Accueil | Par Catherine Tricot | 21 février 2018

PCF : le putsch contre Pierre Laurent a-t-il déjà réussi ?

A neuf mois du Congrès du Parti communiste français, la fronde contre l’actuelle direction s’organise...

Vos réactions (46)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le congrès du Parti communiste français commence de bien étrange façon. Avant même son dénouement, et pour la première fois de toute l’histoire du PCF, le secrétaire national Pierre Laurent, est mis en minorité au sein de la direction. On se souvient que les débats ont été lancés par la publication d’un texte rassemblant ceux qu’en interne on nomme les « Identitaires » et ceux qui sont favorables à l’union de la gauche version PC/PS. Tous sont bien déterminés à faire payer à l’actuelle direction son soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Ils ne se cachent pas de se présenter comme une alternative et vise désormais le pouvoir.

A lire : Au PCF, c’est le moment du dégagisme

Manifestation de cette impatience et de leur volonté d’en découdre, ils refusaient, lors du dernier conseil national, le 9 février, la majorité nécessaire à la désignation de Pierre Laurent comme rédacteur du texte du congrès. Le groupe emmené par le secrétaire fédéral de Paris, Igor Zamichei, obtenait que cette discussion soit reportée à une réunion de l’exécutif du PCF et militait en faveur d’un rédacteur plus proche de leurs vues, Guillaume Roubaud-Quashie. Ils ont gagné sur toute la ligne. Pierre Laurent ne sera donc pas le rédacteur du texte du prochain congrès du PCF, prévu en novembre 2018 et Guillaume Roubaud-Quashie prendra la plume.

L’exécutif s’est exécuté. Une seule voix contre. Le putsch est en marche. Face à cet assaut et devant le silence d’une direction qui se sent déjà perdue et qui cherche à sauver les apparences, que feront les communistes qui continue de plaider en interne pour la transformation profonde du parti, sa métamorphose ? Ceux qui ne veulent pas d’un retour de la stratégie d’union de la gauche et opte pour une alliance avec la France insoumise ? On le saura très vite.

Vos réactions (46)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • C’est quand, déjà, le centenaire ?... Ah ! oui, 2020 !
    Au train où vont les choses, le PCF aura disparu avant de souffler les bougies...
    Mais au fond, 98 piges, c’est déjà beaucoup ! Le moment de mourir dans la dignité ?

    françois70 Le 21 février à 18:04
       
    • post d’une bêtise insondable, encore un effort pour aller plus bas dans le commentaire mon garçon

      leon Le 21 février à 18:37
  •  
  • La mèche est allumée, l’explosion des vestiges du pcf n’attendra pas le congrès. Cette opération montée de bric et de broc contre la misérable direction actuelle du parti ne mènera qu’à la liquidation totale. Bon courage à mes amis qui sont encore membres du pcf. Sachez que la porte de la FI vous est grande ouverte. Les communistes insoumis vous attendent. Soyez utiles et efficaces, ne vous abimez pas dans cette bisbille sans contenu révolutionnaire.

    choucroute Le 21 février à 20:10
       
    • Il faut être d’une grande imagination pour considérer le parti de .Melenchon comme révolutionnaire, pour tout observateur avisé c’est le PS New look

      leon Le 21 février à 23:19
    •  
    • @leon

      Vous balancez des petites phrases sans avancer un seul argument qui pourrait étayer vos affirmations. On comprend bien que ce n’est pas votre objectif, votre objectif c’est de salir , de provoquer.

      Parlez nous du programme de la FI et dites nous ce qu’il a de commun avec le programme du P »s » l’allié favori du PCF.

      Gege Le 22 février à 06:09
    •  
    • @leon

      J’imagine que dans votre tout peti esprit , vous êtes à vous seul, « tous les observateurs avisés » . Le champ politique est rempli de gens qui parlent au nom’des autres pour leur faire dire ce qu’il ont envie de leur faire dire , ce sont des affabulateurs sans imagination et sans courage politique . Pour eux , seul le dogme compte, sans lui ils sont perdus . Ils s’y sont accrochés, comme une moule à son rocher.

      Gege Le 22 février à 06:35
    •  
    • @ léon
      bien vu, et d’ailleurs il suffit de voir le déchainement de haine de l’oligarchie contre la FI et JL Mélenchon pour comprendre que le programme l’Avenir en commun est un "simple replâtrage" de la social-démocratie. Alors que les diverses tendances du pcf qui se disputent les scories du grand parti sont elles sur des positions très révolutionnaires. Elles trainent dans leur bagages des passagers clandestins tels le ps, Hamon ou Tsipras mais c’est même pas grave. C’est sans doute ça la vraie révolution. C’est une stratégie très subtile. Il faut avancer masqué pour tromper l’ennemi.

      choucroute Le 22 février à 08:23
  •  
  • A.? alias Choucroute, bien qu’il ne soit pas recommandé de nourrir les Troll , les lecteurs pourront cependant être informés par ce qui suit :

    À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Karl Marx, l’Humanité célèbre une année anniversaire avec la publication du hors-série Marx, le coup de jeune et la co-organisation du Forum Marx à la Bellevilloise.

