Accueil > Politique | Par Roger Martelli | 2 mai 2017

Lettre à mes amis de la France insoumise

Les militants de la France insoumise se sont prononcés aux deux tiers en faveur de l’abstention ou du vote blanc au second tour. Un choix qui se veut simplement indicatif, discuté ici par Roger Martelli.

Vos réactions (72)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Certains d’entre vous savent que mon engagement aux côtés de Jean-Luc Mélenchon est tout aussi dénué de complaisance qu’il est amical, solide et ancien. J’ai apprécié la vigueur et la fraîcheur de votre combat depuis plus d’un an. J’ai noté que celui que l’on accuse si souvent de césarisme vous a laissés, librement, exprimer votre opinion. Vous avez été très nombreux à le faire et votre avis n’est pas pour moi insignifiant. Deux tiers d’entre vous se sont portés vers l’option d’une abstention ou d’un vote blanc. Je tiens à vous dire, très fraternellement, pourquoi un choix en ce sens ne peut pas être le mien.

Ce qui nourrit le FN

La gauche est écartée du second tour. La faute en incombe à ceux qui l’ont épuisée, par des décennies de renoncements. Une confrontation Fillon-Mélenchon aurait mis face à face les adversaires de l’égalité et ses partisans. Le premier tour nous condamne à trancher entre un champion de la finance et une reine de l’exclusion.

Comment, dans ces conditions, ne pas être tenté par le refus d’un tel choix ? Nous savons ce qui nourrit depuis plus de trente ans la montée du Front national : d’abord le fait que les catégories populaires ont le sentiment qu’elles ont été abandonnées par ceux-là mêmes qui, en théorie, auraient dû les défendre et les soutenir. Ce n’est pas un hasard si, depuis les années 1980, les plus fortes poussées du Front national ont eu lieu alors que la gauche gouvernait.

Macron continuera sans broncher dans le sens des normes libérales. Il pouvait faire un signe aux centaines de milliers de ceux qui se sont opposés à la loi Travail du printemps dernier. Il leur a sèchement signifié une fin de non-recevoir. Il laissera donc se creuser les inégalités, se réduire les protections, s’accroître la précarité des statuts. Ce faisant, il attisera les colères et nourrira les ressentiments qui, à coup sûr, créeront la possibilité d’une poussée décisive des options frontistes. Voter Macron, ce n’est donc en aucun cas écarter durablement Marine Le Pen des chemins du pouvoir. Si, une fois élu, nous le laissions faire, nous verrions à coup sûr tomber les dernières digues qui empêchent encore l’extrême droite de s’imposer.

Mais la victoire immédiate du FN aurait bien d’autres conséquences. Malgré ses belles paroles, elle n’ouvrirait pas vers une politique sociale. Marine Le Pen critique l’Union européenne et l’euro. Où a-t-on vu qu’elle le fait parce que le cadre européen actuel n’est utilisé que pour pérenniser les règles de l’accumulation financière, c’est-à-dire la logique "pure" du bon vieux capitalisme ? Est-ce au nom de l’égalité qu’elle se dresse contre ce qu’elle appelle pudiquement le "système" ? Non : elle le fait au nom de l’exclusion. L’Europe est condamnable parce qu’elle ne pratique pas la préférence nationale.

L’ordre fondé sur l’exclusion

Macron veut poursuivre dans le sens, suggéré depuis longtemps, de la concurrence et de la gouvernance. Le Pen ne luttera pas en pratique contre ces deux pivots du désordre actuel. Elle y ajoutera un recul sans précédent de la norme démocratique. Elle prétend rassembler le peuple contre les élites ; en réalité, elle divisera le peuple un peu plus. On commencera par écarter les Roms, les errants, les migrants, les minorités de tout type. Peu à peu, on installera l’idée que seuls les "bons" Français peuvent partager la table "France". Les bons : ceux qui sont respectueux de l’ordre et de la bienséance, des racines occidentales et de la hiérarchie naturelle.

On peut à juste titre penser que Macron s’en tiendra à une démocratie rabougrie, où s’imposera le choix seul des "compétents", technocrates de toutes obédiences et de toutes nationalités. Le Pen, elle, inaugurera peu à peu une ère où l’ordre fondé sur l’exclusion permettra de se passer purement et simplement de la démocratie, quelles qu’en soient les limites imposées par sa forme "bourgeoise".

Or cette démocratie réduite n’a jamais empêché que s’enfle la lutte sociale. La République, même mutilée, a été le régime où pouvait, avec le plus de liberté, se déployer l’espérance dans des lendemains qui chantent. Macron, quelle que soit l’ampleur de son score au second tour, aura contre lui un mouvement populaire d’autant plus fort que, pour la première fois depuis près d’un demi-siècle, une gauche bien à gauche aura frôlé la barre des 20%. Mais dans quel pays régi par une droite extrême a-t-on vu s’étendre la lutte et le combat libre pour la "Sociale" ?

Il nous sera plus facile de poursuivre notre combat dans un quinquennat macronien que dans un quinquennat frontiste. Une victoire d’Emmanuel Macron ne devrait pas produire un raz-de-marée législatif en sa faveur. Un score élevé de Marine Le Pen pourrait bien envoyer à l’Assemblée un bataillon de frontistes qui aviveront la crise démocratique et perturberont pour longtemps le seul débat qui ait un sens démocratique : celui sur l’égalité et sur les conditions de son exercice.

La possibilité de la lutte

On a toutes les raisons de penser qu’un vote Macron n’est pas une solution d’avenir, que cela ne produira aucune amélioration et débouchera sur de nouvelles aggravations. Mais nous devons aussi nous persuader que la victoire et même une simple poussée spectaculaire de Le Pen déboucheront sur le pire du pire. La politique du Front ne produira pas d’égalité ; elle divisera le peuple ; elle étouffera l’impulsion démocratique. Avec Macron, nous aurons l’inégalité et la possibilité de la lutte ; avec Le Pen, nous aurons l’inégalité et l’ordre draconien de la démocratie étouffée.

Mettre un trait d’égalité entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, c’est admettre que les deux protagonistes sont équivalents dans une compétition démocratique. Qu’on le veuille ou non, cela implique une banalisation de l’exceptionnel. Mais, à ne pas voir le loup, les brebis risquent fort d’être dévorées.

Le succès sans appel de Chirac, en 2002, ne lui a pas donné de forces supplémentaires pour mener à bien ses projets. Il en sera de même pour Macron. Au contraire, si nous votons massivement pour lui, son score ne pourra pas être interprété comme une adhésion à son projet. On ne pourra y voir rien d’autre qu’un outil, la seule manière constitutionnelle de dire non à l’avènement du pire des pires. Marine Le Pen doit obtenir le pourcentage le plus faible possible. Que cela plaise ou non, cela implique que celui de Macron soit le plus élevé possible.

Le 7 mai prochain, voter Macron sera la seule manière de dire que nous voulons garder la possibilité de nous battre. Et d’abord contre lui. Car, quel que soit notre choix personnel le 7 mai, nous chercherons, tous ensemble, à faire converger la gauche et le peuple contre sa politique. Et, en le faisant, nous perpétuerons l’impulsion des valeurs fondatrices d’égalité, de citoyenneté et de solidarité.

Vos réactions (72)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • "Malgré ses belles paroles, elle n’ouvrirait pas vers une politique sociale."
    non
    mais je rêve là... les belles paroles du fn...!!! ?
    ressaisis toi Roger.
    Tu me parles comme si j’étais un débile mental là ou bien ?

    cantaous Le 2 mai à 22:50
       
    • Monsieur Martelli
      J’ai survolé votre papier d’un oeil las. Tout y est tellement attendu. On dirait du Pierre Laurent. Quand on sait le rôle joué, en sous main comme toujours, par les dirigeants du PCF pour que se maintienne le duo Hamont/Jadot, dans l’espoir de tractations législatives méprisables, quand on sait qu’ il s’en est fallu de peu que JLM ne soit au second tour ! J’en pleure de rage et de haine en pensant aux délocalisations, à la fin des acquis et du code du travail, à la misère, au démantèlement des services publics, de la santé, de l’enseignement, de la protection sociale... et vous , Monsieur Martelli vous venez nous faire la leçon pour voter Macron... Je préfère me taire même si c’est vous qui devriez le faire et définitivement.

      René-Michel Le 3 mai à 19:21
    •  
    • Ce papier de Roger Martelli est au-dessous du médiocre (et d’abord, qui est ce monsieur pour se prétendre mon "ami" ?). Des banalités mélangées avec beaucoup de sophismes, et tout cela enfilé comme les perles d’un collier. Le véritable objectif de ce plaidoyer dégoulinant ? C’est bien sûr la "piqûre de rappel" finale, l’appel bêlant à voter pour le candidat néolibéral ! Tout au long du texte, celui-ci est opposé à Le Pen comme un "moindre mal" alors qu’en fait il est tout aussi dangereux qu’elle.

      Pour commencer, qu’on ne vienne pas nous raconter qu’il faut défendre la démocratie, car depuis quelques années la France n’est plus une démocratie, comme l’a courageusement rappelé Emmanuel Todd (sur Europe 1, je crois). Qu’on se souvienne : à deux reprises le vote populaire a été confisqué, en 2007 par Sarkozy annulant le résultat du référendum de 2005, en 2012 par Hollande s’asseyant sur ses promesses de campagne. L’actuel président, mentor de son futur successeur Macron, a imposé à coups de 49.3 la loi El Khomri, loi scélérate s’il en fut, et a réprimé les manifestations avec une brutalité sans précédent : faut-il encore d’autres exemples ? Il est évident que Macron une fois élu ne se gênera pas, si on le laisse faire, pour aller beaucoup plus loin dans cette voie. Enfin, la victoire de ce banquier d’affaires a été acquise par un véritable coup d’État médiatique, tous les médias dominants (possédés par NEUF milliardaires qui le soutiennent) chantant ses louanges et lui permettant d’entretenir le flou sur ses véritables intentions, tout en déversant sur le pays (chaînes publiques y comprises) un flot de propagande mensongère sous le fallacieux prétexte d’informer. Tout ceci présage le pire : Macron, ce sera Hollande puissance dix s’il gagne les législatives. Donc, on voit mal en quoi cette dictature douce mais féroce, à l’américaine, serait préférable au gouvernement à la Viktor Orban que le FN pratiquerait. Entre l’extrême-droite et l’extrême-finance, entre le risque George Orwell (1984) et le risque Aldous Huxley (Le meilleur des mondes), bref entre le risque fasciste et le risque eurofasciste, on ne voit vraiment pas pourquoi il faudrait s’abaisser à choisir, plutôt que de lutter pour sa liberté.

