Accueil | Analyse par Pablo Pillaud-Vivien | 26 juillet 2020

Pas touche à Christophe Girard ou l’image violente d’une défense de classe

Raphaëlle Rémy-Leleu et Alice Coffin, élues écologistes au Conseil de Paris, ont dénoncé le choix de Christophe Girard au poste d’adjoint à la culture. Celui-ci a démissionné jeudi mais Anne Hidalgo et l’exécutif parisien n’ont pas voulu en rester là…

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Elle avait pourtant réussi à acquérir un capital sympathie non négligeable au terme de son élection presque triomphale il y a deux semaines : voilà que la maire de Paris Anne Hidalgo se retrouve, dès son premier conseil municipal, mise en difficulté. La pomme de discorde entre elle et deux membres écologistes de sa majorité : l’adjoint à la culture qu’elle a choisi de reconduire dans ses fonctions, Christophe Girard. A ce poste depuis 2001 (avec un petit passage par la Mairie du IVè arrondissement et au portefeuille des ressources humaines), l’édile jouit d’une longue et riche carrière dans le secteur du luxe et de la culture, auprès de Pierre Bergé, à LVMH et enfin à la mairie de Paris. Une franchement très belle carrière, où l’on peut dire qu’il n’a pas démérité : le Paris culturel que l’on connaît aujourd’hui, c’est un peu, voire beaucoup grâce à lui, aux visions qu’il a eues et auxquelles il a réussi à donner vie, depuis près de vingt ans qu’il était aux manettes dans la capitale (et il n’est pas question d’en faire la critique ou l’éloge, ce n’est pas le sujet).

Seulement ce n’est pas tout : o tempora, o mores, on “acceptait” des choses dans les années 70, 80 et 90 qu’aujourd’hui il n’est plus possible d’imaginer. Ainsi de l’auteur Gabriel Matzneff qu’une partie des élites cultivées et argentées avait décidé d’idolâtrer, et ce malgré le caractère éminemment problématique de sa littérature – et de son comportement en tant qu’homme, si l’on en croit ce que lui-même en disait. Christophe Girard, homme de son temps comme on dit, a été partie prenante de ce moment « culturel » parisien, comme beaucoup d’autres au demeurant. La question qui se pose dès lors n’est pas tant de savoir si, au regard de la justice, Christophe Girard pourrait être coupable ou non d’avoir participé de l’élaboration et l’entretien d’un réseau pédocriminel – il n’a été, à ce stade, interrogé qu’en qualité de témoin, sans que les instances judiciaires semblent enclines à aller plus loin mais surtout, c’est le rôle de la justice que de démêler ce genre de choses, pas à tout-un-chacun dans les colonnes d’un journal – que d’essayer de trouver une façon de prendre en considération les vestiges d’un passé dépassé.

Défendre Christophe Girard comme Gabriel Matzneff avait été défendu

Néanmoins, force est de constater qu’il existe un parallèle entre la bronca de l’exécutif parisien qui a suivi la démission de Christophe Girard et la défense organisée des activités pédophiles de Gabriel Matzneff : dans les deux cas, c’est la perpétuation de mécanismes de défense de classe qui est au cœur du problème. L’élite culturelle parisienne avait défendu Gabriel Matzneff comme aujourd’hui l’élite politique tout aussi parisienne défend Christophe Girard. Les intérêts de la nation ou de la lutte des classes ne sont plus au centre de la bataille politique, même à gauche : on défend son camp, comme dirait le préfet Didier Lallement. Point barre.

« Il ne suffit pas d’avoir un casier judiciaire vierge pour être adjoint à la mairie de Paris » rappelait Raphaëlle Remy-Leleu, l’une des deux élues écologistes qui réclamaient la démission de Christophe Girard. Considérant qu’il est victime d’une « justice de la rue, de la peur, de l’intimidation » qu’il compare à la Terreur et aux Comités de Salut Public, l’adjoint a pourtant démissionné, à la suite d’une manifestation devant l’Hôtel de Ville où des pancartes « Bienvenue à Pedoland » ont été brandies. Mais Anne Hidalgo n’a pas tenu à en rester là : elle s’est fendue d’un tweet exprimant son écœurement vis-à-vis de la situation de son ami Christophe et a ensuite décrété, par l’un de ses proches adjoints Rémy Féraud, que les deux élues EELV ne pouvaient plus faire partie de la majorité et qu’elle entendait entamer des poursuites judiciaires à l’encontre des organisateurs-trices de la manifestation.

