Accueil | Par Jérôme Latta | 29 décembre 2013

Dieudonné, Valls et Anelka se cherchent quenelle

Ce week-end, un humoriste, un ministre d’État et un footballeur ont prospéré médiatiquement autour d’une provocation dont l’efficacité réside dans une ambigüité très calculée.

Vos réactions (26)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ces derniers jours, deux personnalités françaises ont choisi d’accorder à l’humoriste Dieudonné une publicité de grande ampleur. Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls en annonçant qu’il étudiait "toutes les voies juridiques" pour interdire ses spectacles à la suite de "propos racistes et antisémites". Le footballeur Nicolas Anelka en célébrant un but inscrit en Angleterre, samedi, par l’exécution d’une "quenelle", le geste popularisé par le comédien.

Inutile de se livrer à une analyse sémantique de cette gestuelle pour déterminer s’il s’agit d’une authentique démonstration d’antisémitisme ou d’une simple expression "anti-système" : elle peut être l’un et l’autre, et prospère avant tout au travers d’une ambigüité parfaitement cultivée, qui en permet un large usage, aussi bien de la part d’authentiques antisémites [1] que de celle de simples adeptes de la provocation ayant une notion plus ou moins précise de sa signification potentielle, mais bien conscients de son caractère transgressif. Ajoutons ceux que la polémique conduit à prendre le parti de Dieudonné, par une forme de sympathie ou d’anticonformisme qui ne vaut pas adhésion à ses idées, mais qui contribue à leur banalisation.

Marque de fabrique

Son inventeur en a bien compris l’efficacité. Il en a fait un redoutable outil de communication qui fonctionne aussi bien sur sa viralité que sur la réprobation qu’il déclenche : le geste prospère avec sa dénonciation, car plus il est dénoncé, plus son pouvoir de provocation s’accroît auprès de ses divers publics. Un bras ou un doigt d’honneur aurait tout aussi bien exprimé le message, si ce dernier était ce qui est prétendu. Mais il fallait que la quenelle soit une marque de fabrique pour l’humoriste, et même une marque commerciale que, selon Le Monde [2], sa compagne a déposée auprès de l’Institut national de la propriété industrielle.

Le piège est parfait, assuré de se refermer sur ceux que Dieudonné, ses propos et sa figure indignent légitimement. Manuel Valls ne fait pas partie de cette catégorie : avec ce qui n’est qu’une déclaration d’intentions [3] et non une action concrète, il choisit délibérément d’accroître une publicité qui fait le jeu de sa cible, et y trouve l’occasion d’une action de communication personnelle lui permettant de se mettre en scène. Tout comme pour son modèle Nicolas Sarkozy, l’efficacité réelle de son action est parfaitement secondaire, de même que le risque d’aggraver le problème. L’essentiel est d’occuper le terrain médiatique, de se mettre à l’affiche. Valls instrumentalise Dieudonné pour son propre profit, comme Dieudonné instrumentalise sa quenelle, c’est-à-dire à la fois ce qu’elle provoque d’indignations convenues [4] et ce qu’elle lui confère d’image de victime de la censure ou de bouc émissaire d’un nébuleux ordre politico-médiatique. Qu’importe si le ministre et l’humoriste desservent les causes qu’ils prétendent défendre : les leurs sont sauves.

Les vaines rébellions d’Anelka

On ne prêtera pas autant de capacité de calcul à Nicolas Anelka, cela excèderait largement ce qui relève plutôt d’un opportunisme réflexe. Le dénominateur commun entre les trois hommes réside seulement dans l’aptitude à saisir une occasion de provocation à but auto-publicitaire. Anelka partage avec Dieudonné la faculté à susciter chez les uns une détestation radicale, chez les autres une adhésion irréfléchie envers leur posture d’insoumission. En l’occurrence, cette dernière est totalement dénuée de sens : jamais le footballeur n’a réussi à poser un discours cohérent sur les vaines rébellions qui ont jalonné sa carrière, se contentant d’opposer aux interrogations un égoïsme phénoménal et une irresponsabilité – au sens d’une incapacité à répondre de ses actes – érigée en mode de vie (lire "Anelka, footballeur offshore"). Afin de sortir de l’anonymat d’une piètre fin de carrière, au sein du onzième et moins prestigieux club de sa carrière (West Bromwich Albion) pour lequel il venait d’inscrire le premier but de la saison, la célébration-quenelle vient à point.

