photo cc Jean-Louis Zimmermann
Accueil > Politique | Par Roger Martelli | 16 décembre 2015

Élus régionaux : un plus bas historique pour la gauche

La gauche a perdu la moitié de ses sièges de 2010, le Front de gauche deux tiers. Le PCF est absent de sept assemblées quand le FN est présent dans toutes… Les élus régionaux, par formation et par région : récapitulatif.

Vos réactions (9)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le tableau présenté ici (cliquez pour ouvrir l’image) résume l’évolution du nombre d’élus régionaux dans la France métropolitaine.

La gauche est à son niveau le plus bas depuis que les élus régionaux sont issus du suffrage universel. Elle a perdu un peu plus la moitié des sièges acquis en 2010. Ce recul est plus sensible pour le Front de gauche, qui perd les deux tiers de ses sièges, et pour les Verts qui en perdent les trois quarts. Après leur moisson exceptionnelle de 2010, les Verts sont ramenés à leur niveau plus modeste de 1998.

Le PCF est en décrue sensible. En 1998, il avait pour la première fois fait le choix d’aller à la bataille électorale sur des listes de "gauche plurielle". Cela lui avait alors valu une poussée sensible du nombre de ses conseillers régionaux (152) confirmée en 2004 (183). Avec 29 conseillers régionaux, le PCF est donc à moins d’un cinquième de son score de 1986. Il est désormais exclu de sept assemblées régionales, alors qu’il était présent partout en 1986.

La droite, quant à elle, enregistre le nombre le plus élevé de conseillers élus depuis 1986 (1.148 contre 946). La droite parlementaire s’approche de son meilleur score, celui de 1986 (790 contre 807). Mais c’est bien sûr le FN qui engrange le succès le plus éclatant. Il fait plus que tripler le nombre de ses conseillers régionaux et s’installe pour la première fois dans tous les parlements régionaux.

Portfolio

Vos réactions (9)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • En Midi Pyrénées Languedoc Roussillon,EELV a réussit à s’accaparer les voix du pcf .
    Au lieu de préserver ses intérêts,le pcf ,sous la houlette de dirigeants nationaux a préféré livré son potentiel à Onesta et quelques uns de ses ’amis’,pour certains même pas membre d’eelv.
    Copinage et népotisme ont permis à cette ’bande’ de s’accaparer des dizaines de sièges.
    C’est le retour des magouilles,tripatouillages et népotisme,sous couvert d’un ’Nouveau monde’...

    bertrand Le 16 décembre 2015 à 08:45
       
    • je ne comprends pas ce message haineux et méprisant :

      Si le tableau est juste, en LRMP, le PC passe de 4 à 7 (+3), les verts de 15 à 12 (-3) Qui est gagnant avec une liste rassemblant FdG et EELV ? qui est la seule à dépasser 10%. D’autant que la Région reste à "gauche"

      Par contre, en AURA, où le PC et EELV ont tout fait pour rendre ce rassemblement impossible, le PC passe de 12 à 7 (-5) et EELV de 44 à 4 ! Là c’est sûr, tout le monde est perdant, sauf la droite extrème (Wauquiez) qui emporte la Région

      D Mino Le 16 décembre 2015 à 10:57
  •  
  • La ligne Laurent/Chassaigne porte tous ses fruits.

