photo cc Blandine Le Cain
Accueil > Politique | Par Roger Martelli | 23 février 2016

Réflexion sur une primaire de la gauche

Le PS envisage désormais des primaires à gauche, fin 2016. Le PCF se rallie à l’idée, pour octobre. La primaire est donc bien installée dans les tuyaux. Remède miracle ou impasse redoutable ? Passage en revue de quelques arguments…

Vos réactions (62)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

1. « Il faut que la gauche soit présente au second tour »

Sur le papier, cela semble aller de soi. Même si la notion de gauche a pris du plomb dans l’aile, le clivage droite-gauche reste structurant. Mais son devenir ne peut s’envisager dans l’abstrait. La conjoncture française – et européenne – est marquée par un trait majeur : la percée de l’extrême droite, sur la base de la désespérance, du ressentiment, de l’esprit d’exclusion.

L’extrême droite progresse. Mais les régionales et les sondages disponibles suggèrent que, pour l’instant, elle continue de repousser et d’agréger contre elle en situation de second tour. Le danger de voir l’extrême droite gagner en 2017 est donc réel, mais peu probable. Les digues résistent encore ; mais une nouvelle poussée du FN risque de les faire tomber après 2017.

Dans un système présidentialisé comme le nôtre, la logique des primaires pousse vers le choix du "moins-disant" supposé plus rassembleur. En 2007 et 2012, elle a conduit les militants et sympathisants socialistes vers un choix qui, bien souvent, n’était pas d’abord de contenu mais d’opportunité. Dans les deux cas, elle a porté vers une personnalité jugée au "centre" (Hollande), plutôt que vers la "gauche" (Aubry, Montebourg) ou vers la "droite" (Valls). Dans les deux cas, ajoutons encore que la gauche n’était pas "sortante", qu’elle n’avait pas dans ses bagages ce qui est à la fois le poids et la légitimité institutionnelle du pouvoir. Faut-il exclure que, face à la menace droite-FN, la pente institutionnelle pousse une majorité de gauche à légitimer l’orientation Hollande-Valls, fût-ce par défaut ? Ce n’est pas exclu.

Or nous savons par avance que les conséquences en seraient catastrophiques. Un gouvernement réputé de gauche qui ne mène pas une politique de gauche n’empêche pas la mobilisation d’une droite radicalisée par sa fraction extrême, décourage le cœur de l’électorat gauche, accentue le désarroi des couches populaires et anesthésie la conflictualité sociale. Autant d’aliments pour une nouvelle poussée, cette fois décisive, du Front national…

2. « Une primaire peut ouvrir la porte à une candidature plus à gauche »

Le pari du PCF est qu’un processus de débat sur fond invalidera la ligne gouvernementale et promouvra une orientation et un candidat nettement plus marqués à gauche. On vient de dire que rien n’est acquis en ce sens. Mais poussons plus avant l’hypothèse de la défaite politique d’une orientation ouvertement sociale-libérale. Qui critique aujourd’hui la politique de l’exécutif ? Des individus et des forces en distance dès avant 2012 avec le recentrage socialiste déjà amorcé, mais aussi d’autres qui ont accompagné l’aventure Hollande, parfois même au-delà de l’arrivée de Valls à la tête du gouvernement. Sous réserve de repentirs ultérieurs, nul de ce côté-là n’a fait l’inventaire critique de ses choix d’un passé récent.

En admettant même que Hollande et Valls sont écartés, la logique des primaires devrait se manifester là encore en faveur du "moins-disant". La base du rassemblement pourrait être alors, par exemple, un retour à la tonalité du "discours du Bourget" de janvier 2012 (« Mon adversaire, c’est la finance »). Or ce choix est loin d’être convaincant. Pour tout dire, ce ne serait rien d’autre qu’un retour à la logique Jospin de 1987 (« Oui à l’économie de marché oui, non à la société de marché »). On peut se dire à la limite que la méthode de ce temps-là relève du "moins pire" ; cela n’en fait pas pour autant un "mieux". En tout état de cause, l’histoire a tranché : au terme des cinq années de gouvernement Jospin, on a connu la débâcle de la gauche et… la poussée spectaculaire de Jean-Marie Le Pen.

Si l’on veut que la gauche gagne et qu’elle réussisse – nous sommes contraints de vouloir les deux en même temps – la seule option raisonnable est une rupture avec la logique suivie à gauche comme à droite depuis plus de trente ans. Pas seulement la rupture avec Valls, mais la clôture d’une phase délétère de la gauche et de sa gestion.

3. « Le Front de gauche est moribond »

Il se trouve que le Front de gauche est à ce jour le seul regroupement politique qui fait de façon continue la promotion de ce type de rupture. Dès lors, il serait calamiteux de lui tourner le dos, soit parce qu’il serait trop "radical" et ne pourrait donc rassembler, soit parce qu’il ne le serait pas assez et serait donc incapable de mobiliser.

On dira peut-être qu’il n’est pas l’alpha et l’oméga du rassemblement nécessaire. On aura raison, mais il en a été l’instrument dynamique pendant quelques années. On dira aussi qu’il a ses limites, que certaines tiennent même à son origine jamais dépassée de cartel partisan plus ou moins brinqueballant, qu’il faut renforcer sa dynamique essoufflée par un authentique élan citoyen. L’affirmation est encore vraie.

Mais pour l’instant le Front de gauche est le repère à la fois le plus large et le plus clair sur les enjeux du moment. Cela ne lui donne aucun privilège, mais ne justifie pas qu’on le dédaigne et qu’on lui demande de se sacrifier sur l’autel d’une gauche non encore reconstruite. Passer à autre chose, sans autre forme de procès, serait contre-productif ; l’endormir dans des dialogues fumeux est mortifère.

Pourquoi ne pas partir de son existence, de ses valeurs, de son expérience, de ce qu’il peut aujourd’hui proposer ? Sur ces bases, pourquoi ne pas le tourner vers l’extérieur, en force qui comptera d’autant plus qu’elle est elle-même le fruit d’un rassemblement, héritière d’une histoire qui a inclus l’expérience de la campagne de 2005 contre le Traité constitutionnel européen ? Pourquoi ne pas le faire, non pas chacun de notre côté, mais ensemble ? Procéder ainsi ne serait pas faire de son maintien une fin en soi, la défense d’une institution pour elle-même ; ce n’en serait pas moins un passage obligé dans l’immédiat.