Anelka peut observer d’un œil narquois l’effet produit – forcément supérieur, il faut le souligner, à celui de gestes analogues de la part de sportifs plus consensuels comme Tony Parker ou Teddy Riner. Rompant deux mois de silence sur Twitter, il a déclaré : "Ce geste était juste une spéciale dédicace pour mon ami humoriste Dieudonné." Une façon de tenter d’assurer ses arrières en Angleterre, où les unes des quotidiens de dimanche indiquent qu’il n’a pas mesuré les conséquences de célébration (la Fédération a d’ores et déjà annoncé une enquête), tout en ménageant l’ambigüité de son soutien.

La quenelle, pour une part, délivre un message objectivement détestable qui fait jubiler les antisémites. Pour une autre, elle exprime un total néant politique, une protestation stérile très raccord avec la période actuelle, seulement efficace pour ajouter aux haines et aux tensions sans même ouvrir un semblant de débat, mais qui se nourrira de sa médiatisation. Avec le concours actif de ceux qui veulent soigner leur propre exposition, à cette triste occasion.

Notes

[1Les photos de "quenelliers" prises devant des lieux évoquant les juifs ou la judéité ne laissent aucun doute à ce sujet que de celle de simples adeptes de la provocation ayant une notion plus

[2Edit du 6 janvier : il semble que cette info émane originellement de Al-kanz.org

[3Claude-Marie Vadrot évoque par ailleurs les risques d’un "délit d’intention" (politis.fr)

[4La ministre des Sports Valérie Fourneyron n’a pas manqué de s’illustrer dans ce registre (et dans l’heure), se précipitant pour glaner sa part de visibilité : "Le geste d’Anelka est une provocation choquante, écœurante. Pas de place pour antisémitisme et incitation à la haine sur terrain de foot" (Twitter).

Vos réactions (26)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • ZZZZZzzzzzzzZZZZzzzzzzZZzzzzzzzz... Personnellement, je préfère lorsqu’un article est neutre, impartial, objectif et honnête.

    Volta Le 29 décembre 2013 à 23:45
       
    • Qu’est il écrit qui n’est pas honnête ? En quoi l’article n’est pas objectif ?

      mmm Le 30 décembre 2013 à 11:01
    •  
    • Un article n’est jamais neutre, impartial, objectif et honnête. Tout simplement parce qu’en donnant une information ou en revenant sur une polémique, il fait le choix de les médiatiser, et donc de s’impliquer. Le seul texte que tu puisses trouver qui regroupe toutes ces caractéristiques, c’est une notice. Et encore...

      C’est un des rares articles que j’ai pu lire, qui comprenne vraiment la problématique Dieudonné/Quenelle/Soral.

      Mais je ne doute pas que les sbires d’E&S se précipitent pour aller pourrir les commentaires comme ils le font systématiquement. Une belle armée, bien organisée. Papa Soral, doit être content.

      Spike Le 30 décembre 2013 à 12:31
    •  
    • A priori, Volta est pro-quenelle :D

      JeanKevin Le 30 décembre 2013 à 16:35
    •  
    • Moi aussi, j’adore lire les brèves AFP

      Boon Le 30 décembre 2013 à 22:38
  •  
  • Lol belle propagande.
    C est hallucinant comment vous avez retourné ce geste en salut nazi .
    C est flippant

    remi Le 30 décembre 2013 à 12:54
  •  
  • La quenelle est l équivalent du bras d honneur , en plus grossier , il existe "même des degrés d enfoncement de quenelle " .
    Elle a bcp été utilisée lors du mariage pour tous , par exemple , contre le gouvernement ..
    Que quelques antisémites l utilisent , ben c est pareil avec le bras d honneur quoi
    Sauf que le bras d honneur n a jamais été déclaré signe nazi
    saviez vous que même des soldats israeliens l ont faite ainsi que des pratiquants devant le mur des lamentations pour justement dire "fuck " à leurs détracteurs ?