      Notre seule chance, c’est que le futur président (les sondeurs, qui ont très correctement prédit les résultats du premier tour, lui donnent aujourd’hui 59 % des voix contre 41 % à sa concurrente) soit aussi mal élu que possible et ne bénéficie pas d’un vote massif, qu’il s’empresserait aussitôt de transformer en plébiscite. Il faut qu’Emmanuel Macron soit un président légal mais pas légitime. Donc à s’abstenir ou à voter, le risque (certes réel) est malgré tout assez réduit. Dans la vie il faut savoir prendre des risques quand cela en vaut la peine ! Alors, comme le disait l’autre jour Emmanuel Todd chez Arrêt sur images : Je prends le risque. Je vais m’abstenir. Dans la joie." Ce qui importe, désormais, c’est de préparer la bataille des législatives !

      hopfrog Le 3 mai à 21:13
    •  
    • Juste quelques remarques.
      D’abord apporter mon soutien à Roger Martelli face à la...vigueur de certains des commentaires que cet article lui attire.
      Ensuite témoigner, face au procès qui lui est fait de "faire du Pierre Laurent" (comme si c’était une indignité) ou devant la mise à distance qui lui interdirait de parler à un militant de FI comme à un "ami," témoigner donc d’avoir vu et entendu Roger Martelli à l’automne mouiller particulièrement la chemise en faveur du ralliement de toutes les forces de la gauche de transformation sociale à la candidature de JLMélenchon.
      Enfin récuser le procès qui est fait, ici à Roger Martelli mais ailleurs à d’autres, d’être un "donneur de leçon" dès qu’on émet quelques arguments en faveur de l’idée qu’il y a un choix électoral à faire le 7 mai entre Macron et Le Pen. Je ne partage pas le choix de l’abstention ou du vote nul le 7 mai parmi nous, électeurs de JLM le 23 avril. Je ne souscris pas à la non consigne de vote de JLM (et la confidence, d’ailleurs soigneusement ambigüe, de son vote personnel ne m’intéresse pas). Mais je les comprends. Je les regrette sans les condamner. Et je conteste les (vrais) procès en sorcellerie qui sont faits à JLM et aux dirigeants de FI . Mais de grâce, amis de France Insoumise (je persiste à dire "ami"), ne tournez pas toute idée divergente d’un membre de votre camp en une intolérable agression. Non seulement c’est faux mais ça accrédite l’idée (forcément fausse) que votre mouvement ne serait pas exempt de relents sectaires. Ne (re)commençons pas à nous diviser.

      Fred Alart Le 4 mai à 13:56
    •  
    • Je suis un insoumis de longue date alors même que La France Insoumise n’existait pas... J’ai rempli mon rôle de citoyens dans le monde associatif pour la défense du droit au logement et la lutte contre les expulsions locatives sur mon quartier et au sein de la grande entreprise de télécommunication française à la CGT. J’ai d’une manière sacrifié ma vie de famille et mon évolution professionnelle au service de l’intérêt général humain... Je ne regrette pas toutes les actions auxquelles j’ai participé et je suis aussi très fier des victoires que nous avons gagnées collectivement (dans le contexte du "Rien n’est jamais possible) en résistant au dénigrement des propriétaires locatifs (et parfois des locataires eux-mêmes) et des Directions locales et générale au sein de l’entreprise (et parfois également des salariés) mais aujourd’hui, la coupe est pleine et ce sont toujours les mêmes qui sont caricaturés et qui doivent systématiquement s’asseoir sur leurs propres convictions pour participer à laisser inexorablement la place à tous ces gens mauvais tant dans ce qu’ils portent dans leurs programmes que dans leurs pratiques au quotidien des mandats qu’on leur confiés...
      15 ans d’accélération du renoncement de ceux-ci a engendré une souffrance et une désespérance de millions de citoyens qui est de plus en plus insupportables à ceux qui s’y opposent de tout leur être alors que ces vrais responsables abusent de leur position pour se servir dans les caisses de l’état ou de l’Europe au détriment des contribuables, se laissant corrompre en cédant aux lobbies et en servant servilement la poignées d’individus qui se gavent et se gavent encore sur notre dos et qui ont fait le nid de l’abomination bleutée.
      Trop c’est trop !!! Permettez-nous de temps en temps de jeter l’éponge car nous aussi nous souffrons doublement en tant que citoyen et en tant que militant des causes humaines.
      Je remercie le mouvement de la France Insoumise d’avoir eu le courage d’organiser cette consultation et de ne pas avoir donné de consigne de vote car les membres de La France Insoumise ont la particularité d’être capables de savoir ce qu’ils ont à faire et personne n’a le droit de critiquer leur position et celle de leur porte parole.
      Que les électeurs qui choisissent le vote de l’abomination bleue et tous ceux qui s’en sont servis comme épouvantail pour nous faire avaler de force et accepter de vivre de moins en moins bien et pour tenter de nous faire oublier toutes leurs traitrises à leurs engagements devant le peuple, assument pleinement leurs responsabilités.
      Que reviennent les jours heureux et soit englouti à jamais tous ceux qui sont les vrais et uniques responsables de ce carnage par le triomphe de la révolution citoyenne...
      Résistance !!! On ne lâche rien !!!

      Patrick Eininger Le 4 mai à 15:22
    •  
    • Cher Patrick Eininger
      Je comprends et je respecte votre témoignage et votre position.
      Je vous rejoins dans l’appel à la Résistance qui conclut votre commentaire
      Mais comment pouvez-vous écrire « personne n’a le droit de critiquer leur position et celle de leur porte parole » !? Qui peut dénier à l’autre le droit à la critique de sa position !? Vous sentez bien qu’il y a là une dérive et qu’il faut se ressaisir.
      Très amicalement.

      Fred Alart Le 4 mai à 15:33
    •  
    • @Fred A. - Je crois pour ma part avoir saisi autre chose dans le message, en faisant l’effort de le resituer dans la cohérence du discours tout entier et du contexte : ce que j’entends pour ma part, ce n’est pas que c’est "la critique" qui n’est pas permise... Mais la contestation morale de la légitimité de Mélenchon et de la France Insoumise à tenir des positions spécifiques !
      Je laisse à son auteur le soin de réagir si je me trompe...

      il ne vous aura pas échappé que le contexte actuel est propice aux donneurs de leçons et moralisateurs de tous ordres qui préfèrent s’intéresser à user de leur énergie à distribuer des coups de bâton dans leurs propres rangs qu’à convaincre ces "âmes perdues" qui sirotent en silence leur xénophobie et leur racisme en toute quiétude...

      carlos Le 5 mai à 10:19
    •  
    • D’accord ! On doit voter pour Macron, le dimanche 7 mai, et contre lui lundi 8, 9, 10, 11.....etc, jusqu’au 23 avril 2022. C’est ça ?

      Paul Le 5 mai à 17:48
  •  
  • Un choix respectable. Parmi d’autres choix tout aussi légitimes...

    Pour le reste...

    La grande faiblesse du raisonnement est de croire que l’on peut influer sur le devenir du FN avec un résultat électoral !

    En 2002, Le Pen a largement été battu par Chirac ! Résultat ? La disparition du FN ? Absolument pas ! Le FN n’a cessé de croître au cours des 15 dernières années, pour en arriver à la situation actuelle...

    Penser qu’un "mauvais score" de MLP aurait pour conséquence le déclin de ce parti est donc une illusion. Parce ce qui le nourrit, ce ne sont pas des chiffres issus du suffrage universel.

    Ce qui contribue à faire prospérer le FN, ce sont des politiques qui accroissent les inégalités, maintiennent le chômage à un niveau de masse, plongent dans la misère un nombre croissant de citoyens, entretiennent la désespérance, privent de repères la population, etc.

    Macron gagnera dimanche. Et dans 5 ans MLP sera élue dès le premier tour.

    Sauf si une véritable alternative parvient à prendre racine durablement, et seule la FI aujourd’hui peut être cette alternative.

    Premier rendez-vous dans ce difficile cheminement : les 11 et 18 juin...

    van praet alain Le 2 mai à 22:54
       
    • Je partage totalement votre remarque concernant le score de Lepen qui, si il est élevé pourrait la renforcer ou le contraire...
      Je suis surpris que Roger Martelli utilise, lui aussi, cet argument qui ne correspond à rien dans l’histoire récente. En effet cet argument considère que le résultat électoral est essentiel.
      Nous savons, et R Martelli lui aussi, que ce ne sont que les politiques néolibérales et les discours des politiques (Valls en 1er) accompagné (ou précédés par les Médias) qui constrisent les victoires électorales de FN.

      Michel 65 Le 3 mai à 09:59
    •  
    • Analyse très pertinente. Bravo, c’est à faire circuler pour ceux qui ’démonisent’ les citoyens qui se posent la question sur cette mécanique infernale : barrons la route à le Pen lors de l’élection présidentielle et ensuite on continue comme avant !

      Soukar Le 3 mai à 13:55
    •  
    • Arrêtez avec votre vote utile...pfff...vous me fatiguez....un vote est une adhésion à un projet pas le contraire. En voyant pour celui qui n à pas besoin de moi pour être elu, j envoie un message néfaste en vue des legislatives en validant une politique nauséabonde et en accréditation la thèse qu une grande majorité du peuple est d accord avec celle ci. Laissons le gagner avec un 50.01%. Ce sera suffisant.

      didier Le 4 mai à 16:30
  •  
  • Tant de phrases pour en arriver à 2 mots"votez Macron".Avec,en prime,"le score le plus élevé possible"(!!)
    Apparemment,pour que tous les soutiens de Macron,anciens ou depuis dimanche 23 avril,20h01(n est ce pas MM Fillon,Pierre Laurent+Hamon,ou Mmes Autain et Duflot ?)mouillent la chemise à ce point,c est que ce vote ne coule pas de source !!
    Le vote de la France Insoumise,auquel j ai participé(vote Mélenchon,comme au 1e tour)le confirme largement.
    Alors,au lieu de manier tour à tour la carotte et le (gros)bâton,style Valls,que la Sainte Ligue,pour le moins hétéroclite, appuyée par la logistique des mondes médiatiques et patronaux,se pose les bonnes questions.Et,surtout,questionnent les VRAIS responsables de la situation actuelle.S ils ont choisi Macron,c est leur affaire.Je leur souhaite bon courage.
    En tout cas,la France Insoumise a été seule à appliquer la vraie démocratie,en consultant ses militant(e)s par un vote direct.Et pas par des consignes de vote décidées sans consultation,comme le font les leaders de partis sclérosés(pour la 2e fois:n est ce pas,MM Fillon et Pierre Laurent +Hamon,Mmes Duflot et Autain ?)

    HLB Le 3 mai à 00:27
       
    • Et que pensez vous de ce témoignage de Julia Krysczkowska sur ce qui se passe aujourd’hui en Pologne ?
      Découvrez mon témoignage sur le site de WeMove

      Georges Fauvel Le 4 mai à 18:29
  •  
  • Blabla....vote utile.....blabla....faire barrage....blabla
    Nous les staliniens chaveziens poutiniens cubanos chevistes et autres bachardiens nous dont le programme se rejoint tellement avec celui du fn parait- il, moqués, raillés sur tous les medias pour notre "manque de réalisme". Nous pour qui le guignol de l Elysee est sorti de sa naphtaline pour nous désigner comme le plus grand des dangers pire que le fn il faudrait maintenant que nous portions son poulain vers sa mission au service de la finance.
    Et puis quoi encore, plus jamais dupe de vos manoeuvres démerdez vous avec vos créatures toutes deux maléfiques.