    « Il y a une guerre des classes, évidemment, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui fait la guerre. Et nous sommes en train de gagner », déclarait le milliardaire américain Warren Buffett en 2005. Il aurait pu préciser, « en équipe » . Une équipe entraînée au grand air sur les hauteurs du Mont-Pèlerin avec Ludwig von Mises, Friedrich Hayek et Milton Friedman comme sélectionneurs en titre, prédicateurs inflexibles de la foi néolibérale. Une équipe ressoudée qui, après trente ans de retraite forcée, teste ses crampons en seconde division dans les années 1970 avant de se hisser en ligue 1 dans les années 1980, pulvérisant coup sur coup une partie de l’État social et de l’appareil productif industriel britannique et états-unien sous la houlette de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan. Malgré les résistances, les temporisations, les buts arrêtés, le jeu de massacre macabre combinant privatisations, démantèlements des services publics, financiarisation de l’économie, irresponsabilité environnementale, remaniement permanent de la division internationale du travail, mise sous contrôle des souverainetés fiscale et monétaire des États, précarisation, chômage de masse, exclusion et accroissement des inégalités à une échelle inédite dans l’histoire se veut toujours « en marche ».

    Parmi les forces de résistance, en défense et en attaque, la pensée de Karl Marx, dont la présence spectrale avait été soulignée, en plein marasme, par Jacques Derrida au début des années 1990. « Pas d’avenir sans Marx ! » avait-il déclaré au cours d’une conférence donnée en 1993 en mémoire du secrétaire général du Parti communiste sud-africain et militant anti-apartheid Chris Hani, assassiné le 10 avril de la même année. « En tout cas d’un certain Marx, de son génie, de l’un au moins de ses esprits. » (1)

    À la suite de la crise économique asiatique déclenchée en 1997 qui, à nouveau, selon l’expression de Marx, fit réapparaître, « même dans les classes sociales régnantes », « le pressentiment que la société actuelle, bien loin d’être un cristal solide, est un organisme susceptible de changement et toujours en voie de transformation » sur la base de ses « contradictions » (2), les « spectres de Marx » se feront tout d’abord entendre dans les années 2000, faisant bouger « l’arrière-cour » latino-américaine placée sous la coupe réglée du FMI, de la Banque mondiale et du Département du Trésor des États-Unis dans les années 1980 et 1990......la suite sur le site de l’HUMANITE seul quotidien anti-Capitaliste.

    buda Le 22 février à 08:21
       
    • Le troll a été membre du pcf durant plus de 20 ans, il a vécu de l’intérieur les pratiques dirigeantes des permanents et des élus dont la préoccupation principale était de conserver leur poste. Il a été militant et dirigeant d’une section d’entreprise et syndicaliste exposé à la répression. Vous me parlez de Marx. Qui est marxiste au niveau de la direction du pcf ? Tous les marxistes sont partis tant ils étaient épuisés par ces courses de petits (tout petits) chevaux et l’électoralisme alimentaire sans principe. Vous me parlez de lutte de classe, mais quel rapport avec le contenu de l’article que nous commentons ? Il s’agit ici clairement de lutte des places car ceux qui veulent déboulonner P. Laurent ne proposent rien d’autre que la poursuite de la descente aux enfers. Pire même, ils ne sont même pas d’accord entre eux sur le fond, les uns étant partisans de la poursuite de l’alliance (organique) avec le ps et les autres veulent recentrer le parti sur ses fondamentaux sectaires. Lénine ne disait-ils pas que l’opportunisme et le sectarisme sont les deux faces d’une même pièce ? A vous de voir quelle face vous fascine le plus. Ma conviction est faite. Le pcf est désormais entré dans sa dernière phase de décomposition. C’est hélas une simple constatation sans plaisir ni douleur. Le pcf suit la pente du parti communiste italien qui a aujourd’hui disparu des radars.

      choucroute Le 22 février à 08:43
    •  
    • @buda

      Vous êtes hors sujet . Que vient faire Marx dans cette « lutte des places » , surtout lorsqu’il s’agit de s’allier au P »s » , ou ce qu’Il en reste , pour renverser le Capital .

      Comme disait Marx, lorsque l’Histoire se répète, la première fois, c’est une tragédie, la seconde une comédie…

      De grâce laissez Marx tranquille, vous lui avez fait assez de mal comme ça !

      Gege Le 22 février à 09:51
    •  
    • Je me permets de vous conseiller la lecture d’un article de l’Humanité. Vous retrouverez ma démarche (et celle de centaines de milliers d’autres membres du pcf) En tapant node/439597 sur Google vous y accéderez. Bonne lecture.

      choucroute Le 22 février à 17:06
  •  
  • Aucun risque de putsch à la FI, l’ordre règne : la soumission à tous les étages.
    Clémentine Autain vient d’en faire l’expérience ( voir article du Monde ). Silence dans les rangs.
    Mélenchon et Hamon en pleine tambouille dans les arrières cuisines de la sociale-démocratie.
    Ajoutons, les tours de passe-passe dans les comptes de campagne de JLM.
    Il paraît que la FI lave plus blanc depuis qu’ils ont lâché le drapeau rouge et la lutte des classes...

    nontron Le 22 février à 09:37
       
    • Le Monde, belle référence pour un révolutionnaire. Pourquoi pas Capital ?

      choucroute Le 22 février à 11:50
    •  
    • @nontron

      Libre a vous de prendre vos informations, déformations dans ce torchon macronien qu’est devenu le Monde , propriété de trois milliardaire français. Vous avez choisi votre camp , quand on reprend à son compte des propos diffamatoires de droite, on rame pour elle . Si P Laurent c’est la lutte des classe , alors W Buffet peut dormir sur ses deux oreilles.

