Accueil > Politique | Par Roger Martelli | 9 mai 2017

Présidentielle 2017 : données complémentaires

L’élection de toutes les surprises est derrière nous. Il est utile de la scruter d’un peu plus près, données à l’appui, pour mieux comprendre le vote Mélenchon, le vote FN, l’abstention et le vote blanc ou nul…

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La distribution du vote Mélenchon

Le fichier Excel proposé au téléchargement (en fin d’article ou avec ce lien) contient plusieurs feuilles de données. La première fournit deux indications : la hiérarchie du vote PCF à la présidentielle de 1969 (où le communiste Jacques Duclos obtient 21,5% des exprimés en France métropolitaine), celle du vote Marchais en 1981 et la hiérarchie départementale des votes Mélenchon en 2012 et 2017.

En 2017, Mélenchon est au-dessus de sa moyenne nationale dans 42 départements. 24 de ces départements (en couleur dans le fichier) ont fait partie, en 1969 et 1981, des zones de plus forte densité du vote communiste. La remarque peut être corroborée si l’on s’en tient aux 20 meilleurs scores sur les quatre élections. En 2012, 9 des plus forts pourcentages obtenus par Mélenchon se trouvaient dans des départements de forte tradition de vote communiste ; on observe le même chiffre de 9 parmi les vingt meilleurs résultats départementaux de 2017.

Si l’on s’en tient à l’échelon départemental, on peut donc considérer que pour une plus de la moitié le vote Mélenchon de forte densité s’est installé dans des zones où le vote communiste était traditionnellement solide, mais où les communistes ont vu progressivement s’éroder leurs positions électorales.

L’évolution du vote entre 2012 et 2017 donne une image sensiblement différente. Le vote Mélenchon progresse certes, comme partout, dans les zones où le PCF était autrefois particulièrement influent. Mais les progrès les plus significatifs, à l’exception du Val-d’Oise, de la Seine-Saint-Denis et de la Corrèze, ne s’observent pas dans l’espace historique du vote communiste.

En fait, les élections législatives de 2012 avaient déjà montré le même phénomène. La progression nationale de deux points, enregistrée entre le vote Front de gauche et le vote législatif PC de 2007, était due à des poussées fortes du vote Mélenchon dans des départements où le PCF avait été peu à peu réduit à une marginalisation électorale quasi complète. En revanche, l’érosion s’était maintenue dans les zones de forte densité du vote en faveur du PC. Il en résultat à la fois un score national en hausse – modeste mais réelle – et une nouvelle et sensible réduction du nombre de députés portant l’étiquette de Front de gauche.

Outre son bon niveau d’ensemble, le vote Mélenchon de 2017 est d’autant plus encourageant que, dans tous les départements sans exception, il est au-dessus des 10% des suffrages exprimés. Après une phase où il s’était nationalisé, entre 1936 et 1945, le vote communiste était progressivement repassé de la couverture électorale nationale à un nouvel archipel électoral. Le vote Mélenchon de 2017 assure à la gauche de gauche une implantation désormais régulière, qu’il reste désormais à traduire en conquête de positions électives locales.

La relance des dynamiques locales qui firent la force du PC est une force du vote Mélenchon, en 2017 comme en 2012. L’implantation en terre jusqu’alors rebelle à l’influence communiste ancienne, dans les franges de l’Ouest et du centre, est une autre dimension de l’initiative. La capacité de progression soutenue dans les zones de forte urbanisation est un troisième atout sur le long terme. Reste à arracher à l’influence frontiste les zones de l’industrialisation et de l’urbanité anciennes, que le déclin économique et le recul des protections sociales a laissé en pâture à la démagogie de l’extrême droite.

Le vote FN : le danger est toujours là

Deux autres feuilles de calcul donnent une synthèse du vote de second tour dans les circonscriptions législatives, en précisant la couleur politique du député sortant. Pour chaque circonscription, on donne le pourcentage des abstentions et du vote blanc et nul (calculé par rapport aux inscrits et aux votants). Une synthèse des votes a été ajoutée, en tenant compte des groupes parlementaires auxquels chaque député est rattaché.

On trouvera encore un tableau indiquant la hiérarchie des votes Macron et Le Pen dans les 538 circonscriptions métropolitaines. On y constate, comme cela a déjà été précisé sur ce site, que le FN est en tête dans 44 circonscriptions et qu’il dépasse les 45% de suffrages exprimés dans 107 circonscriptions en tout.

Le tableau est complété par une synthèse de l’implantation communale du vote frontiste. Dimanche dernier, Marine Le Pen s’est placée en tête dans 9.163 communes de France métropolitaine, soit dans un quart du nombre total des quelques 38.000 communes. Le tableau proposé donne, par département, le nombre de communes où Marine Le Pen a eu la majorité absolue des suffrages exprimés et le pourcentage départemental de communes que représente ce nombre. Il est supérieur à la moyenne nationale des 25% dans 35 départements et même au-dessus des 50% dans 13 départements (Aisne, Oise, Aube, Somme, Var, Alpes-Maritimes, Ardennes, Meuse, Pas-de-Calais, Haute-Marne, Nord, Haute-Saône, Marne). Dans l’Aisne, les trois quarts des communes ont donné la première place à la dirigeante du FN en tête, et près des deux tiers dans l’Oise.

Si les dirigeants et militants du FN peuvent être pour une part déçu d’un résultat inférieur à leurs attentes, on retiendra ici qu’il s’inscrit dans processus inquiétant d’ancrage territorial et sociologique de la formation frontiste.

