Accueil | Par Loïc Le Clerc, Sébastien Bergerat | 30 juin 2020

INFOGRAPHIES. Municipales : comment ça se passe à gauche ?

Dans quel état se trouve la gauche après ces élections si particulières ? Quels rapports de force interne, quel rapport de force gauche-droite ? Emmanuel Macron a-t-il pris une claque « excessive » ? On a décortiqué pour vous les résultats des municipales.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Évolution du nombre de municipalités de gauche

L’échelon national n’est pas nécessairement le meilleur pour analyser des élections municipales. Comme l’a bien dit Emmanuel Macron : « Il ne s’agit pas dans la vie de la Nation de tirer des conséquences excessives de scrutins qui sont d’abord des scrutins locaux. » Cette phrase est d’autant plus vrai que LREM a pris une claque phénoménale, confirmant son inexistence politique en dehors de l’Élysée. Ici, nulle conséquence excessive ne sera tirée. Apprécions simplement l’évolution du nombre de maires de gauche. Pour ce faire, nous avons pris deux cadres :

  • les villes de plus de 30.000 habitants

[cliquez sur l’image pour l’agrandir]

 

  • les villes de plus de 100.000 habitants

    [cliquez sur l’image pour l’agrandir]

La « vague verte » semble un chouilla relative vue d’ici. D’autant plus que ces deux graphiques ne mettent pas en scène les municipalités de droite… Mais il est vrai que pour EELV, le moment est historique : jamais ils n’ont eu autant de villes à gérer, encore moins de l’importance de Bordeaux, Strasbourg ou Marseille. Roger Martelli l’analyse de la sorte : « La performance des Verts [...] n’annule pas une fragilité confirmée à l’échelle de l’ensemble du tissu communal. Mais, dans un contexte de désengagement civique massif, les écologistes ont confirmé électoralement, seul ou en alliance à gauche, la capacité de mobilisation des exigences écologistes, manifestées massivement dans l’opinion et dans la rue. »

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Municipales : un scrutin à plusieurs faces

 

Évolution du rapport de force gauche-droite

D’aucuns estiment qu’il n’est plus, mais force est de constater qu’aux élections municipales, le clivage gauche-droite est toujours un indicateur éloquent. De même que pour les municipalités de gauche, nous avons pris pour référence les villes de plus de 30.000 habitants et celles de plus de 100.000 habitants.

Ici, force est de constater que la balance penche encore sur son côté droit, mais plus l’étau se resserre autour des grandes villes, plus la gauche y gagne. Comme l’écrit Roger Martelli : « Les villes de plus de 100.000 habitants (un total de près de 10 millions d’habitants) montrent un écart de voix entre la gauche et la droite moins important qu’ailleurs. Au second tour, la droite a au total moins de trois points d’avance. La résistance des socialistes, les excellents résultats des Verts et la déconfiture de LREM expliquent cette situation exceptionnelle. Mais le total des droites reste majoritaire dans toutes les tranches de population, largement à Marseille, plus étroitement à Paris. »

 

Loïc Le Clerc et Sébastien Bergerat

Sources : Roger Martelli, Laurent de Boissieu, Le Monde et Libération

BONUS. Sans tirer des conséquences excessives

Difficile d’estimer le score d’un président de la République à des élections municipales, étant donné qu’il y a 36.000 particularités. Néanmoins, l’addition des scores des étiquettes afin de créer une sorte de « bloc de la majorité présidentielle » nous donne une certaine indication. [1]

Afin qu’il puisse y avoir un semblant de comparaison, nous avons donc pris les résultats des premiers tours lors de l’élection présidentielle, des élections législatives puis des municipales, et ce pour les trois derniers présidents.

Voici ce que cela donne :

[cliquez sur l’image pour l’agrandir]

L.L.C & S.B.

Notes

[1Pour les municipales 2008, nous avons tenu compte des résultats des étiquettes Divers droite, Majorité présidentielle et Majorité-centristes. Pour 2014 : Divers gauche, Union de la gauche et Socialiste. Pour 2020 : Divers centre, LREM, Modem, UDI et Union du centre. Comme vous pouvez le constater, on ratisse large.

titre documents joints

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.