de l’impératif de « Défense nationale ». Quelles que soient les intentions de l’homme, le nom de Gambetta n’est dès lors que le masque d’une capitulation républicaine de fait, au nom du nécessaire compromis national. Le résultat de la prudence extrême est sans appel : en février 1871, les élections législatives donnent une majorité écrasante aux ennemis de la république – 150 républicains, majoritairement très modérés, face à 400 monarchistes et une quinzaine de bonapartistes. L’idée républicaine qui se cache est une idée moribonde…

Le consensus qu’invoque Emmanuel Macron est celui d’une république conservatrice, soucieuse d’ordre plus que d’égalité.

Ainsi, cette république de 1870 qu’encense le Président jupitérien laissait les républicains à ses marges. Un an après cette fixation conservatrice, en mai 1871, elle révèle d’ailleurs sa nature profonde en plongeant Paris dans le bain de sang de la « Semaine sanglante », qui foudroie les promesses populaires et émancipatrices de la Commune de Paris. Ce n’est qu’en 1875 que la République est institutionnellement légitimée – à une voix de majorité ! Quant aux républicains, ce n’est qu’entre 1876 et 1879 qu’ils obtiennent enfin la majorité aux deux assemblées. Alors que la Commune avait dès 1871 décrété la séparation de l’Église et de l’État, institué le principe de l’école laïque et gratuite, réaffirmé le droit au travail et proclamé l’autonomie municipale, la IIIe République attendit 1881-1882 pour installer la laïcité scolaire, 1884 pour permettre aux conseils municipaux d’élire leurs maires et 1905 pour séparer l’Église et l’État. Et il fallut patienter plus longtemps encore pour que cette république des droits, indéfectiblement hostile aux droits des femmes, se décide à étendre au monde du travail le magistère régulateur de la loi. Ce n’est qu’en 1884 que les syndicats sont reconnus, en 1892 que sont créés les inspecteurs du travail et 1898 qu’est adoptée une loi sur les accidents du travail. Il est vrai que, entretemps, le socialisme en expansion a pris de relais d’un « parti républicain » divisé et émoussé… Les républicains du verbe sont rarement les défenseurs les plus pertinents de l’engagement républicain.

De fait, la République ne se vénère pas comme une idole univoque et figée. Elle ne s’emprisonne pas dans un consensus lénifiant. Elle se construit en assumant pour les réduire les tensions naissant d’une société traversée par les inégalités, les discriminations et les aliénations qui contredisent le parti pris républicain. Le consensus qu’invoque Emmanuel Macron est celui d’une république conservatrice, soucieuse d’ordre plus que d’égalité. La Déclaration fondatrice de 1789 était celle des droits ; la Constitution « bourgeoise » de 1795, rédigée après la chute de Robespierre et la mise au pas du mouvement populaire, tenait à équilibrer la référence aux droits par celle des devoirs ; le Président actuel enfonce le clou en précisant que s’il y a des droits, il y a « d’abord des devoirs ». Cette version minimaliste de l’idée républicaine fonde la liberté sur l’autorité davantage que sur la citoyenneté. Elle s’en tient à une égalité réduite à l’égalité en droit, rebelle à l’égalité des conditions, faisant de l’égalité des chances et du « mérite » la base de l’ordre social. L’émancipation est utilisée au passé – l’abolition de l’esclavage – mais ne se décline pas au présent. L’élargissement de la citoyenneté ne renvoie qu’à l’acquisition de la nationalité. Le bien commun et le service public qui en découle ne sont plus l’horizon de l’État. L’État-providence ouvertement revendiqué n’est plus celui de l’atténuation des inégalités, mais celui des pouvoirs régaliens garants de l’ordre social.

