Accueil > Société | Par Roger Martelli | 8 janvier 2015

Face à l’horreur, ni la peur ni la haine

Roger Martelli a participé hier soir à la veillée organisée par Mediapart, réunissant de nombreux invités représentant des médias eux-mêmes très divers. Voici, à l’écrit, la teneur des propos qu’il y a tenus.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Il est difficile de parler ou d’écrire quand, devant l’indicible, il ne devrait y avoir que le silence ou le cri. Et pourtant il faut parler, parce que parler c’est être libre. Or, en attaquant sauvagement et froidement un journal, satirique de surcroit, le fanatisme au front bas a montré une fois de plus qu’il n’a pas de pire ennemi que la liberté, de penser, de croire comme de ne pas croire et même d’en rire, d’être ce que l’on veut être et pas ce que l’on vous assigne d’être. Et si la liberté est sa hantise, c’est par la liberté, et surtout pas en la restreignant, qu’on finira par désarmer son bras.

Dans l’immédiat, nous n’avons que l’affliction, le recueillement, la solidarité totale avec celles et ceux qui ont perdu la vie, avec leurs proches, avec celles et ceux qui ont été terrorisés et meurtris. Mais nous aurons très vite le devoir d’aller au-delà. Nous vivons dans un monde fragile, heurté, instable, où la violence affleure en permanence. Guerres classiques, guerres civiles, guerres ethniques, guerre des civilisations nous répète-t-on même à l’envi. On veut nous habituer à un état de guerre permanent, où la menace est partout, où l’état d’exception est la règle, où les communautés s’enferment quand elles ne s’affrontent pas. La peur devrait être notre horizon, la peur de ne plus être chez soi, la peur de devenir minoritaire, la peur de perdre son identité. Or quand la peur domine, elle suscite l’angoisse, elle attise le ressentiment, elle fait flamber la violence, toutes les violences.

La meilleure façon de combattre les fanatismes est de commencer par ne pas attiser les haines. Il ne faut pas accepter cette idée que la guerre civile est à nos portes, que la société doit se recroqueviller, se calfeutrer, se défendre contre tout et n’importe quoi. Rien ne peut et ne pourra jamais justifier la barbarie. Mais veillons à ce que rien ni personne ne puisse, au nom de la possible barbarie, pousser au repliement, à la protection, à la peur de l’autre, au confort des identités. Veillons à ce que la peur ne nous submerge pas.

On nous dit que la question de l’identité est désormais la clé de voute de toute société politique. Il ne peut en être ainsi. Ce qui doit être notre horizon, c’est l’égalité, accouplée à la liberté et soutenue par la solidarité. Le problème de notre société n’est pas que les identités se perdent mais que les inégalités se creusent et que les discriminations prospèrent. Si nous lâchons pied sur cette question, alors les fanatismes de tous poils auront la vie belle. Alors, ce ne seront pas "des" civilisations qui seront en péril : ce sera "la" civilisation, c’est-à-dire, tout simplement, notre commune humanité.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Avant tout ,je rends un hommage que je sais partagé sur ce blog,aux assassinés du siège de Charlie Hebdo.Ce sont les ’étoiles’ athées de notre firmament français où notre jeunesse fut vécue.Ni haine,ni Oubli,ni Amalgame.Contre cette islamofolie,seule la rationnalité est efficace sur le long terme.Pour l’anecdote,cela faisait des heures que j’étais sonné par cette ’nouvelle Saint Barthélémy’,ce n’est qu’en prenant mon clavier rationaliste que le moral est revenu.
    Le terme d’islamophobie n’est pas condamnable.
    Il apparait nettement que chacun est libre d’être phobique vis à vis de l’Islam.
    D’ailleurs l’islamophobie est bien évidemment le meilleur garde-fou contre l’islamofolie ! Qui aime bien ,chatie bien.De plus en ces temps de violence,la rationalité est bénéfique.
    La rationalité triomphera !
    Merci à elle !
    C’est la règle contraignante de la langue française.
    Vous gardez cependant,ce terme d’islamophobie pourtant mal choisi.
    Votre sensibilité islamophile palpite au travers de vos écrits.
    Merci de continuer ainsi,SVP ! Les rationalistes feront leur choix.
    Votre style est unique et remarquable mais limpide à l’épreuve du temps.
    Voilà,cétait pas facile à exprimer( pour vous aussi) comme pour moi.
    Continuez,donc mais avec rationalité,svp !
    Oui,vous m’avez permis de comprendre que je suis islamophobe.Cela est légal,sain et tout à fait progressiste.
    L’islamophobie non-violente est le meilleur rempart contre l’islamofolie.
    Salutations rationalistes et à la santé du Monde athée !

    mohamed Le 8 janvier 2015 à 06:38
  •