    Et depuis quand on dépose un signe " nazi inversé" à l INPI ?
    C est en donnant des définitions erronées que vous donnez du grain à moudre aux complotistes style Dieudonné qui jubilent de l audience faite à leurs provocations , vu qu ils n existent que par et pour ça, faute d avoir accès aux médias mainstream de manière classique
    Quand à Anelka qui déteste la presse française , soyez sur que si les médias ciblent quelqu un , qui que ce soit , il sera là pour le soutenir , juste pour faire chier ..
    Et si ça peut foutre le boxon en France , c est encore mieux ..
    Et qui leur fait de la pub ? Ben vous !La quenelle existe depuis au moins 7 ans , et comme par hasard , on nous la ressort au moment ou les chiffres du chômage ne sont pas bons ..

    dan Le 30 décembre 2013 à 13:03
       
    • Le probleme avec cette fameuse quenelle, c’est que (comme le dit tres bien l’article) Dieudonné entretient cette ambiguité autour du geste.
      Personnellement je serais le premier à en faire à tour de bras si j’étais persuadé que ce n’était QUE un geste antisysteme.
      Il a beau dire que "non ce n’est pas neonazi ou antisémite", du moment que des gens comme Soral ou Faurisson feront parti de ses amis, tant que ces memes gens se feront photographier faisant une quenelle sur des lieux de recueillement juifs ou des synagogues, tant que Dieudonné sera pote avec des mecs comme Fofana, chef du gang des barbares qui a assassiné un pauvre gamin juste parcequ’il etait juif, bref tant que Dieudo joue le faux-cul avec ce genre de choses, je ne pourrai que le regarder avec le plus grand des mépris.

      Fred Le 31 décembre 2013 à 11:23
  •  
  • Il ne dit pas de bien de Dieudonné. C’est inacceptable.

    sansai Le 30 décembre 2013 à 13:10
  •  
  • hi ! hi ! Venir chercher un article "neutre, impartial, objectif" sur Regards, c’est un peu comme aller chercher un papier politiquement engagé dans 20minutes ou Metro ;-)

    par ailleurs, je suis assez surpris, je n’ai lu nulle part de forte analyse sur la forte sexualisation dans la menace d’utilisation de cette "quenelle". "Glisser un quenelle dans le fion", c’est assez "bas du Front", raccord avec l’idée forte selon laquelle enculer quelqu’un serait le dominer et l’humilier (je n’ose même pas imaginer comment ce gros con de "Dieudo" envisage la position de l’enculé).

    bref. Offrons à Anelka, Soral, Valls, Jakubovitcz et Dieudonné de s’adonner aux joies du pal, ce "supplice qui commence si bien"…

    Spino Le 30 décembre 2013 à 13:29
  •  
  • Je précise que Nicolas Anelka a toujours détesté la presse française , mais encore plus avec le traitement délirant différentiel xénophobe fait après Knysna par des politiques , des chroniqueurs et des pseudo philosophes bien connus , entre autres .
    Je n ai vu quasiment personne s offusquer de ce traitement après coup , comme avec cette quenelle , et ces pyromanes là n ont jamais été censurés , bien au contraire .
    Donc pour lui , la presse française est hypocrite et il la dynamite à sa façon .

    dan Le 30 décembre 2013 à 13:29
       
    • Merci de votre réaction.

      Si l’après-Knysna a suscité un déferlement de commentaires stupides, pour beaucoup stigmatisant plus ou moins explicitement les "racailles" de banlieue et leur irrespect des "valeurs" que selon eux l’équipe de France devrait véhiculer, il est inexact de dire que ce déferlement n’a pas été critiqué. Pour m’en tenir à ce que j’ai écrit, et comme le débat perdure jusqu’à aujourd’hui, quelques articles récents :
      http://latta.blog.lemonde.fr/?p=1806
      http://latta.blog.lemonde.fr/?p=1745
      http://latta.blog.lemonde.fr/?p=1735

      Que la presse ait été largement hypocrite, comme vous le dites, cela n’absout pas Anelka de sa propre hypocrisie, ni de la façon assez infantile qu’il a toujours eu de ne jamais assumer ses responsabilités, rejetant toujours la faute sur les autres. Quelques exemples ici :
      http://bit.ly/19xD6Z1

      Sa posture "anti-système" a été suffisamment brocardée ses derniers jours pour qu’il ne soit pas la peine d’y revenir. Anelka est l’archétype du footballeur-mercenaire qui a prospéré grâce à la libéralisation du marché des joueurs. Il y a glané des contrats professionnels, publicitaires et de sponsoring hautement rémunérateurs : en d’autres termes, il a parfaitement profité du système... recourant régulièrement aux médias, quand cela l’arrangeait, afin d’orchestrer ses nombreux "retours" après ses aussi nombreuses incartades.