      Pour votre information sachez que la commission a validé les comptes de campagne de la FI, et n’a relevé aucune irrégularité , contrairement aux comptes de F Fillon et de E Macron , mais bien sûr vous ne trouverez pas ça dans cet organe de propagande qu’est devenu le Monde .

      Vous dites n’importe quoi ! Il n’y aura aucun accord au sommet avec B Hamon , car tout comme le PCF , c’ est un européiste béat . Or dans le cadre des traités actuels aucune autre politique que celle de Macron n’est possible. Il ne suffit pas de dire comme Hamon et le PCF , « il faut changer l’Europe » pour que subitement elle change , en politique les miracles ça n’existe pas.

      Quant à C Autain, contrairement à ce que vous affirmez sottement, elle démontre qu’a la FI on est libre de dire ce qu’on veut , d’adhérer ou pas à un parti politique. Toujours pour votre information il y a même des communistes à la FI.

      Dire que la FI a « lâché » la lutte des classes , « lâché » ça ne veut rien dire, mais si votre propos est d’affirmer que la FI ne reconnaît pas l’existence de la lutte des classes , c’est faux , c’est une pure bêtise .

      Répèter sans cesse , en sautant comme un cabri, « la lutte de classe existe ! la lutte de classe existe ! » ne dit pas comment la mener , à cette question la FI répond avec son programme l’Avenir en Commun.

      Gege Le 22 février à 12:04
    •  
    • pour choucroute et gégé :
      parlez-nous un peu des surfacturations de JLM
      JLM : 50 ans de combine

      nontron Le 22 février à 12:53
    •  
    • à Nontron : vous avez sans doute des preuves que n’a pas la commission de validation des comptes de campagne qui après un examen approfondi n’a rien trouvé à redire à ces facturations . Il faut vite, vite communiquer ces preuves à ladite commission et au parquet général pour que des poursuites soient engagées. Sinon......

      choucroute Le 22 février à 13:30
    •  
    • @nontron

       »Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose »
      Caron de Beaumarchais

      Une nouvelle fois vous faites preuve d’une ignorance crasse . Vous inversez les rôles. En effet en droit français :
      « La charge de la preuve est l’obligation faite à une partie au procès de prouver les éléments qu’elle avance à l’appui de ses prétentions. »

      Pas plus que le torchon le monde vous n’avancez la moindre preuve ., des accusations que vous portez gratuitement et lâchement, planqué derrière votre clavier , dont le seul objectif est de salir. La FI et JL M , pas plus que moi , n’avons à nous justifier par rapport à ntous les ragots qui circulent dans la fachosphère .

      Comment faites vous pour vivre avec tant haine ?

      Gege Le 22 février à 13:52
  •  
  • Ce site squatté par des adorateurs du Mélenchonisme ne recueille régulièrement qu’une poignée de désoeuvrés, du rassis à l’acnéique, et c’est bien réconfortant . Aux prochaines élections ce mouvement anti-marxiste s’effondrera comme le soufflet qu’il fut.

    buda Le 22 février à 17:39
       
    • vous prenez vos désirs pour des réalités. La FI est inscrit dans le paysage politique pour un certain temps...Il faut faire avec ou sans.

      Andr.G Le 22 février à 18:32
    •  
    • Quand on lit dans l’ article : Buffet, Piquet robert Hue , un inventaire a la Prévert s impose !

      On pense a cette exposition " Histoire idéale de la mode contemporaine -les années 70 et 80- au musée des Arts Décoratifs" et d épeler.

      Les piles Wonder, la Renault 12 , Marchais , les bonbons créma , le savon persil , l huile Lesieur, la pie qui chante, Lajoinie, le bébé cadum, la bière Valstar , les mobylettes 103 Peugeot, les malabars, Fiterman, les cocotes minutes SEB, la moutarde Olida , le chocolat meunier , les pates milliat frères , Herzog, les gâteaux de l’alsacienne, le café rival , les huiles labo .

      l’avenir radieux en somme .

      buenaventura Le 23 février à 22:22
  •  
  • Le titre de l’article est racoleur…
    Cela m’enrage que le PCF soit réduit à une peau de chagrin. Comme sympathisant et ex membre du PCF . Mais dire comme l’affirment des militants de FI que les cadres du PCF ne sont attachés qu’à sauver leurs places, c’est aller un peu vite … et qu’il y a aussi un engagement , une fidélité à un combat. Comme on le verra à la FI quand elle aura 100 ans d’existence… Sans attendre on peut le constater déjà au PG .
    Il est dommageable de voir que le groupe de FI à l’AN puisse travailler avec les députés communistes et qu’il soit impossible de mener des actions communes avec la FI sur le terrain.
    J’entends bien Jean Luc Mélenchon , son souhait d’absorber les communistes dans la FI , mais ce n’est pas ce que la majorité des communistes souhaitent. Il y a une culture, une histoire, un ancrage (même diminué) un apport original et je ne vois pas au nom de quels oukazes il faudrait qu’ils y renoncent.
    Je pense qu’une des missions politiques de JL Mélenchon est d’écrabouiller le PC , partout où il le pourra, parce qu’il considère que le PCF est un frein . On peut dire qu’il a réussi en partie. L’autre partie est imputable aux communistes eux mêmes, au manque de discernement et à l’amateurisme de sa direction. Malgré tout cela et malgré le désarroi de bon nombre de communistes aujourd’hui, la machine PCF fonctionne encore.
    Mais elle fonctionne à très bas régime. Je me réjouis de l’arrivée de jeunes députés communistes très actifs. On voudrait que cette énergie soit contagieuse et qu’elle ouvre des perspectives. Le PCF n’a pas vocation a être aux marges de la vie politique , il faut qu’il trouve du sens au mot communiste.

