Crédit photo : Laurent Hazgui
Accueil | Par Laura Raim | 20 avril 2019

Foi de gilets jaunes

Comment décrire cette foule, sinon en allant à la rencontre des personnes qui la composent ? Portraits.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Lutter contre cette pseudo-démocratie »

Alison Hubert, vingt-huit ans, professeure des écoles, habite dans la périphérie de Lille.

Ne parlez pas à Alison de « l’essoufflement » du mouvement. C’est l’inverse qu’elle constate, du moins à Lille, où elle organise tous les samedis une manifestation des gilets Jaunes. Depuis vingt ans qu’elle « refaisait le monde » avec sa meilleure amie, elle attendait le moment où « la France se réveillerait » avec impatience. Mais attention, « refaire le monde », cela n’avait rien à voir avec faire de la politique, qu’elle « exècre ». Elle ne lisait pas la presse, ne regardait pas la télé. Elle n’avait jamais participé à, et encore moins organisé, la moindre marche. Tout juste s’obligeait-elle à voter « pour le moins pire » aux présidentielles. À la dernière, ce fut Hamon au premier tour – « le plus humain, le plus gentil », justifie-t-elle en plaisantant à moitié –, puis abstention au deuxième, car comment choisir « entre la peste et le choléra » ?

Quand, à la mi-octobre, elle sent que ça gronde, elle décide de lancer un « événement » sur Facebook pour organiser une manifestation le 17 novembre. 1200 Lillois seront au rendez-vous, pas mal pour une première. Les médias en parlent, le bouche-à-oreille prend, la manif grossit de semaine en semaine. « À la quatrième, on était 5000, en convergeant avec la marche pour le climat ! » Pour elle, c’est une évidence : l’histoire du carburant, c’est « une micro-goutte ». « Dès la première manif on n’en parlait même pas. C’était clair qu’il fallait viser plus large : lutter contre cette pseudo-démocratie. » Car « il y en a marre d’être pris pour des pantins ».

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Les sens de la révolte, par Clémentine Autain

 

Ses idées, sa révolte, tout « part du terrain, du vécu ». Comme il lui fallait vite gagner sa vie après son bac, elle est partie en contrat d’apprentissage dans une banque, où elle a découvert « un monde de requins ». Son année passée chez Cetelem à parler au téléphone à des clients surendettés et désespérés achève de la dégoûter et de l’inciter à se réorienter dans l’Éducation nationale. En ce moment – ça tombe bien – elle enseigne la Révolution française à ses élèves de CM2. Depuis peu, elle héberge son père, qui a tout perdu après avoir tenté de monter sa boîte.

Que cherche-t-elle à obtenir ? Lors des réunions de gilets Jaunes, elle a rencontré les ouvriers qui effectuaient les blocages. « Leur priorité, c’est d’augmenter les salaires et de baisser les taxes. Je les comprends, mais il faut des réformes plus radicales » pour faire advenir « une vraie démocratie, où on est citoyens, pas juste électeurs ». « On ne peut pas se contenter d’avoir son mot à dire une fois tous les cinq ans. Aujourd’hui, avec les applis, on pourrait facilement voter sur un tas de sujets au moins une ou deux fois par mois ». Le référendum d’initiative citoyenne (RIC) est un « outil intéressant », mais elle veut aller plus loin. « Je voudrais carrément qu’on en finisse avec le métier de parlementaire. L’Assemblée devrait être tirée au sort. Les mandats doivent être raccourcis. La politique ne doit pas être une carrière, sinon c’est impossible d’éviter la corruption par les lobbies. »

On ne peut pas dire que le mouvement a réconcilié Alison avec la politique institutionnelle. La France insoumise a annoncé un projet de loi sur le RIC ? « Ils peuvent dire ce qu’ils veulent, je ne les crois pas. » À la limite, François Ruffin est le plus « crédible » d’entre eux, parce qu’il « reverse une partie de son salaire à des associations » et qu’il « parle normalement, simplement ». Certains souhaitent monter un parti politique des gilets jaunes, qui pourrait se présenter aux européennes… Elle y est « plutôt opposée » : « Tant qu’on ne change pas les règles du jeu, on va se faire bouffer, on va se ridiculiser ».