      En ce sens, il ne dynamite rien du tout avec cette affaire : il s’enfonce dans une posture d’insoumis sans la moindre substance, exprimant une nouvelle fois un égoïsme phénoménal et une capacité à ne penser le monde que depuis son nombril qui ne l’est pas moins.

      Jérôme Latta Le 30 décembre 2013 à 23:00
  •  
  • Il faut forcément finir au Real Madrid pour réussir sa fin de carrière ? J’aime pas trop ce jugement digne de Séguéla, et c’est pas très sympa pour les nombreux pros qui jouent dans les ligues inférieures...

    beltramaxi Le 30 décembre 2013 à 15:01
       
    • Ce n’est pas tant le standing du club qui est souligné que la faiblesse des performances d’Anelka depuis le début de saison. Mais le standing des clubs n’a jamais été indifférent pour lui, qui a maintes fois déclaré son désir de retrouver un "grand club" lorsqu’il évoluait au PSG (la seconde fois), à Fenerbahce ou à Bolton, équipes qui manifestement ne répondaient pas à ses propres standards.

      Jérôme Latta Le 30 décembre 2013 à 23:37
  •  
  • Je trouve cette article plutôt objectif par rapport aux déchainements de haine qu’on entend dans les médias grand publique. Mais pour être parfaitement objectif (car Dieudonné est un humoriste, et un très bon),j’aimerais aussi lire dans les articles toute la dimension humoristique et potache qu’il y’a dans la quenelle, et qui représente, je pense, la signification qu’en donne 95% de son publique

    Marcassou Le 30 décembre 2013 à 16:41
  •  
  • "La quenelle, pour une part, délivre un message objectivement détestable qui fait jubiler les antisémites. Pour une autre, elle exprime un total néant politique, une protestation stérile très raccord avec la période actuelle, seulement efficace pour ajouter aux haines et aux tensions sans même ouvrir un semblant de débat, mais qui se nourrira de sa médiatisation. "

    Cela c’est partial et ce n’est pas objectif.

    frfrrf Le 30 décembre 2013 à 17:14
  •  
  • L’antisémitisme de la quenelle...
    Ou le néant de la pensée.
    Sans être partisan, on peut reconnaître que la fameuse quenelle est avant tout une allusion paillarde au d’en "glisser une dans le fondement". Pas poétique, mais dans la droite lignée d’un Coluche qui faisait campagne pour les présidentielles avec un "Tous ensemble pour leur foutre au cul". C’est là la seule origine du geste, celle de signifier qu’on la leur met bien profond.
    Que certains aient récupéré le geste et s’en servent dans des contextes nauséabonds, pour reprendre l’expression consacrée, c’est un fait. Mais faire du geste un symbole nazi par nature, c’est d’une bêtise sans nom. Tout réside dans l’usage qu’on en fait, et non dans la signification cachée que les plus paranos attribuent à la quenelle.
    Anelka vous en a glissé une petite. Il n’a rien propagé d’autre qu’un peu d’humour et un beau pied de nez. Et les seuls qui créent une psychose ou un malaise, ce sont ceux qui participent à la levée de boucliers systématique et irréfléchie face à une simple provocation potache.

    Umecotir Le 30 décembre 2013 à 17:57
       
    • Ceux qui voient dans la "quenelle" un symbole (salut) nazi plus ou moins travesti participent au discrédit de leur discours. Néanmoins, l’usage explicitement antisémite de ce geste par une large partie de ses adeptes (http://bit.ly/IEQMnK) interdit encore plus de n’y voir qu’un "pied de nez" ou une "provocation potache". Il y a l’origine du geste, et ce vers quoi il a indéniablement évolué. Continuer à le cautionner dans ce contexte, c’est se prêter non seulement à son ambigüité, mais aussi au sens extrême qu’il a pris (encore une fois, voir le lien ci-dessus).