Et si nous décidons de le faire vivre, autant le faire raisonnablement : en pariant comme en 2012 sur sa force collective. Je suis convaincu que nous éclater aujourd’hui, quelles que soient les justifications avancées, c’est nous rétrécir et nous marginaliser, dans la solitude ou dans le marais. Fût-ce en clamant haut et fort que l’on ne cherche rien d’autre que le grand air du large…

Vos réactions (62)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • P. Martelli revisite Marx et réactualise Molière :

    " Enfumeurs de tous les partis, unissez-vous !"
    "Cachez ce Mélenchon que l’on ne saurait voir..."

    Quel talent, à gôche !

    François 70 Le 23 février à 05:01
       
    • Relis tartuffe et le malade imaginaire après prend j irais cracher sur ta tombe

      maurepascoco Le 23 février à 14:06
  •  
  • Dire dans le chapeau de l’article que le PCF s’est rallié à la primaire, c’est faire fi des conditions mises par P. Laurent ( notamment le socle commun qui exclut de fait Hollande ).
    JLM peut faire a priori 10 % des voix et après ? Quel débouché politique ?
    Quelle est la position d’ENsemble ! par rapport à la primaire et la candidature de LJ Mélenchon ?

    milhac Le 23 février à 09:07
       
    • C’est l’homme de droite Hollande qui risque fort de faire 10% ! Avec ou sans le soutien "primairiste" de Laurent.
      Sauf si, conscient de l’inévitable cataclysme électoral, il décide de ne pas y aller...
      Alors seulement il y aura des primaires... solfériniennes ! Peut-être avec quelques domestiques politiques servant de faire-valoir.

      François 70 Le 23 février à 09:27
    •  
    • Le socle commun n’exclut pa Hollande et P Laurent a dit dimanche" Tous les gens qui veulent la primaire, c’est justement pour qu’on leur redonne la parole et qu’ils ne soient pas suspendus à la seule décision de François Hollande " il n’a aucunement fermé la porte a Hollande

      borg Le 23 février à 09:47
    •  
    • pour François : pourquoi ce mépris dans votre dernière phrase ?
      vous vous prenez pour qui ?

      milhac Le 23 février à 10:32
    •  
    • Il n’y a aucun mépris dans cette phrase, seulement une constatation : Hollande a domestiqué Laurent depuis les municipales à Paris (et ailleurs). Les faits sont les faits.

      François 70 Le 23 février à 11:30
    •  
    • pour François : vous utilisez le terme "domestiquer " à l’égard de Pierre Laurent ... Ce dernier est-il un animal sauvage ?
      Votre vocabulaire en dit long sur votre triste personnage...
      100% méprisable
      _

      milhac Le 23 février à 12:18
    •  
    • JLM à 10 %, peut être mais il faudra voir en fonction de la dynamique de campagne si elle arrive à s’élargir cela peut être encore plus
      Par contre PL à 1,2 % ce serait mortel non ?
      Et sinon un PC qui participe à des primaires, soutient un candidat qui sera battu, et rallie une nouvelle union de la gauche, signerai la fin ultime du PC et son intégration définitive dans la sociale démocratie

      leon Le 23 février à 16:29
    •  
    • Loin de moi l’idée de voir P.Laurent en "animal sauvage" ! Qui, du reste, pourrait se le représenter ainsi ? Voyez-vous, je le verrais plutôt en toutou docile, habitué des salons feutrés et cénacles parisiens de gôche, toujours prêt à faire le beau pour attraper le su-sucre lancé depuis l’Élysée où la rue de Solférino...

      François 70 Le 23 février à 16:44
    •  
    • Mélenchon PEUT faire 10% et après ? Intéressante question.
      A quoi sert la lutte idéologique. Qui dit que Mélenchon ne peut faire que 10% ?

      choucroute Le 6 mars à 09:01
    •  
    • Réponse à Choucroute.
      Je pense que le mouvement jlm 2017 peut dépasser la barre des 20%. Je pense même que là est l’explication de l’acharnement "primairiste" de Laurent et sa clique politiquement vendue au P"S" pour les prébendes et les places qu’il distribue...
      Car le pseudo-communiste Laurent (qu’il ne faut pas confondre avec les milliers de communistes intègres) sait pertinemment qu’à 14 mois de 2012 Mélenchon était à moins de 3% dans les sondages, avant de finir à 11% malgré le "vote utile"...
      Lui et ses maîtres de Solférino sont tétanisés à l’idée d’une progression comparable !!!

      François 70 Le 6 mars à 09:44
  •  
  • Il ne faut pas réagir non plus à chaud à toutes les interviews de Pierre Laurent ! Elles souvent faites dans des conditions particulières, un peu sous la forme d’interrogatoire et elle peuvent déformer la réalité des propos des uns et des autres. Cette méthode est souvent utilisée par les contradicteurs des médias. Le socle commun comme l’indique un précédent intervenant exclus Hollande ou Valls de fait, car le socle de discussion écarte d’entrée tout soutien à la politique actuelle. Il faut être un peu de mauvaise foi, pour prétendre que, le PCF où d’ailleurs les autres partenaires du FDG puissent penser faire participé Hollande ou Valls.

    Frédéric VIALLE Le 23 février à 10:21
       
    • Voilà une réflexion utile et intelligente - ça change des inepties et autres de François et Léon...

      milhac Le 23 février à 17:06
    •  
    • Un dirigeant politique sait très bien que chacune de ses paroles est scrutée et disséquée. Je crois donc très peu à la déclaration à chaud. Par contre chaque déclaration fait passer un message. A vous de voir s’il vous convient.

      choucroute Le 6 mars à 09:04
  •  
  • Melenchon vous fait peur ?!
    surement parce qu’il va réussir son pari en s’adressant directement au français !
    Que voulez-vous il n’est pas dans vos salons feutres et vos petites combines...
    jlm2017.fr !!!!

    Laurent Courtois Le 23 février à 11:06
       
    • Courtois tu visites souvent NOS SALONS FEUTRES ?.
      J en connais qui viennent pour chercher de l’ aide et du fric su ils ne vont pas chercher auprès de leurs adhérents.

      maurepascoco Le 23 février à 14:10
    •  
    • Je m’excuse Laurent, mais oui, moi de gauche il me fous la trouille. 4 ans que j’ecris sur la guerre en Syrie, et je m’entends le Melenchon, pour qui j’ai voté, me sortir un chapelet d’aneries et de soutien en faveur de Poutine et de Assad et aucuns soutiens au final pour les civils Syriens qui se font dégommer, soit par le regime soit par les djidistes soit par des troupes de rebelles parasités par les djiadistes, oui cà me pose sérieux problème. C’est pas cà la gauche !!!! Surtout que Marine Lepen faschiste à le même discours que lui sur le sujet, donc oui gros problème. Impossible de transformer le Melenchon en chef des armées de notre pays, donc election impossible de ma part. Donc soit Pierre Laurent se présente pour le FDG soit pas de vote pour moi ou vote PS dans le pire des cas.