    André.G Le 22 février à 20:30
  •  
  • La FI est inscrit dans le paysage politique pour un certain temps....(sic)...................................tant que c’est dans le paysage c’est pas trop grave pour le Kapital , Coca Cola et Carrefour aussi......

    buda Le 22 février à 22:38
       
    • Nous parlons de la vie politique. Quant aux petites affaires du Capital, pour l’instant elles sont menées sans trop de craintes .

      André.G Le 22 février à 23:47
  •  
  • Oui André ! Vous avez raison.

    Je pense qu’une des missions politiques de JL Mélenchon est d’écrabouiller le PC, partout où il le pourra, parce qu’il considère que le PCF est un frein . On peut dire qu’il a réussi en partie.

    Quand Jean Luc Mélenchon a fondé le parti de gauche ; a la suite du courant PRS, nous étions un certains nombre , ex UNEF, ex Ps , EX Fabusien , ex IEP , bref des ex de tous bords et de tout âge a penser que ce serait le troisième coup fatal porté au PCF.

    Ce n était pas le but ! Mais nous y pensions sans même avoir besoin de nous raser, le PCF nous rasait suffisamment comme ça !

    Le premier coup c était 68 ; le deuxième 81 et le troisième ce serait la candidature JLM , après l historique score de marie George Buffet , pas besoin d avoir fait l école de guerre pour deviner que la candidature JLM s imposerait en 2012.

    Il a fallu avaler les couleuvres stalinienne du Front de gauche et supporter les exigences du « grand parti de la classe ouvrière » mais le financement de la campagne, des campagnes, était a ce prix ! Dame ! Nous étions fauchés !

    Jamais nous n’aurions espéré qu’en 2017, le PCF ferait le choix d être absent ! alors JLM a pris la décision de prendre tout le monde de court avec la FI et sa candidature annoncée des 2016 .

    C était la quadrature du cercle pour le PC, soit présenter Laurent, Tartignole ou Chassagne et prendre le risque de faire de la peine a la main nourricière, le PS , avec en prime le risque de frôler les 3% , inaudible et rédhibitoire pour toute négo ultérieure avec d éventuels partenaires En politique, le ridicule tue .

    Laurent n avait ni les épaules, ni d’appuis assez solides a l interne pour gérer une telle crise , il a navigué a vue en jouant sur le vieux reflexe " le parti camarade ! " Ca à marché pour le pire .

    Le choix qui s’est imposé a été de soutenir JLM, (avec a la clef un solide psychodrame qui continue comme on le voit avec la préparation de ce congrès !) Et là Bingo ! Le PCF devenait un ectoplasme politique, invisible des medias et d une génération depuis 2007 ! Absent des écrans radars, vivant sur ses maigres troupes de conseillers municipaux aumônés par un PS bientôt moribond, sans grande ville a gérer, bref en voie de Groupuscularisation.

    Ce congres vient trop tard André, si c’est le choix du repli sur soi , vous serez contraint de vendre la marque PCF aux prochaines élections régionales, bonne chance !

    Soit c’est celui du renoncement a ce que vous etes et vous allez devoir retourner a Canossa avec un PS , mais lequel ? , ou alors avec la FI , mais a la place qui est la votre c’est-à-dire sans préemption ni prépondérance .

    Ce congres va décider de votre avenir et c’est sans compter sur le risque d éclatement interne ou alors vous serez ( êtes ?) condamné , forteresse assiégée oblige ! à garder envers et contre tout un sigle périmé qui n’est plus déjà qu’une coquille vide .

    Le PC n est plus un frein c’est un boulet !

    buenaventura Le 23 février à 18:05
       
    • À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Karl Marx, l’Humanité célèbre une année anniversaire avec la publication du hors-série Marx, le coup de jeune et la co-organisation du Forum Marx à la Bellevilloise.

      « Il y a une guerre des classes, évidemment, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui fait la guerre. Et nous sommes en train de gagner », déclarait le milliardaire américain Warren Buffett en 2005. Il aurait pu préciser, « en équipe » . Une équipe entraînée au grand air sur les hauteurs du Mont-Pèlerin avec Ludwig von Mises, Friedrich Hayek et Milton Friedman comme sélectionneurs en titre, prédicateurs inflexibles de la foi néolibérale. Une équipe ressoudée qui, après trente ans de retraite forcée, teste ses crampons en seconde division dans les années 1970 avant de se hisser en ligue 1 dans les années 1980, pulvérisant coup sur coup une partie de l’État social et de l’appareil productif industriel britannique et états-unien sous la houlette de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan. Malgré les résistances, les temporisations, les buts arrêtés, le jeu de massacre macabre combinant privatisations, démantèlements des services publics, financiarisation de l’économie, irresponsabilité environnementale, remaniement permanent de la division internationale du travail, mise sous contrôle des souverainetés fiscale et monétaire des États, précarisation, chômage de masse, exclusion et accroissement des inégalités à une échelle inédite dans l’histoire se veut toujours « en marche ».