Renversement des valeurs et des dominations

Si l’existence du lien Matzneff – Girard n’est pas en soi – et jusqu’à preuve du contraire ! –, une infraction à la loi, c’est la nomination de ce dernier qui ne passe pas en cela qu’elle est perçue, à raison, comme un affront aux féministes. Les observateurs de la vie politique municipale savaient pourtant bien que c’était un obstacle important à la reconduction de l’adjoint et on pourrait même penser que l’étonnement de l’exécutif face aux mobilisations et à l’opposition d’une partie de sa majorité est feint tant il était certain que cela se passerait ainsi. Mais sans doute n’avaient-ils pas anticipé que la fronde viendrait de l’intérieur de leurs rangs, en les personnes de Raphaëlle Rémy-Leleu et Alice Coffin, membres de la majorité dans le groupe EELV. Et que celles-ci refuseraient les règlements à l’amiable du différend, entre les quatre murs ouatés des bureaux de la mairie, et qu’elles importeraient leurs techniques et stratégies d’activistes et de militantes dans l’enceinte de l’Hôtel de Ville.

A la pression publique et médiatique, Christophe Girard a donc cédé – et annoncé sa démission. Dont acte. Mais c’était sans compter un autre aspect de ce que la politique telle qu’on la pratique - ou la subit - aujourd’hui, produit : les amitiés se sont réveillées et chacun y est allé de son bon mot, sur les réseaux sociaux et dans les médias, pour rappeler à quel point le sort réservé à Christophe Girard était injuste au vu de son engagement dans tellement de luttes et de réalisations. Je passe, par pudeur, sur la bassesse des attaques qu’a du subir en particulier Alice Coffin, engagée de longue date sur les questions d’homophobie et de féminisme – et met sur le coup de la réaction un peu sanguine, certains tweets d’édiles parisiens qui puent la lesbophobie et ressemblent, à s’y méprendre, à des attaques dignes de l’extrême droite. Seul soutien affiché au Conseil de Paris pour les deux élues écologistes : Danielle Simonnet, conseillère La France insoumise, qui n’a pas hésité à les remercier pour leur combat, malgré leurs divergences politiques.

L’image délétère d’un entre soi bourgeois

Les amitiés – politiques – sont tout à fait respectables, dans la mesure où Christophe Girard est loin d’être un affreux monstre. Pour autant, on se dit que parfois, un soutien moral et amical privé vaudrait mieux qu’une prise de position de défense publique car alors, on mélange tout. Mais cette surface médiatique des multiples soutiens de Christophe Girard, c’est aussi la résultante de près de vingt ans de pouvoir municipal : même le préfet Didier Lallement y est allé de son bon mot ! L’image d’entre soi qu’il en ressort est d’une violence qui n’a d’égale que la violence que les ami-e-s de l’ex-adjoint ont déployé à l’encontre des élues écologistes. Paradoxalement d’ailleurs, l’exécutif municipal parisien a généré un blacklash (retour de bâton) à l’endroit d’Alice Coffin plus puissant ou presque que la chasse à l’homme dont Christophe Girard se disait la victime… Les ressorts de la domination sont multiples et il est à craindre qu’Anne Hidalgo n’ait pas bien perçu, en l’espèce, qui était dominé et qui était dominant : c’est une classe, qui a conscience d’en être une, qui se mobilise et réagit violemment quand on accuse et accule l’un des leurs.