    Irae Le 3 mai à 01:03
       
    • D’accord sur toute la ligne.
      Qu’ils se démerdent avec leurs créatures et leur mépris.

      Félix Le 3 mai à 11:15
  •  
  • Cher Roger,
    tu m’as habitué à attendre autre chose et bien mieux de ta part.

    J’attendais que tu t’interroges et nous appelles à nous interroger sur la démarche, le sens et le résultat de cette consultation face au choix impossible devant lequel 7 millions d’électeurs sont placés ; sur la dynamique et la stratégie politiques dans laquelle elle s’inscrit et dont elle témoigne ; sur ce qu’elle dit de l’ampleur du rejet des formes actuelles du jeu politique et de ses institutions ; sur la force, la profondeur et la nouveauté de l’adhésion à un projet de transformation sociale qu’on ne veut plus brader sur l’autel d’un système électoral dans lequel le second tour exclut systématiquement et depuis des décennies toute idée d’alternative.

    En lieu et place de ça, tu te contentes de nous resservir le discours des pompiers pyromanes et des belles âmes de tous bords qui nous tancent aujourd’hui de voter Macron après avoir tout fait, ou juste ce qu’il fallait (autour de 650.000 voix), pour que JLM n’accède pas au second tour.

    En fait, nous aurions eu exactement le même discours si Fillion ou n’importe qui avait pris la place de Macron.

    Ça fait des décennies que ça dure et quelque chose dans la dynamique de la France insoumise est en train de dire que ça ne peut plus durer et que ça ne durera pas. Elle le dit, certes, à sa façon et de manière inédite dont on peut discuter. Mais précisément : je m’étonne franchement que l’historien politique que tu es fasse comme si de rien n’était et lui réponde comme tu le fais : en donneur de leçons, expliquant à Mélenchon et aux insoumis que Macron/Le Pen c’est pas blanc bonnet/bonnet blanc et qu’il faut prendre la mesure des risques de la situation.

    Avec toute mon amitié
    Jean-René

    Jean-René PENDARIES Le 3 mai à 03:04
       
    • {}dans mon groupe on a tous voté blanc mais à une condition que Macron soit sur de gagner..Ce que les sondages montrent actuellement.. je me souviens de 2002 où le PCF avait appelé à voté massivement Chirac car s’il sera obligé d en tenir compte’’ ... Alors Macron président pourquoi pas si les Français le décident mais avec le minimum de votants et en route pour les législatives...

      ducono Le 3 mai à 08:21
    •  
    • @ducono:Je ne vote pas blanc ou nul(bulletin Mélenchon)ou encore abstention "à la condition que....",mais tout simplement parce qu il n y a pas de choix,donc je ne choisis pas.Si,par extraordinaire,le banquier perdait dimanche(ce qui n a aucune "chance" d arriver),il le devrait à sa nullité en matière politique,au fait qu il est clair qu il est "Hollande bis",candidat de Juncker/Merkel et de la loi travail.Donc,pas de mauvaise conscience à avoir dans notre camp.La France Insoumise et Mélenchon ne sont en rien responsables de cette réalité.

      HLB Le 4 mai à 13:42
  •  
  • A tous ceux qui vont voter dimanche :

    Vous croyez voter contre lepen mais vous allez voter pour macron.
    Vous ne le savez peut être pas mais lui le sait.

    Chaque point en plus pour macron légitimera son projet d’ajustement structurel.

    Si c’était fillon ce serait le même cirque, vous êtes des éternels profiteurs de cette mascarade politique qui nous fait crever.

    martelli et votre bande de curés :

    A jamais.

    Arouna Le 3 mai à 07:26
       
    • Ce paternalisme, cette utilisation du mot ami est indécent !

      Vous n’avez jamais travaillé sur des chantiers pour 7 euros de l’heure et n’êtes donc et ne serez jamais mon ami, vieil hypocrite !!

      Arouna Le 3 mai à 07:35
  •  
  • @martelli - vous pourrez donc vous regarder dans une glace si Lepen, dont je persiste à penser qu’à moins que les Français n’oublient leur histoire récente et deviennent massivement racistes ne sera pas élue, passe au second tour... Car vous aurez fait votre possible pour nous influencer.

    Mais réfléchissez vous même à une chose, je vous en prie, de quels moyens disposera telle pour purger l’armee, les chambres, le conseil constitutionnel, toutes les administrations publiques, les tribunaux administratif, le conseil d’Etat...et le plus important, la population elle-meme, de toutes les forces d’opposition qu’elle rencontrerait pour imposer une régime d’apartheid, ségrégationniste en France ? Non, la France n’est pas la Turquie, comme elle n’est Pas le Venezuela... Et il y a très peu de chance qu’elle le devienne ! Et non, Macron en ce sens que lui pourra appliquer son programme sans qu’on puisse réellement l’en empêcher, n’est pas mis sur le même plan que Lepen... Nous savons déjà le danger qu’elle représente, mais je crois que nous avons plus confiance que vous en la capacité de résistance de la démocratie dans ce pays.

    carlos Le 3 mai à 07:42
  •  
  • Bonjour,
    Il faut faire un effort considérable pour accepter de telles analyses. En gros, voter Macron pour qu’il reste un filet de démocratie qui nous permettra de pouvoir continuer la lutte démocratique dans un océan de malheur ! Et bien moi je pense plutôt qu’en favorisant l’arrivée de la CAUSE au pouvoir, on favorisera encore et encore L’EFFET... Effectivement en 2022 mais même dans les elections intermédiaires le FN va prospérer comme jamais du fait de la politique ultra libérale poursuivie par Macron. De plus je pense que ce personnage est immature : ne pas faire un seul geste en direction des électeurs qui ont voté pour FI (réforme du code du travail par ordonnance !) restant droit dans ses bottes sous pretexte qu’il ne veut pas decevoir ses electeurs, il se pose effectuvement en rassembleur (lol). Mais cela démontre qu’il va utiliser le vote de chaque électeur sur son nom comme un vote d’adhésion !!!!! Son programme c’est du vent. Il est incapable de chiffrer quoi que ce soit. C’est la fuite en avant dans le libéralisme et peu importe les effets de bord ! Pour la part, je reste conscient et calme : d’abord je voterai blanc parce que je ne veux pas voir MLP demain largement élu dès le premier tour. Et puis je m’engage à fond dans la campagne des législatives avec ce formidable outil qui est l’Avenir en Commun. Je laisse aux pyromanes le soin d’éteindre leur propre incendie...

    ecureuil66 Le 3 mai à 08:17
  •  
  • petite réaction rapide après avoir lu le texte en diagonale : Chirac , en 2002, s’est appuyé sur le vote des français pour faire une politique anti sociale. Je ne comprends pas pourquoi Roger dit l’inverse. Ensuite, dire que "Avec Macron, nous aurons l’inégalité et la possibilité de la lutte", là, je demande à voir. Quand on voit la violence des forces de polices contre nous lors des luttes contre la loi travail, je ne suis pas sur que Roger était dans la rue à ce moment là.
    Attention, je ne compare pas Macron avec Le Pen. L’extrême droite, on connaît. Mais n’oublions pas que depuis 30 ans que l’on pratique le vote utile, les deux conséquences visibles c’est : amplification de FN aux élections suivantes et politique anti sociale des gouvernements. Et comme Macron a dit et répété que les votes pour lui seraient des votes d’adhésion à sa politique, je ne vous dit pas avec quelle ardeur il va l’appliquer si nous votons pour lui. Alors, ce sera sans moi.

    Yann Guerin Le 3 mai à 08:22
  •  
  • Voici ma position pour ce second tour, sans avoir l’intention de l’imposer à qui que ce soit :
    • Je respecte tous les choix sauf celui du vote pour Le Pen
    • Je n’accepte aucune leçon de morale de qui que ce soit, surtout de la part de ceux qui se sont décidé à voter pour le candidat de la France Insoumise qu’une fois qu’il est apparu évident que le candidat du PS était dans les choux, ni de ceux, souvent les mêmes, qui sont allé voter Hamon aux primaires du PS pour empêcher Mélenchon d’être le seul à proposer un projet pouvant répondre aux attentes des déçus de 5 années de gouvernement PS
    • Je voterai dimanche car c’est un geste citoyen et je pense qu’une forte abstention serait comprise comme un désintérêt du résultat et non comme une protestation contre le choix imposé
    • je souhaite que Macron soit élu le plus mal possible, avec le plus de votes blancs ou nuls et le plus faible écart, pour que sa légitimité soit la moins forte possible
    • je voterai, comme en 2002, -Non au fascisme, Non au libéralisme, terreau du fascisme- s’il n’y a aucun risque (comme en 2002) que Le Pen soit élue
    SAUF SI, et seulement si vendredi, les derniers sondages laissent apparaître ce risque (moins de 5% d’écart). Alors je voterai Macron pour en être dès lundi un opposant résolu
    Je ne prendrais pas le risque de laisser à Le Pen la possibilité d’utiliser tous les pouvoirs que donne au Président la V° République, notamment les pleins pouvoirs de l’art.16 ! Ce qu’elle ne manquera pas de faire au premier attentat ou à la première manif, grève générale ! Avec une armée, une gendarmerie et une police dont la majorité des membres ont voté FN, les stades de la dernière Coupe du Monde seront-ils assez grands pour accueillir tous ceux qui voudront combattre sa politique ?
    • je souhaite que nous puissions élire le maximum de député-es Insoumis pour défendre les propositions du programme L’Avenir en Commun et que ce résultat nous donne les moyens et la force de combattre résolument la politique de l’oligarchie financière et médiatique pour laquelle elle a créé de toutes pièces le drone Macron

    Je me contrefous des donneurs de leçon qui n’ont pas compris que la candidature de Jean-Luc Mélenchon était la seule issue à la crise écologique, sociale, politique, économique et morale qui frappe si durement notre pays et qui ont fait la fine bouche devant la démarche de la France Insoumise qui recueille aujourd’hui plus de 500 000 soutiens

    Cette force nouvelle, si elle tient ses promesses, est la seule raison qui nous permet de ne pas désespérer de l’avenir

    D. Mino Le 3 mai à 09:15
       
    • Bonjour ,

      M Le Pen ne pourra jamais utiliser l’article 16 car pour pouvoir le faire il faut qu’elle est la majorité à l’assemblée parlementaire ce qu’obtiendra peut-être Macron . Lui n’hésitera pas à nous écraser , voir commentaires plus haut . Lire l’analyse de Raoul Mac Jennar sur son blog.
      Comme vous je vais m’impliquer dans ces législatives pour que la FI puisse avoir un nombre suffisant de députés pour éventuellement être en capacité alors d’utiliser l’article 11 de la constitution alinéa 3 ...185 députés , 4 millions et demi de citoyens peuvent demander un referendum pour une constituante ....

      jaime Le 3 mai à 18:17
  •  
  • On avait voté chirac, sans se pincer le nez ! assez de ces formules marketing !
    On avait voté chirac pour mettre une claque au gros lepen.

    chirac avait gagné avec presque toutes les voix de la gauche est qu’est ce qu’il en a fait ?