      Parmi les forces de résistance, en défense et en attaque, la pensée de Karl Marx, dont la présence spectrale avait été soulignée, en plein marasme, par Jacques Derrida au début des années 1990. « Pas d’avenir sans Marx ! » avait-il déclaré au cours d’une conférence donnée en 1993 en mémoire du secrétaire général du Parti communiste sud-africain et militant anti-apartheid Chris Hani, assassiné le 10 avril de la même année. « En tout cas d’un certain Marx, de son génie, de l’un au moins de ses esprits. » (1)

      À la suite de la crise économique asiatique déclenchée en 1997 qui, à nouveau, selon l’expression de Marx, fit réapparaître, « même dans les classes sociales régnantes », « le pressentiment que la société actuelle, bien loin d’être un cristal solide, est un organisme susceptible de changement et toujours en voie de transformation » sur la base de ses « contradictions » (2), les « spectres de Marx » se feront tout d’abord entendre dans les années 2000, faisant bouger « l’arrière-cour » latino-américaine placée sous la coupe réglée du FMI, de la Banque mondiale et du Département du Trésor des États-Unis dans les années 1980 et 1990.

      Hugo Chavez, élu président du Venezuela en 1999, proclame le réveil de l’idée de la construction du socialisme pour le XXIe siècle. Dans le sillage du lancement du premier Forum social mondial à Porto Alegre en 2001, les élections de Lula da Silva au Brésil en 2002, de Néstor Kirchner en Argentine en 2003, de Daniel Ortega au Nicaragua et d’Evo Morales en Bolivie en 2006 ou encore de Rafael Correa en Équateur en 2007 sont l’occasion, à des degrés divers, de l’affirmation de l’existence d’alternatives aux politiques néolibérales s’incarnant notamment dans le lancement de l’Alba, en 2004, à La Havane. Un premier retour de Marx teinté des problématiques politiques, économiques et sociales de l’Amérique latine, ainsi que des perspectives de l’altermondialisme.

      Depuis le déclenchement de la crise bancaire et financière de l’automne 2008, qui a mis là l’ingénue Fin de l’histoire, de Francis Fukuyama, sur le banc de touche, la participation de la pensée de Marx à la prise de conscience d’autres voies possibles du progrès social s’est approfondie dans de nombreuses directions théoriques, corrélativement à un renouvellement de sa lecture, de son in­terprétation et de son appropriation.

      L’Humanité, pour les deux cents ans de la naissance du penseur allemand, fait le pari de ce coup de jeune et tire droit dans les filets avec le hors-série Marx, le coup de jeune qui lui est dédié, ainsi qu’avec le Forum Marx, qui lancera, samedi 17 février, à la Bellevilloise à Paris, l’année d’initiatives qu’elle lui consacrera.

      Balle au centre, évidemment, la question du travail, qui fut l’un des objets constants de la recherche de Marx depuis ses articles publiés dans la Gazette rhénane jusqu’au Capital, où sont explicités les mécanismes fondamentaux de son exploitation en régime capitaliste, tandis que le Forum Marx mettra la question des enjeux contemporains du travail en débat avec Frédéric Boccara, Anne Eydoux et Bernard Friot, le promoteur du « salaire à vie ».

      buda Le 24 février à 03:13
    •  
    • Comme je ne suis plus membre du PC depuis 20 ans, il semble que vous vous trompiez d’adresse...Néanmoins vous résumez assez bien l’état d’esprit de certains membres de la FI. Il y a une sorte de jouissance à voir " la bête" "agoniser". Je n’ai pas une mentalité de chasseur.
      Sur certains points je suis d’accord avec vous mais je pense que le PCF a encore un rôle à jouer. Je vois son affaiblissement plutôt comme un recul des forces anti capitalistes . Et comme je ne crois pas à la FI, politiquement et idéologiquement , permettez moi de donner ma confiance encore au PC .
      Un conseil , si le PC est mort ou en instance de, à quoi bon produire ces textes haineux , laissez le mourir tranquillement : vous êtes sans doute contre l’acharnement thérapeutique .N’avez vous pas d’autres chats à fouetter ? Voyez par exemple comment députés communistes et groupe de la FI à l’AN travaillent ensemble contre le rouleau compresseur- Macron...

      André.G Le 24 février à 11:05
    •  
    • @buda. Croyez-vous vraiment qu’il y ait eu à un moment de l’histoire le penseur définitif ?

      Ferréol Le 24 février à 22:19
  •  
  • Ce sera pour lui le fromage si ce n’est pas moi qui suis chef de mon arrière cuisine .................

