Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 14 avril 2018

« Si les cheminots lâchent et si les Français abandonnent, c’est le début de la fin »

Ce matin, à 11h, assemblée générale à la gare Saint-Lazare à Paris. Récit d’une réunion de résistance à la politique menée par Emmanuel Macron, placée sous le signe de la convergence des luttes.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Assemblée générale un peu exceptionnelle ce matin, à 11 heures, au bout du quai 27 de la gare Saint-Lazare à Paris. Les participants arrivent au compte-goutte mais ils sont près d’une centaine à se réunir. Pour un jour de week-end et de début de vacances scolaires, c’est plutôt bien : « très bien même », peut-on entendre. Dans l’assemblée, comme dans le panel des treize orateurs qui se succèdent à la tribune – la proue d’une locomotive à l’arrêt –, c’est la convergence des luttes qui se déploie dans sa réalité la plus tangible : des cheminots mais aussi des postiers, des étudiants, des employés de la RATP, du commerce, de l’aérien et même des intermittents du spectacle.

Le mot d’ordre est clair : « faire plier le gouvernement ». Et pas qu’un peu : sur toute la ligne. Les cheminots sont les plus remontés et s’en prennent même à leur direction que certains accusent de vouloir engager des négociations avec le gouvernement sur l’application de la réforme. Eux veulent le retrait pur et simple de la réforme. Parce que, pour beaucoup ce matin, cette réforme de la SNCF, c’est la clef de la résistance : « si les cheminots lâchent, si les Français abandonnent, c’est le début de la fin ».

Mais ce que la majorité des participants veulent aussi, c’est la grève générale reconductible immédiatement – et en cela, on sent aussi que les divergences avec les directions syndicales sont à fleur de peau. Même si, finalement, tous s’accordent pour appeler à la plus grosse mobilisation possible le jeudi 19 avril.

Convergence des luttes

Parmi les participants, les représentants du Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants (BAAM) rappelle la manifestation du dimanche 15 avril à 15h contre la loi Asile et immigration ; les postiers du 92 la grève reconductible depuis le 26 mars ; les étudiants et de la CGT-FERC Sup, celle des zadistes de Notre-Dame-des-Landes ; la CGT Commerce que la grève des Carrefour il y a deux semaines reprend des couleurs aujourd’hui. Tous, unanimes ce matin, ont appelé à la convergence, à l’union des forces contre la politique libérale et autoritaire d’Emmanuel Macron.

Au cœur des discussions, la manifestation du 5 mai à l’appel de François Ruffin et Frédéric Lordon. Faut-il y aller ? Les débats sont âpres avant que ne commence véritablement l’assemblée générale. Certains redoutent la récupération politique. Pour ce cheminot : « le mouvement social appartient d’abord à ceux qui luttent. » Mais les avis divergent, et pour cet autre : « si on veut gagner, il faut qu’on soit tous dans le même mouvement. » Mais globalement, tout le monde convient à dire que tout cela n’est que tambouille et que seule la lutte compte – quelle qu’en soit la forme.

« Jupiter s’est trompé de planète », « les petites colères font les grandes explosions sociales », « tous ensemble, on est plus fort » mais surtout « hasta la victoria siempre pour tous et toutes ! », ce matin, gare Saint-Lazare, on essayait de réinventer le monde par la synergie des luttes. « Parce qu’à tous, on résiste toujours mieux que tout seul », conclue ainsi Nathalie, alors que la quasi totalité des participants à l’assemblée générale se dirige maintenant vers une réunion du Front social en attendant d’aller faire la fête ce soir, soit avec les postiers à la Grange-aux-belles dans le 10ème arrondissement de Paris, soit avec les étudiants qui fêteront les cheminots à Tolbiac !

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Je n’entends pas de colère dans le pays » (M.le président de la République).Or une majorité de Français est sans doute critique vis à vis des réformes régressives menées tambour battant par le gouvernement actuel qui applique à la lettre les exigences austéritaires (et autoritaires)de l’Europe néolibérale (donc de Mme Merkel).Toutefois,la fin du statut (relativement protecteur)des cheminots n’est en rien demandée par Bruxelles...En l’espèce l’austérité est toute parisienne.A plus d’un titre quand on sait qu’entrer à la SNCF c’est aussi une promotion sociale.C’est ce même « ascenseur social » qui est en passe d’être cassé avec une réforme universitaire dont l’objectif est de priver une partie de la jeunesse du moyen de réussir son entrée sur le marché du travail.La sélection sociale (par l’argent ou l’accès à l’université)est bien l’enjeu n°1 de cette vague de mouvements sociaux dont l’importance est au moins comparable à ceux de 1995.Deux différences toutefois :davantage de secteurs sont touchés par la colère des salariés,les enjeux sont plus importants.La JUSTICE SOCIALE est la grande oubliée de la politique menée par l’actuel gouvernement :salaires bloqués à Air-France & Carrefour,sélection (à l’aveugle ?)à l’entrée de l’université (avec inévitablement plusieurs dizaines de milliers de jeunes gens qui resteront sur le carreau),suppression du statut des cheminots (aussi inutile qu’injuste),austérité budgétaire en matière de services publics,attaque contre le droit d’asile (+ restrictif)……etc,etc.Seule une stratégie intelligente permettra de gagner une plus juste redistribution des richesses dans un contexte de fort recul des déficits publics,de reprise de l’activité et de forte hausse des profits comme des dividendes.Quelle est la réponse du gouvernement à cette situation économique pourtant favorable ?Plus d’austérité,plus de régression sociale,plus d’injustice sociale.Ce n’est pas acceptable.Faire entendre son mécontentement contre l’injustice et la précarité sociales est donc une évidence,une nécessité.Vive le printemps des luttes !

    33justicesociale661 Le 19 avril à 22:31
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.