Ce n’est pas un hasard si Emmanuel Macron célèbre la timide proclamation républicaine du 4 septembre, mais fonde la naturalisation sur un pacte d’adhésion individuelle à la « France éternelle », bien plus qu’à une République dont il préfère visiblement les relents monarchiques au parfum d’une souveraineté populaire décidément aux abonnés absents. Ce n’est pas du côté d’une nation révolutionnaire ouverte et mobile que Macron va chercher le stimulant affectif d’une communauté de destin, mais dans l’obédience et l’acceptation d’une idéologie nationale strictement contrôlée. Dans cette vision, la république n’est au fond que la forme à peine modernisée d’une entité « France » définie exclusivement par la matérialité naturelle des « paysages », par une langue officielle standardisée (l’abbé Grégoire était ce révolutionnaire qui faisait reposer le triomphe de la langue officielle sur l’éradication des « patois ») et par une histoire mythifiée où l’on ne sait plus trop bien quelle est la part, dans ce qui l’identifie, des racines chrétiennes, de l’ordre monarchique de l’État et de la république de l’ordre. Une république hors du temps, sans peuple concret et sans révolution ; une république sage et policée où le peuple sociologique et le peuple politique ne se confondent surtout pas… Comment, dans ces conditions, faire de la république une passion populaire ?

En tout cas, le continuum est parfait, qui va du sacre de Clovis à la nouvelle monarchie républicaine, hier appuyée sur un choix institutionnel (l’élection du Président au suffrage universel) et aujourd’hui légitimée par une nouvelle doxa historienne, plus proche de l’imaginaire national étasunien que de la tradition révolutionnaire française. Le bicentenaire de la République, en 1992, avait laissé quelque chose de la coloration révolutionnaire de l’idée républicaine française. Emmanuel Macron efface définitivement la macule révolutionnaire. Le nom de Gambetta est prononcé, mais le héros subliminal de la république macronienne est Adolphe Thiers, cet orléaniste convaincu qui fut à la fois le massacreur de la Commune et le premier Président de la timide république née le 4 septembre 1870.

Au détour d’une cérémonie d’apparence consensuelle, devant le Panthéon national, Emmanuel Macron donne à son inflexion à droite une cohérence qui prépare l’échéance décisive de 2022. Si les « devoirs » et l’autorité respectée sont la base de l’ordre social, la plus extrême sévérité est requise pour l’observation rigoureuse de la loi. Si les contrevenants « ensauvagés » à la loi utilisent la violence contre les garants de l’autorité, rien n’est plus nécessaire que de déployer une force plus grande encore pour les empêcher de nuire. Si la responsabilité première est la solidarité « vis-à-vis de ses compatriotes », ce qui est le plus « naturel » est que le résident définitif devienne membre de la communauté nationale d’accueil, au risque de durcir la coupure entre le naturalisé et celui qui reste rebelle au « pacte » d’insertion que constitue la naturalisation.

La politique macronienne est cohérente. Elle est dangereuse, comme le fut la prudence des républicains du 4 septembre 1870. En principe, elle vise à couper la voie au Rassemblement national, en attirant vers l’hypothèse Macron de 2022 une part conséquente de la droite. En fait, elle légitime un peu plus le discours de l’adversaire désigné.

Car comment empêcher que celui qui reste en dehors du pacte national ne soit, à un moment ou à un autre, suspect d’accorder une importance supérieure à la « communauté » dont il est issu ? Sans doute, les autorités actuelles affirment-elles vouloir éviter d’établir un trait d’égalité entre « communauté » et « séparatisme », mais le passage de l’un à l’autre se fait car la frontière est incertaine. Toute communauté est ainsi a priori suspecte, qu’elle soit religieuse, politique, idéologique ou sociale. En outre, une communauté, nationale ou non, n’est jamais si bien soudée que si elle a un « ennemi principal ». Ce fut hier « l’anti-France » des extrêmes droites ; c’est aujourd’hui le « séparatisme » qui est la cible désignée. L’ennemi prend forme au travers d’un continuum suggéré : sa base de recrutement est dans l’islam, que l’État entend contrôler – héritage concordataire – par le recours aux clergés et aux associations ; sa version plus poussée est l’islamisme (pourtant voisin musulman de ce que fut naguère la démocratie chrétienne…) ; sa forme ultime est le « terrorisme islamique » qu’il s’agit d’éradiquer.

Officiellement, les trois notions ne se confondent pas ; mais comment ne pas anticiper les glissements possibles de l’un à l’autre ? Il est vrai que le « communautarisme » est souvent une version pauvre du commun. Ou plutôt il est vrai que, quand des discriminés ne trouvent pas dans l’espace public la protection et la reconnaissance qu’ils espèrent, ils peuvent se laisser aller à la tentation de se constituer en communauté protectrice à part. Mais est-ce en laissant entendre qu’un groupe, une culture ou une religion portent en elles le risque d’une séparation qu’on écarte la possibilité de la mise à l’écart ? N’est-ce pas parce que la république officielle se détourne trop ostensiblement du bien public, qu’elle laisse le champ libre aux formes les plus réduites de la mise en commun ? Est-ce en discriminant un peu plus dans les mots, fût-ce au nom de l’universalisme, que l’on conjure les séparations possibles dans les têtes et dans les actes ?

