(c) Arno Mikkor (EU2017EE)
Accueil | Par Pierre Jacquemain | 3 mars 2021

Hauts-de-France : un accord EELV/LFI porteur d’espoirs

À trois mois des élections régionales, EELV et LFI viennent de se mettre d’accord pour une alliance dans les Hauts-de-France dès le premier tour. Quelque chose serait-il en train de se décoincer à gauche ?

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

On croyait les écologistes entêtés dans une stratégie autonomiste et les insoumis récalcitrants à l’idée d’une soupe aux logos dans le cadre des élections régionales de juin prochain. C’est pourtant bien une stratégie d’union que viennent de valider, contre toute attente et à la surprise générale, EELV et LFI dans les Hauts-de-France.

L’eurodéputée écologiste, par ailleurs présidente de la Commission Transports au Parlement européen, Karima Delli, conduira une liste avec les insoumis dans la région présidée par Xavier Bertrand. L’enjeu dans cette région est important puisque la gauche s’était effacée en 2015, comme dans la région Provence-Alpes-Cote-d’Azur, pour ne pas prendre le risque de voir le Front national en prendre les commandes – bien qu’au second tour Marine Le Pen ait recueilli près des 46% des voix.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Régionales 2021 : à gauche, des stratégies à géométrie variable

 

Des alliances en construction

Ainsi hier, un communiqué du député Ugo Bernalicis et d’Evelyne Becker – tous deux chefs de file LFI aux régionales – a confirmé cet accord : « La discussion avec Europe-Ecologie-Les-Verts et Karima Delli, cheffe de file dans la région des Hauts-de-France, offre les conditions d’un accord tel que nous l’appelions de nos vœux ». L’étonnement est d’autant plus grand que, depuis plusieurs semaines, les communistes semblaient assurés de bénéficier du soutien des insoumis et du Parti socialiste pour la candidature de Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français et député du Nord, à l’élection régionale. « Comme les communistes s’allient chaque jour toujours plus avec les socialistes dans la plupart des régions et que Roussel refuse de sceller un accord national avec nous – alors qu’il était demandeur dans le Nord –, ça devenait très compliqué. Nous avons pris nos responsabilités face aux tergiversations du PCF », lâche un cadre LFI.

Pour autant, les insoumis ne ferment pas la porte : « Nous appelons nos camarades du Parti Communiste Français et leur chef de file régional, Fabien Roussel, à rouvrir la discussion afin de construire ensemble ce rassemblement qui pourrait l’emporter face à Xavier Bertrand », écrivent en chœur Becker et Bernalicis. Côté place du Colonel Fabien, on grince des dents : « Roussel est furax. Il va attendre quelques jours pour réagir mais tout est possible. Il envisage tous les scénarii à ce stade. Et quand je dis que tout est possible, c’est que même le pire est possible ». Le pire sans doute serait un accord en tête-à-tête avec le Parti socialiste qui pourrait ne pas être en situation de franchir le second tour. Et si le chef de file des socialistes, Patrick Kanner, était prêt à s’aligner derrière Roussel, désormais sans les autres partenaires de la gauche rassemblés derrière le communiste, rien n’est moins sûr. « La dynamique va être du côté de Karima Delli », assure un proche du sénateur socialiste. De là à lâcher les communistes, il n’y a qu’un pas. Comme Roussel, Kanner devrait prendre son temps avant de réagir officiellement.

La présidentielle 2022 en ligne de mire

Mais si Place Publique, le mouvement initié notamment par Raphaël Glucksmann, aura visiblement sa place sur les listes de Karima Delli, un accord peut-il avoir lieu avec le Parti socialiste ? « Il n’y a pas de place pour les tambouilles. On ne négocie pas une région contre une autre comme semblent vouloir le faire certains partenaires de gauche », lance Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’EELV. Pour autant, l’écologiste veut croire qu’un « large rassemblement à gauche est à la fois souhaitable et possible parce que ça fait sens dans une région où le danger de l’extrême droite est très présent ». Et d’ajouter : « L’écologie doit être au cœur du projet. Si les communistes et les socialistes sont d’accord avec ça alors ils ont leur place à nos côtés ». Pour le député insoumis, Ugo Bernalicis, interrogé par France Bleu Nord sur l’éventualité d’un accord avec les socialistes : « Je ne suis pas demandeur d’un accord avec le Parti socialiste mais je n’y suis pas hostile non plus », a-t-il répondu.

L’enthousiasme n’est pas au rendez-vous mais LFI est prête à fermer les yeux. Si les communistes et les socialistes rejoignaient ce rassemblement, une dynamique à gauche pourrait alors créer la surprise en juin prochain, quand, en 2015, la dispersion des voix l’avait pulvérisée avec un PS à 18% (liste de Pierre de Saintignon), un PCF à 5% (liste de Fabien Roussel) faisant jeu égal avec les écologistes (liste de Sandrine Rousseau). Un rassemblement inédit dans un contexte de dispersion de la gauche et des écologistes qui exaspère leurs électeurs et leurs sympathisants pourrait inspirer d’autres régions où les accords ne sont pas encore totalement scellés. « Comme dans les régions Provence-Alpes-Côte-D’Azur, Pays de la Loire ou Grand-Est », estime Sandra Regol. Une chose est sure, à quelques mois seulement de l’élection présidentielle, les résultats du scrutin dans les Hauts-de-France seront scrutés à la loupe.

 

Pierre Jacquemain

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Pour l’instant dans le nord
    Je ne vois que Fabien Roussel en campagne

    Jean Pierre dropsit
    Le 3 mars à 22 h 50

    Dropsit Jean Pierre Le 3 mars à 22:53
  •  
  • La véritable question est celle du programme et du projet pour la région. Quelle est la base commune acceptable pour un accord dans cette région et dans les autres ? Tout est là. S’il s’agit uniquement d’un accord de façade et de communication politique, les électeurs ne seront pas dupes.

    lucien matron Le 7 mars à 05:40
  •  
  • Enfin un espoir, ça fait plaisir cette union qui a pour base un front écologique, gageons que cela s’élargisse et que les egos se rétractent.

    callo Le 7 mars à 11:55
  •  
  • Il est toujours désagréable, aux yeux de certains, d’observer ces alliances, parce que ça froisse certains egos, mais on n’avance plus surement, quand on regarde ce qui nous rassemble, que ce qui nous différencie. Désolée, pour le propos quelque peu convenu, mais c’est pourtant la vérité, des lors qu’on ne trahit pas ses intimes convictions, je pense qu’il faut s’en réjouir, non ?

    Niel Aubin Françoise Le 7 mars à 17:52
  •  
  • l’union est un combat:DIXIT ETIENNE FAGEON
    ICI C’EST DE LA TAMBOUILLE

    JEAN PIERRE DROPSIT
    LE 8 MARS A 23:15

    dropsit jean pierre Le 8 mars à 23:14
  •  
  • Enfin une nouvelle positive.
    Pour le PS, ne pas récupérer les traitres, ce qui ont appelé à voter Micron dès le premier tour.
    Pour le PC j’ai un doute vu qu’ils vont trop souvent à la soupe avec le PS...
    Bonne chance à cette union !

    Ppol Le 11 mars à 13:30
  •  
  • Ce n’est qu’un accord politicien , les signataires ne sont d’accord sur rien.
    chacun un petit bout de fromage c’est l’objectif.
    c’est pas avec cela que vous allez faire revenir les abstentionnistes

    dan93 Le 12 mars à 21:26
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.