twitter.com/GDarmanin
Accueil | Par La rédaction | 18 mai 2021

Manifestation de policiers : l’honneur de la gauche, c’est de ne pas y aller

Ce mercredi, devant l’Assemblée, ils seront nombreux à venir apporter leur soutien aux policiers : le Rassemblement national, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et... plusieurs responsables de gauche.

Vos réactions (14)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce 19 mai 2021 restera dans les annales de la police républicaine. À l’appel d’une intersyndicale – exceptés la CGT-Police, qui a appelé à participer mais sans adhérer à tous les mots d’ordre, et SUD-Intérieur qui ne participera pas –, une manifestation se tiendra devant l’Assemblée nationale, de 13h à 15h. Le choix du lieu est des plus symboliques et n’a qu’un seul but inavoué : mettre la pression sur les représentants du peuple français.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
PCF : cap sur le sécuritaire

 

Pourquoi une telle manifestation ? Pour « soutenir la police », notamment après le meurtre du policier Éric Masson, le 5 mai à Avignon. Mais il apparaît clairement que cet hommage n’est qu’un prétexte, un slogan derrière lequel se cache un autre agenda, bien plus politique. Il suffit de lire le communiqué de l’intersyndicale. Il y est question de « renforcer la réponse pénale pour les agresseurs et meurtriers des Forces de l’Ordre », de « simplification de la procédure pénale » ou encore de « la mise en œuvre de peines minimales pour les agresseurs de Forces de l’Ordre » (cette dernière serait même « la revendication la plus importante de l’intersyndicale »).

« Il faut changer de logiciel… », lit-on, sans plus de précision sur ledit logiciel.

Il faut appeler un chat un chat : la pression des idées d’extrême droite est forte, si forte, que plus rien d’autre ne résonne dans la politique française. Il suffit de regarder ce qui a fait l’actualité ces derniers jours : la loi Séparatisme, des tribunes de militaires et de policiers se mettant, sans fard, à disposition des prochains putschistes du pays, une polémique autour de Sara Zemmahi, candidate LREM pour les départementales et... qui porte un voile (avouez que vous n’aviez jamais entendu son nom et ne la connaissiez que sous le pseudonyme de « la femme voilée »).

Qui mène la danse, si ce n’est l’extrême droite ? Comment se dire étonné de ce récent sondage qui montre que 74% des policiers en activité voteraient Marine Le Pen ?

Et voilà que, sans aucune surprise, le Rassemblement national annonce sa participation à la manifestation – habile, Marine Le Pen n’y sera que « par le cœur » et envoie sur place son homme de main Jordan Bardella. Plus surprenant, le ralliement du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, que l’on n’avait pas vu dans les rues depuis la Manif pour tous. Il n’est sûrement pas le « premier flic de France », mais il sera bel et bien le premier locataire de la place Beauvau à se rendre à une manifestation sur la voie publique à l’appel de policiers. Gérald Darmanin est et sera le bienvenu à cette manifestation, contrairement à son collègue du ministère de la Justice Éric Dupont-Moretti.

Le message est extrêmement clair. Et c’est là que débarquent, faussement ingénus, le premier secrétaire du Parti socialiste et député Olivier Faure, la maire de Paris Anne Hidalgo, l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot et le patron du Parti communiste Fabien Roussel. Le malaise est instantané. Comment se fait-il que, dans un tel contexte, ces gens de gauche annoncent leur participation à cette manifestation ? Au PS et au PCF, on l’assure : on assume – tout en se cachant derrière la CGT-Police pour se justifier. Mais encore faut-il lire le communiqué de ce syndicat…

Silence radio dans les rangs d’EELV. Seule la France insoumise a déclaré ne pas participer. Dans un communiqué du groupe parlementaire, on lit : « Nous refusons de participer à l’instrumentalisation politique de celles et ceux qui, fonctionnaires de la police nationale ou militaires de la gendarmerie nationale, sont morts lâchement assassinés par des criminels. [...] La mobilisation policière du 19 mai n’est nullement une marche d’hommage aux policiers assassinés, c’est une manifestation pour un cahier de revendications corporatives comme le montre les tracts des organisations policières. [...] Tout cela ressemble à une opération d’intimidation de la Justice. [...] Le duo Gérald Darmanin et Marine Le Pen donnent le sens de cette manifestation en décidant de s’y rendre. Il est de plus intolérable qu’un ministre d’Etat participe à une manifestation de pression sur l’Assemblée nationale au mépris de la séparation des pouvoirs. Raison de plus pour nous de ne pas y aller. »

Ce clivage au sein de la gauche ne date pas de cet appel à manifester. Cela fait des semaines, des mois que la petite musique monte, que s’est créé cet arc de forces, unies lors du vote de la loi Séparatisme, qui reprenant l’improbable concept d’islamo-gauchisme et tonnant contre l’Unef pour des réunions non mixtes. Ceux qui vont manifester le 19 mai ont a peu près tous choisi d’en rajouter dans ces débats venimeux. L’annonce de leur participation n’est hélas pas un coup de tonnerre dans un ciel serein.

En participant à cette manifestation, ils légitiment la réponse sécuritaire, cercle vicieux à l’œuvre depuis des décennies. En aucune façon, ils n’avancent la vision d’une politique de sécurité dans laquelle il y a la police républicaine. Adhérer aux revendications sécuritaires des syndicats de police est un aveu d’absence de pensée de gauche, quant à la tranquillité publique en France.