La politique macronienne est cohérente. Elle est dangereuse, comme le fut la prudence des républicains du 4 septembre 1870. En principe, elle vise à couper la voie au Rassemblement national, en attirant vers l’hypothèse Macron de 2022 une part conséquente de la droite. En fait, elle légitime un peu plus le discours de l’adversaire désigné. Quand le cœur de la droite et de la gauche sont affaiblis, quand les repères fondamentaux s’émoussent, qui peut dire avec certitude que le refus de la droite la plus extrême l’emportera in fine sur la détestation des pouvoirs installés ?

La droite et la gauche ne fonctionnent plus, nous dit-on. Dans les faits, c’est la gauche qui est la plus fragilisée. En multipliant les clins d’œil vers la droite, avec un peu plus de sécuritaire, de protectionnisme, de souverainisme, Macron contribue à ce dangereux déséquilibre. À la part bien à gauche de l’idée républicaine d’en tirer les leçons. Sans compromis aucun avec ce qui mine la république conséquente, cette « vraie république » dont le mouvement ouvrier du XIXe siècle avait fait son drapeau.

 

Roger Martelli

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Le panorama dépeint par Roger Martelli est irrigué par le culte révolutionnaire. Cette foi civique qui est la sienne prête à la révolution, comme concept et réalité historique, des vertus dont on peut douter si on ne la partage pas. Des pays qui n’ont pas connu de révolution sont aujourd’hui aussi démocratiques que le nôtre, sinon plus, avec un équilibre des pouvoirs mieux assuré. Dans la geste de Roger Martelli la gauche est magnifiée. Elle est la source du progrès et la force motrice de l’histoire. Le mouvement ouvrier est attributaire du rôle central dans la marche générale vers un optimum politique et social dont la république est la norme indépassable.

    Cette vision est réductrice. Elle méconnaît que ce qui importe est moins la forme de l’Etat – royaume ou république – que le régime : régime parlementaire, c’est à dire la démocratie, ou régime autoritaire, voire totalitaire, de droite ou de gauche. La démocratie n’est l’exclusivité d’aucune tendance de l’opinion. Ses valeurs, comme celles de son contraire, sont partagées. Elles rassemblent les modérés et repoussent les extrémistes. Or une révolution, par définition, c’est la prise du pouvoir par les extrémistes au détriment des modérés.

    Ceux-ci avaient établi la première constitution, celle de 1791, que l’on peut prendre pour point de départ de la modernité. Elle établissait le régime parlementaire, le nôtre aujourd’hui, dans le cadre du royaume, sous la forme devenue classique de la monarchie constitutionnelle. Mais la situation était devenue instable et les extrémistes, les massacreurs de septembre, allaient donner de la voix et montrer leur capacité de violence. Le mythe révolutionnaire n’en sera pas définitivement entaché. Il perdure aujourd’hui dans les plis du drapeau rouge.

    Outre-manche, pour ne citer que le Royaume-Uni au titre des pays dont l’évolution dément la lecture républicaniste et révolutionnaire de l’histoire, Sir Robert Walpole devint en 1721 le premier Premier ministre, ouvrant une lignée qui ne s’est pas interrompue depuis. Nul ne dirait aujourd’hui que le Royaume-Uni est moins avancé, moins démocratique que la France. Ni l’inverse. Les deux pays ont le même régime. Mais il est plus clair chez eux de savoir qui gouverne que chez nous : c’est le chef du gouvernement. Il n’y a pas de dyarchie au sommet de l’Etat, et des deux pays c’est la France qui a le parlement le moins influent, qui a les pouvoirs les moins équilibrés, et qui est la plus monarchique. Monarchique au sens bonapartiste : le pouvoir est pour le chef plébiscité. Dans un royaume, il n’y a pas de plébiscite. Quand le peuple vote, il vote pour élire le parlement.

    Glycère BENOIT Le 10 septembre à 15:00
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.