      Jérôme Latta Le 30 décembre 2013 à 23:13
    •  
    • Je crains cher Jerome , que Umecotir n’ait raison .
      Le lien vers lequel tu nous renvoies n’est qu’une succession de photos éructant d’une bêtise méprisable et caractérisant une partie du public de Dieudonné.
      Cepandant ces quelques abrutis ont-ils le monopole de la quenelle ? Ceux qui n’y voient qu’un geste anti-système doivent-ils s’en dispenser , de peur d’être associés a des antisémites ? Nous avons intériorisé ces tabous et n’osons plus rien faire de peur d’heurter les différentes sensibilités souvent surjouées , et le coté procédurier de ces dernières.

      akhoub Le 31 décembre 2013 à 14:35
    •  
    • Prenons un autre exemple, alors...
      Si demain des néo-nazis trouvent très drôle de se faire prendre en photo en train de manger des bananes devant un mémorial de la traite négrière, ce sera évidemment raciste et condamnable.
      Par contre, si je mange une banane dans le train pour mon goûter, je ne conçois pas un seul instant qu’on me saute à la gorge pour me traiter de raciste. Y a peut-être juste à se dire que je trouve ça bon, moi, les bananes et facile à transporter et à bouffer dans le train. Tout simplement.

      Et bien la quenelle, c’est pareil. Que ça ait été récupéré, certes. Ca veut pas dire que son utilisation devient par défaut et rétrospectivement antisémite. J’attends juste qu’on m’explique en quoi le geste d’Anelka serait si scandaleux. Concrètement, pas dans l’extrapolation forcée, ou l’amalgame total.

      Umecotir Le 31 décembre 2013 à 15:03
  •  
  • En quoi Dieudo est antisémite ?!? Quelles sont les preuves avancées pour l’étayer ??
    Dieudo interprète de nombreux personnages antipathiques.
    Il se moque surtout de tout le monde, des blacks, des blancs, des jaunes, des musulmans, des cathos, des juifs. Sauf que concernant ces derniers, la "blague" ne passe pas.
    Comme il le dit lui-même, "j’aime bien faire chier les cons, et c’est vrai, ces derniers temps, chui tomber sur un filon !!" Dieudo est profondemment athé ("et avec mon prénom, j’crois que j’ai donné !!" dit-il) et concernant les juifs, n’accepte pas l’état d’Israël. Cela s’appelle de l’antisionisme et non de l’antisémitisme.
    Le problème est que de trop nombreuses personnes n’y comprennent rien et font un amagalme.
    Le Sionisme et Israël feront TOUJOURS débat, et ce de manière légitime. N’est-ce pas les palestiniens ??
    Alors, après, quand certains journalistes relatent tous ces "raccourcis faciles" sans scrupules et recul, l’opinion publique est vite faite ! Triste...

    Dugarich Le 30 décembre 2013 à 18:05
       
    • C’est bien beau de se "moquer de tout le monde" en utilisant cet argument comme caution. Je voudrais bien y croire, mais quand je vois le "cercle d’amis" de Dieudo qui comprend entre autres Soral, Faurisson et depuis peu, comble du dégueulasse, Youssouf Fofana, chef de l’autoproclamé Gang des Barbares, qui a je le rappelle assassiné par la torture un pauvre gamin sur le simple prétexte qu’il était juif...désolé mais là, la frontière entre antisionisme et antisémitisme est très très floue...

      Fredo Le 31 décembre 2013 à 11:33
  •  
  • Valls n’a rien dit au sujet de la Femen qui a uriné sur l’autel de l’église de la Madeleine à Paris. Il aurait dû, d’autant plus qu’il est ministre des cultes.

    paulau Le 30 décembre 2013 à 19:09
  •  
  • [réponse à Umecotir 15:03]
    "Rétrospectivement", non. Ainsi, les personnalités prises au piège d’une photo antérieure se sont très légitimement désolidarisées de sa signification potentielle (Tony Parker, Samir Nasri, Teddy Riner, Mamadou Sakho...).

    Simplement, les usages de la quenelle ont manifestement évolué depuis son origine et on ne peut plus l’ignorer. Celle d’Anelka s’est inscrite dans ce contexte. Je n’ai pas écrit que son geste était "scandaleux", mais je le trouve a minima idiot compte tenu du fait qu’il peut, aujourd’hui, difficilement ignorer la connotation qu’il a prise.