En attendant, elle continue d’organiser ses manifestations pacifiques à Lille. « Notre force sera le nombre. » Et si, au moment de notre entretien, la mobilisation s’était ralentie avec les fêtes, elle restait confiante : « Attendez de voir ce qui va se passer à la rentrée avec le prélèvement à la source ! »

 

« Il faut aider les nôtres »

Guillaume Cauvet, trente-cinq ans, cuisinier, habite au Raincy.

Guillaume gagne pourtant bien sa vie. Il habite au Raincy, « les Champs-Élysées du 93 », mais ces jours-ci, il passe son temps sur le blocage de Rungis, le plus grand marché agroalimentaire du monde. « On va bloquer le caviar et le saumon des riches ! », s’amuse-t-il, exalté : « On a créé de la fraternité sur le blocage. Avec les gilets jaunes, on est une famille ! » Tenant beaucoup à éviter tout dérapage et à respecter la légalité de l’opération, autorisée par la préfecture jusqu’au 26 décembre, il veille à bannir l’alcool du site. Techniquement, il s’agit de barrages filtrants : « On bloque dix minutes les camions des Français, trente minutes les camions étrangers ». Pourquoi cette différence de traitement ? Parce que « les routiers roumains font une concurrence déloyale aux routiers français » et qu’il faut sanctionner « le poulet dégueu venu d’Europe de l’Est ».

Ce père de famille est là parce que « c’est pas normal ». Pas normal que même en gagnant 2000 euros, il soit « obligé de compter à la fin du mois ». Pas normal que son père, à la retraite, soit obligé de « faire du jardin pour survivre ». Depuis le 17 novembre, il va tous les samedis manifester sur les Champs-Élysées, il « filme ce qui se passe, pour montrer les violences policières ».

Difficile de cerner son profil politique, tant ses prises de position peuvent sembler contradictoires. « Apolitique », il affirme qu’il « n’y a plus de gauche, plus de droite ». Il ne s’est pas déplacé aux dernières élections, mais quand il était jeune, il votait Front national « pour faire peur ». En 2006, il avait « bloqué la raffinerie de Caen lors du mouvement contre le CPE », mais Sarkozy semble trouver grâce à ses yeux, car « il a fait des choses. C’est grâce à lui qu’on a les gilets jaunes ! », blague-t-il. Mais, plus sérieusement : « Au moins, il nous a aidés, il a défiscalisé les heures sup’ ». En 2012, il aurait voulu « voter DSK ». « On fait trop de social en France. » « Les chômeurs, ceux qui touchent le RSA, vivent mieux que nous, ils touchent les APL. » Il n’est « pas raciste », la preuve, il est « marié avec une Marocaine », mais « d’abord, il faut aider les nôtres ». « Les Syriens, eux, devraient rester dans leur pays et prendre les armes. »

Ses revendications prioritaires ? « Un smic à 1500 euros », « remettre l’ISF », la « démission du gouvernement » et la modification de l’article 3 de la Constitution pour mettre en place le RIC. « Regardez en Islande : ils ont réécrit la Constitution, ça se passe très bien pour eux. » Plus que des mesures libérales ou antisociales spécifiques, c’est avant tout le mépris de Macron qui le met hors de lui. Pour lui, le tournant a été l’affaire Benalla. « Macron a dit : venez me chercher ! C’était une grosse erreur. Et puis, quand une vieille dame à la retraite lui a dit qu’elle gagnait cinq cents euros, il lui a répondu qu’elle n’avait pas assez cotisé. Il l’a snobée. Ça m’a rendu fou. Il n’a pas à la juger. Il a donné la haine à tout le monde. Il a été élu avec 25% des voix et il se permet de nous snober. Il nous a donné la rage. » Déterminé à poursuivre le blocage jusqu’au lendemain de Noël, il se veut optimiste : « Avec le peu qu’on a fait, on a eu cent euros de prime. Et les policiers trois cents euros. La mobilisation, ça marche ! »

 

« Macron nous méprise »

Isabelle Picquet, trente-six ans, employée dans une compagnie d’assurances, habite à Roubaix.