La nomination de Christophe Girard au poste d’adjoint à la culture et la défense de celui-ci une fois qu’il a eu démissionné est donc une double faute politique : le nommer était un camouflet à la cause féministe, le défendre ensuite la manifestation éclatante et inconsciente d’une bourgeoisie qui ne s’intéresse plus qu’à la défense d’elle-même. Comme pour couronner le tout, cette séquence où une large partie du Conseil de Paris se lève comme un seul homme (sic), sur la proposition du préfet Lallement, si décrié par toute la gauche dans son rôle de chef de la police parisienne depuis plus d’un an. Le symbole est douloureux. Et les symboles en politique, ce n’est pas rien : on se dit, comme c’est le cas pour Gérald Darmanin au Ministère de l’Intérieur (et même si les circonstances sont tout autres), qu’Anne Hidalgo aurait bien pu se choisir un autre adjoint à la culture et continuer d’aller dîner, s’il lui en chantait, avec Christophe Girard. Ce n’est quand même pas les esprits brillants qui manquent, à Paris comme ailleurs ! Mais les boomers s’accrochent au pouvoir et se comportent comme des bandes organisées qui défendent leur pré-carré et leurs potes. Et à la fin, c’est toute notre démocratie et notre conception du politique qui en souffrent – et de la gauche, car on ne peut que noter avec affliction la position du groupe communiste, alignée sur celle des socialistes.

 

Pablo Pillaud-Vivien

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Pour mémoire, la première liste des signataires de la pétition du 26 janvier 1966 :
    Liste complète des 69 signatures.
    Alain Cuny, de son vrai nom René Xavier Marie (Acteur)
    André Glucksmann, (Philosophe)
    Anne Querrien, (Sociologue)
    Bernard Dort, (Ecrivain)
    Dr. Bernard Kouchner, (Médecin)
    Dr. Bernard Muldworf, (Psychiatre)
    Bertrand Boulin, (Fils du ministre RPR Robert Boulin)
    Catherine Millet, (Critique d’art, écrivain)
    Catherine Valabrègue, (Journaliste, écrivaine)
    Christian Hennion, (Journaliste)
    Christiane Rochefort, (Femme de lettres sous le pseudo de Dominique Féjos)
    Dr. Claire Gellman, (Psychologue)
    Claude d’Allonnes, (Directrice de la revue Psychologie Clinique)
    Copi, de son vrai nom Raúl Damonte Botana (Romancier)
    Daniel Guérin, (Ecrivain révolutionnaire)
    Danielle Sallenave,
    Dionys Mascolo,
    Fanny Deleuze,
    Félix Guattari,
    Francis Ponge,
    François Châtelet,
    François Régnault,
    Françoise d’Eaubonne,
    Françoise Laborie,
    Gabriel Matzneff,
    Georges Lapassade,
    Gérard Soulier,
    Dr. Gérard Vallès, (Psychiatre),
    Gilles Deleuze,
    Gilles Sandier,
    Grisélidis Réal,
    Guy Hocquenghem,
    Hélène Védrine,
    Jack Lang,
    Jacques Henric,
    Jean-François Lyotard,
    Jean-Louis Bory,
    Jean-Luc Henning,
    Jean-Marie Vincent,
    Jean-Michel Wilheim,
    Jean-Paul Sartre,
    Jean-Pierre Colin,
    Jean-Pierre Faye,
    Judith Belladona,
    Louis Aragon,
    Madeleine Laïk,
    Marc Pierret,
    Marie Thonon,
    Dr. Maurice Erne, (Psychiatre),
    Michel Bon, (Psychosociologue)
    Michel Cressole,
    Michel Leyris,
    Négrepont, (Psychiatre)
    Olivier Revault d’Allonnes, (Philosophe et esthéticien)
    Patrice Chéreau, (Metteur en scène)
    Philippe Gavi, (Journaliste)
    Philippe Sollers, (Écrivain)
    Dr. Pierre-Edmond Gay, (Psychanalyste)
    Pierre Guyotat, (Écrivain)
    Pierre Hahn, (Écrivain)
    Pierre Samuel, (Mathématicien)
    Dr. Pierrette Garrou, (Psychiatre)
    Raymond Lepoutre, (Journaliste)
    René Schérer, (Philosophe)
    Dr. Robert Gellman, (psychiatre)
    Roland Barthes, de son vrai nom Roland Gérard Barthes (Critique et sémiologue)
    Simone de Beauvoir, de son nom Simone-Lucie-Ernestine-Marie Bertrand de Beauvoir (Philosophe, romancière, épistolière, mémorialiste)
    Victoria Therame, (Ecrivaine)
    Vincent Montail, (Orientaliste)

