twitter.com/CaroleDelga
Accueil | Par Thomas Portes | 13 juillet 2021

TRIBUNE. La République selon Carole Delga

Selon la présidente de la région Occitanie : « Jean-Luc Mélenchon n’est plus de gauche » car quand « on est de gauche, on défend la République ». Mais de quoi parle-t-on ? De la République de Jaurès ou bien de celle défendue par Manuel Valls ?

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La République. Voilà un mot qui traverse les siècles. Un mot qui qui nous fait vibrer. Mais c’est aussi un mot aujourd’hui galvaudé, piétiné et utilisé par des responsables politiques dont la boussole semble s’être arrêtée aux frontières de la droite extrême. La République, comme le disait le grand Jaurès, c’est « un grand acte de confiance et un grand acte d’audace ». En moins de 48h, une présidente de région, Carole Delga, et une ministre, Emmanuelle Wargon, l’ont utilisé pour se livrer à des attaques de caniveaux à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon. Il ne s’agit pas ici d’agir comme un défenseur aveugle du député insoumis mais simplement de rétablir de faits et tracer des perspectives pour comprendre ce qui se joue.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
À propos du « bloc bourgeois », par Roger Martelli

 

Selon la présidente de la région Occitanie : « Jean-Luc Mélenchon n’est plus de gauche ». Elle ajoute au passage que quand « on est de gauche on défend la République ». Mais de quoi parle-t-on ? De la République de Jaurès ou bien de celle défendue par Manuel Valls, l’homme dont elle a soutenu la candidature à la primaire du PS en 2017, et ses amis du Printemps républicain ?

L’ancienne députée semble avoir la mémoire courte. Il y a quelques semaines nous n’avons pas hésité, et nous avons eu raison, à lui apporter notre soutien lors de l’envahissement du Conseil régional d’Occitanie par le groupuscule d’extrême droite Action française. Comment a-t-elle remercié l’ensemble de la gauche de ce soutien unanime ? En attaquant l’Unef et les réunions non mixtes quelques heures à peine après cette intrusion. Sidérant, mais aussi révélateur d’une conception de la République de la part de Carole Delga. Une conception très éloignée de la nôtre, nous qui avons connu et soutenu les réunions non mixtes de salariés étrangers des grandes usines de Renault dans la banlieue parisienne ou les réunions non mixte destinées aux femmes pour faire avancer leurs droits et libérer leur parole loin de toute domination patriarcale.

Pour nous la République est révolutionnaire dans son essence, et poursuit un objectif l’émancipation, de lutte contre les inégalités et de mis au pas des dominations de toutes sortes. Dans des moments où le basculement vers le pire est possible, certains hurlent avec les loups quand d’autres gardent le cap. Notre boussole ne s’égare jamais, et les faits récents ont confirmé que celle de Carole Delga penche à droite, pour ne pas dire plus. Alors que les syndicats policiers factieux manifestaient devant l’Assemblée nationale, autour de slogan visant à mettre au pas la justice, une première depuis la manifestation menée par le député poujadiste Jean-Marie le Pen dans les années 50, la président de région se fendait d’une lettre ouverte pour déclarer son amour à la police nationale. Elle osait même un « J’espère de tout cœur que votre marche citoyenne contribuera à réveiller les consciences de notre pays ». Réveiller les consciences avec le syndicat Alliance, dont un des slogans est « La peur doit changer de camp », il fallait oser.

« On peut être en désaccord avec Jean-Luc Mélenchon sur différents sujets – c’est parfois mon cas –, mais le qualifier d’ennemi de la République ne peut, et ne doit, être accepté par le camp du progrès social. À quelques mois d’une échéance présidentielle cruciale pour l’avenir du pays, ne nous trompons pas. »

La République, toujours comme trait de facture

De tout temps cette notion fut utilisée, dévoyée pour agiter les peurs et servir les pires desseins de l’histoire. Dans sa profession de foi de 1906 intitulée « Vers la République sociale », Jean Jaurès déjà, alertait sur le danger que représentait « des fourbes et des pharisiens qui cherchent à propos de tous les incidents de la vie sociale à semer la panique et la peur ». Comment ne pas y voir un parallèle avec la période actuelle, où à l’heure des chaines d’infos en continue les semeurs de haine qui rêvent de guerre civile utilisent chaque fait divers pour servir leur agenda politique mortifère. Visionnaire Jaurès soulignait que « cette République nécessaire, les réacteurs la menacent sans cesse. Quand ils n’ont pu la tuer par la violence, ils essaient de la tuer par le mensonge », des paroles d’une étonnante actualité en 2021. Car oui la notion de République est aujourd’hui menacée. Menacée par celles et ceux qui instrumentalisent la laïcité pour stigmatiser une partie de la population. Menacée par celles et ceux qui promeuvent des politiques qui aggravent les inégalités. Menacée par celles et ceux qui cèdent aux lobbyistes et participent à la destruction de la planète.

On peut être en désaccord avec Jean-Luc Mélenchon sur différents sujets – c’est parfois mon cas –, mais le qualifier d’ennemi de la République ne peut, et ne doit, être accepté par le camp du progrès social. À quelques mois d’une échéance présidentielle cruciale pour l’avenir du pays, ne nous trompons pas. Il s’agit d’une tentative de déstabilisation par le camp du social libéralisme incapable de convaincre après un quinquennat Hollande fait de trahisons et de renoncements. Croire que cela vise seulement Jean-Luc Mélenchon, ou même La France insoumise, serait une profonde erreur. N’oublions pas qu’il y a quelques semaines ce sont les Verts, Génération.s, l’Unef, Audrey Pulvar qui ont subi les foudres de ces serviteurs zélés de l’ancien monde. À l’époque, avec d’autres, nous avions serré les rangs, et nous avions eu raison.

La radicalité écologique et la justice sociale sont pour moi deux matrices au service d’une République démocratique, sociale et écologique, doit rester notre seule boussole car, comme disait Jaurès en 1906 : « La République est le seul Gouvernement qui convienne à la dignité de l’homme, car elle seule met en jeu la raison et la responsabilité de tous. Seule aussi, par l’exercice toujours plus efficace de la volonté populaire toujours plus éclairée, par le libre mouvement des idées et la puissante action légale de la classe ouvrière, elle peut assurer l’évolution pacifique des sociétés vers des formes meilleures ». Voilà ma conception de la République. Loin, très loin de celle de Madame Delga.

 

Thomas Portes

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • La république n’est ni un régime, ni un parti, ni une vertu. C’est la forme de l’Etat, sans plus. Elle n’est pas nécessaire à la démocratie et l’Etat de droit et elle ne suffit pas à les garantir : les royaumes sont aussi démocratiques que les républiques, et nombre de républiques abritent des régimes autoritaires et intolérants, comme nombre de royaumes aussi. Le pire est lorsqu’on ajoute des adjectifs. La République populaire démocratique de Corée fait fort dans le genre. Est-elle une référence ? Non, pour personne, même pour les communistes, du moins à partir d’une certaine date. La bonne référence est la démocratie.

    Glycère BENOIT Le 13 juillet à 19:39
  •  
  • On n’a pas besoin de petites phrases assassines à gauche !!
    Chacun doit accepter le point de vue de l’autre et accepter le débat contradictoire !
    Jean Luc Melenchon n’est pas ma tasse de thé mais il n’a pas à recevoir des leçons de republicanisme

    Dropsit Jean Pierre Le 13 juillet à 21:44
  •  
  • @Dropsit Jean Pierre. Mais a-t-il à en donner ?

    Glycère BENOIT Le 13 juillet à 23:30
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.