      Lucide Le 24 février à 13:51
  •  
  • Mais enfin Monsieur Martelli, réveillez vous ,le FdG est bien plus que moribond, il est carrément mort. Et pour vous dire mon sentiment c’est mieux ainsi. Je ne pense pas ,contrairement à vous , que la fin du FdG conduise au rétrécissement, celui ci est déjà en route, pour la bonne et simple raison que le front de gauche ne représente plus rien aux yeux des électeurs. Les magouilles du PCF et ensemble , lors des dernières consultations électorales en sont la principale cause.Et ce ne sont pas les petits arrangements actuels de Laurent et Autain pour une primaire avec le PS qui vont le faire renaitre de ses cendres.

    alain Le 23 février à 11:12
       
    • Quand tu auras fini de vomir sur le Pcf tu pourras aller te laver la bouche et essayer de sortir des propos argumentés.

      maurepascoco Le 23 février à 14:04
    •  
    • Hé oui je sais, la vérité fait mal.

      alain Le 23 février à 15:43
    •  
    • entièrement d’accord avec Maurepascoco...
      cette messagerie dégouline d’anti-communisme

      milhac Le 23 février à 17:08
    •  
    • @milhac. Vous n’avez jamais été communistes, tout juste des petits staliniens suivistes n’ayant jamais rien lu ni compris du marxisme, bénis oui oui de vos dirigeants successifs quelles que soient leurs aberrations et leurs compromissions. Dégagez !

      René-Michel Le 23 février à 22:15
    •  
    • @alain rappelez moi quelle a été la position du PG et de Mélenchon aux régionales en particulier en île de France où il s’agissait de sauver le soldat Coquerel, alors vraiment votre numéro sur la social démocratisation du PCF cela fait sourire... Vous êtes tellement intoxiqué que vous répéter vos mantras "plus à gauche que moi tu meurs " avant d’aller faire élire votre numéro deux sur la liste de Bartelone ; pathétique.

      armogan Le 23 février à 23:12
    •  
    • pour René-Michel : et tu n’as même pas honte... pauvre diable

      milhac Le 24 février à 07:29
    •  
    • Je réponds ici à LUCIDE
      Mon avis sur la posture de JLM sur la question est exactement le même que le vôtre.
      C’est vraiment dommage par rapport à la dynamique qu’il représente par tout son effort d’ analyse et d’imagination pour promouvoir un projet réellement novateur et global.
      C’est vraiment dommage aussi par rapport à la situation actuelle du front de gauche qui, à mon avis, a été ruiné par les régionales, et par rapport au projet de primaires à gauche, parce que celui-ci ne choisit pas entre des arrangements de groupes politiques et la mise sur orbite d’une consultation citoyenne authentique. Face à cela, la présence d’une personnalité forte, convaincue, préparée et médiatique, est une sorte d’aubaine qu’il faut se garder de repousser sans y réfléchir.
      Donc si cette position idéologique du personnage (concernant la Syrie et beaucoup plus) est plutôt consternante, je préfère attendre un peu...
      Mais si cette solution là s’effondre aussi, mon choix ne sera pas de voter utile d’une façon ou d’une autre. Ce sera le vote blanc, car la démocratie (au moins telle que nous la connaissons) sera morte.

      vincent bissuel Le 28 février à 11:54
  •  
  • Je ne vois vraiment pas comment le PCF pourrait empecher Hollande de participer si il ne dit pas d’entrer non a Hollande et se contente d’un socle commun que Hollande pourra reprendre (il a fait pire avec "mon ennemi est la finance". La mauvaise foi semble partagée http://www.regards.fr/web/article/pierre-laurent-a-quel-prix-la

    borg Le 23 février à 11:47
  •  
  • Une primaire avec la PS, c’est une perte de temps pour un résultat connu d’avance. Hollande ou Valls pour quelques circonscriptions promises au PCF.
    Pour dépasser le cartel qui paralyse le Fdg et engager une vraie rupture avec le social libéralisme : http://www.jlm2017.fr

    BJL Le 23 février à 11:54
  •  
  • (...)
    L’occasion, peut-être aussi par cette hypothèse de Primaire(-s), d’envisager un regroupement d’une Union écologiste élargie aux Fronts de Gauche, histoire d’aller taquiner la Primaire socialiste et pourquoi pas la remporter et obtenir ainsi le renversement de la direction monopoliste socialiste !… Depuis que les remparts politiques des versants minoritaires de la Gauche Française veulent s’y frotter… Avec ou sans Jean-Luc Mélenchon, déjà auto-proclamé Chef du Gouvernement provisoire et transitoire du ‎Consistoire‬ issu des Collectifs constitutifs du ‎Front_De_Gauche‬ qui existent depuis quelques années ; cette gauche pourrait aller provoquer le flanc majoritaire de la gauche socialiste de gouvernement autour d’un Triumvira (Noël Mamère, Eva Joly et la Confédération Paysanne de José Bové) unissant autant le ‎PCF‬ que des écologistes ou des ‎NPA‬, voire Lutte Ouvrière si le projet économique d’Eva Joly comprend suffisamment de volets « révolutionnaires » concernant la lutte contre les paradis fiscaux, l’Organisation Mondiale du Commerce et le Fond Monétaire International !
    (...)