    Dominique FILIPPI Le 24 février à 09:17
  •  
  • @ André.G
    Aucune jouissance mais de l’amertume de la part de ceux qui comme moi ont laissé une grande partie de leur jeunesse dans cette pitoyable histoire. Quand vous bossez dans le privé, vous vous exposez à de multiples pressions en commençant par le blocage de votre progression professionnelle. Peu importe dans la mesure ou ce que vous faites profite à votre classe. Sans avoir l’âme d’un candidat à la crucifixion le sentiment d’appartenir à une grande histoire vous porte. Mais quand vous constatez la médiocrité de ceux qui sont censés être à la pointe du combat émancipateur et que vous découvrez les minables manœuvres pour se maintenir aux commandes des organisations, vous vous éloignez sans regret car malgré tout votre action militante aura servi à faire avancer le combat. Vous pensez que le pcf à encore un rôle à jouer, ce n’est pas mon analyse car il est incapable de se régénérer. Son déclin continu congrès de rénovation après congrès de refondation en est la démonstration irréfutable. Croyez-vous que les d’jeunes à l’origine de l’offensive contre la pitoyable direction actuelle du parti soient en mesure de redresser la barre ? Ils ne sont d’accord sur rien sauf sur le fait qu’ils veulent prendre la place des autres. Vous verrez dans quelques temps que les militants sincères que les élus dévoués à la cause commune se retrouveront au sein de la FI car à ce jour ce mouvement est le seul en capacité de régénérer le combat contre le capital. J’espère pour ma part qu’il ne tombera pas dans les travers sclérosants des organisations du passé.

    choucroute Le 24 février à 14:40
       
    • C’est sans doute le lot de tout engagement dans une collectivité , on y rencontre de l’ego et des ambitions contrariées ou non. Je ne nie pas les problèmes que vous avez dû subir, cela existe hélas.
      Faut-il en faire une généralité ? Ce qui est sûr et je vous rejoins sans doute c’est qu’il y a au PCF à la direction notamment beaucoup trop de glandeurs , qui constitue une » force d’inaction »( motivation politique , usure, confort , je ne sais) . Et qu’il faut du volontarisme , de l’énergie , des militants décidés pour sortir de cette nasse et insuffler une dynamique . Je ne pense pas que la direction actuelle soit la meilleure pour aborder cela , symboliquement et politiquement ( quoique j’apprécie les dernières interventions de Pierre Laurent dans les médias).
      Le fait que des jeunes aient envie de secouer le cocotier est donc pour moi une bonne chose. Evidemment on peut s’interroger sur ce qui les motive politiquement , ce qu’ils veulent vraiment et leurs chances de succès….Autour de quel projet ? Ce n’est pas une question accessoire...
      Rien est joué, bien sûr le PCF peut s’effacer complètement de la vie politique, (Anicet le Pors dit que c’est déjà une coquille vide), à 3% des voix , le risque est grand. Mais je persiste, l’apport du PCF est utile et nécessaire à la société française, aux forces sociales.

      André.G Le 26 février à 10:55
  •  
  • Merci Buda pour votre long Post sur le Forum Marxiste

    Non pas que le contenu soit passionnant car tout a fait entre nous, tout le monde se fout comme de sa première pétition du Marxisme.

    Comme disent les jeunes des cités, « On s’en B.T L.S C …..S » je sais c’est pas élégant, mais bon c’est le parler peuple.

    Non ce qui est remarquable dans votre production c’est d’avoir réussi a caser dans un texte court, sans aucun rapport avec le sujet : le congrès du PCF, des références qui vous posent un bonhomme.

    Je vous cite : Warren Buffet, Reagan, Derrida, (vous auriez du ajouter Tra la la), Chris Hani, Chavez, Morales, Fukuyama, Boccara (Frida ?) .

    Vous avez un réel talent a assembler des copié collé de site Internet divers et variés, bravo et merci pour cette leçon de maîtrise de la toile Web.

    Qui plus est a 03h03 du matin !

    Nous sommes une sacré bande de désœuvrés ici qui étalons nos avis qui n intéressent personne a part nous, mais a vous tous seul, vous etes une synthèse !

    Plus sérieusement, qui parle encore de Marksime a notre époque ? Et quel rapport avec le congrès du PCF ?

    Vous avez sûrement rempli la salle de 17 février avec ce thème si passionnant le « Forum Marx à la Bellevilloise », merci en tout cas de ne pas vous êtres programmé en même temps que le salon de l’agriculture, vous auriez privé les paysans français des cohortes de parisiens curieux et avide de débattre sur Mark.

    buenaventura Le 24 février à 14:46
  •  
  • Choucroute

    André est un croyant ,c’est respectable, ce qu il prend pour des post " haineux " sont seulement des constats lucides.

    Mais la lucidité et la foi .............

    buenaventura Le 24 février à 14:49
  •  
  • Grand merci à Gégé, Buenaventura et quelques autres ... ils donnent une belle image de la FI !!!!!!!!!!!!!!!!!

    milhac Le 24 février à 17:03
       
    • A Milhac

      Je ne sais pas quelle image « quelques autres et moi-même » nous donnons de la FI, Milhac mais a l évidence vous semblez être un spécialiste en terme d image médiatique.

      Il est vrai qu’en matière d image, le PC et ses zélateurs sévissant sur ce blog, sont des modèles en ce qui concerne ce qu il convient de véhiculer en terme d image pour s’adresser et convaincre le grand public.

      A ce titre les 2,74 % récoltés aux législatives 2017 sont éclairants a bien des égards, les masses laborieuses n ont pas été totalement sensibles a vos critiques envers la FI mais l’amorce de la « remontée » dans les sondage est bien présente : 1,92 a 2,74 en 10 ans a peine, voila qui est significatif d’une communication maîtrisée.

      « Vous et d’autres » sur ce blog, ne veulent pas admettre que le « marxisme » dont Buda se gargarise avec ses copiés- collés pompeux, fumeux et décalés ne sont pas la préoccupation première des électeurs.