    Peu après son élection il a relancé les affaires du foulard, de la montée de l’islamisme pour diviser les gens puis dés la rentrée 2003 il a attaqué les retraites.
    Son entourage était le même que celui de macron et s’alliera à la grosse lepen contre le front rouge quand le temps sera venu,

    Vous la soutiendrait quand ce jour sera venu ??

    Arouna Le 3 mai à 09:18
  •  
  • @ Roger Martelli -

    Réponse de Gérard Mordillat, Jacques-Marie Bourget, Bertrand Rothé et Kevin Victoire.

    [...] Vous l’aurez compris il nous semble incohérent de faire barrage à Marine Le Pen en votant Emmanuel Macron. Impossible de dire « oui » à ce qui fait fructifier le FN depuis 20 ans. Impossible de glisser dans l’urne le nom d’un candidat qui va le faire progresser plus encore et conduire la fille du parachutiste au pouvoir en 2022. Pour lutter contre le racisme (le mal) il faut lutter contre les causes : la pauvreté, le rejet, la stigmatisation. En utopistes lucides, et fatigués d’être bernés à force d’avoir été trop souvent « utiles » à l’instant de l’urne, notre objectif est de faire baisser le vote d’extrême droite, de le voir s’en retourner à ces temps où « Jean-Marie » s’affichait avec l’œil en bandeau sur de petites affiches que le monde ignorait.

    Pour ceux qui se sentent plus à l’aise avec la philosophie qu’avec les sciences sociales, et qui nous proposent de voter Macron « avec des gants » ou encore « avec un tisonnier s’il le faut », voici une brève citation d’Hannah Arendt, les mots du courage et de la morale (pour employer un mot disparu), elle tombe à pic : « Politiquement, la faiblesse de l’argument du moindre mal a toujours été que ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choisi le mal ».

    Tout le (long) texte fort argumenté :
    (https://www.)les-crises.fr/il-ne-suffit-pas-de-faire-barrage-au-fn-il-faut-lutter-contre-lorigine-du-mal-par-jacques-marie-bourget-gerard-mordillat-bertrand-rothe-et-kevin-victoire/

    Victor Le 3 mai à 09:39
       
    • « erratum : lire
      @ Roger Martelli : en guise de réponse, voici un texte de Gérard Modillat ... »

      Victor Le 3 mai à 09:46
  •  
  • Les discussions, échanges sont nombreux ces derniers jours. Roger Martelli que nous apprécions pour ses analyses rigoureuses se joint au vote Macron. Il explique sa position. Ce n’est pas la mienne pour toutes les raisons qui sont dites et encore plus. Toutes ces prises de positions sont honorables. L’avenir nous dira qui portait la bonne vision du devenir. Quelques rappels utiles dans ces débats sur les législatives et la présidentielle.

    17 01 par francois Cocq PCF mode d’emploi ? Extraits
    Le secrétaire national du parti communiste français Pierre Laurent et son porte-parole Olivier Dartigolles avaient appelé ce lundi 16 janvier une conférence de presse dans les sous-sols de la place du Colonel Fabien pour parler des législatives...
    ...Sur le fond, il n’y avait donc rien qui n’ait été dit au préalable dans cette conférence de presse. Le PCF annonce qu’il refuse la charte ? Les choses avaient été déjà été dites dans les médias. Sans doute la France Insoumise serait-elle instruite de savoir pourquoi si les choses lui étaient dites de vive voix mais au moins avait-elle déjà dû en prendre acte. Le PCF annonce 253 investitures aux législatives et souhaite présenter des candidatures issues du PCF dans toutes les circonscriptions ? Effectivement, Pierre Laurent s’en est ouvert toute la semaine passée. Le PCF a son programme pour les législatives ? Oui, c’était l’objet des vœux de son secrétaire général lundi dernier. Pierre Laurent confirme ce lundi que « les candidatures ne passent pas par des accords mais par un travail de terrain fait par les femmes et les hommes de gauche » ? Il répète depuis octobre son refus d’un accord national.… Aucun élément nouveau de discussion qui puisse permettre d’avancer n’a été mis sur la table lors de cette conférence de presse. Voilà qui à défaut de mode d’emploi plonge pour le moins dans la perplexité…

    Par Roger Martelli | 19 février 2017 Les faux-semblants de l’union « extraits »
    ...« 4. Or cette question est cruciale. La gauche socialiste, on l’a vu, a été associée au pouvoir pendant un bon quart de siècle depuis 1981. Depuis cette date, le Front national s’est installé dans le paysage. En 1981, il n’est pas présent à l’élection présidentielle et n’obtient que 0,35% aux législatives qui suivent. Aux législatives de 1986, après cinq ans de gestion socialiste, il frôle déjà la barre des 10%, pour atteindre celle des 15% à la présidentielle de 1995.
    En 2002, après cinq années de gouvernement de "gauche plurielle", Jean-Marie Le Pen réalise son meilleur score (16,9%) et crée la surprise en surclassant le Premier ministre sortant, pourtant classé à gauche chez les socialistes. Seul le "libéral-populisme" de Nicolas Sarkozy parvient à le mettre au tapis (2007). Provisoirement : la succession du vieux baroudeur de l’extrême droite relance la donne. Marine Le Pen perce en 2012 (17,9% à la présidentielle). La progression se confirme depuis : 24,9% aux européennes de 2014, 27,7% aux régionales de 2015.
    Au total, à l’exception de 2007-2012, les plus fortes progressions du Front national se sont faites à des moments où la gauche est au pouvoir. »...

    Macron est un sous marin de la Hollandie, mi socialiste et mi libéral autoritaire. Et, voyez-vous, chat échaudé craint l’eau froide. Or, on a été échaudés depuis 2012, beaucoup échaudés. Brûlés serait plus juste. Ébouillantés pourrais-je même dire.
    Et un autre proverbe sied bien à la situation : la seconde fois où tu te fais avoir [par les mêmes], c’est de ta faute. Bien à vous.

    rodydecoue Le 3 mai à 10:44
  •  
  • Mr Martelli

    Faire du proselytisme pour le vote Macron comme vous le faite , c’est introduire de la division au sein des électeurs de la FI. La FI étant un mouvement et pas un parti , les Insoumis ne sont pas d’accord sur tout , il faut respecter cela.

    " le fait que les catégories populaires ont le sentiment qu’elles ont été abandonnées ..." écrivez-vous, ouvrez les yeux , ce n’est pas un sentiment, elles sont abandonnées .

    Le PCF qui dans le passé, était le représentant et Le défenseurs, des ouvriers et des employés, 50% des salariés Français aujourd’hui, pour différentes raisons ne parvient plus à jouer ce rôle. Il est symptomatique que le PCF , qui permettait à des personnes issues des classes populaires , d’accéder à des postes de responsabilités , ne le fait plus .

    L’arrivée de JLM et de la FI sur le devant de la scène politique prend le relais du PCF , de défenseur des classes défavorisées, le résultat du premier tour le confirment. Le projet de VIe république permettra à tous les salariés , quelque soit leur qualification , d’être présents dans les institutions .

    Votre appel à voter Macron , au nom de la défense de la "démocratie " me pose question. En effet , de quelle démocratie parlez vous ? Pour reprendre un de vos titres " l ’ordre fondé sur l’exclusion " existe déjà. Grâce à l’UE , nous allons à marche forcée , avec " En Marche", vers un régime
    post-démocratique. N’oublions pas le vote des Français sur le traité de constitution européenne, comment l’oligarchie au service des puissants s’est assis dessus.

    Un régime politique , qui dans un silence assourdissant, jette des millions de gens dans un chômage de masse , dans la pauvreté, la précarité, dans une concurrence de chacun contre chacun dans une UE libérale , peut-il être sérieusement qualifié de démocratique ? Réformer le code du travail par décrets , alors que seulement 18,19% des inscrits on voter pour ce programme , c’est démocratique ? La loi est le fondement de la démocratie, " dérèglementer "comme ils disent, c’est s’ en prendre aux fondements de la démocratie.

    De quel droits disposent toutes ces victimes de la mondialisation heureuse , de quels droits vont disposer les salariés de Whirlpool demain ?. Force est de constater que bon nombre de nos concitoyens, qui se croient à l’abrit de la mondialisation , ont une conception sélective des droits humains .

    Avecc raison on évoque souvent le sort réservé aux migrants dans notre fameuse " démocratie " , mais l’on parle très peut du sort de millions de nos concitoyens. D’un côté le racisme ethnique, brutal , de l’autre le racisme social plus raffiné.

    Avoir pour projet de devenir milliardaire , cet à dire , accumuler sans fins des richesses qui manqueront à d’autres , c’est une forme de racisme . Pensez que son salaire peut-être 50, 100 , 300 fois et plus , supérieur à celui de ses concitoyens, parce que l’on estime valoir plus , c’est une forme de racisme.

    Alors certe le FN est parti raciste mais il n’est pas le seul . Notre chère" démocratie " si douce pour certains, sait se montrer très violante à l’égard des plus démunis .

    En conclusion les Insoumis qui ne voterons pas Macron on autant de raisons de le faire , que ceux qui voterons Macron. L’important c’est de rester unis pour la suite.

    GG Le 3 mai à 10:48
       
    • Le danger Macron est sous-estimé par ceux de gauche non libérale qui appellent à voter pour lui. Ce n’est pas hasard que quelqu’un comme Gérard Mordillat ne veut-ne peut pas voter pour lui : il a compris (entre autres périls imminents) que c’est la culture populaire non commerciale ni marchandisée qui va commencer par être rançonnée et démantelée. Les fascistes également se sont toujours attaqués d’emblée à la culture.

      Victor Le 3 mai à 11:39
  •  
  • Je respecte ce choix de M. Martelli que j’apprécie.
    Une chose primordiale, de mon point de vue, n’est pas prise en compte dans son analyse autour du vote massif pour macron.
    Dans la réalité, d’où vient macron ? Qui l’appuie ? Qui possède les médias et autres instituts de sondage, autant de porteurs pour convaincre que le vote du deuxième tour est, et un plébiscite d’une France qui se réveille républicaine, et, au phénomène marginal (un vote de second choix) qui sera interprété ainsi, comme un immense succès qui appellera un vote de soutien parlementaire majoritaire.
    Dans la réalité, il suffit d’écouter macron, pour savoir qu’il veut l’adhésion et que chaque % gagné au-dessus des 60% sera interprété et martelé comme un vote d’adhésion.
    A ce jour, nous ne sommes plus en face de "médias" mais d’outils de propagande manipulés par ceux qui les possèdent.
    Regardez, la guerre en Syrie, le déferlement anti Mélenchon dès qu’il représenta un danger etc etc ...
    Fort de cette réalité, en contrepoint, je ne partage pas l’analyse de M. Martelli.
    Dans ce combat contre l’extrême finance et l’extrême droite, la responsabilité est de participer sans donner aucun gage à l’un et l’autre.
    Dernier élément, regardez M. Martelli, les évolutions du vote France Insoumise vs Front national.
    Là est le combat, les urnes du deuxième tour sont dépassées, elles n’ont plus aucun sens .