    https://laurentgantner.wordpress.com/2016/02/21/cambadelis-connait-la-date-des-primaires/

    laurentgantner Le 23 février à 13:56
  •  
  • on ne vous demande pas ni a vous ni au PCF de rejoindre JLM. 
    Surtout ne nous rejoignez pas ! par pitié ! oui ? si vous avez mieux a faire dans une primaire avec jean pierre Laurent ou avec hollande ou le roi de Prusse faite le ! .
    Comme je le dit plus haut, a part dans le microcosme , tout le monde se fout de savoir si jean pierre Laurent appelle a des primaires ou pas !
    Le parti communiste chez 95 % de la population c’est comme les "bombons kréma, la DS21 , Manufrance ce sont des madeleine de Proust ca s’arrête là .
    Mélenchon et le PG ont tiré les leçons des régionales , le front de gauche est devenu un truc obsolète qu’ il convient non pas de détruire mais de laisser s étioler comme une crouton de pain sous un meuble.
    Certains au PG pensaient que le PCF tirait avantage du front de gauche en étant un coup dedans , un coup dehors, les naïfs , en fait le front de gauche a siphonné le peu d’électeur qui votaient PC des le premier tour et qui clament sur l’air des lampions unité, unité , en fait le front de gauche a servi au PG a exister et participer à toutes les élections depuis 2009 , sinon ,nous l’aurions fait avec quel argent ?.
    Le pire c’est que d’autres au PCF veulent garder le front de gauche comme " outil " , hé oui ! qui va prendre le risque de casser le FDG le premier ? le PG , ensemble ? surement pas , utilisez le logo FDG tant que vous voudrez, l élection de 2017 sera ultra personnalisée, JLM 2017 suffira ,pas besoin de LO , NPA , PCF ,POI et autres coquilles vides qui représente moins de 2% des voix .
    Si le PCF veux organiser des primaires avec hollande, Cohn bendit et cambadélis grand bien vous fasse , pendant que vous finirez de perdre le peu d électeur qui vous reste , nous avancerons plus vite.
    Les campagnes politiques désormais ne se font plus avec des " copains qui collent des affiches" , mais avec des medias , des blogs, des réseaux sociaux , de la présence médiatique, continuez a vendre des brioches et organiser des concours de belotes.

    buenaventura Le 23 février à 16:12
  •  
  • L’alfa et l’omega de PLaurent :

    antimélenchonisme primaire
    &
    primaires avec le p$

    cantaous Le 23 février à 16:46
       
    • entièrement d’accord avec vous ....plAURENT continue , participe aux " aux lundis de gauche " ....
      BARRER LA ROUTE A MELENCHON ! avec C AUTAIN qui espère , peut être être " choisi" que cela est triste décevant , je me moque de P lAURENT ? AUTAIN..... Je pense aux militants sincères , du PC a à ceux qui répondent toujours présents pour " tracter , coller "... les dirigeants vont faire leurs magouilles, leurs embrouilleset eux vont êtres balladés .... Je suis dégoutée !

      medialuna Le 17 mars à 13:59
  •  
  • PRIMAIRES à gauche...?
    Remède miracle ? Ou impasse redoutable...?
    En tout cas un piège terrible qui est en train de se refermer sur le Pcf et accessoirement sur Ensemble...
    "Je ne veux pas revivre les élections régoinales" (Pierre Laurent)
    Eh bien, ça tombe bien ! Nous non plus ! Assurément !

    Faudra-t-il que nous soutenions Valls ou Hollande (ou Macron) parce que nous nous serions politiquement et moralement engagés dans des Primaires sous contrôle de Cambadélis...?
    Cela n’a pas de sens...

    "Le Front de Gauche est moribond"
    Ami et camarade Roger MARTELLI, faut te réveiller !
    Il est mort depuis un certain temps déjà au moins cliniquement... Depuis le jour où il a été décidé qu’il n’y aurait pas d’adhésions directes...

    L’intérêt de l’opération JLM2017, c’est au moins, de secouer le cocotier de nos petites habitudes et de nos querelles incessantes ! Ou de nos petits calculs mesquins !

    JLM, on doit le lui reconnaître, a le don pour "ré-enchanter la politique"

    Gil PERNOT Le 23 février à 16:58
  •  
  • On peut sans doute encore rêver que le FDG pourrait à nouveau être un outil de convergences de celles et ceux qui en ont assez d’une politique néo libérale du PS.
    Ce n’est plus le cas. C’est malheureux, mais c’est comme ça. Les intérêts des uns et des autres en ont décidé autrement. Que faut-il donc faire maintenant ? Attendre des temps meilleurs ? Croire de toutes ses forces qu’il est encore possible de tirer le PS vers une politique de gauche.? Prendre acte du tournant historique et irréversible du PS vers l’ordo libéralisme et par contre- coup constater le glissement inéluctable du PCF vers la social démocratie.
    Jean-Luc Mélenchon considère, à juste titre de mon point de vue, qu’ il était temps de changer de livre et non plus de tourner une page. L’avenir dira s’il a raison. Il en est de même avec les choix des autres ex-partenaires du FDG.
    Le PS n’aura , de son côté, aucun mal à s’adapter. Il a fait le choix du banquier contre celui du salarié.
    Les mois et les semaines à venir seront, sans aucun doute, cruels.

    rody Le 23 février à 18:35
  •  
  • Même avec l’expérience des Collectifs Antilibéraux, il y en a qui sont encore dans la discutaille ! Il y a eu en 2006 10 candidats et cela a engendré, non pas comme le prétend Clémentine Autain " de garantir que la concurrence entre les candidats potentiels de cette gauche franche", (elle parle de concurrence comme l’avancent les traités européens et la Commission Européenne), mais une explosion et une rancoeur encore tenace aujourd’hui (Besancenot, Bové, Salesse,...). Si, au lendemain de la Présidentielle et des législatives de 2012, le FDG avait tiré toutes les leçons du bon score de JLM et de la grosse déception des législatives, et avait préparé celles de 2017 en éventuellement reconduire naturellement JLM ou pas et avait eu une stratégie claire et lisible lors des élections dans les collectivités territoriales et européennes, il n’y aura pas besoin de pseudo-primaires pour soi-disant rassembler toute la gauche aujourd’hui. Maintenant, la proposition de candidature de JLM oblige les membres du FDG et ceux qui se présentent comme radicalement opposés à la politique du Président de la République de se positionner !!! On peut le voir avec la rentrée au Gouvernement de Cosse, Pompili et Placé ! http://www.regards.fr/web/article/primaire-pour-une-gauche-franche

    Camel Le 23 février à 18:46
  •  
  • @Rody et Victoire Belle:je crois que nous sommes un grand nombre à penser que la stratégie des directions PC et Ensemble,de reproduire les erreurs catastrophiques des 2e tours( départementales et régionales de 2015, pour les plus récentes)si elles se concrétisent,porteront LE coup de grâce au FdG .
    Faire porter le chapeau de cette situation à JLM,même si on peut discuter sur la forme de sa proposition de candidature,est assez lamentable.

