Accueil | Tribune par Philippe Panerai | 5 décembre 2018

Les gilets jaunes ont acquis la liberté d’exister

Près d’un mois après le début du mouvement des "gilets jaunes", intellectuels, artistes, politiques, syndicalistes et personnalités de la société civile donnent à Regards leur lecture de ce soulèvement populaire.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Que dire après un week-end de confusion marqué par des violences complaisamment mises en scène ? Une évidence d’abord : inconnus il y a un mois, les gilets jaunes sont aujourd’hui porteurs d’une question qui domine la politique française, celle d’une certaine forme d’égalité, voire même de fraternité pour reprendre les termes de notre devise nationale. Ils déjà ont acquis la liberté, celle d’exister, de se reconnaître, de se rassembler. Bien sûr il y a eu des violences et des dégâts, insupportables, condamnés par la plupart d’entre-eux et dont il faudra bien un jour se demander comment ils proviennent. La maire du XVIème arrondissement, peu suspecte de sympathie gauchiste, déplore que la préfecture de police ne l’ait pas écouté pour prévenir ce qui, disait-elle, était absolument prévisible.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Gilets jaunes : que la colère se mue en espérance
par Clémentine Autain

 

Mais la question n’est pas là. Les gilets jaunes disent tout haut ce que beaucoup pensent : que notre monde est entré dans une spirale infernale où seul compte le profit, un profit maximum à court terme, et où plus aucune morale n’existe quand il s’agit d’y parvenir. Des millions de Français sont à 50 ou 100 euros pour finir le mois quand quelques grands patrons qui ont, sous prétexte de rationalité, mis au chômage 600 ou 3000 salariés empochent, leur sale boulot achevé, des parachutes dorés qui se comptent en millions d’euros et l’exhibent.

Voilà ce que disent les gilets jaunes, et voilà pourquoi 84% des Français les regardent avec sympathie. Sans doute la réponse n’est pas facile, mais le silence du pouvoir est lugubre.

 

Philippe Panerai,
architecte-urbaniste

 

Retrouvez l’ensemble
des tribunes
ci-dessous

 >Clémentine Autain
 >Bertrand Badie
 >Ludivine Bantigny
 >Esther Benbassa
 >Alain Bertho
 >Laurent Binet
 >Thomas Branthome
 >Paul Chemetov
 >Rokhaya Diallo
 >Bernard Friot
 >Pierre Khalfa
 >Philippe Panerai
 >Thomas Porcher et Farid Benlagha
 >Olivier Tonneau
 >Christophe Ventura
 >Dominique Vidal
 >Arnaud Viviant

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.