C’est un rattrapage à grande vitesse. De toute sa vie, Isabelle n’avait jamais manifesté. Le 17 novembre, à Lille, c’était sa première fois. Depuis, elle ne fait plus que ça : des manifs et des blocages, « Auchan, Lidl, Amazon », énumère-t-elle, pas peu fière. Étant en arrêt maladie, elle peut y consacrer ses journées. Elle est allée à Calais aussi, et à Paris. S’équiper contre les gaz lacrymogènes, communiquer avec les camarades, elle a tout appris sur le tas. « On n’utilise plus Facebook, c’est trop surveillé, on est sur Telegram, Discord, explique-t-elle. On n’a jamais autant donné nos numéros de téléphone. » Elle s’est fait de nouveaux amis, qu’elle présente : Sandra, vingt-quatre ans, employée de magasin et Brian, vingt-huit ans, chef d’entreprise. « On ne se quitte plus, on est une famille, on partage les mêmes valeurs : pas de casse, pas d’alcool, pas de violence. »

Le carburant ? Ce n’était pas la question, c’était « le cumul de tout ». Elle sait bien que « ça a commencé avant Macron : depuis dix ou quinze ans, les lois ne sont faites que pour les plus riches ». Le président n’est que « la grosse goutte d’eau ». « La suppression de l’ISF, ça passe pas. » Son attitude non plus : « Il nous méprise, il se moque de nous ». Elle n’a jamais voté, et ce n’est pas près de changer. Sa méfiance envers tous les partis politiques reste intacte. Si elle a remarqué que « la France insoumise sont ceux qui nous soutiennent le plus », elle n’est pas disposée à les accueillir à bras ouverts. Alexandre Chantry, proche du député du Nord Adrien Quatennens, est toléré dans les cortèges parce qu’il vient « sans étiquette ». Quant aux syndicats, « ils prêtent des salles pour les AG, ils peuvent venir, mais sans carte ».

Son objectif est clair : « On n’est pas contre payer des impôts et des taxes, mais il faut augmenter le smic ». Au-delà, elle n’a « pas vraiment eu le temps » de discuter politique et d’affiner les revendications économiques et sociales, car la priorité n’est pas là : « Dans un premier temps, Macron s’en va ».

 

Propos recueillis par Laura Raim

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • puis abstention au deuxième, car comment choisir « entre la peste et le choléra » ?

    Donc concretement, vous etes Professeur des écoles et vous ne savez pas ce qu’est la différence entre Macron et Le Pen ?

    Bien.
    1. Le Pen, c ’est du faschisme, mais du vrai, celui là. C’est à dire que vous n’auriez pas le droit de manifester meme une fois, et fiché et ensuite, vous disparaitriez ? Soit dans les cachots d’une prison, bien torturé à soins, ou bien executés tout simplement dans le silence.

    2. Macron. Vous avez le droit de manifester 23 fois d’affilés, tout casser, et ensuite vous rentrez tranquillement chez vous au chaud. Et le monsieur vous fait quelques concessions.

    Assez de populisme !!!

    bdpif Le 22 avril à 17:07
  •  
  • "Foules ...? Pour les foules, va en Algérie. Ce qui est navrant dans ce pays, c’est le déni. La France est malade et tous —tous—les débats -faussés.
    Et au lieu de faire le 25-25ème épisode : demandez à ces braves gens de se bouger le cul : former des assocs, des coopératives au lieu de la nième jérémiade.
    Il y a autant de foule que de beurre dans la merde, et un pathétique mouvement poujadiste et réactionnaire : "Policiers, suicidez-vous " !
    fermez le ban !

    luc cuvier Le 24 avril à 11:18
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.