    Thomas Pesquet Le 3 mai à 11:27
  •  
  • En réponse au texte de M Martelli : :
    Ouf, je suis particulièrement "rassurée" de tous les commentaires et réactions à ce texte de M Martelli ; commentaires et réactions que je partage et qui "soulage" au milieu de ce paysage médiatique pour le moins effrayant. J’ai relu 1984 d’Orwell cet été… il semblerait que nous y sommes…
    Merci de vos réactions, avec peut-être une lueur d’espoir avec tout ce formidable travail pédagogique (et non pas démagogique) effectué tout au long de cette campagne par la France insoumise et JLM ; et qui pourrait bien avoir des répercussions sur des prises de conscience jusqu’à présent étouffées. L’exercice ne sera pas aisé, et oui il nous faut rester unis aussi.

    Elisabeth GD Le 3 mai à 11:52
       
    • Merci Elisabeth GD. Les Insoumis ont la tête dure ! Certaines grandes voix de nos élites intellectuelles * de gauche en cette fin de campagne du 2nd tour réagissent enfin contre cette épouvantable chantage et cette insupportable culpabilisation, contre cet enfermement soi-disant républicain contraire à l’esprit de la vraie démocratie, celle de l’indépendance de penser hors cadre imposé, de la liberté de n’ accepter ni le mal ni son pire car il y aura toujours un pire au pire. La peur n’évite pas le danger et ne dispense pas des combats qu’il faudra mener, aussi difficiles qu’ils seront, à commencer par celui des législatives et à prolonger certainement par de grandes mobilisations populaires." Résistance !" crient les Insoumis ; ce n’est pas qu’un slogan. On le constate à présent.
      Pas 1 voix pour le FN !
      * J’évoquais ci-dessus Gérard Mordillat. Ce midi c’était Jacques Rancière sur France Culture. Régis Debray refuse les termes de ce débat piégé.

      Victor Le 3 mai à 14:51
  •  
  • Cette peur, à laquelle Martelli semble en prise, peut apparaître légitime car Lepen porte une idéologie fascisante dont l’expression la plus évidente se cristallise dans la méfiance/haine de l’étranger.

    Même si pour ma part, j’aurais tendance à penser que, si l’impensable arrivait, et malgré l’article 16 de la constitution, Marine Lepen risquerait de rencontrer nettement plus de résistances qu’on ne semble si facilement le croire devant la menace profilée avec ce second tour, car il lui faudrait purger l’armée et toutes les administrations de l’Etat et des collectivités locales de tous les gens hostiles à ses thèses et idées pour la laisser avancer sur le chemin du totalitarisme et de la dictature.

    Pour parvenir à ses fins, elle devrait notamment écraser les syndicats majoritaires de la Fonction Publique (y compris dans la police qui contrairement aux annonces médiatiques qui indiquaient il y a peu "l’augmentation" des adhésions au FN, reste syndicalement en majorité dans les jalons républicains) pour les remplacer par d’autres qui lui seraient favorables... ce qui lui prendrait un temps et des moyens dont elle ne disposerait pas...
    Partant de ce constat, il est bon de rappeler que tout fonctionnaire a qui l’on demande de réaliser un acte manifestement illégal et contraire à l’intérêt général, a un devoir de désobéissance...

    Si le caractère illégal d’un ordre hiérarchique est évident à distinguer car formaliser par des textes de lois jugées constitutionnellement applicables (par exemple comme ordonner de brûler sous l’ordre d’un préfet des paillotes illicitement construites... Le préfet et les agents de l’Etat ont tous été condamnés pour mémoire), la référence à un Intérêt Général dont normalement est garant le processus législatif à travers les débats dans les chambres des élus, requiert TOUT L’APPUI DES SYNDICATS DE LA FONCTION PUBLIQUE derrière le fonctionnaire qui a désobéit en son âme et conscience. D’ou l’importance des syndicats car suffisamment puissants pour peser sur les décisions et sanctions administratives... Autrement dit, à moins de considérer que toutes les lois présentées par le Front National, seront soient votées par une majorité de députés, ET soient conformes à la constitution (qu’on ne peut pas légalement de toute façon modifiée sans vote de l’Assemblée Nationale et du Sénat, puis validée par référendum), et donc pratiquement tout à fait conformes à la perception majoritaire qu’en ont les représentants du peuple et le peuple lui-même, il y aura possibilité pour chaque fonctionnaire de faire valoir l’Intérêt Général voir le caractére "illégal" d’un ordre lorsqu’on lui imposera soient des directives indubitablement "stigmatisantes" et/ou racistes, etc...Or, je crois que vous allez avoir du mal à me convaincre que les lois souhaitées par le FN ne revêtent pas de caractères discriminants pour une partie de la population vivant tout à fait légalement sur le territoire français...

    Avec moins de 16,14% des inscrits ayant votés pour elle au 1er tour des élections, et même en lui ajoutant les 10% d’arrivistes et pseudo-pragmatiques serviles qui pourraient sauter sur l’occasion pour tirer quelque profit de la situation, je gage que ça ne suffirait pas à exercer la pression populaire nécessaire à éloigner la France, qui n’a de fait pas oublié son histoire récente, de la démocratie. D’ailleurs, à ceux malgré tout qui pensent que le FN au pouvoir pourrait s’appuyer sur des milices organisées pour exécuter ses basses œuvres, comme dans les pays de l’EST, je vous laisse le temps d’aller vous renseigner sur les critères avancés par l’article de loi L. 212-1 du Code de la sécurité intérieure, reprenant l’article 1er de la loi du 10 janvier 1936 qui permet la dissolution d’une organisation par rapport à ses activités, sa forme d’organisation, ou ses buts, telle que se définit une milice :

     provoquer à des manifestations armées dans la rue.
     être de type paramilitaire, c’est-à-dire présenter, par sa forme et son organisation, le caractère de groupes de combat ou de milices privées.
     avoir pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national ou d’attenter par la force à la forme républicaine du gouvernement.
     avoir une activité tendant à faire échec aux mesures concernant le rétablissement de la l’égalité républicaine (après le régime de Vichy).
     avoir pour but soit de rassembler des individus ayant fait l’objet de condamnation du chef de collaboration avec l’ennemi, soit d’exalter cette collaboration.
     soit provoquer à, soit propager des idées ou théories tendant à justifier ou encourager la discrimination et le racisme (la haine ou la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée).
     se livrer, sur le territoire français ou à partir de ce territoire, à des agissements en vue de provoquer des actes de terrorisme en France ou à l’étranger.

    La république française n’est pas un pays de l’Est, ni la Turquie, ni le Vénézuéla...

    Mais je conviens qu’elle pourrait faire du mal sans aucun doute aux plus faibles et aux plus exposés le temps qu’elle exercera ses fonctions en encourageant notamment les racistes à se dévoiler par leurs actes au grand jour. Il faudra alors se poser la question de la responsabilité collective dans l’arrivée de cette femme au pouvoir, même si la plus évidente semble être celle des électeurs qui ont directement voté pour elle... de leurs voisins qui n’ont pas jugé bon d’intervenir car habitués au racisme ordinaire... suivie de près par celle des médias qui ont contribué à l’essor de ce mouvement... puis de ceux qui ont préférés le vote blanc et l’abstention le jour de son élection... mais aussi de ceux qui ont voté pour des partis et des programmes qui reprenaient en partie les thèmes du Front National et ont participé à les banaliser et les crédibiliser... puis de ceux qui ont directement participé à "fabriquer" la misère et la violence dans laquelle ont baigné et baignent encore une majorité des électeurs du Front National... etc... etc....

    C’est parce que je pense donc qu’elle n’est :
     ni en mesure d’être élue car les thèses xénophobes et racistes de Lepen ne représentent réellement qu’une partie de la pensée des 16% d’inscrits qui ont voté pour elle au 1er tour,
     ni, si par une étrange malédiction Lepen venait à être élue au second tour, en mesure de transformer radicalement la vie des gens grâce aux trop nombreux mécanismes de défenses démocratiques et républicains,
    que je voterai blanc au second tour.
    Et je continuerai pour autant à respecter ceux qui voteront Macron, ainsi que ceux qui s’abstiendront...
    L’"incendie" à éteindre aujourd’hui a été un feu longuement couvé et qui couvera encore... tant qu’on ne s’attaquera pas aux racines du mal...

    carlos Le 3 mai à 11:59
       
    • @ Carlos
      Vous affirmez fort justement :
      " Marine Lepen risquerait de rencontrer nettement plus de résistances qu’on ne semble si facilement le croire (...)"
      A mon sens, il y a comme de l’esprit de défaitisme, ou du moins de l’incitation à la soumission, dans la position de ceux qui prônent le choix du mal au du moins pire que le pire.
      Pas 1 voix pour le FN ! ./

      Victor Le 3 mai à 14:57
    •  
    • @Victor - Vous avez raison, un défaitisme qui n’a pourtant rien à voir avec la capacité mobilisatrice effective du "pas une voix pour Marine Lepen !"

      Car, contrairement à ce qu’invitent à penser certains, une partie de l’abstention, tous les votes blanc et une partie des votes nuls s’ajoutent bien à tous les bulletins Macron pour dessiner le paysage réelle de l’opposition aux théories d’extrême droite et la capacité de résistance au totalitarisme et au fascisme !

      carlos Le 3 mai à 15:53
    •  
    • @ Carlos 15:53
      Je ne dirais pas comme vous. La partie des votes Macron des anti-Macron de gauche est comptabilisée de fait comme votes pro Macron. Ça ne s’ajoute pas. En revanche ces électeurs de gauche Macron+votes blanc de gauche s+abstentionnistes de gauche devraient se retrouver sur le terrain des législatives et des mobilisations qui suivront quel que soit le candidat élu président. D’où effectivement l’impératif de ne pas se diviser sur cette question. Mélenchon a raison.

      Victor Le 3 mai à 17:55
    •  
    • @Victor - ben en fait mon propos se situait uniquement sur le registre de l’opposition à l’extrême droite... Pas vraiment sur la question des législatives je l’avoue :) ... Ou des conclusions à tirer sur le vote Macron à posteriori.

      Du coup, l’association des votes Macron (du fait de "pros" ou "anti" Macron), blancs, d’une partie seulement des nuls (ceux fait à dessein) ainsi que d’une partie de l’abstention (revendicative uniquement) trouve son sens dans une opposition claire et forte à Lepen et ce qu’elle représente, même en cas de victoire "stupéfiante" de la bête !

      Mais j’adhère en l’occurrence à ce que vous expliquez...

      Carlos Le 3 mai à 18:37
  •  
  • Avec Macron nous vivrons "le stalinisme du marché et de la finance" comme avec MLP. Cela ne fait aucun doute. La bataille culturelle entre le libéralisme macronien et terminée par la défaite du socialisme représenté jusqu’ici par le PC, le PS et certains syndicats comme par tous ceux qui veulent faire porter le chapeau aux Insoumis alors qu’ils sont les coupables de la montée de Le Pen.
    Macron a rejeté toutes propositions des Insoumis, ce qu’il entend déjà leur faire la guerre. Il faut avant tout s’unir et d’armer pour les prochaines batailles.

