Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 25 octobre 2022

#ASAP. Motion de censure : alerte Marine

Quels enseignements tirer du vote des députés du Rassemblement national pour la motion de censure déposée par la NUPES ? Le point avec Pablo Pillaud-Vivien.

Vos réactions (9)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

Hier, lundi 25 octobre, ont été rejetées trois motions de censure différentes : deux qui avaient été déposées par la NUPES, et la troisième par le Rassemblement national. Il y a une qui a un peu plus fait parler d’elle : c’est une motion qui avait été déposée par la NUPES et qui a été votée – ça a un peu été un coup de théâtre en fin d’après-midi – par les députés du RN. Ça n’a néanmoins pas suffi parce qu’il n’y a eu que 239 députés qui ont voté pour alors qu’il en fallait 289 pour aller jusqu’au bout.

 

VOIR AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
#DÉBRIEF. Faut-il voter la motion de censure avec le RN ?

 

J’en tire néanmoins deux enseignements principaux. Le premier, c’est que cela prolonge la stratégie de faux pragmatisme affiché et prôné par Marine Le Pen depuis quelques temps déjà, qui serait de montrer qu’elle est capable d’aller prendre le meilleur chez ses adversaires, voire d’aller dialoguer avec eux, et que cela démontrerait sa capacité à diriger le pays. C’est un jeu dangereux et il faut que la gauche y soit particulièrement vigilante… mais elle l’est déjà, notamment quand elle rappelle, à longueurs de réseaux sociaux et dans les médias, le passé et le présent racistes du Rassemblement national, mais aussi ses positions antisociales – lorsqu’il s’agit de voter, par exemple, pour la hausse du SMIC ou pour le rétablissement de l’ISF.

Le deuxième enseignement que j’en tire, c’est celui d’un danger. Un danger pour la gauche : celui de la construction, bon an, mal an, parfois de façon inconsciente, d’une sorte de majorité alternative à celle qui tient actuellement les rênes du pouvoir. Je sais bien qu’il n’y a absolument aucune accointance idéologique entre, d’une part, la gauche, et, d’autre part, l’extrême droite, mais je tenais tout de même à rappeler à quel point il faut se méfier des concordances stratégiques même hyper circonstancielles – comme ça a été le cas hier sur la motion de censure – entre la gauche et l’extrême droite. Parce que le danger, c’est que dans le moment qui est le nôtre aujourd’hui, où l’extrême droite est si puissante, c’est qu’à la fin, ce soit elle qui rafle la mise.

 

Pablo Pillaud-Vivien

Vos réactions (9)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Quand tu entends les principaux dirigeants lfi sur les 50 voix qui leur ont manqué !!!?? Ça fait peur !

    Dropsit Jean Pierre Le 25 octobre à 17:25
  •  
  • Le RN est surtout dangereux pour l’extrême-gauche.

    Glycère BENOIT Le 25 octobre à 20:56
  •  
  • Glycere, pas besoin d’en rajouter.
    On sait de quel côté vous êtes...

    Mackno Le 29 octobre à 15:26
  •  
  • Mackno, je n’en rajoute pas je commente. Vous ne savez pas de quel côté je suis. Inutile de spéculez là-dessus. Que signifie votre formulation ? La politique n’est pas binaire, elle n’a pas que deux côtés. A gauche comme à droite, il y a beaucoup de monde, avec des visions très différentes. Ne faites pas d’amalgame, du genre à droite tous les salauds, à gauche tous les cons.

    Glycère BENOIT Le 31 octobre à 19:31
  •  
  • En attendant, à force de tenir la ligne "pour rien au monde, on ne mêle nos voix", on voit le résultat.
    Le seul qui avance sur ses projets de casse sociale, environnementale et autres, c’est Macron et sa Cour.
    Faudra aller expliquer aux principaux intéressés, comment la casse des retraites, de l’assurance-chômage, du RSA ou de la sécu, ont pu passer, alors que Macron n’a pas de majorité à l’AN !!

    Hugues Le Baron Le 1er novembre à 12:03
  •  
  • @glycere
    Je souligne juste le fait que vous avez affirmé être prêt à voter RN contre un candidat Nupes aux dernières législatives...
    Histoire que les lecteurs des commentaires sachent d’où vous parlez, camarade. 🙂

    Mackno Le 3 novembre à 10:31
  •  
  • @Mackno. J’ai dit qu’au second tour je n’excluais pas de voter pour un candidat RN contre un candidat NUPES, ou de voter blanc. Je l’ai dit sur ce forum, donc tous les lecteurs le savent déjà. Vous pouvez bien sûr vous piquer de le répéter à loisir, pourquoi pas.

    Vous de votre côté, vous soutenez, dès le premier tour, la NUPES, qui est une alliance incluant le PCF, parti qui a été lié à un régime criminel. Qui côtoyez-vous ? D’où parlez-vous vous-même ?

    Il n’y a pas en France de parti nazi, mais il y a un parti communiste, et vous êtes parmi ceux qui contribuent à sa survie. La démocratie vous le permet, elle ne fait pas de hiérarchie entre les citoyens selon leurs opinions. Cette règle fonctionne pour tous. Elle s’applique à ceux qui votent NUPES, elle s’applique aussi à ceux qui votent RN. Mais vous avez du mal à comprendre que ceux qui n’ont pas vos idées sont des gens normaux. Encore un effort camarade. 🙂

    Glycère BENOIT Le 3 novembre à 12:50
  •  
  • @glycere

    Merci, c’est parfait.

    Et au passage, le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit.

    Mackno Le 4 novembre à 11:17
  •  
  • @Mackno. De rien. Au passage, ce n’est pas le racisme en soi qui est incriminé en droit français mais les agressions et propos racistes. Le droit pénal juge les faits, et les mobiles à partir des faits. La formulation de la loi étant imprécise quant à définir le caractère raciste de tel propos ou telle agression, une large place est laissée à la jurisprudence. Mais elle n’est pas toujours claire. L’assassinat de Samuel Paty était-il raciste ? Y avait-il une part de racisme dans les attentats du 13 novembre ? Ces questions sont le plus souvent éludées.

    Glycère BENOIT Le 4 novembre à 13:59
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.