Abstention, vote blanc, vote nul

Trois feuilles du fichier donnent des indications supplémentaires sur le phénomène le plus spectaculaire de ce second tour : l’abstention et, plus encore, les votes blancs et nuls. Les chiffres proposés ici sont calculés sur les départements de la France métropolitaine : l’abstention y est donc un peu moins forte (23,8%) que dans la France entière (25,0%). En revanche, les votes blancs et nuls sont à peu près au même niveau.

L’abstention est à mi-chemin entre le record de 1969 (31% au second tour) et celle de 2012 (18%). La hiérarchie départementale de l’abstention suggère qu’elle combine deux traits. Une part de l’abstention renvoie à des spécificités locales (en Corse par exemple) ou à des dimensions socioculturelles classiques (le désengagement civique plus prononcé des milieux populaires). Sur les 32 départements qui se sont abstenus en 2017, 21 étaient déjà dans ce cas en 2012. Mais d’autres ne sont pas dans ce cas et la progression générale de l’abstention indique qu’il y a cette fois une dimension plus ouvertement politique qu’elle ne l’est d’ordinaire, ce que confirment les données de sondage : la propension à l’abstention semble maximale dans les trois électorats de Jean-Luc Mélenchon, de François Fillon et de Nicolas Dupont-Aignan.

Dans ces trois cas, elle s’articule avec le vote blanc ou nul, sans que l’on puisse attribuer plus particulièrement à tel ou tel électorat une marque de défiance qui, à la différence de 1969 ou de 2002, affecte à la fois la gauche et la droite classique écartées à part égale du second tour "décisif". Le profil politique des départements les plus nettement portés au vote blanc et nul échappe ainsi à toute typologie simple.

Un tableau simple pousse des conclusions allant dans le même sens. Il regroupe les circonscriptions selon le niveau du vote Mélenchon de premier tour. En toute logique, on pouvait penser que le refus de se choisir avait augmenté avec la densité du vote de premier tour. Or cela n’apparaît pas de façon claire au regard des chiffres obtenus. L’abstention est certes un peu plus importante dans les tranches de vote les plus élevées. Mais il s’agit en fait de zones souvent très populaires, où la propension à l’abstention est plus grande qu’ailleurs. On note d’autre part que le niveau des votes blancs et nuls y est aussi un peu moins forte que la moyenne nationale, que le vote en faveur d’Emmanuel Macron y est sensiblement plus élevé et, ce faisant, que le vote en faveur de Marine Le Pen s’y trouve plus faible.

Les plus férus de statistiques trouveront enfin un dernier tableau, qui renforce l’idée d’un désengagement partagé par la totalité des électorats, en dehors de ceux de Macron et de Le Pen. Une méthode employée en statistique et en calcul des probabilités consiste à calculer ce que l’on appelle des "coefficients de corrélation", qui permettent de dire si des relations peuvent s’établir entre des séries de données différentes.

En l’occurrence, on a cherché s’il était statistiquement possible d’établir un lien entre le niveau des votes de premier tour et les abstentions, votes blancs et votes nuls du second tour. Or le calcul ne laisse entrevoir que des corrélations faibles, un peu plus fortes toutefois pour les votes en faveur des "petits" candidats, mais particulièrement faibles pour le vote Mélenchon. Le comportement des électeurs Mélenchon ne se distingue que faiblement des comportements "moyens" d’un électorat globalement déçu par le débat électoral, mécontent devant une "offre" politique qui ne le satisfait pas. Un électorat qui, selon l’institut de sondage Harris Interactive, est davantage dominé par l’indifférence, l’inquiétude ou la colère (60% en tout) que par l’enthousiasme et la confiance.

Nul doute que c’est la patiente reconstruction de l’espérance qui, tout autant que l’indignation et l’esprit de résistance, sera la clé des relances démocratiques futures.

NDLR (10/05) : par suite du constat d’une erreur dans la feuille des résultats communaux de Marine Le Pen, certains chiffres la concernant ont été corrigés. Elle a notamment obtenu la majorité dans 13, et non 9, départements.

titre documents joints

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Poser le problème dans ces termes revient à un ultimatum écartant toute négociation nationale pourtant incontournable si l’on veut poursuivre de façon constructive la bataille entamée positivement au 1er tour ET contre le FN ET contre le libéralisme macronien (El Khomry, Santé, Education, transports publics). Le tableau( ici présenté) de l’implantation du FN ( plus de 45% des voix dans 25% environ des communes de France) CONTRAINT à la négociation et récuse l’ultimatum partout où le FN pourrait imposer SON candidat ou une triangulaire qui ne profitera qu’ à la droite. L’électorat FN est stable à 80% environ, contrairement à celui de JL M : le présent débat en témoigne. Faire reculer ces 80% est possible mais exige temps et rassemblement.

    michel.mourereau Le 9 mai à 11:22
       
    • @ michel.mourereau

      Si j’ai bien compris vos propos , étant électeur de JLM je suis un instable . A l’inverse les électeurs de FN eux seraient stables . Et bien sur vous disposez d’un outil plus fiable que les sondages ou le marc de café , pour mesurer la stabilité des électeurs .

      Ensuite vous nous expliquez que l’électeur du FN bien que stable , on peut le déstabiliser avec du temps et du rassemblement . Pourquoi pas plutôt en lui rendant espoir comme vient de le faire la FI et JLM ?

      L’électorat du FN il est sable ou il ne l’est pas ? Faut choisir !

      Les mêmes politiques produisant les mêmes effets , ce qui stabilisent voir contribuent à faire progresser le FN , ce sont les politiques que nous infligent la gauche et la droite depuis des années . Pour qui le FN est le plus sûr moyen de conserver le pouvoir, à défaut d’être majoritaires . Mais a trop jouer avec le feu on finit par se brûler .

      GG Le 10 mai à 12:13
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?