      « Vous et d’autres » pensez que tout passera dans le futur par un renouveau des thèses marxistes, et évidement par la lutte des classes et le PCF, vous avez le droit de le penser, mais « quelques autres et moi-même » n’en sommes absolument pas convaincus et nous pouvons le dire n’est pas ? Désolé mais la Pravda et les yzestias c’est fini depuis 1989.

      La FI que vous le vouliez ou non avec son porte parole JLM, ont ouvert une voie nouvelle depuis 2008 a gauche et désolée de vous le dire, mais vous etes devenus seulement des « compagnons de route » sans préemption ni prépondérance.

      Vous aviez l habitude dans les années 70 de satelliser les autres, depuis 1981 et encore plus en 2018, vous n êtes plus en mesure de faire marcher au pas de l’oie de l’armée rouge, les autres formations politiques a gauche.

      Le parti socialiste vous l’a d’ailleurs rappelé a maintes reprises en vous accordant des strapontins ici et en présentant la bas des candidats dans vos « fiefs ».

      La FI est son « leader » vous insupporte, sa façon de ne pas vouloir d’accord au sommet aussi ? Mais quel sommet avez-vous encore la prétention d’incarner ? Un sommet a 2,74 % ?

      Merci a vous Milhac de donner l image ici de votre lucidité politique .

      buenaventura Le 25 février à 14:45
  •  
  • @buda. Croyez-vous vraiment qu’il y ait eu à un moment de l’histoire le penseur définitif ?
    Ferréol ..............................................................................................................................................................................

    Il s’agit de savoir que Marx et Engels ont dégagé de la gangue des philosophies Idéalistes qui fossilisaient la pensée et des doctrines économiques qui justifiaient la nécessité de l’exploitation de l’Homme par l’Homme , en créant deux outils de compréhension des sociétés tant sur le plan historique que dans leur fonctionnement social , à savoir le matérialisme Dialectique et le matérialisme Historique . Quant au Capital , toute son analyse sert de boussole et de gouvernail pour mener à bon port toute révolution concrète.

    buda Le 25 février à 08:17
  •  
  • Vous vous écoutez écrire Buda !

    Essayez de vendre le retour du marxisme a la sortie des facs ou des universités !

    Remarquez que faire çà ou du macramé, de la pate a sel , ou la collection de timbres ca occupe bien non ?

    buenaventura Le 25 février à 12:13
  •  
  • Que deviendra Fi lorsque son gourou,JLM,moura ?

    Maurice Le 25 février à 16:44
       
    • Et bien la FI disparaitra peut être et alors ? ou se transformera en autre chose , c’est cela qui vous inquiète Maurice ?

      Un mouvement ou un Parti ne sont pas une fin en soi , sauf pour le vous et le PCF .

      Et c’est bien la que se situe votre problème , vous êtes comme LO , le parti pour seul but

      buenaventura Le 25 février à 21:12
  •  
  • @buenaventura
    Je ne vous reprocherai pas de n’être pas marxiste , je pense que vous vous exprimez librement sur ce site comme d’autres peuvent le faire.
    La FI a su incarné un vote protestataire. Elle a bénéficié du vote utile à gauche . Elle a mobilisé autour de son programme mais son résultat aux législatives a été nettement inférieur au score présidentiel de Jean Luc Mélenchon . Les récentes élections montrent, avec une forte abstention qu’il n’y a pas rejet de la politique de la politique de droite et qu’il n’y a pour l’instant aucun bénéfice pour la FI . Donc vraie question.
    Il est certain que le PCF a fait le plus mauvais score de son existence dans le cadre d’ élections législatives. ( vous mélangez des chiffres) Cela aussi s’est joué dans la dernière ligne droite. Le résultat est là, de toutes façons , incontestable. La FI est désormais dominante à gauche ( à gauche, pour faire court) Mais vous reprochez au PC d’avoir été dominateur ( ce que le PC a reproché au PS pendant longtemps) pour, vous, reproduire le schéma que vos dénoncez … Mais cela s’appelle, entre formations politiques, simplement, un rapport de force . Alors donc avec ses 11% que fait la FI ? Une alliance (choisissez le terme que vous voulez) avec Maurel ? Avec Hamon ? Rien avec le PCF qui est le seul à avoir soutenu ( je vous l’accorde tardivement et aux forceps) JLM ? Donc, arrêtez cette pièce de théâtre surjouée par France Insoumise . C’est une vengeance ? Un ressort anticommuniste ? Vous dîtes « pas d’accord au sommet « il semble qu’à la base non plus …Drôles de » compagnons de route » qu’on ne rencontre jamais … Nous sommes donc dans une impasse.

    André.G Le 25 février à 21:51
  •  
  • André merci pour votre post qui est mesuré.

    Vous avez raison sur un point, il serait assez paradoxal que la FI reproduise des comportements hégémoniques qu elle a dénoncés concernant les attitudes passé du PS et du PCF.

    Je vous accorde également que non pas un anti communiste de principe mais disons plutôt une méfiance vis a vis de l’appareil "PC/Fabien "anime transgénérationnelement les membres de la FI .

    Cependant et (c’est selon moi)à la raison principale des divergences qui empoisonnent ici et ailleurs les relations FI/PCF : Nous ne sommes pas un parti mais un mouvement et nous avons tourné le dos a la politique des accords au sommet .de parti. d intérêts électoraux.

    Nous nous définissons en AG sur la base du programme de la FI qui est en perpétuelle mutation .