    Reste que les militant(e)s de ces 2 orga ne doivent pas se sentir lié(e)s par les erreurs de leurs directions,et peuvent les en informer,afin d imposer un rassemblement de la VRAIE gauche,en refusant de se compromettre avec des orga douteuses(libérales honteuses ou assumées).

    HLB Le 23 février à 22:37
       
    • Il me semble que le PG a bien négocié ses places au second tour des régionales en iles de france pour coquerel et en Occitan alors merci pour la leçon de moral. De plus le PG est tellement en forme (beaucoup de militants ont quittés le navir) qu’ils ont dû créer des coquille vide comme le M6R. Il est tellement désiré qu’au régional il fait des scores moins bon qu’en 2010, qui présente Mélenchon comme hors parti soutenu par son parti (on se fout vrament de la geule de ce pauvre peuple de gauche). On évite evidement de parler des carriéristes PG qui sont aller négocier avec les socialistes aux premier ou second tour municipales... Qui voulaient absolument la fusion au second tour des régionales et nous soul pour bosser avec le PS, c’est le cas chez nous alors que le PCF est sur la ligne d’autonomie. Si la position de se consacrer à recréer une gauche et qu’Ensemble défini la priorité pour l’avenir fait chier certains que dire de ceux du PG souhaitent la même chose, faire de l’éducation populaire et de la politique autrement, arrêter de courrir après les élections... Puis finalement faire comme avant la courses aux élections c’est pas pathétique ça. Voir Mélenchon sortir ses conneries sur la Syrie et l’armée russe et Poutine ça fait pas gérber ? on aurait dit du Le Pen et même soit disant censuré de 4 minutes c’était bien assez insuportable comme ça. 2017 Je m’en bas les stecks.

      redgorilla Le 25 février à 16:05
  •  
  • Bonjour,

    Je soutiens le front de gauche depuis sa creation. J’ai essayé d’emporter avec enthousiasme nombreux de mes amis dans cette aventure prometteuse de renouveau.
    Jamais encarté de ma vie, j’ai attendu 5 ans que la possibilité me soit offerte d’y adhérer directement. En vain.
    Je pense que beaucoup de gens, foncièrement à gauche mais non encartés comme moi, ont attendu que la dynamique de 2012 perdure, mais n’ont eu comme propositions que les sempiternels débats sur l’unité et la bataille des égos sur des points de détails... Pas de nouvelles manières de faire, pas de nouvelles manières de voir ou d’agir.
    Littéralement désarmant pour ma part.

    J’ai pensé un temps adhérer au PCF.
    Mais j’ai été trop de fois tellement surpris et déçu par les prises de décision de la direction du PCF, que je n’ai pas pu.

    Entre autres, dans le désordre : un executif départemental clairement anti Front de Gauche et pro Notre Dame des Landes, une position pas franche sur la sortie du nucléaire, des stratégies électorales illisibles voire électoralistes, une curiosité disons "timide" sur toutes les expériences éco-alternatives et citoyennes qui fleurissent partout en France...

    J’ai précisé plus haut "direction du PCf", que je ne confonds pas avec la base des militants communistes. Cette distinction me semble primordiale.
    Je ne fais pas d’anticommunisme primaire.
    Je me sens communiste.
    Mais je crois que vais soutenir cette fois ci la candidature, même imparfaite, de Jean-Luc Mélenchon.
    Cette candidature me paraît actuellement être le meilleur outil politique à ma disposition pour peser électoralement sur le cours des choses.

    Et un outil reste un outil. Une fois utilisé à bon escient, il peut être honorablement remercié et rangé dans sa boîte !

    L’avenir dira si c’était une erreur d’analyse ! ☺

    Mackno Le 23 février à 23:21
  •  
  • je trouve la plupart des intervenants à ce forum intolérants et pour casser l’outil FDG on ne peut pas mieux s’y prendre, si nous les entités de ce front ne sont pas capables de s’entendre y compris JLM, ce n’est pas la peine de lutter et laissons le champ libre à Hollande,Valls, LR et le FN...
    On à certainement fait des erreurs avec le FDG mais aujourd’hui il ne reste que cet outil pour rebondir et s’élargir avec Nouvelle Donne qui doit devenir un allié et non un concurrent et pourquoi pas le NPA et d’autres.

    roullin Le 23 février à 23:58
  •  
  • le mérite de JLM est d’avoir contraint au débat : il a atteint l’objectif, à l’évidence. Les primaires sont un piège que son attitude a mis en échec, c’est positif. MARTELLI en donne les différents aspects, dont l’un, non le moindre, est de rappeler que la population de gauche, égarée sur le PS, déçue, s’est réfugiée dans le non-vote, elle est en attente de solutions, non du FN, sauf si elle était une fois de plus trahie, façon "primaires-pour- bloquer- le—FN-au second tour", donc sur le moins-disant dénominateur commun, donc sans projet. La politisation de ceux qui s’expriment ici ne reflète en RIEN le calme anxieux des non votants. Le projet Macron-El Khomri créé les conditions d’un rassemblement dont il est possible de sortir par le haut (300.000 signatures ce soir). Le cocktail (JLM+Macron) peut faire exploser les colères jusqu’ici capitalisées par le FN, en amorçant le rassemblement auquel aspirent tous ceux qui ne sont pas politisés autant que vous. Parce que la démocratie exige du temps, le FdG parle encore au plus grand nombre ; ne les embrouillons pas davantage avec des querelles de boutique . Le FdG peut repartir, très vite ; c’est pour cela que les Primaires représente pour les libéraux un soporifique de bon aloi. Elle sont à proscrire.

    jean-jules Le 24 février à 00:23
       
    • Je crois qu’il faut se demander si l’échec du FdG n’était pas inscrit dans ses "gènes". Je m’explique.
      Pour les uns, "ligne Mélenchon", il s’agissait de bâtir une force de substitution au PS (devenu néolibéral) sur tout l’espace politique de la gauche. Dans cette stratégie, juste à mon avis, le P"S" a vocation à être pasokisé et à rejoindre les poubelles de l’Histoire...
      Pour les autres, "ligne Laurent-Piquet", il s’agissait de constituer à gauche du PS, considéré comme l’axe central de la gauche "pour l’éternité", une force minoritaire devant servir à la fois d’aiguillon et d’appoint au P"S".
      Tout le monde voit bien que les positions de départ des uns et des autres sont restées les mêmes. Les positionnements divergents sur 2017 sont la conséquence logique de positions de fond sans doute inconciliables.

