CC gérard
Accueil | Par Loïc Le Clerc | 4 décembre 2018

Piscine, vaisselle et salle des fêtes : en six mois, les Macron ont dépensé plus d’un million d’euros

Difficile d’être le "Président des riches" sans sortir le chéquier à tout bout de champ. Entre plaisir égoïste et prestige de la France, Emmanuel et Brigitte Macron ne sont jamais à court d’idées quand il s’agit de dépenser.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vous vous souvenez du coup de la vaisselle de l’Elysée ?

En juin dernier, Le Canard enchaîné dévoilait que le "Palais" avait passé commande à la manufacture de Sèvres : 1200 pièces de vaisselle pour la coquette somme de 500.000 euros. Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement – qui n’est donc pas du tout porte-parole de la présidence – justifiait alors cette dépense en ces termes :

« Le président de la République procède à une commande publique qui permet de recevoir à la hauteur des personnalités qui défilent à l’Elysée […] Une commande a été faite pour changer le service dans sa totalité, cela n’avait pas été fait depuis le président René Coty. »

Fake news !, comme dirait un célèbre animateur de téléréalité américain, car Jacques Chirac avait déjà procédé au remplacement de la faïence élyséenne.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Plus d’inégalités et moins d’écologie : Macron garde le cap

 

Vous vous souvenez du coup de la piscine du fort de Brégançon ?

Fin juin dernier, le couple présidentiel préférant l’eau chlorée au sel de mer, l’Elysée a déboursé 34.000 euros pour faire installer une piscine dans son refuge estival. Tout ça pour qu’Emmanuel Macron sorte à un badaud quelques semaines plus tard : « Je n’aime pas les piscines, je préfère mille fois la mer ». Le mépris, définition.

Macron, réfection !

Et depuis ? Eh bien, le 23 novembre dernier, Emmanuel Macron a décidé de faire quelques réfections dans la salle des fêtes de l’Elysée, mais aussi dans le jardin d’hiver et le salon Napoléon III. Coût des travaux : 500.000 euros. Une bagatelle quand on s’appelle France ! À Libération, l’Elysée justifie ces dépenses :

« C’était difficile de prendre la décision de fermer pendant un mois cette salle, de ne pas pouvoir l’utiliser, mais les travaux étaient absolument nécessaires. Le président a pris cette responsabilité. Ce qui aujourd’hui coûte plusieurs centaines de milliers d’euros aurait coûté demain le double. »

Précision importante faite par Le Figaro : « La nouveauté décorative sera de taille : rideaux et moquette version 2019 puiseront dans des teintes gris et beige nettement plus contemporaines et, surtout, plus lumineuses ». Au journal Le Monde, c’est Brigitte Macron qui y va de son commentaire : « On va alléger, épurer. Il faut que la lumière entre. »

Nous, on ne résiste pas à l’idée de ressortir des fagots cette citation d’Emmanuel Macron himself :

« On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux et les gens ne s’en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. »

Surtout n’y voyez aucun rapport avec les gilets jaunes.

 

Loïc Le Clerc

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. »

    Ben ouais hein !... Pour les "libéraux", la liberté, ...ce n’est que la liberté de la chute !...

    Mais pourtant ce sont les "rien", qui se relèvent, et qui désormais : ...seront partout ! ...Et qui travailleront à remédier aux effondrements de "l’état social" !...

    Aubert Sikirdji Le 4 décembre à 16:36
  •  
  • Et si les Présidents de Région en se basant sur les prix du marché de leur métropole pour sortir le revenu minimum de base garanti,(RMBG) calculé sur 4 critères : 25% le prix d’u logement de célibataire, ch. et chauffage inclus ; 25% pour l’alimentation , l’habillement, et les transport du travail ; 25% pour les investissements personnels, et les loisirs ; 25% pour les impôts prélevés directement sur le versement.
    L’ensemble des impôts des Citoyens Français sera prélevé de 25% sur les montants des paiements aux fournisseurs ; ce là évite les déclarations.
    Le RMBG., remplace le SMIC ; et sera le salaire d’embauche net., le revenu d’attente d’un emploi, géré par les partenaires sociaux ; la pension de retraite de base : l’allocation des Etudiants ne vivant pls chez les Parents : le revenu du Parent ne travaillant pas pour élever son es enfants.

    joury jean claude Le 7 décembre à 13:01
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.