    Gouriel Le 3 mai à 12:20
  •  
  • Désolé Roger. Je respecte ton choix comme celui des insoumis qui feront le même. Mais c’est compliqué d’expliquer combien Macron est nocif et d’appeler à voter pour lui. Marine Le Pen ne sera pas présidente. Beaucoup de votant-e-s de tous les électorats s’bastiendront ou voteront blanc. Je ne vois pas au nom de quoi j’irai leur dire qu’ils et elles se trompent.
    Mais tu dis à un moment : "Mettre un trait d’égalité entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron..." . J’espère que tu ne penses pas à la position de la france insoumise, mais comme tu ne le précisess pas. Allez nous allons gagner les législatives en proposant un vote positif "aux gens"

    parny Le 3 mai à 12:20
  •  
  • Avec Macron nous vivrons "le stalinisme du marché et de la finance" comme avec MLP. Cela ne fait aucun doute. La bataille culturelle entre le libéralisme macronien et terminée par la défaite du socialisme représenté jusqu’ici par le PC, le PS et certains syndicats qui veulent, pour se dédouaner, faire porter le chapeau aux Insoumis alors qu’ils sont les coupables de la montée de Le Pen.
    Macron a rejeté toutes propositions des Insoumis. C’est clair, il entend déjà leur faire la guerre. Il faut avant tout s’unir et s’armer pour les prochaines batailles.

    Gouriel Le 3 mai à 12:30
  •  
  • Cher Roger Martelli, Vous devez être conscient du fait que, malgré tout votre talent, votre billet ne fait que répéter ce que cent autres ont déjà dit depuis huit jours. Vous ne vous posez pas la question de savoir pourquoi vous en êtes réduit à développer cette argumentation ni comment les militants et les électeurs de LFI qui devraient être, qui sont, parmi les adversaires les plus déterminés de MLP et du F-Haine ne voient pas d’eux-mêmes ce qui vous semble si évident. Où votre raisonnement pêche-t-il ?
    Ce peut être dans ses attendus et présupposés. Par exemple, vous avez pu constater que M. Hollande a préféré un second tour Macron/MLP plutôt que le risque d’un second tour Macropn/JLM. Il a commis une forfaiture en prenant la parole juste avant le vote pour tenter d’en changer le résultat. Il a mis JLM sur le même plan, voire pire, que MLP. Vous n’en parlez pas… Vous considérez a priori Macron comme un démocrate et un républicain, un rempart contre la tyrannie. Vous n’envisagez pas un instant ce qu’a de nouveau son irruption dans cette élection ; ce que le caractère aventurier, démagogue, télévangéliste, plébiscitaire, emporté et autoritariste, non démocratique et non républicain de sa candidature peut nous dire sur ce que pourrait devenir son quinquennat. Ce technocrate hors-parti qui annonce son intention de gouverner par ordonnances ne présente-t-il pas tous les caractères d’un apprenti tyran, mieux armé pour museler le peuple que les politiciens issus des partis dits de gouvernement. Il croit à sa destinée, il croit qu’il aura un pouvoir sans limites. Il est la botte secrète que nous ont concoctée les gardiens de l’Ordre quand la vague démocratique leur paraît devenir menaçante. La perception confuse du danger Macron n’explique-t-elle pas un peu la résistance qu’éprouvent de vrais démocrates progressistes à lui confier le pouvoir ?

    Michel Pinault Le 3 mai à 13:17
       
    • Bien difficile de donner un point de vue différent face à ce flots de commentaires qui vont tous dans le même sens. Mais comme beaucoup parmi vous expliquent que tout point de vue est légitime...je donne le mien.
      Je rejoins les plus de 30% d’insoumis qui appellent à voter Macron. Je ne crois pas qu’ils sont pour autant des partisans d’un libéralisme exacerbée ou pour la venue d’un "apprenti tyran" comme je l’ai lu. Je ne crois pas non plus qu’ils soient aveuglés par un chantage du type" choisir le moindre mal" Non. C’est qu’ils partent simplement d’une analyse de classe : qu’est ce qui de nature à renforcer la position de millions d’ouvriers, employés et de citoyens et de permettre une prise de conscience renforcée dans leur propre action. Une défaite massive de Le Pen c’est une victoire de classe pour des millions de gens. C’est dire non à une politique qui vise à détruire les organisations ouvrières. C’est construire un point d’appui considérable pour les luttes de demain parce qu’une chute massive de Le Pen traduirait la défaite de de ce que le capitalisme produit de pire et serait aussi une défaite de tous ceux qui se prévalent de l’ordre existant. Ce serait manifester, dans le cadre d’une échéance dont nous n’avons pas choisi les protagonistes, de faire avancer la conscience de classe pour préparer les combats futurs et prévenir tous les apprentis libéraux. Voilà le sens que prendrai la massive de Le Pen. Il ne faut pas se réfugier derrière les sondages et l’idée que de toute façon elle sera battu. Il faut faire de sa chute une démonstration de conscience que personne n’acceptera les politiques libérales à commencer par les pire d’entre elles.

      Guillaume Le 3 mai à 13:46
    •  
    • @Guillaume - je respecte totalement votre choix du bulletin Macron pour le deuxième tour. Pour autant, n’avez-vous pas l’impression que la "victoire" de classe que vous évoquez lorsque vous indiquez qu’elle sera évidente avec la défaite de Lepen fille en 2017, n’aura pas eu ce même type d’effets en 2002 avec celle de Lepen père ? Pourtant Chirac avait obtenu un score de dictateur africain (si j’osais la blague de mauvais goût)... les lendemains ont pourtant déchanté...

      Bref, loin de moi l’idée de montrer qui a tort ou raison, je crois que par contre en l’utilité de la consigne : "pas un bulletin pour le Front National" !

      carlos Le 3 mai à 14:54
  •  
  • Mais qu’est ce c’est ce bordel de ne pas être foutu de mettre un bulletin Macron dans une urne, tout simplement pour dire "Non, je préfère lui que Le Pen".

    On demande aucun vote d’adhésion au projet de Macron. Personne ne le dis.

    Il y a juste trois bulletins sur la table :
    Le Pen = Non il ne faut pas
    Blanc= Non, il ne faut pas, parce que c ’est tout simplement ne pas prendre part au fait de contrer Le Pen.
    Macron= Voilà c ’est ce bulletin qu’il faut mettre dans l’urne.

    Faisons un peu d’arithmétiques pour tous/
    1+1 + 2
    Prenons 10 participants au vote.

    Si 4 votent le Pen, et 3 macrons, s’il y avait 2 participants au vote blanc, et 1 qui a la flemme d’aller voter. Et bien :

    4 > 3 Donc marie Le Pen passe même si les 6 personnes ne volent pas de Le Pen

    Même le PCF, qui est toujours le principal parti de gauche de la gauche en appelle même à voter Macron pour ce calcul. Il n’adhère en rien au programme de Macron.

    Nous ne voulons pas que le Fashisme arrive en France, donc on va tous voter pour le bulletin qui est sur la table et qui est donc l’autre adversaire à Le Pen et qui n’est pas blanc.

    Sinon, les gens ne vont pas être content de ce choix, parce que eux, ils vont se bouger le popotin pour aller voter Macron, et ils vont pas apprécier ceux qui les envoient à leur place faire le sale boulot.

    Nous avons la gauche la plus bête du monde.

    (Et bravo pour votre article, monsieur Martelli)

    bdpif Le 3 mai à 13:25
       
    • Tant d aveuglement et de reniement.

      Irae Le 3 mai à 15:04
    •  
    • @Bdpif -

      "On demande aucun vote d’adhésion au projet de Macron. Personne ne le dis."
      => En fait, si vous étiez attentif, vous auriez noté que Macron lui-même le demande.

      "Le Pen = Non il ne faut pas
      Blanc= Non, il ne faut pas, parce que c ’est tout simplement ne pas prendre part au fait de contrer Le Pen.
      Macron= Voilà c ’est ce bulletin qu’il faut mettre dans l’urne.
      "
      => autrement dit Bdpif, pour vous le choix démocratique se borne à :
      1. Contre Lepen : le bulletin Macron
      2. Pour Lepen : - l’abstention
      .........................- le vote blanc
      .........................- le vote nul
      .........................- le bulletin Lepen
      Plus réducteur en terme de raisonnement, y’a pas sauf chez les penseurs du Front National...
      Pour faire vivre la démocratie, on a eu la sagesse de formaliser des distinctions utiles pour éviter les raccourcis absurdes, je vous suggère d’y réfléchir vraiment...

      "Prenons 10 participants au vote. Si 4 votent le Pen, et 3 macrons, s’il y avait 2 participants au vote blanc, et 1 qui a la flemme d’aller voter.
      Et bien :4 > 3 Donc marie Le Pen passe même si les 6 personnes ne volent pas de Le Pen
      "
      => En fait Bdpif, ce que vous décrivez se traduit ainsi :
      10 inscrits
      9 votants
      7 exprimés
      Et sur les 7 exprimés, vous mentionnez 59% pour Marine Lepen et 42% pour E. Macron
      Or, aujourd’hui en restant réaliste, on en serait plutôt à 40% pour Lepen et 60% pour Macron...

      Je crois que les seuls à souhaiter que Marine Lepen soit élue sont ceux qui mettent un bulletin Lepen dans l’urne.
      A ce titre, je respecte le choix de ceux qui font le choix Macron... Je vous suggère de faire preuve de la même retenue à l’endroit de ceux qui choisissent tout simplement de ne pas voter Lepen tout court.
      Car, une fois que Macron aura été élu avec un score sans appel, je ne vous ferai pas l’affront de vous souffler que nombreux seront les politiciens et les commentateurs politiques, qui font la pluie et le beau temps ici-bas, à vous rappeler que :

       Macron a toute la légitimité nécessaire à mener sa politique vu son résultat aux élections... puisque tout le monde n’aura pas oublié qu’il n’en a pas appelé au front républicain mais à un vote d’adhésion...

       c’est vous qui n’êtes pas cohérent en critiquant par la suite la politique d’un gouvernement formé par un président que vous avez participé à amener au pouvoir. En effet, si vous avez appelé à voter pour lui, c’est qu’après tout sa politique économique était toujours plus tolérable que celle du Front National, alors de quoi vous plaignez-vous ? (car on ne vous parlera pas de l’idéologie nauséabonde mais du domaine sur lequel vous porterez votre contestation ! N’en doutez pas !)

       il représente le président des forces républicaines progressistes en ayant su rassembler dans son gouvernement des personnalités de "gôche", du centre, de droite, de la société "civile" (regardez le nombre de ralliement de tous bords pour vous en convaincre)... Vous ne serez alors perçu que comme l’une des composantes du "vieux monde" qui a participé à amener l’extrême droite là ou elle en est arrivée à l’élection présidentielle (et oui, il est trop jeune pour avoir contribué à quoi que ce soit... et on sait le nombre d’anciens adhérents du PCF passés au FN ! Dégueulasse ? Préparez vous à ça...)