      François 70 Le 24 février à 05:20
  •  
  • Je partage totalement cette analyse. Malgré, comme beaucoup ou certains quelques réserves vis-à-vis du Front de gauche. J’ai milité pour les adhésions directes. Supprimer le Front de gauche aujourd’hui serait suicidaire. Et repartir où, et avec quoi, et avec qui ? Au risque inévitable de disparaître totalement pour le coup. Je suis contre les primaires dites à gauche. Par contre, je suis pour la construction alternative collective. La présidentielle, oui, mais si nous engageons, largement et sur le terrain la réflexion et la construction de la dite alternative. Je garde en mémoire cette belle expérience des collectifs anti-libéraux.

    Luc Quinton Le 24 février à 04:55
  •  
  • Il se trouve que le Front de gauche est à ce jour le seul regroupement politique qui fait de façon continue la promotion de ce type de rupture. Dès lors, il serait calamiteux de lui tourner le dos

    Personnellement, après la cacophonie des élections municipales et régionales, je ne peux plus aller sur les marchés défendre le "Front de gauche". Je n’y crois tout simplement plus.

    Par contre « l’Humain d’abord » reste un acquis sur lequel on doit s’appuyer pour la suite. D’ailleurs c’est ce que Mélenchon déclare vouloir faire : http://www.jlm2017.fr/le_projet

    Citoyen74 Le 24 février à 08:05
  •  
  • Au Parti de gauche , un certains nombre de militants et pas des moindres voulaient en finir avec le front de gauche depuis les municipales.
    Or c étais très compliqué car un certains nombre d’adhérents et de sympathisants n’auraient pas compris que ce qui avait donné lieu a un grand espoir des 2009 avec le point culminant de 2012 , soit ainsi jeté aux orties .
    Il est apparu très vite, aussi bien au PG , qu’a la FASE, ou a GU , a l’époque que le PCF représententerait un frein a tout développement d un mouvement plus vaste et moins sectaire.
    L adhésion directe sans passer par un parti était tout simplement insupportable aux vieux staliniens qui ne jurent que par le "parti " , dans ce cadre réducteur et archaïque , il ne restait donc que d’hâter l’agonie de ce front de gauche vidé de son but ultime se "substituer aux chapelles existantes".
    Les régionales ont permis par la cacophonie générale de vérifier ce qui apparaissait depuis le début, c’est a dire que le PCF , n’a qu ’à un seul but, "sauver son appareil ".
    La tache en a été facilité par les listes suivant les régions avec les verts , la aussi la contradiction majeure du FDG est apparu, le PC reste majoritairement PRO nucléaire et pro force de frappe.
    L’annonce de la candidature de Mélenchon en direct sans passer par les appareils est le dernier étage de la fusée , il ne restait plus qu’a espérer que Le PCF adhère a l’idée d’ une primaire a "gauche" , et c’étais joué .( merci JPL)
    Le front de gauche va donc finir de s étioler dans des débats qui n’intéresseront personne et enfin l horizon sera dégagé pour une candidature anti libérale celle de JLM , qui va monter dans les médias et dans l’esprit des citoyens comme étant la seule alternative crédible.

    buenaventura Le 24 février à 09:34
  •  
  • PLaurent " va forcer sa nature" pour se présenter aux primaires.

    mamma mia

    cantaous Le 24 février à 13:53
  •  
  • Je viens de vous lire... j’ai envie de vomir...
    Abattre tout le monde et marcher derriere un gourou.
    Vous n’êtes bon qu’a ça.

    Allez cracher votre haine sur le FN ca vous soulagera.

    Et plongez vous dans l histoire avant de salir qui que soit.

    En colère y a de quoi Le 24 février à 13:55
       
    • Staline, Thorez, Marchais et son bilan globalement positif du socialisme... et il nous invite à nous plonger dans l’histoire, nous accuse de n’être bon qu’à marcher derrière un gourou ! Arrête de vomir et essaie d’argumenter si tu as quelque chose à apporter au débat. Tu n’as pas le monopole de la colère même si tu as celui du culot !

      René-Michel Le 27 février à 23:20
  •  
  • Discussion déprimante faite de focalisation électoraliste et de brèves de comptoir. Plutôt que de perdre son temps à ça, il y a d’autres urgences, elle sont sociales et exigent un travail militant, certes plus aride que l’enfilage de brèves de comptoir.
    Adieu, j’ai l’impression qu’on ne se reverra pas.

    Monsieur HR Le 24 février à 15:07
  •  
  • Les primaires à gauche ne sont pas un but en soi pour P. Laurent, elles sont le moyen d’exister pour le PCF avec les législatives dans la foulées de la présidentielle. La primaires à "gôche" avec des sociaux libéraux est une utopie, un leurre les Cohn Bendit, Camdabélis, Duflot, Hulot, Mondebourg, Hamon ce sont tous des anti-communistes notoires. Dans cette primaire P. Laurent ou autres Dartigolles, Chassaigne n’ont aucune change d’être retenu candidats. Cette primaire décidée par les états majors du PCF permet d’entretenir l’illusion d’un changement profond de politique bien à gauche mais sur quel programme et avec qui surtout ? Hollande en 2012 avait fait des promesses que sont-elles devenues ? voulons-nous renouveler l’expérience ? Non, Non et Non merci nous ne sommes pas des moutons. Il n’y a donc pas de temps à perdre le temps perdu jusqu’au mois de novembre ou décembre ne fait que diviser, découragé les militants, pour aller à l’échec. Le programme de
    l’Humain d’abord reste d’actualité réactualisé il est là pour nous servir de base ET VITE ! dans ce cadre en temps que communiste je rejoins la candidature JLMélenchon

    alamo Le 24 février à 18:35
  •  
  • On est passé de " Place au peuple " en 2012 à " JLM2017 " ...
    ce glissement sémantique a du sens !!
    ni dieu, ni césar, ni tribun chantait l’autre !!!

    Avis de grand frais Le 24 février à 19:11
       
    • Le peuple ne peut pas briguer l’élection présidentielle, ça même "l’idiot international" le sait. Creuse toi un peu la tête, montre que tu n’as pas besoin de tribun...