    Dominique Vidal Le 27 juillet à 17:46
  •  
  • Girard était adjoint dans la mandature précédente sans que cela gêne EELV.
    En fusionnant avec A. Hidalgo, EELV savait très bien que Girard serait reconduit dans son poste, pourquoi ont-ils fusionné ?
    Il faut dire que leur 11% a été bien en deçà de leur ambition.
    Si EELV s’était maintenu seul au second tour, il aurait aujourd’hui que 4 ou 5 élus.
    Par ailleurs, EELV se présente comme "groupe charnière au CM"donc qui peut pencher à droite...
    D’une manière générale, EELV ne se sent plus… Voir les propos du maire de Colombe ( qui comme par hasard était absent le jour de la manif des policiers )

    milhac Le 28 juillet à 13:40
  •  
  • J’ai 2 questions à poser à Regards
    D’abord qu’elle la position du PCF parisien, notamment de Yann Brossat , pour ou contre la nomination de Christophe Girard le grand copain du pédophile Matzneff ?
    Pas moyen dans les médias d’avoir l’info, étonnant non ?
    LFI par les interventions déjà anciennes de Danielle Simonet a pris depuis longtemps une position claire !
    Et le PC ? En psychanalyse, on dit toujours que le non-dit est plus important que ce qui est dit.
    Deuxième question
    Il y a un sujet de Regards qui me fait toujours franchement rigoler, c’est l’obsession pour l’union de la gôche !!

    ça y est ! Cette union a eu lieu à Bordeaux !!
    L’union e la gôche PS/EELV/PCF a voté contre la nomination de Philippe Poutou, candidat NPA/LFI à la communauté de communes !! Dehors les prolos !!!
    L’union de la gôche PS/EELV/PCF a préféré un LR, normal il est libéral !!
    Pourquoi Regards ne parle pas de cette éclatante victoire de l’union de la gôche ?
    Merci de répondre.

    Cyrano78 Le 29 juillet à 23:15
  •  
  • On a parfois l’impression que la légitime révulsion qu’éveille la pédophilie criminelle sert aussi à :
     Remplacer la politique par la morale ;
     Oublier l’affaire Gabrielle Russier et, plus généralement, la répression contre l’amour et la sexualité qui a prévalu jusqu’aux années 70 ;
     Restaurer un puritanisme pudibond marié à l’ultralibéralisme ;
     Percevoir comme agressive toute manifestation de désir ;
     Régler de vieux comptes avec le mouvement de libération des gays et homos, qui a toujours été poreux à une forme, sinon de pédophilie, du moins d’attraction pour des corps adolescents (Genet and co) ;
     Créer une prétendue complicité par cercles concentriques : si t’es pote avec Machin qui l’est avec Truc qui l’est avec Matzneff, alors, tu es complice d’un criminel ;
     Oublier le rôle du droit et de la justice (dans le domaine de la criminalité sexuelle comme dans les autres, il existe - et c’est heureux - des principes tels que la prescription, le besoin de preuves pour condamner...) ;
     Se donner des allures de gauchiste incorruptible.

    ee Le 4 août à 10:12
  •  
  • Merci de nous relater l’ensemble de la situation. Une personne incriminée peut bien entendu regarder ses gentes et dire que oui, la pédophilie, la sckyzophrénie, le délire, ce sont des réalités non fictives et partagées.
    Que cette affaire ouvre de nouvelles perspectives à l’expression collective, au grand embarras commun de notre santé publique silencieuse sur le sujet, pourtant bien réactive. La criminalité n’est pas un sujet taboo. Nous en parlons.
    Tous pouvons considérer celle qui nous environne. L’enquête est ouverte en ce sens. Faire médiation, accompagner chaque personne de l’équipe municipale demande du temps et beaucoup de considération. La fièvre retombe et le bon sens engage le pas, une fois la réalité bien encastrée dans nos consciences. Il n’y a pas d’équivoque, on doit faire soigner.

    Hamido Le 7 août à 15:30
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.