En participant à cette manifestation, une partie de la gauche est en train d’acter sa coupure avec une jeunesse, des habitants des quartiers populaires, mais aussi avec les mouvements sociaux qui subissent les nouvelles doctrines de maintien de l’ordre. Et que dire du fossé qui s’élargit avec les militants des droits de l’homme qui dénoncent depuis plusieurs années la dérive sécuritaire de notre État ? Comment pourront-ils envisager un dialogue constructif voire un débouché politique dans cette gauche qui défilera mercredi ?

Il est grand temps d’arrêter de courir après l’extrême droite. Et de ne pas franchir la ligne rouge : ne pas reprendre les mots, les concepts et les symboliques de l’extrême droite. La pression est forte mais l’honneur, c’est de rester fidèle à ses valeurs. L’honneur, c’est de ne pas aller à la manifestation de syndicats de police de mercredi.

 

La rédaction

Vos réactions (14)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bravo pour ce texte clair et juste.

    Maingault Le 18 mai à 23:19
  •  
  • Bravo pour votre article !!
    L ordre sécuritaire est totalement contre productif, bien au contraire il accentue les injustices donc la violence.
    On ne peut pas être de gauche et aller à cette manifestation de policiers !!

    Framboise Le 19 mai à 00:36
  •  
  • Votre tribune tout comme la ligne éditoriale de votre site, montre clairement que vous faites partie de cette extrême gauche réactionnaire qui a tourné le dos à notre République Française Laïque.

    Ce n’est pas une question d’honneur que vous prétendez brandir, la gauche qui défend le cadre laïque, ouvrier et républicain : vous n’en êtes pas. Vous êtes de ceux qui courent derrière des réalités anglo-saxones et communautaristes tout en méprisant visiblement l’idéal français et le fait que notre République ne reconnaît que des citoyens. Les Français qui assurent l’ordre et la sécurité sont également des citoyens mais vous l’avez oublié pour peu que vous en ayez eu jamais conscience.

    Albert Le 19 mai à 13:21
  •  
  • Il n’est pas déshonorant de participer à cette manifestation. Elle est organisée à l’appel de syndicats professionnels : aucune manifestation de cette nature n’est frappée du sceau de l’infâmie, au regard des principes qui fondent notre société, qui est démocratique. Lorsque les électriciens, les postiers ou les cheminots défilent pour défendre leur intérêts catégoriels, personne ne hurle au corporatisme ou à la récupération politique.

    Cette manifestation recueille un large soutien, de l’extrême gauche communiste, présente à côté des partis modérés, à l’extrême droite représentée par le RN. Un tel œcuménisme est rare, signe que le problème est profond au sein de la police. Le ministre de l’intérieur lui-même sera présent pour saluer les manifestants, un geste inhabituel certes d’après les usages, mais qui se comprend et sera apprécié. La cohésion sociale est en jeu, de même que la sécurité des personnes et des forces qui ont pour mission de l’assurer.

    Glycère BENOIT Le 19 mai à 13:57
  •  
  • c’est précisément à l’honneur de F.Roussel et du PCF d’exprimer leur soutient aux forces de police , dans l’exercice de leur métier.

    j’attends de l’expression politique du PCF qu’il fasse la différence entre le travail de protection des plus faibles dans les quartiers ainsi que dans tous les endroits du pays en prise à la voyoucratie , et la volonté de la macronie , de faire de la police un moyen de répression du combat social.

    vous écrivez
    En participant à cette manifestation, une partie de la gauche est en train d’acter sa coupure avec une jeunesse, des habitants des quartiers populaires,
    mais c’est précisément le contraire , qui est victime de la violence , des trafics etc ? ce sont ces habitants là , ils ont besoin d’une police républicaine pour les protéger, ils sont demandeurs.

    dan93 Le 19 mai à 15:03
  •  
  • @dan93. C’est aussi à l’honneur de tous les autres partis qui soutiennent la manifestation des forces de police.

    Glycère BENOIT Le 19 mai à 15:40
  •  
  • Quelle belle tête de cortège avec Zemmour, Darmanin et le "communiste" Roussel ! On se croirait revenu au temps de Doriot.

    Davesnes Le 19 mai à 16:23
  •  
  • @Davesnes. Ah, ce point Godwin, c’est original, c’est fin, c’est subtil.

    Glycère BENOIT Le 19 mai à 16:46
       
    • C’est quoi le "point godwin" de ce message ?

      Mans Le 19 mai à 17:27
  •  
  • Votre edito est déshonorant pour la gauche.

    samir Le 19 mai à 16:56
  •  
  • @Regards C’est étonnant le nombre de réacs qui lisent votre site ! Bon... ça peut pas leur faire de mal
    :D

    Mans Le 19 mai à 17:29
  •  
  • @Mans. La référence à Doriot.

    Glycère BENOIT Le 19 mai à 18:24
  •  
  • @Mans (re). Lire les messages des réacs ne fait pas de mal non plus à ceux qui fréquentent le site.

    Glycère BENOIT Le 19 mai à 18:27
  •  
  • Les mots ont un sens !
    Là j’entends ! Stalinien collabos doriot
    Débris ! Merci pour les camarades !
    Pas graves ! C’est forcément des staliniens !!
    Sans doute ! La ligne rédactionnelle de partis pris ! Tout à son honneur ! Mais sans nuance n’amène pas à un débat contradictoire !!
    Ce débat contradictoire a besoin de faire sens à la démocratie !!
    Et pour cela ! Faites comme dans l’humanité ! Confronter les idées

    Dropsit Jean Pierre Le 19 mai à 22:00
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.