      René-Michel Le 28 février à 10:30
  •  
  • Tout cela, ce sont des échanges entre camarades soucieux du social, de l’Humain, de la planète et c’est déjà formidable .
    J’ai eu la même démarche politique que MACKNO et le PCF a été mon compagnon de route donc je ne suis pas anti communiste.
    Les partis du FDG en refusant l’adhésion directe au FDG pensaient sans doute récupérer des militants pour leur chapelle, on ne peut rester unis quand on se considere deja adversaire. Nous avons vécu cela vecu localement, le responsable de la section PCF ne participait pas aux travaux du FDG et pire a refusé de participer a la campagne des dernieres elections regionales, liste unie FDG, car il soutenait des candidats communistes qui s’étaient engagés a titre perso aves la liste socialiste !!!
    Donc ce qui compte pour certains ce sont bien les postes et pas les valeurs. EELV a claqué la porte mais finalement ils y retournent. C’est tellement contradictoire !
    Pierre Laurent le sait très bien, comment peut il accepter que nos idées ne soient plus représentées ?
    Alors fini pour moi la confiance . J’ai vu pleurer un vieux communiste et ça me dégoûte !

    C’est cela qui compte, un programme qui est l’humain d’Abord remanié s’il le faut puis un candidat qui s’engage pour la 6 ème Republique et ce n’est pas nouveau.
    Il va falloir être courageux mais on peut le faire, on doit essayer pour toutes et celles qui survivent.
    Bien Humainement d’abord.

    Victoire Belle Le 24 février à 20:13
  •  
  • 33 ans après le virage libéral (mars 1983), il serait temps de prendre acte que le Parti d’Epinay (“Qui n’est pas pour la rupture avec le Capitalisme, n’est pas Socialiste” } avait dit Mitterrand) n’existe plus.
    ... Et par conséquent l’union de la Gauche à l’ancienne ça ne peut plus marcher. (Voir la Gauche plurielle au pouvoir en 1997/2002... Avec son élimination du second tour de la présidentielle)
    Quand au Front de Gauche il a été plombé par Pierre Laurent lors des dernières municipales avec sa stratégie à géométrie variable ( Et Clémentine Autain a-t-elle "vitaminé" Sevran comme l’indiquait son slogan ?)...

    Mélenchon avait raison quand il disait qu’il n’y avait rien à attendre de Hollande... C’est dès juin 2012 qu’il fallait, au parlement et dans le pays, assumer totalement l’opposition de Gauche... Et non chercher à peser sur le PS...

    Oui Mélenchon a bien fait de proposer, sans plus tarder, sa candidature directement aux Citoyens...
    Bonapartiste Méluche ? Oui comme Bonaparte au pont d’Arcole}}

    Sodol Colombini Le 24 février à 21:50
  •  
  • Ne pas compter uniquement sur elections voter c’est bien,lutter n’est mieux. Attendre tout d’en haut, ne produit que des déceptions. Mêmes si on place notre bon candidat cela ne changeras rien,car il faudra pousser très fort, pour qu’il tiennent ses promesses.

    Bob Le 5 mars à 09:42
  •  
  • Cela m’est venu alors que je me taillais la barbe ce matin. Droit dans les yeux, je me suis dit : « Pourquoi pas moi ? ». Je ne suis pas moins citoyen qu’un autre. J’ai quelques expériences syndicales, associatives, politiques ; et même dans ma vie privée j’ai pu, comme des milliers d’autres, vivre des épreuves propices à la réflexion sur le sens de la vie.

    Nous serons bientôt (déjà !) au printemps 2015. Il ne nous reste plus que 7 petites années avant l’échéance de 2022.

    Après avoir lu et relu les messages de mes amis sur tout ce qu’il y avait à faire en vue d’une réelle prise de pouvoir par le peuple, il m’est apparu évident qu’il n’y avait pas de temps à perdre.

    Donc, c’est dit : je prends mon ticket pour 2022.

    D’ici là, qu’est ce qu’il y a à faire ?

    Je vois 3 étapes :

    1- La mise en place du processus

    D’ici à l’été 2017, nous en parlons autour de nous, nous multiplions les rencontres à 2, à 3… à 25, à 40… Nous participons aux luttes sociales, écologiques, démocratiques, sociétales. Et, du vécu de tous ceux qui luttent, et avec eux, nous dégageons les axes principaux de réflexion en vue d’un projet pour les 30 prochaines années (2022-2052). L’objectif annoncé de ce projet sera de remettre en cause clairement ce que nous percevons du libéralisme et de s’engager sur la piste d’un dépassement du capitalisme. Surtout, nous profitons de la sensibilisation à l’élection présidentielle de 2017 pour… ne pas en parler. Si, sur cette élection de 2017, de détache un candidat qui part un peu dans nos directions, nous lui apportons notre soutien. Éventuellement, au passage, si nous en avons l’occasion, et en recherchant la collaboration avec les organisations impliquées d’une façon ou d’une autre dans la vie politique (partis, syndicats, associations) nous participons à quelques législatives (histoire de nous faire la main et de récolter quelques moyens financiers par le biais du financement d’État de la vie politique) mais surtout et toujours, en mettant en avant le projet 2022.

    2- Le travail sur le projet de société

    De 2017 à janvier-février 2022, nous travaillons sur le projet de société pour les 30 prochaines années (2022-2052).

    Il nous faudra, pour cela faire appel à de nombreux animateurs, témoins, impliqués et compétents dans différents domaines au cours de conférences citoyennes. Qu’importe le nom (jury citoyen, conférences de consensus, conventions de citoyens…), l’important est que la prise de position (et/ou de décision) soit « éclairée » tant par les échanges que par les paroles de ceux qui auront travaillé les questions en amont.

    L’ensemble du travail ainsi réalisé localement (par départements notamment) couvrira deux objectifs complémentaires : des plateformes locales pour les élections législatives, une plateforme nationale pour la présidentielle.

    C’est cette plateforme nationale qui sera, après l’élection, le point d’appui pour la rédaction du projet de nouvelle constitution.

    3- La campagne proprement dite

    A partir de janvier-février 2022…

    Évidemment, le « nous », dont il est question tout au long de ce texte, ce n’est pas un « nous de majesté » bien sûr. C’est un « nous » qui représente le groupe (local ou régional) de ceux qui, comme moi, se proposent d’être candidat à la présidentielle de 2022.

    Après tout ce travail et en fin de processus (janvier-février 2022) chaque groupe désignera par consensus, en son sein, un certain nombre de candidats au tirage au sort (nombre à la discrétion du groupe, mais respectant la parité femme/homme et veillant à une représentation équitable des âges). Dans chaque circonscription, c’est parmi ces candidats que seront tirés au sort les candidats à la députation. Ces candidats auront fait la démonstration que, au-delà de leur niveau de connaissance des dossiers qu’ils seraient appelés à traiter, ils sont en état d’animer au mieux les collectifs qui seront chargés de travailler ces dossiers avec les députés et dans les différents ministères.