    Vassivière Le 16 décembre 2015 à 09:25
       
    • Une petite précision pour la region rhones alpes EELV+ PG+ ensemble + nouvelle donne = (Rassemblement ) 6,9 % . PCF + Société civile ? = 5,39 %. Donc c’est 12,25 % si il y avais eu unité. Donc possibilité de maintien de la liste au second tour . Mais le pc apres avoir jouer la montre comme dab a decidé de partir seul et de faire alliance des le second tour avec le PS.
      Résultat final 3 elus PG et 7 pcf au lieu de 44 sortants EELV et 13 PCF.
      Comme on le voit bien la désunion paie ! ca va etre dur de garder les permanences et le confort des partis "implantés"
      Continuons a etre satellisé dans des myriades de groupuscules nous finirons comme le POI ou le NPA.
      la ligne Laurent ? oui elle semble efficace en effet , voir toutes les regions de France ou le PCF va disparaitre .
      Le PS avec des Le drian et des bartolone va finir le travail de démolition commencé par Mitterand , vous aurez beau tendre la sébille à élus , je doute que le tamdem Vals/macron vous en accorde beaucoup.
      Pour reconstruire, toute la gauche antilibérale va etre condamnée a mettre en place des assises et a s auto dissoudre pour créer un grand movement avec adhésions directes sans courant , ni direction , un rasemblement.
      Sinon comme de partout en europe, la gauche critique disparaitra.

      buenaventura Le 16 décembre 2015 à 14:35
  •  
  • A noter l’erreur concernant les élus de la région Bretagne dans le tableau, par ailleurs très complet. En effet il y a en Bretagne zéro élu FdG dont zéro élu PCF. Je prends pour critère les tableaux de l’Association nationale des élus communistes et républicains, ainsi que les documents de "Communistes", bulletin de liaison national des membres du PCF. Il reste évidemment les deux sortants membres du PCF qui se sont portés sur la liste Le Drian à titre personnel, contre l’avis des 85% des membres du PCF des quatre départements qui se sont exprimés par vote interne. Je sais que les structures partidaires n’ont pas le vent en poupe actuellement, en particulier auprès de beaucoup d’abstentionnistes, mais les partis politiques et la structure Front de Gauche existent encore et gardent un sens.

    François Châtelet Le 19 décembre 2015 à 20:42
       
    • les gens qui se prononcent contre les "structures partidaires" ne sont pas tous absentionistes mais ils vont le devenir.
      Le PCF va bientot feter son centenaire, ce serait en effet ballot de se priver de cette belle fete de la nostalgie populaire et qui va permettre de tirer uun bilan globalement positif de son action.
      Pendant ce temps en espagne, en gréce, au portugal des trentrenaires renversent la table et les pronostics.
      AH oui pardon , mais ils ne sont pas organisés en parti, section, cellule, comité , comme ils ont raisons !

      buenaventura Le 21 décembre 2015 à 16:15
  •  
  • AURA
    Ayant participé aux discussions , je ne peux qu’affirmer que l’analyse de Buenavenutura est une caricature mensongère ( pour quels motifs ?) . Transportés par des sondages donnant la liste EELV , PG et autres à plus de 17% et une liste PCF à 2% dés 2014 il y avait la volonté de reproduire Grenoble et d’écarter le PCF ou de le réduire à pas grand chose , après vint le temps des prétextes ( non cumul des mandats etc ) .
    Quand à la perte d’élus , le mécanisme électoral avec sa prime au vainqueur , elle était inéluctable avec la victoire de LW .
    Mille fois oui au débat sans tabou mais de grâce un peu de rigueur factuelle et intellectuelle .

    M.Valentin Le 19 janvier à 16:34
       
    • Si visiblement on veut construire sans les communistes que les choses soient dites clairement ! Un peu de courage !

      M.Valentin Le 19 janvier à 16:38
  •  
  • Ce qu il faut dénoncer en priorité,c est un mode de scrutin,avec un semblant ridicule de proportionnelle,au mieux.
    Le seul vrai mode démocratique de scrutin,c est la proportionnelle intégrale à un seul tour,ça éviterait les engueulades d entre deux tours !
    Mais tout le monde,même dans la seule vraie gauche,semble se résigner à l injustice.
    Il faudrait une vaste campagne de signatures papier et internet,pour secouer un peu les élu(e)s à ce sujet.C est jouable,malgré l opposition du PS et de la Droite parlementaire.
    Mais,il faudrait s y mettre vite,on a à peine plus d un an avant les législatives !!Et qu on ne ressorte pas l argument usé"ça favoriserait le FN",ce n est pas en refusant une juste représentation de tous les partis qu on combat le FN !!

    HLB Le 19 janvier à 19:25
  •