CC Jean Christophe Lagarde, Joseph Goebbels
Accueil | Tribune par Thomas Portes | 17 février 2020

TRIBUNE. Après avoir cité Joseph Goebbels, Jean-Christophe Lagarde doit partir !

Après la publication dans Le Point d’un dossier consacré au communautarisme illustré par sa photographie, le député UDI Jean-Christophe Lagarde a publié un communiqué dans lequel il cite explicitement le ministre nazi Joseph Goebbels. Thomas Portes, syndicaliste et auteur de Au coeur de la haine, demande sa démission.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Alors que les yeux sont rivés sur l’« affaire » Benjamin Griveaux, un autre fait politique majeur est totalement passé sous silence. Jeudi 13 février, il est très exactement 9h02 quand Jean-Christophe Lagarde, député UDI de Seine-Saint-Denis, publie un communiqué de presse pour répondre aux accusations du journal Le Point. Jusque-là, rien de surprenant. La conclusion, elle, sera glaçante : « Plus le mensonge est gros, plus il passe ». Ces mots sont ceux de Joseph Goebbels, ministre de la propagande d’Adolf Hitler. Pour être sûr de bien se faire comprendre, Monsieur Lagarde a clairement précisé dans son communiqué le nom de l’auteur de cette citation. Surréaliste.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Faut-il capituler devant Marine Le Pen ?

 

Comment peut-on accepter qu’un député de la Nation cite Joseph Goebbels, un fanatique nazi, ardent défenseur de la violence physique, organisateur du boycott général des magasins juifs le 1er avril 1933 et qui dira, le 10 novembre 1938, lors de la Nuit de Cristal « des vitres volent en éclats. Bravo, bravo ! Dans toutes les grandes villes, les synagogues brûlent » ?

Cette nouvelle sortie gravissime s’inscrit dans un contexte politique particulièrement nauséabond. Après avoir tenté de réhabiliter le Maréchal Pétain en début de quinquennat, Emmanuel Macron a accordé le 25 septembre dernier, un entretien exclusif au média d’extrême droite Valeurs Actuelles – une première pour un président de la République en exercice. Le timing de cette interview, quelques jours après l’attentat de Bayonne, ne doit rien au hasard : il relève d’une stratégie politique extrêmement dangereuse qui vise à faire monter l’extrême droite pour se présenter comme son seul rempart.

Sa nouvelle récidive (il a cité Charles Maurras devant les députés LREM il y a quelques jours) doit nous interroger collectivement sur cette banalisation de l’extrême droite. Très peu de responsables politiques, associatifs ou syndicaux, et je le regrette, ont réagi aux propos de Jean-Christophe Lagarde. Cela en dit long sur l’état des forces progressistes.

La bataille idéologique doit être menée avec courage et détermination. Accepter qu’un élu de la République française cite Joseph Goebbels serait un immense renoncement, et marquerait un point de non-retour. À quand la citation d’Hitler ou de Mussolini ?

Notre responsabilité collective est engagée. Nous ne pouvons nous taire. Ne rien dire, c’est cautionner. Ne laissons jamais de tels propos passer sous silence. Non, citer un ministre nazi, comme réhabiliter un Maréchal qui a collaboré, n’est pas acceptable. Personne ne peut représenter la France, les Françaises et les Français, avec de tels propos. Aujourd’hui, Jean-Christophe Lagarde doit démissionner.

 

Thomas Portes

Thomas Portes a lancé une pétition pour demander la démission de Jean-Christophe Lagarde. Pour la signer à votre tour, cliquez ici.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • je suis en train de regretter d avoir signer, cette phrase de gob machin , est connu depuis des dizaines d annees,et jamais je n avais lu que l employer correspondait à un engagement dans la waffen ss, au contraire, à l epoque c etait pour montrer l influence nefaste du maitre de la propagande

    roux Le 19 février à 10:11
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.