Accueil | Par Loïc Le Clerc | 3 septembre 2021

Mensonges, drogue et mépris : Macron et Blanquer vous souhaitent une bonne rentrée !

Une reprise en grande forme ! Voilà ce que nous offrent Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer. Des fake news, du mépris pour tout le monde !

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

À dire vrai, le ministre de l’Éducation nationale ne nous avait pas franchement manqué pendant ces vacances d’été. C’est donc l’œil peu alerte que nous le retrouvons en cette rentrée. Le bougre s’est laissé pousser la barbe. Pourquoi pas. Manuel Valls l’avait fait en son temps. Rien d’étonnant. Il y a du Valls dans Blanquer. Et sans doute du Blanquer dans Valls.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Emmanuel Macron, le Président sans Histoire

 

Blanquer aurait-il été jaloux du fait que Gérald Darmanin prenne toute la lumière de la rentrée médiatique pour ses mensonges à répétition ? Vexé d’entendre son collègue de la place Beauvau raconter n’importe quoi sur le cannabis et voir le chef de l’État voler à son secours – accusant même les consommateurs d’être « des complices » du trafic de drogue –, le ministre de l’Education nationale ne voulait-il pas lui aussi sa rentrée de gloire ?

Quoi qu’il en soit, Blanquer a sorti son joker d’entrée de jeu : les « écrans plats » – qui utilise encore cette expression pour parler d’une télé ? [1]

Tel un Galilée sentant bien que le soleil ne tourne pas autour de la Terre, Blanquer a eu une intuition : les pauvres achètent des télés avec leurs allocations de rentrée scolaire. « C’est une évidence », assure-t-il. « On sait bien que parfois il y a des achats d’écrans plats plus importants au mois de septembre qu’à d’autres moments », continue-t-il. Et gaspiller égoïstement l’argent public destiné à l’instruction de nos enfants, c’est très, très mal. Alors il dénonce, il accuse !

Joue-la comme Trump

Le problème, c’est que c’est faux. Parce que, dans les faits, les mois d’août et septembre sont les mois où les Français achètent le moins d’« écrans plats ». Le ministre ment. Une bagatelle en Macronie. Pis ! Blanquer nous fait du Trump. Interviewé par Brut, il renverse la polémique : qu’on vienne lui prouver que 100% de ces allocations sont toujours bien dépensées ! C’est l’inversion de la charge de la preuve. Aux autres de prouver leur innocence. Et les faits alternatifs deviennent paroles d’Évangile.

Et le second problème, c’est qu’Emmanuel Macron, président de la République française, soutient son ministre quoi qu’il en coûte. Ainsi disserte-t-il sereinement : « Nous serions ou aveugles ou naïfs de penser que la totalité de ce que chaque ménage touche en allocation de rentrée est reversée pour acheter les fournitures ou les livres. C’est pas vrai, et nous tous, nous le savons. »

« You are fake news ! », disait l’autre.

Résultat des courses : à son arrivée dans une école marseillaise, Jean-Michel Blanquer est hué, conspué, un « Viens nous le dire en face qu’on achète des écrans plats ! » est lancé. Bonne ambiance. Il faut dire qu’à force de semer le mépris, il faut bien que quelques semences finissent par germer.

Pendant ce temps-là, « le gouvernement supprime encore 1883 postes d’enseignant-es en cette rentrée. Au total, 7490 emplois d’enseignant-es en moins dans les collèges et lycées depuis 2017. C’est l’équivalent de 166 collèges rayés de la carte !  », tweete le syndicat SNES-FSU. Bonne rentrée quand même !

 

Loïc Le Clerc

BONUS. Quand Macron mélange McFly et Carlito... et Samuel Paty

On pensait avoir droit à un quinquennat de communication parfaite. Du moins, c’est ainsi qu’on nous avait vendu le produit marketing en 2017. Hélas, les « rois de la com’ » ont encore frappé.

Sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron s’est fendu d’une petite vidéo de deux minutes, histoire de nous souhaiter à toutes et tous une bonne rentrée. Exercice des plus banals, peu de chance de se planter.

Et pourtant, il l’a fait. Au bout de 45 secondes de perplexité face au Président tenant dans ses mains un cadre-photo, le voilà qui le retourne. Et nous voilà face aux visages grimaçants des youtubeurs McFly et Carlito.

Pourquoi ? Votre serviteur n’a pas le courage de vous écrire le contexte, alors il emprunte à Marianne : « Il y a six mois, le chef de l’Etat avait proposé au duo humoristique de composer une chanson rappelant les mesures sanitaires au public. Lesquels avaient demandé à Emmanuel Macron d’afficher une photo d’eux sur son bureau à l’occasion "d’une prochaine prise de parole, une interview, potentiellement celle du 14 juillet" si leur vidéo atteignait les 10 millions de vues. »

Bon, après tout, pourquoi pas. Emmanuel Macron profite de ce moment « jeunes » pour rappeler l’importance de la vaccination. Tout aurait pu s’arrêter-là. Et nous n’aurions rien retenu de plus, l’essentiel d’une rentrée scolaire sous covid, pourrait-on dire. Hélas, Emmanuel Macron avait un deuxième message à faire passer. Et il l’a fait passer : « Et puis en cette rentrée, j’ai une pensée toute particulière pour les parents et les collègues de Samuel Paty. »

OMG.

Comment traduire le sentiment que cet enchaînement procure ? Passer du coq à l’âne ? Passer du clownesque à Daesh ?

La gêne est totale. D’autant qu’Emmanuel Macron conserve un petit sourire en coin. Summum du mépris, mépris pour les élèves, les enseignants, les victimes du terrorisme.

Bref, il y a vraiment peu de chances qu’on détrône le roi de la com’.

 

L.L.C.

Notes

[1Notre consœur Nassira El Moaddem a tout dit à ce propos : « "Ecran plat" : mot valise fétichisé inscrit dans notre imaginaire collectif (grâce aux polémiques éternelles) et qui utilisé dans la bouche des dominants ciblant les pauvres, est le symbole du luxe que souhaitent s’arroger les gueux. Ecran-plat : mot qui permet aussi de bien rappeler la frontière entre les dominants et les gueux. Ainsi, le dominant utilise le mot "écran-plat" pour parler d’un objet acheté par les pauvres alors que plus personne n’utilise ce mot. Humilier socialement par le langage. Strike ! Tout le monde a des écrans-plats, on le sait, tout le monde s’en achète mais personne n’utilise ce mot. Alors laissons-leur ce mot à ces gueux pour bien les enfoncer encore plus. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.