Accueil | Par Catherine Tricot, Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 26 juin 2022

#DÉBRIEF. Comment le RN s’incruste

Ça a été le coup de tonnerre de dimanche dernier : l’élection de près de 90 députés d’extrême droite à l’Assemblée nationale. De quoi cette nouvelle – ou pas vraiment – donne politique est-elle le nom ? Et pour aller vers où ? Le débrief de la rédaction de Regards avec Catherine Tricot, Pierre Jacquemain et Pablo Pillaud-Vivien.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • vous vous êtes bien plantés les 3 , de votre monde irréel.
    ce résultat vous ramène au monde réel.
    mais vous allez continuer

    dan93 Le 28 juin à 11:34
       
    • La déconnexion complète entre les cadres/militants de la gauche et les électeurs a atteint un seuil critique. 90 députés RN. Les fascistes devant n’importe quel parti de gauche.

      Maintenant il est grand temps que la gauche accepte que les français en ont ras le bol de la petite délinquance : RAS-LE-BOL. Ce n’est pas un débat de philosophie, on y répond pas en débattant court terme vs long terme vs éducation vs répression le tout soupoudré de questions sur le genrisme des anges. On y répond avec des solutions fortes, déplaisantes et efficaces.

      jojoLePasBobo Le 29 juin à 09:42
  •  
  • D’habitude, après chaque séquence électorale, Roger Martelli en proposait une analyse assise sur l’examen minutieux des résultats ... Je pense qu’un tel document serait de nature à ouvrir la réflexion sur des éléments qui ne sautent pas forcément aux yeux a priori.
    Concernant l’arrivée de 89 député-e-s RN (auxquels il faut ajouter la femme de Ménard à Béziers), c’est difficile d’en parler en général sans regarder précisément les configurations de premier tour dans les circonscription concernées.
    Ceci dit, il me semble clair que, quand ils n’avaient plus de candidats au second tour, les électeurs LR de 2017 ont très majoritairement voté RN, déjà contre le macronisme, mais plus encore contre la NUPES.
    Ce retournement de LR a été préparé dans un premier temps par la chasse aux sorcières Woke orchestrée par Blanquer, identifié-coagulé sociologiquement par les 7% de Zemmour et permis par le rejet symétrique du RN et de la NUPES par la Macronie au soir du premier tour.
    L’objectif institutionnel était clair : limiter autant que faire se peut le poids de la NUPES - et particulièrement de LFI en son sein -, sur les bancs de l’AN. Le spectacle médiatique de l’entre-deux tours était on ne peut plus clair : l’adversaire était LFI bien plus que le RN - dont on n’a même pas parlé.
    Et, après ce résultat, la Macronie persiste dans son traitement symétrique de LFI et du RN ... N’y voir qu’une manœuvre politicienne pour fragiliser la NUPES revient, selon moi, à se voiler la face sur le retournement plus global qu’a engendré le retournement de l’électorat LR : en lieu et place du "Front républicain" anti-RN, se constitue un front néo-con qui intègre objectivement une partie de la Macronie - qui n’a plus, loin s’en faut, l’homogène inexpérience de ses débuts.
    Il faut se rendre à l’évidence : notre seule "réserve" se trouve chez celles et ceux qui se sont abstenu-e-s.

    Frédo Le 28 juin à 17:32
       
    • Il faut se rendre à l’évidence : notre seule "réserve" se trouve chez celles et ceux qui se sont abstenu-e-s.

      Vous n’avez toujours pas compris que les abstentionnistes résistent à l’envie de voter pour l’extrême droite ? 90 députés RN ça ne vous ouvre toujours pas les yeux ? La victoire idéologique des fascistes est totale, car en dehors du sacro saint pognon et du frigo bien béni la gauche ne propose pas de solution aux problématiques de DÉLINQUANCE.

      Écoutez Roussel et Ruffin bon sang. Et arrêtez d’horrifier le français moyen avec votre écriture inclusive qui fait gagner une voix au RN à chaque é.e.ent

      jojoLePasBobo Le 29 juin à 09:37
  •  
  • La FI aurait dû clairement appeler à voter Macron contre Marine Le Pen.
    La compromission avec le fascisme est toujours une erreur. Mélenchon a totalement banalisé le RN au yeux de tout une partie de l’électorat qui considère que le barrage n’a plus de sens si LREM==RN.

    En plus, La gauche "woke" et sa naïveté face à la délinquance et face à l’immigration a poussé dans les bras de l’extrême droite tout un électorat populaire dont la vie quotidienne est empoisonnée par ces problématiques.

    La FI, c’est fini. Jean Luc Mélenchon doit prendre sa retraite. Les insoumis doivent laisser Fabien Roussel prendre la suite. Sa ligne est de très loin la meilleure pour faire reculer l’extrême droite.

    jojoLePasBobo Le 29 juin à 09:30
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.