    [réponse à akhoub 14:35]
    Même réflexion : comment continuer à recourir à ce geste sachant qu’il a pris cette signification, en prétendant qu’il ne peut y avoir d’ambigüité ? Pardon, mais l’analogie de la banane n’a aucune pertinence : il faudrait comparer avec un geste plus spécifique que d’en manger une (la quenelle ne consiste pas juste à se gratter l’épaule).

    [réponse à Dugarich 18:05]
    Ce que vous qualifiez d’amalgame est la résultante directe de l’ambigüité constamment cultivée par les promoteurs de la quenelle : une partie d’entre eux maquillent leur antisémitisme (rarement explicite) en antisionisme, et laissent leur public faire "l’autre moitié du chemin", comme l’écrit Benoît Hopquin (http://bit.ly/Jz1iNV).
    Pour ce qui est spécifiquement de Dieudonné, je vous laisse considérer de quoi relèvent ses propos à l’encontre de Patrick Cohen.

    Jérôme Latta Le 31 décembre 2013 à 18:33
       
    • Encore une fois, ce n’est pas le sens premier de ce geste.
      Ca a le sens qu’on lui donne. Et en l’occurrence, vous lui accordez cette signification plus que tous ceux qui l’ont exécuté un jour.
      Et pas rétrospectivement ? Pourquoi ce sont-ils tous excusés dans ce cas, si il était si légitime de dissocier leur geste de cette "néo-quenelle" si connotée ?

      C’est quand même fou de voire qu’il y a une dizaine de photos d’abrutis qui font n’importent quoi, et qu’on les ressort partout. Et ça jette l’opprobre sur l’immense majorité qui n’ont rien à se reprocher mais qui doit quand même se justifier, s’excuser et supporter le poids de la suspicion. Et en cela, je vous pose directement la question : quand vous affirmez que la quenelle est un geste objectivement détestable, sur quelle base ? Sur la minorité de fachos ? Pour répéter bêtement le discours d’autres médias, qui répètent également bêtement celui du monde associatif ?
      Et quand vous concluez que ça n’ouvrira aucun débat politique mais que ça ne servira qu’à la médiatisation de certains, "avec le concours actif de ceux qui veulent soigner leur propre exposition", vous vous excluez du lot ? Parce qu’en définitive, qui a fait de la quenelle un geste détestable, comme vous le suggérez ? Une minorité de nazillons ou le battage médiatique qui leur a assuré la postérité ?

      Libre à vous de me répondre, mais j’aimerais autant que vous vous posiez sérieusement la question en toute honnêteté. Je ne suis pas sûr que la réponse publique que vous pourrez y faire m’intéressera...

      Umecotir Le 2 janvier 2014 à 16:05
  •  
  • Il a fallu des milles si non des millions d’ans pour développer des vocabulaires riches et compliqués pour que nous puissions nous exprimer sans ambiguïté, alors pourquoi est-ce qu’on revient toujours à des simples gestes. C’est le langage de la recrée, non ? Pourquoi est-ce que des gens apparemment intelligents et cohérents ont-ils besoin de faire un geste pour manifester contre le système, contre le sionisme ? Où sont les slogans, la polémique ? Ils ne servent plus à rien dans le discours politique de ce pays ? Je ne comprends pas pourquoi vous avez toujours besoin de faire ce geste et pourquoi vous y tenez tant quand vous avez des si belles phrases au bout de la langue. Oublions les gestes et revenons aux mots, on a déjà du mal à s’y comprendre ! Est-il possible que c’est parce que on peut cacher son cote xénophobe derrière un geste qui a plusieurs côtés, et après se dire qu’on ne voulait pas faire du mal, et ainsi éviter l’approbation, que tant de personnes veulent s‘exprimer ainsi ?
    C’est comme ce fameux Jour de Colère qui s’organise ce weekend. Il y a des partis vraiment ténébreux derrière les appels à s’y rendre. S’opposer à un gouvernement « socialiste » par côtoyer les fascistes, les racistes et les anti-immigrés, cela s’est déjà passé une fois en Europe aux années trente et donc il faut se souvenir des conséquences cette fois-là. Jamais plus ! Voilà un slogan qui mérite être répéter à plusieurs reprises, au lieu d’un vague geste ambigu et parfois méchant.

    Jeanne Le 23 janvier 2014 à 11:20
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?