Accueil > Archives > Web > Lorànt Deutsch, le côté obscur du roman national > Lorànt Deutsch, le côté obscur du roman national > Poster un message

Poster un message

En réponse à :

Lorànt Deutsch, le côté obscur du roman national

3 octobre 2013 23:53, par Romain

Totalement d’accord avec vous. A l’exception de quelques rares personnalités (Emmanuel Todd, Jacques Sapir, Frédéric Lordon), la gauche a véritablement abandonné l’idée de nation à la droite et à l’extrême droite. Ces historiens oublient que la notion de peuple est inséparable de l’idée de nation et que renoncer à l’idée de nation et de souveraineté revient à se couper du peuple. Jadis, le PCF (auquel je n’ai jamais adhéré, je suis trop jeune) défendait une conception républicaine de la nation, fondée sur les principes de 1789, qu’elle pouvait opposer à la nation éternelle fondée sur les origines. Aujourd’hui, le (...)

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?