Accueil | Par Loïc Le Clerc | 7 janvier 2020

Ce ne sont pas des bavures, c’est une doctrine

Cédric Chouviat est mort parce qu’il a filmé des policiers. Un terrible fait-divers qui intervient quelques jours après qu’un sénateur ait voulu interdire de filmer les forces de l’ordre.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Zyed et Bouna, Malik Oussekine, Amine Bentounsi, Rémi Fraisse, Adama Traoré, Steve Maia Caniço, Zineb Redouane. Pour ne citer que les plus tristement célèbres. Ajoutons désormais Cédric Chouviat. La France n’en a-t-elle pas marre de ces listes de noms égrainées marche après marche, de ces gens morts sous les menaces, intimidations et autres coups des « forces de l’ordre » ? Marre de ces violences policières ? Oui, car il s’agit bel et bien de violences policières, plus que de bavures, désormais. À partir de combien de morts ces pratiques font-elles système ?

 

À LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Violences policières : un mort par mois, en silence

 

« Ne parlez pas de "répression" ou de "violences policières", ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit. » ; « Il n’y a pas eu de violences irréparables. »

Ces phrases sont du président de la République lui-même, commentant les manifestations des gilets jaunes. Il est évidemment repris avec zèle par son ministre de l’Intérieur Christophe Castaner pour lequel il faut « arrêt[er] de parler des violences policières ! » Ne pas en parler. Voilà une solution qu’elle est bonne. Allez dire ça aux proches qui ont perdu l’un des leurs sous les coups sourds et aveugles des policiers ou des gendarmes. Pis encore, Laetitia Avia, députée LREM, sombre dans un déni sans nom lorsqu’elle avance à Mediapart : « Si demain j’ai une violence policière constatée, jugée comme telle, je serai la première à la condamner. Mais apportez-moi une condamnation, un état constaté de violences policières et je serai la première à la condamner. »

Rappelons ici les chiffres : 676 personnes tuées à la suite d’une intervention policière en 43 ans. C’est plus d’un mort par mois. Quant au mouvement des gilets jaunes, la répression a causé deux décès, éborgné 25 personnes, arraché cinq mains – sans évoquer les blessures moins lourdes. Et certains demandent à voir une « violence policière constatée ».

Il s’appelait Cédric Chouviat

Que s’est-il passé, le 3 janvier dernier, à Paris, pour qu’à la suite d’un contrôle de police, Cédric Chouviat, 42 ans, ancien agent de joueurs de football et père de cinq enfants, décède des suites d’un arrêt cardiaque ? Il a filmé la police. Voilà tout.

Oui mais Cédric Chouviat téléphonait en conduisant… Oui mais Cédric Chouviat a été « irrespectueux et agressif » avec les policiers... Filmer la police n’est pas un acte agressif, étant donné qu’il est légal. Irrespectueux ? Depuis quand la police – républicaine, rappelons-le – a-t-elle permis de tuer un citoyen qui serait irrespectueux à son égard ? I-rres-pec-tu-eux !

Et puis, quand est-ce que cette douce France va-t-elle interdire, suivant l’exemple des Belges et des Suisses, à ses forces de l’ordre de faire une clé d’étranglement et un plaquage ventral ? Que pensez-vous qu’il puisse advenir à un individu, plaqué au sol sous le poids de trois hommes, étranglé par l’un d’eux, si ce n’est une asphyxie potentiellement mortelle ? D’ici là, une information judiciaire a été ouverte concernant la mort de Cédric Chouviat. L’autopsie fait état d’une « manifestation asphyxique » avec « fracture du larynx ».

Pas de vidéo, pas de problème

À l’instar d’un Castaner qui pense qu’il suffit de ne pas évoquer les violences policières pour qu’elle s’évapore hors du monde, d’autres politiques travaillent à faire interdire le fait de filmer les forces de l’ordre.

Dernier en date, Jean-Pierre Grand, sénateur LR de l’Hérault. En décembre, il avait déposé un amendement stipulant ceci : « Lorsqu’elle est réalisée sans l’accord de l’intéressé, la diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, de l’image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires ou d’agents des douanes est punie de 15.000 euros d’amende ». Le sénateur a échoué, son amendement a finalement été rejeté par le Sénat. Pas tant pour le fond, mais parce que cet amendement n’avait pas vraiment sa cohérence dans le cadre de la proposition de loi pour lutter contre la haine sur Internet. Ils essayent. Et ils essayeront encore. Inlassablement.

Pendant ce temps-là, les cibles des violences policières s’étendent : citoyens, députés, journalistes, pompiers. Elles se multiplient. Et se démultiplient. De même que les policiers ont l’obligation de porter un matricule, il faut rappeler sans cesse que les filmer reste un droit, devient un devoir afin que la justice puisse faire le sien.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Convocation d’Assa Traoré : l’acharnement continue

 

Ce mardi 7 janvier lors d’une conférence de presse, Christian Chouviat, le père de la victime, a déclaré : « Monsieur Macron, je vais en guerre contre vous, contre votre État [...] Tant que mon cœur battra j’irai au combat, je ne veux plus que ces trois policiers dorment. » Voilà.

 

Loïc Le Clerc

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • La police veille braves gens.... Je serai vous je dormirai que d’1 œil.

    carlos Le 9 janvier à 13:13
  •  
  • Il est gentil le papa , moi si tu tues mon fils , c’est la loi du talion , il vaut mieux me tuer aussi , car sinon les 3 flics , je les retrouve et je les élimine de la surface de la terre .

    ALAIN HUYCHE Le 31 janvier à 12:57
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.