    Nous avons placé l écologie au cœur de notre réflexion, tourné définitivement le dos au nucléaire qui plus est.

    La réflexion de la FI porte sur : L’écologie, l’obsolescence programmée, l’alimentation, le vivre ensemble, la croissance, décroissance, les modes de déplacement doux , l’urbanisme, la gentrification, les études, débouchés, salaires, discrimination, égalité hommes femmes, la fin de vie décente.

    Et cela ne passe pas forcément ni par un marxisme catéchisé ni par la lutte des classes sublimée, nous sommes ouvert a tous et a toute sans forcement demander une certificat de " révolutionnaire" ni une appellation d ouvriérisme contrôlée.

    Déjà le PCF n’a pas voulu l’admettre pour les régionales, ni pour les législatives et cela continue avec ces demandes incessantes d’accords et autres alliances locales ou pas.

    Tant que vous n’admettrez pas que "the times their are changing" nous ne pourrons rien construire ensemble de pérenne.

    buenaventura Le 26 février à 09:45
  •  
  • Je sais tout cela, j’ai suivi sur you tube , un certain nombre de meetings, rencontres, interventions mais je ne connaissais pas ce qui pourrait être pour qualifier le PCF : "un ennemi de route" ...
    Car quand je parle de rencontres je ne parle pas d’alliance je parle d’actions communes comme ce qui se passe à l’Assemblée Nationale. Mais de cela FI ne veut même pas. Elle parle de possibles convergences ,d’actions avec Maurel les nationaux corses ( vous avez décidé de cela en assemblée ?) mais refuse toute idée de rencontre avec la direction "pestiférée" du PCF...

    Vous me confortez dans l’idée qu’il faut absolument que le PCF continue à exister. Que sous un vocable parfois tonitruant la FI l’offre politique que vous me donnez à lire ressemble à ce que pouvait proposer les écolos il y a 20 ans. Ce n’est pas de ma part une critique négative mais la vision proposée est assez restrictive...
    La vie politique Française est pluraliste. La FI y prend part . Le PCF doit y prendre part avec ses idées propres. Il y a des convergences notables avec la FI c’est fort dommage que l’on ne trouve pas des points, des moyens d’entente pour dépasser la situation actuelle propres à dynamiser le mouvement social. Au lieu de cela un exercice de haine, un climat de guerre fratricide , de mépris souverain de la part de Jean Luc Mélenchon, qui figent la situation à la gauche de la gauche.
    La seule proposition que vous semblez faire , comme le répète à l’envi depuis un certain temps porte paroles et militants de la FI c’est d’adhérer à la charte des Insoumis...

    André.G Le 26 février à 11:58
  •  
  • Abonné canal historique de Regards, cela fait des mois que je n’avais pas "visité", les réactions. Aujourd’ hui, je fais le constat que rien n’a vraiment changé. On se gargarise, on s’invective, on se dispute, on s’étrille...et, pendant ce temps là, toujours le même président. En ce qui concerne Marx et Engels, selon toute vraisemblance, il seront encore étudiés dans toutes les universités de la planète, pendant très longtemps. Ils ont été des "créateurs" philosophiques au sens noble de création...Macron ( ou un acolyte), et surtout le CAC 40 peuvent dormir tranquille, les chaînes sont solides.

    luma Le 27 février à 07:05
       
    • Ici on s’écharpe et ailleurs on agit.

      choucroute Le 27 février à 22:49
  •  
  • @ choucroute. " ici on s’écharpe ( c’est hélas vrai), ailleurs on agit ( j’en doute). Les appels à la mobilisation de masse et à l’action, qu’ils soient d’origine syndicale ou politique, n’ont pas été des réussites dans la dernière période. Nouvel épisode, dans quelques jours avec les cheminots. Pourquoi ? Le poison mortel de la division continue d’agir sournoisement , et les sorciers éduqués ou non aux thèses léninistes, bolcheviques, trotskistes ou nihilistes n’ont pas renoncé à leurs funestes méthodes.

    L’antidote à ce poison reste le rassemblement et l’union. Mais comme disait Étienne Fajon " l’union est un combat". A condition de le mener. Pour autant, faudrait il renoncer ? Pour faire " taboula rasa ", le centenaire slogan "Prolétaires de tous les pays, unissez vous" reste d’actualité. A le relire et à le méditer mot pour mot, il respire la bienveillance et la justesse politique. Chiche !

    luma Le 28 février à 05:50
  •  
  • Ce qui est reproché aux membres du PCF,apparemment avec un acharnement teigneux,c’est que ceux qui y adhèrent comme moi,tiennent des propos digne du (petit) jésus(en culotte de velours)...
    A Fi, JLM,préfère ignoré cela.
    Quant aux commentateurs trolls,de ce blog,ils utilisent un réthorique pleine de ruses sataniques,non ?

    Maurice Le 1er mars à 21:11
  •  
  • Jamais , je ne rejoindrai pas la Fi, pour ne pas pédaler dans la choucroute. Pour la Fi est un Ps bis. Mélenchon a dit qu’il voulait remplacer le Ps. Je me lutte pour des idées, pour une alternative au capitalisme. Beaucoup d’idées de la Fi accompagnent le monde capitalisme, comment parler de salaire net plutot que salaire brut ?
    Si le pcf disparait , je n’irai pas à la Fi.

    cerise rouge Le 18 mars à 22:55
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.