      Bref, un score élevé de Macron à cette élection peut tout à fait être converti comme une arme par lui-même, ses équipes, ainsi que"les chiens de gardes médiatiques" (Ce n’est pas pour rien que "reporters sans frontières" place la France en net recul au 45ème rang sur 180 pays en terme de liberté de la presse), à votre encontre une fois l’échéance dépassée... soyez plus réfléchi et moins dans l’invective ou l’injonction, ça ne pourra que vous profiter...

      carlos Le 3 mai à 15:41
    •  
    • Je vous suggère de faire preuve de la même retenue à l’endroit de ceux qui choisissent tout simplement de ne pas voter Lepen tout court.

      Toutes mes excuses, mes propos peuvent paraître ambigue.
      Reformulons alors :
      Ne pas voter contre Le Pen, ou voter blanc contre elle, est tout simplement un vote de collaboration pour le Front National.

      1. Contre Lepen : le bulletin Macron
      2. Pour Lepen : - l’abstention
      .........................- le vote blanc
      .........................- le vote nul
      .........................- le bulletin Lepen

      Tout simplement. Vous résumez mieux que moi.

      bdpif Le 3 mai à 16:32
    •  
    • @carlos

      Ça veut dire quoi ça : " (et oui, il est trop jeune pour avoir contribué à quoi que ce soit... et on sait le nombre d’anciens adhérents du PCF passés au FN  ! Dégueulasse ? Préparez vous à ça...)" ?

      DMc Le 3 mai à 18:30
    •  
    • @Dmc - ça veut dire que personne ne reculera dans le camp de Macron pour utiliser des arguments simplistes afin d’expliquer par A+B que le projet du jeune technocrate (dont on connait l’inspiration libérale éculée certaine) à moins à voir avec la poussée du FN que ceux des partis politiques de gauche qui étaient déjà là avant eux et dont la décomposition du fait de leur incapacité à incarner le progressisme (contrairement à Macron) a nourri les rangs du Front National...

      Macron voudra incarner l’avenir par opposition aux vieilles forces de gauche (celles qui nous intéressent ici ), rétrogrades et incapables de faire reculer les idées d’extreme-droite, (faux) exemples à l’appui...
      Voila ce que je disais à Bdpif sur ce qu’auraient pu lui repondre ceux qui ne souhaitaient pas légitimer plus le candidat d’En Marche avec un score indécent..

      Carlos Le 3 mai à 18:51
  •  
  • Quand les historiens du futur essaieront d’expliquer pourquoi lors de certaines périodes de désespoir certaines personnes se sont levées, se sont révoltées, ont simplement résisté en disant NON !
    Ce n’est pas en examinant les lamentables appels à la niche de la presse de "gauche" de la deuxième décennie du XXIème siècle comme regards ou médiapart , qu’ils trouveront l’explication du comportement d’un Jean Moulin, d’un Patrice Lumumba ou d’une Rosa Luxembourg.

    Ils ne trouveront dans ces tristes archives que de la médiocrité, de la bonne conscience et du conformisme bien dégueulasse.

    Arouna Le 3 mai à 13:49
       
    • tu a pet aitre réson, je vai réfléchire car i l me semble que ton raisonemment est hyper puissant, et Macron a 90 pour sang c’est bon pour la France qui veut ètre compétitive dans le monde moderne de la réussite.

      allé : vive macron et a bas les autres !

      Arouna Le 3 mai à 17:42
    •  
    • Le commentaire fantôme ? Léon n’est plus là ?
      Allo Allo ?

      Allé encore une foie ;
      forza macron
      macron uber alles
      viva léon

      Arouna Le 4 mai à 07:21
  •  
  • Je pense qu’il faut encore redire ce que nous savons de "l’hitoire" du FN dans notre pays.
    Il y a 20 ans, certains à gauche (au moins) dont JL Mélenchon et H Emmanuelli avaient proposé d’interdire le FN et à l’époque, le PS (au moins) avait décliné cette proposition, disant que ce n’était pas opportun.
    Alors, aujourd’hui, que disons nous, le FN n’est pas républiain ? Interdisons le.
    Si ce n’est pas le cas, arrêtons cette mascarade à chaque élection avec le barrage !

    Michel 65 Le 3 mai à 16:31
  •  
  • Au fond, à quelques arguments près, nous disons tous la même chose :
    il faut faire barrage à Le Pen. Il semble que les bulletins Macron seront les plus nombreux dans les urnes dimanches soir. C’est mieux ainsi, oui ou non ?

    La différence entre Macron et Le Pen ? il y en a une.
    C’est la violence économique et sociale et y compris la violence tout court pour le premier.
    C’est le fascisme dans sa définition la plus violente avec la violence économique et sociale pour la deuxième.

    Il faut faire un choix pour cela, voter Macron, ou si vos doigts brûlent, voter blanc/nul, ou si la présence de bulletins Macron/Le Pen vous donnent la nausée, faites demi-tour et allez à la pêche.

    Rendons-nous compte et je m’adresse aussi à Roger Martelli si, par maladresse, Mélenchon ou n’importe quel(le) responsable de la France insoumise avaient donné une quelconque consigne de vote....La France insoumise serait à genoux.

    La France insoumise, regroupant des centaines de milliers de militants, d’acteurs répartis dans les points d’appuis en France pourra grandir et faire barrage à Le Pen et au fascisme, barrage à l’ultra libéral Macron. Là, dans l’immédiat, c’est se préoccuper tout de suite des législatives. C’est la seule façon pour les millions de personnes de se donner des chances de faire barrage aux deux représentants du medef et de leurs grooms. empêcher la casse sociale et de nos libertés, remettre sur pied de véritables luttes sociales et faire changer d’orientation la politique menée depuis les quinquennats Sarkozy et Hollande.
    Voilà comment je voterai dimanche. À chacun sa réponse selon la conscience qu’il a de la situation. Mais restons ensemble et nous serons très forts !

    Max Le 3 mai à 16:37
  •  
  • Je recopie la lettre écrite aux organisateurs du rassembllement contre l’abstention :
    "Chers" (à tous les sens du mot, car aucun d’entre vous n’est au RSA, et donc ne craint rien de Macron, mais chacun jouit d’une solide rente, pour certain(e)s payée par les contribuables) Macronniens,

    Rien qu’à voir la composition de l’assemblée (Rafarin avec Royal et Solère, Estrosi avec Moscovici et Valls) ça sent déjà la République de Weimar : dans 6 mois Macron appellera Le Pen au gouvernement comme Hiddenburg le fit avec Hitler : "Aux élections présidentielles de mars 1932, le parti social démocrate allemand (SPD) a soutenu Hindenburg pour faire barrage aux nazis. En janvier 1933, c’est le même Hindenburg qui nomme Hitler chancelier." Connaissant la capacité en trahison des certains des participants , on peut se méfier, non ?
    Après avoir piqué dans le programme du FN un certain nombre de mesures des lois sécurité jusqu’à la proposition de déchéance de nationalité ou de lois islamophobes qui ont bien fait monter son électorat, les pyromanes, dont les lois Macron et Travail ont continué d’alimenter ce parti comme la très bien démontré Serge Halimi (largement aussi compétent intellectuellement que BHL et JAM) dans Le Monde Diplomatique, veulent nous faire croire qu’ils sont les pompiers anti-FN, alors que leur comportement d’avant le 1er tour prouve le contraire.
    Quelle démocratie dans un pays où un ex-Premier Ministre trahit sa parole en ne respectant pas une Charte qu’il a signée et en abandonnant le candidat que son parti a élu "démocratiquement" avant même la bataille ?
    Quelle démocratie dans un pays où le vote des citoyens de 2005 (largement majoritaire 55/45) est renversé grâce à l’ABSTENTION d’un parti politique qui prétend participer à un meeting contre l’ABSTENTION ? (Quelle farce ça aussi M. Jacques Alain Miller, : elle n’est pas Lepennotrortskiste, elles est socialorépublicanomacronolepenniste !)
    Quelle démocratie quand le Président de 2012 trahit le discours qui l’a fait élire ? (Sachant quelle était sa "vraie position" depuis les trans-courants de 1985 je me suis déjà abstenu alors et je m’en suis réjoui car la suite a montré quel perfide individu entouré d’un tout aussi perfide et déloyal premier Ministre, avaient élu les gogos abusés par un discours du genre de ceux qui vont se tenir le 5 mai).
    Les deux programmes sont tous deux fondés sur L’EXCLUSION d’une frange de population : le postulat est le même, l’argumentation est la même, seules les cibles diffèrent. Donc l’un vaut l’autre.
    Ce qui me révolte dans votre discours c’est que le Macronisme est devenu tellement "acceptable" même par la gauche que vous ne jugez "Exceptionnel" que le risque FN. C’est bien ça qui est grave. Le mépris du travailleur ou du chômeur ou du précaire est devenu "ordinaire". Vous vous en accomodez. Chapeau !
    Alors oui je M’ABSTIENDRAI avec encore plus de détermination quand je lis la liste "panier de crabes" des participants à cette réunion de sauvetage, non de la République ni de la démocratie mais du "soldat Macron" rempart des gros profits entre amis de l’entreprise ("I love Business" a dit l’un des vôtres en préparant les doigts d’honneur aux salariés et aux chômeurs contenus dans les lois Macron et Travail, passées au forceps anti-démocratique du 49.3).
    En République on est solidaire, on croit aux "Services publics", on ne considère pas le travail comme "un coût" une "variable d’ajustement" des profits des actionnaires, on n’appelle pas des "cotisations de solidarité" (conformes au principe de Fraternité) des "charges", d’autant plus qu’elles font partie du "salaire" dont elles ne sont qu’une "partie réservée" à la Retraite ou aux accidents de la vie : il y a donc abus à laisser croire que les diminuer permet d’augmenter les salaires : encore un mensonge !
    Et en "démocratie" on respecte les votes, on ne gouverne pas par 49.3 ou ordonnances en catimini pendant les vacances.
    Si vraiment vous aviez voulu faire barrage au FN, vous auriez soutenu (gens dits de gauche, quelle plaisanterie sordide !) Monsieur Mélenchon au lieu de l’insulter avant le 1er tour, car c’était le seul candidat à avoir réduit l’électorat de ce parti, quand tous les autres l’ont alimenté par leurs programmes ou les lois qu’ils ont fait ou laissé voter.
    Je vous laisse lire en conclusion ces deux articles de Serge Halimi montrant combien Macron fait le jeu du FN, que vous ne lirez évidemment pas, préférant vos propres éléments de langage anti pauvres et anti émigré, (Mme Le Pen étant bien épaulée sur ce point par la plupart d’entre vous qui ont "bavé" sur les Roms incompatibles avec la République, les musulmans assimilés rapidement aux islamistes, ou les migrants venant d’Italie, chassés à la frontière de Menton, par la police de la République "accueillante", et ceux qui les aidaient par "Fraternité Républicaine" mis en examen !)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2016/01/HALIMI/54468
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/04/HALIMI/57398

    jean Monamy Le 3 mai à 17:16
  •  
  • @ bdpif 16:32
    1/ En votant pour Macron vous ne votez par contre Lepen.
    2/ Voter Macron peut être également considéré comme un vote de collaboration pour le Front National par procuration car les mêmes causes produisent les mêmes effets : Macron (ce qu’il représente et nous promet dès cet été) c’est le terreau du FN ².
    Conclusion : Pas 1 voix pour le FN ./ et ensuite à chacun selon sa conscience car le mieux n’est pas prouvé quelle que soit l’option.
    Pour ma part je respecte les pro-anti-macron (cela dit , à quelle aberration sont-ils réduits !) mais j’estime que certains feraient mieux de se taire et de ne pas jouer les donneurs de leçons vu la honte et la mauvaise conscience qu’ils affichent... et il y a de quoi !

