Accueil | Entretien par Loïc Le Clerc | 3 septembre 2019

Grenelle des violences conjugales : « Il faut en finir avec le féminisme de communication »

Avec son « Grenelle », Marlène Schiappa s’empare encore des violences faites aux femmes. Pour quoi faire, s’interroge Clémentine Autain, qui constate que « dans les actes on est proche du néant ».

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Clémentine Autain est députée LFI de Seine-Saint-Denis et directrice de la rédaction de Regards.

 

Regards. Ce mardi 3 septembre, Marlène Schiappa lance son « Grenelle des violences conjugales », qui s’achèvera le 25 novembre. Ça vous inspire quoi ?

Clémentine Autain. Je rappelle qu’il y a un an, Marlène Schiappa, avec le gouvernement, annonçait qu’une loi « historique » contre les violences faites aux femmes allait être adoptée. C’était la grande priorité du quinquennat, on allait voir ce qu’on allait voir… Moralité : quatre petits articles ont été adoptés, là où nous réclamions à cor et à cri une loi-cadre. Ce fut un tel fiasco à l’Assemblée nationale que la maigre loi fut adoptée dans un hémicycle vide début août 2018. Je me souviens d’une grande solitude à ce moment-là, alors que je réclamais des moyens sonnants et trébuchants pour combattre concrètement ces violences et venir en aide aux femmes.

« On se moque de nous en voulant mettre en scène une prise en charge du sujet. On a l’impression d’un grand bla bla aux accents féministes, qui masque la réalité des prétendus engagements financiers là où c’est le vide qui domine. »

Aujourd’hui, on utilise le terme de « Grenelle » à tout bout de champ, alors que ce terme a une symbolique historique forte, puisqu’en 1968 il fut négociée une augmentation de 35% du SMIC, entre autres. Le mouvement féministe d’aujourd’hui donne la puissance sociale contemporaine sur ce sujet, qui n’est pris par le gouvernement que dans un biais de répression ou de communication. Donc la colère gronde parmi les associations, les féministes, les familles. Il y a une impression qu’on se moque de nous en voulant mettre en scène une prise en charge du sujet alors que dans les actes on est proche du néant. On a l’impression d’un grand bla bla aux accents féministes, qui masque la réalité des engagements. Marlène Schiappa joue avec les chiffres pour annoncer de prétendus engagements financiers là où c’est le vide qui domine. Il faut en finir avec le féminisme de communication.

Plus généralement, quel regard portez-vous sur l’action de l’exécutif ? Rappelons qu’Emmanuel Macron avait déclaré la lutte contre les violences faites aux femmes « grande cause nationale »…

Il faut a minima un milliard d’euros pour ne pas se moquer du monde et faire face à l’urgence. Par ailleurs, je regrette que le président Macron n’ait jamais prononcé un discours – au-delà de quelques phrases – qui donne l’intérêt au plus haut sommet de l’Etat sur ces questions et la compréhension des mécanismes et des besoins de prévention pour endiguer toute la chaîne qui aboutit aux féminicides. Parce que bien souvent les médecins ne sont pas formés, la police n’accueille pas toujours correctement les femmes victimes de violences, la sensibilisation dans la société n’est pas suffisamment grande pour que, quand la sonnette d’alarme commence à être tirée, on soit capable de sortir les femmes de ces situations dangereuses.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Féminicides : des paroles mais pas d’actes

 

On n’est pas capable de faire ce que l’Espagne a fait en 2004 : une loi-cadre. On ne rattrape pas le retard. Et même les cures d’austérité, encore plus violentes en Espagne qu’en France, n’ont pas réussi à entamer le fait qu’il y a plus d’argent déposé contre les violences faites aux femmes qu’en France : 200 millions d’euros contre 79… Comme le gouvernement est englué dans la logique de l’austérité, le registre de la sanction devient le levier privilégié. Il ne coûte rien de rendre la loi plus répressive, le problème c’est comment la faire appliquer et comment prévenir ces mécanismes. C’est sur ça qu’on devrait mettre l’accent.

Selon un décompte du collectif Nous Toutes, on vient de dépasser les 100 femmes assassinées en 2019. Que faut-il faire pour endiguer ce fléau ?

Il faut des moyens dans des domaines très variés. Évidemment, lutter contre les stéréotypes de façon active à l’école. Il faut former les personnels médicaux, les policiers et les magistrats à la spécificité des mécanismes des violences sexistes. Il faut que des solutions d’hébergements soient dédiées pour les femmes qui veulent partir. Je suis assommée quand je reçois des femmes victimes de violences conjugales – ça m’est arrivé plusieurs fois depuis que je suis députée. On sait que quand une femme veut partir, il y a une fenêtre de tir avant qu’elle ne retourne dans un cycle de violences. Le jour où elle vient et dit « j’ai envie de partir, je ne trouve pas de logement » et que l’Etat n’est pas capable de répondre à cette demande immédiate d’être éloignée d’un mari ou d’un conjoint violent, c’est une défaillance majeure qui repousse les femmes dans le cycle infernal et potentiellement mortifère de l’espace domestique. Il faut aussi soutenir les associations de façon beaucoup plus franche. Il a fallu se battre pour que l’AVFT (Association contre les Violences faites aux Femmes au Travail, NDLR) ne voit pas ses subventions sucrées.

« Le défaut de culture féministe chez la majorité des hommes politiques reste sidérant et problématique. »

Après #MeToo, #BalanceTonPorc ou la ligue du LOL, percevez-vous une réelle avancée, voire une révolution dans la lutte féministe ?

Oui, la vague #MeToo a permis une prise de conscience planétaire sur la persistance et l’ampleur des violences sexistes de toute nature. Vraiment, une chape de plomb s’est levée et maintenant, puisque le silence et la bienséance en ont pris pour leur grade, l’adresse est portée au gouvernement pour investir dans l’éducation, la prévention, l’accompagnement. Il y a un progrès notable dans le monde politique, mais le défaut de culture féministe chez la majorité des hommes politiques reste sidérant et problématique pour que cette cause devienne une cause de premier plan, prise au sérieux et réellement digérée. Il y a un problème de génération, ou plutôt une solution par les nouvelles générations.

 

Propos recueillis par Loïc Le Clerc

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Les plus lus

5 novembre 2019
Par Amandine Mathivet

Au turbin !

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.