    Enfin, les sélectionnés de l’ensemble des groupes locaux ou régionaux se réuniront dans le département (hors Ile-de-France) qui aura livré le travail le plus conséquent.

    Cette assemblée choisira en son sein et par consensus une douzaine de candidats (parité genre et âge) au tirage au sort désignant notre candidat à l’élection présidentielle de 2022.

    C’est bien après tout ce processus démocratique que je me déclarerai candidat.

    Pacco Le 5 mars à 11:05
  •  
  • Roger a-t ’il lu l’Ere du Peuple ? Si oui qu’en pense t’il ? Son analyse est intéressante même si on peut regretter l’absence de proposition concrètes. Renforcer le Front de Gauche ?
    Le Front de Gauche c’est qui, c’est quoi, concrètement ? Du point de vue des forces militantes c’est essentiellement le PCF. Du point de vue décisionnel également. Quand le PCF ne veut pas, rien ne se fait au FdG. Or il se trouve que la direction de celui-ci s’est engagée sans demander l’avis de personne dans un processus de primaire qui ne peut que conduire à un nouvel alignement sur le PS.
    Jean-Luc Mélenchon a lancé un mouvement qui se développe hors des structures partidaires traditionnelles qui ont démontré leur incapacité à produire un mouvement ascendant. A ce jour il recueille l’adhésion (à des degrés divers de 73 000 personnes) Ce mouvement ne peut aller qu’en s’accroissant dans la dynamique des luttes qui se dessinent et de sa propre dynamique. Il faut bien que quelqu’un se décide à faire bouger les choses. Il appartient désormais à chacun qui se réclame du mouvement progressiste de se positionner car rien ne pourra plus arrêter le mouvement des insoumises et insoumis. Comme d’habitude une fois la démonstration faite de la pertinence de ce mouvement, nombreux seront ceux qui en réclameront la paternité ou la maternité. Alors allons-y et Marx reconnaitra les siens.

    choucroute Le 6 mars à 08:58
  •  
  • Je ne sais pas ce que vous faites en ce moment, moi j’ai commencé à bosser pour JLM2017, ça fait du bien de sortir de tous ces calculs politiciens et de ces procès d’intention ! On a besoin d’air pur, et de pouvoir proposer à nos voisins, amis autre chose que les rengaines du passé ! Collecter l’avis des gens sur ce qu’il faut changer dans la politique et dans la société, c’est plus intéressant que de discuter de ce que tous les "fumeux" partis de la Gauche, ou de leurs représentants discrédités définitivement à mes yeux, pourraient faire aujourdhui, ensemble ou non. Bon courage à mes anciens camarades militants du P.C.F, à qui je garde une tendresse et une estime définitive, mais le P.C.F d’aujourd’hui n’est plus crédible, il n’a jamais tenu l’engagement de Robert Hue : tourner le parti vers les militants, et VERS LES GENS, c’est même le contraire qui a été fait : tourner le parti vers les élus, le P.S ....Alors bye bye, j’ai retrouvé chez JLM2017, des gens sympas et d’anciens cocos !!

    Nadia Mattia Le 7 mars à 09:40
  •  
  • Sans vouloir être prétentieuse,je trouve ces échanges minables,rien sur le fond de ce qui préoccupe la grande majorité du peuple,mais toujours du casting !!!dans une période aussi dure, quel horreur pour moi de constater ici que ceux qui disent vouloir changer les choses,s’entretuent .Un anticommunisme digne des pires ennemis de la gauche,la vraie,celle qui n’a jamais trahi le peuple en France,celle dont je suis et je suis communiste.
    Heureusement,cette même majorite,ne lit pas tout ceci,pour le coup,elle pourrait réagir en se noyant encore plus dans les eaux insalubres du FN.
    Pour ma part,je passe pas mal de temps sur les marchés par ex ,et ce n’est pas du tout ce genre de propos que j’entends.Si je puis me permettre une suggestion:posez de temps en temps votre ordi et allez sur le terrain...ouf ! Vous y verrez plus clair.

    Maia Le 26 avril à 23:58
       
    • Bonsoir Maia,
      ne répétez pas mécaniquement comme certains communistes qui répètent comme leur direction que Mélenchon, c’est que du casting. Allez voir son blog, sa campagne, ses prestations TV et radio, c’est tout sauf du casting.
      Ceci dit, dans le succès du FDG en 2012, il y a avait sans doute un peu de la personnalité du candidat...La personnalisation seule, c’est creux mais du contenu avec un candidat charismatique, c’est top !!
      On peut être en désaccord avec ses propos ou ses analyses mais argumentez, réfléchissez par vous-même.
      Quand à ce que vous entendez sur les marchés ou au travail ou chez votre belle-mère, ne faites pas de rapprochements trop rapides avec la politique "officielle". Moi, je n’entends jamais des collègues ou amis dire "le PCF, c’est super, les primaires, c’est super, PLaurent, etc..." Et pourtant, vous le pensez bien donc...
      Sur les propos anticommunistes sur ce site, vous avez quelquefois raison : la bile ne remplace pas la réflexion.

      pierre93 Le 27 avril à 20:19
  •  
  • Cher monsieur,
    je ne vous ai pas attendu pour réfléchir par moi-même,figurez vous qu’il m’arrive de ne pas être d’accord et de l’exprimer quelque soit mon interlocuteur.La personnalité deJlmje crois la connaitre ,pour avoir suivi son évolution depuis un certain nombre d’années...nous étions tous deux dans l’Essonne...Là n’est pas du tout la question.Je respecte d’abord et avant tout,le peuple de mon pays et depuis 50ans que je vote,j’ai toujours soutenu celle ou celui qui me paraissait défendre le meilleur pour lui.Je me garde aussi de penser a sa place.Mon foie va très bien,merci,pas de bile chez moi,ma foi va bien aussi,je crois toujours que " l’humain d’abord"finira par triompher.
    enfin,j’ai intitulé ma réponse : cher Monsieur,car j’avais peur de vous choquer en vous appelant Camarade,ce nom est pour moi tres beau et dénué de tout mépris.
    Maia

    Maia Le 28 avril à 00:25
  •