    Victor Le 3 mai à 18:15
  •  
  • De la prise d’otage
    "Ceux qui ont décidé de ne pas se rendre sans autre forme de procès à l’injonction des fulminants n’ont donc aucune raison de se laisser culpabiliser – et, s’ils choisissent de s’abstenir, certainement pas celle, tout à fait sophistique, de « laisser les autres faire le sale boulot » (voir annexe). Aucune faute, ni politique ni encore moins morale, ne peut leur être imputée d’hésiter, de résister comme ils peuvent à ce nouveau spasme fusionnel dont le pays fait maintenant répétitivement l’expérience, et de chercher leurs voies hors d’un chantage politique qui a atteint le stade organisé. C’est donc peu dire au total que tout légitime leurs interrogations."
    Frédéric Lordon
    (http://)blog.mondediplo.net/2017-05-03-De-la-prise-d-otages#nh6

    Victor Le 3 mai à 18:56
       
    • @Victor - c’est vrai que le fameux argument du "laisser aux autres le soin de faire le sale boulot" a de la ressource !

      Pourtant je crois bien que "passer pour l’ordure de service irresponsable qui ne veut pas se salir les mains" est une position nettement moins confortable que celle du "héros malgré lui" !
      Car on a donc alors, lorsqu’on préfère foutre un coup de pied au cul de ces 2 connards de candidats en ne voulant "légitimer" aucun des deux, que le choix de passer pour le "jusquauboutiste débile et sectaire" ou pour le "jusqueboutiste individualiste et méprisant"...

      Or, comme tout comme les "courageux" anti-Macron qui iront voter en l’insultant, j’en ai moi aussi marre de me faire enc...er joyeusement que ce soit "comme toujours" (avec Macron), ou "comme jamais" (avec Lepen) tel que le vocifére si justement "bonjour tristesse" ! Mais Contrairement à ceux, comme lui, qui préfèrent prendre les devants en écartant les fesses avec dégoût et rage devant le seul des 2 candidats qui soit doté naturellement d’un pėnis (quand l’autre elle dispose des hormones masculines de la violence bestiale et immonde ), je préfère éviter d’offrir mon cul à l’un ou l’autre ! Faudra juste venir le chercher ! Ça fait juste de moi une victime non consentante, pas la pute du FN !

      Que d’arguments de merde déployés contre ceux qui font partie du même rang "anti-frontiste" alors que pendant ce temps on laisse tranquillement ceux qui votent Lepen siroter en silence et avec délice leur dose de xénophobie et de racisme ...

      carlos Le 4 mai à 09:31
  •  
  • Soit illusion d’optique, soit plutôt parti pris délibéré, 2 tiers des Insoumis optent, par leur choix de l’abstention et/ou du vote blanc ou nul, pour contribuer à une majoration lourde conséquences du pourcentage que peut obtenir Marine Le Pen au second tour des présidentielles. CQFD

    Il faut savoir aussi que j’ai été censuré par le site bellaciao.org pour avoir tenté de faire entendre la pertinence des points de vue de Valérie Naoum-Grappe et de Michaël Lowy (liens en haut de cette page à la rubrique "Vigie Idées") et celui de Roger Martelli ci-dessus.

    Ci-dessus, Victor a écrit : "Conclusion : Pas 1 voix pour le FN ./ et ensuite à chacun selon sa conscience car le mieux n’est pas prouvé quelle que soit l’option.
    Pour ma part je respecte les pro-anti-macron (cela dit , à quelle aberration sont-ils réduits !)" >> Il y a fort à parier que Bellaciao l’aurait censuré sans hésiter.

    dkljf Le 3 mai à 19:46
       
    • @dkljf

      Ce qui est lourd de conséquence, c’est la malversation qui consiste à ne pas prendre en compte les votes blancs , ce qui permet de gonfler artificiellement les pourcentages. Quand on parle de pourcentages il faut être rigoureux . Pour que cela est du sens , il faut préciser par rapport à quoi . Un petit retour en cour de maths serait profitable , il me semble .

      Dans la Ve république l’unique moyen de remporter une élection c’est de faire plus de voix que son adversaire . Alors pour les Insoumis la consigne de vote , c’est pas une voix pour M Lepen !

      En ce qui concerne les pourcentages , donner des pourcentages par rapport aux suffrages exprimés et non pas par rapport aux inscrits donne une fausse vision de la réalité. Au premier tour le programme de Macron est approuvé par 18,19% des inscrits , celui de M Lepen 16,14% . Si on ajoute à cela ceux qui sont mal-inscrits , environ 7 millions d’après l’Express , et ceux qui ne sont pas I inscrits environ 3,5 millions toujours d’après l’Epresse , le résultat est plutot maigre. Quand on parle de démocratie, il est préférable afin de ne pas se tromper , de savoir de quoi on parle .

      Concludion , un programme qui a recueilli 18,19% de voix , par rapport aux inscrits, va être imposé à 100% de Français . C’est cela qui est lourd de conséquences , pour la démocratie. Mais ça visiblement ça ne vous inquiéte pas , en tout cas vous n’en perlez pas , vous dénoncer le honteux comportement des lnsoumis . C’est au nom de cette honteuse post-émocratie là , et celle que j’évoque un plus haut , que certains , sans aucune honte hurle avec les loups, et nous font la morale .

      La honte sera pour vous, l’avenir que nous promet Macron , le montrera

      Décidément et définitivement on vaut mieux que ça !

      GG Le 4 mai à 09:30
  •  
  • Pour nous, militant FI, nous avons trois choix : Voter Macron, voter blanc ou nul ou s’abstenir et il est bien entendu que chacun des insoumis, en toute conscience, fait son propre choix et quel qu’il soit il est respectable. C’est vrai Le Pen et Macron ne doivent pas être mis dos à dos .....mais pour le moins côte à côte !!!! Il est un peu pénible de constater que même les gens de notre bord viennent nous faire la leçon( comme le premier médiacrate venu !!) pour prendre telle ou telle décision . Faites confiance à l’intelligence des gens. Macron sera élu car le casting prévu a été respecté : le représentant du partie de la presse et de l’argent contre le FN. Cela va passer encore cette fois mais gare à la prochaine... comme le dit max plus haut pensons de suite aux législatives et gardons nous bien des petits arrangements entre amis et autres cuisine électorale. C’est l’attitude de la FI depuis le début de la candidature de JLM et ma foi cela a semblé plutôt réussir..!

    salabert Le 3 mai à 19:50
       
    • @GG Le 4 mai à 09:30 :

      Les 40 % à MLP que pronostiquent la plupart des sondages, vu l’horreur telle qu’elle s’est démasquée lors du débat du mercredi 3 mai, c’est déjà totalement et scandaleusement disproportionné. J’espère qu’en dépit des abstentions et votes blancs et nuls nous n’aurons pas de trop mauvaises surprises dimanche soir.

      J’espère aussi, comme c’est envisageable et souhaitable, que quelque soit son pourcentage au soir du 2ème tour, Macron sortira sans majorité des législatives et devra compter pour de bon avec La France en commun. Je suis prêt à y travailler avec vous, de tout coeur.

      dkljf Le 5 mai à 19:58
  •  
  • Pour nous, militant FI, avons trois choix : Voter Macron, voter blanc ou nul ou s’abstenir et il est bien entendu que chacun des insoumis en toute conscience fait son propre choix et quel qu’il soit il est respectable. C’est vrai Le Pen et Macron ne doivent pas être mis dos à dos .....mais pour le moins côte à côte !!!! Il est un peu pénible que même les gens de notre bord viennent nous faire la leçon( comme le premier médiacrate venu !!) pour prendre telle ou telle décision . Faites confiance à l’intelligence des gens. Macron sera élu car le casting prévu a été respecté :le représent

    salabert Le 3 mai à 19:51
  •  
  • Ni complice ni victime consentante.

    Irae Le 3 mai à 20:26
  •  
  • Macron élu, sa politique se résume en quelques mots : le démantèlement progressif et irréversible de l’Etat.

    Macron élu, c’est une mutation irréversible de la société française. L’impossibilité, observée chaque jour, de remettre en question les avancées néo-libérales, les accords de l’OMC, les traités européens, les directives européennes, tous textes transcrits dans la législation nationale, doit nous convaincre du caractère irréversible de la révolution conservatrice que Macron mettra en oeuvre. On ne reviendra pas sur les bouleversements Macron, il faut en être conscient.

    A la différence des craintes légitimes qu’inspire l’élection de Mme Le Pen, dont on nous abreuve de manière apocalyptique, rien n’est dit par la presse dominante des dangers majeurs qu’apporte l’élection de Macron. Rien de plus naturel quand on sait quels sont les intérêts que sert cette presse. Et pourtant, la dictature qui vient n’est pas nécessairement celle redoutée par les médias.

    Extrait du point de vue bien pertinent de Raoul Marc Jennar.

    jennar.fr/2017/05/02/le-piege-les-menaces-et-lespoir/

    raphaël Le 3 mai à 22:16
  •  
  • M. Martelli,
    Si, comme vous l’écrivez, “quel que soit notre choix personnel le 7 mai, nous chercherons, tous ensemble, à faire converger la gauche et le peuple contre sa politique”… quel besoin éprouvez-vous de vous joindre au chœur de l’orthodoxie libérale-européiste et de harceler, à coup de chantage au IIIe Reich imminent, les vilain-e-s citoyen-ne-s qui ne se précipitent pas pour soutenir Hindeburg-Macron ?
    S’il vous plaît, puisque, “quel que soit notre choix personnel le 7 mai, nous chercherons, tous ensemble, à faire converger la gauche et le peuple contre sa politique”… lâchez-nous !

    Ferdinand14 Le 4 mai à 16:22
       
    • Je n aurais pas dit mieux.

      Irae Le 4 mai à 20:49
  •  
  • J’hésitais à voter quand même pour Macron. Finalement je vais le faire. C’est Bonjour Tristesse qui m’a convaincu.

    Recherche youtube avec :
    Bonjour Tristesse #72

    (ça intéressera les insoumis et tous ceux qui participent à ce blog)

    Durruti Le 6 mai à 12:47
  •  
  • Tous les laudateurs du "front républicain" concentrent leur tir de haine ou de fausse camaraderie sur la FI. Mais rien en ce qui concerne cet appel à l’adresse des électeurs de droite fillonistes dont une bonne partie votera FN.

    Des injonctions à géométrie variable, en somme ! Merci bien...

    Babeuf

    babeuf Le 7 mai à 10:24
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.