Accueil | Par Catherine Tricot, Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 31 janvier 2022

#Débrief. Spécial Primaire populaire

Après la désignation de Christiane Taubira, petit débrief de la rédaction de Regards spécial Primaire populaire avec Pablo Pillaud-Vivien, Catherine Tricot et Pierre Jacquemain.

Vos réactions (9)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (9)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Allons Regards vous croyez sérieusement à cette tartufferie de primaire lancée par de jeunes startuppers "compatibles omacron", vous pensez sincèrement que les radicaux de gauche qui soutiennent notre Taubira sont des gens de gauche, il faut cesser de vouloir rassembler la gauche avec des gens qui ne sont pas de gauche.. Hidalgo Taubira même combat, c’est comme nous faire croire que Fabien Roussel est communiste .. Jadot au moins nous dit qu’il n’est pas de gauche et en même temps pas de droite !

    Floride Francisco Le 31 janvier à 14:40
  •  
  • Cette "Primaire populaire" est une mascarade, axée exclusivement sur des personnes(...digne d’une élection de représentants de classe : "gentils" "pas gentils"...!
    Y a t il eu confrontation d’idées / de programmes, y a t il eu débats ? NON . Elle était où Taubira pendant 5 ans ?
    Qui a participé à cette PP ? Qui sont ces 400000 votant-e-s ? Quelle proportion de macronistes ? aurons nous un jour le profil de ces personnes ???

    Ne l’oublions pas : certains-e-s organisatrices-teurs étaient des ex-macronistes ET les Macronistes ont intérêt à faire confusion, décourager d’aller voter, "inciter à voter utiles pour Macron dès le 1er tour".... ET SURTOUT, CONTRER LFI ... j’en suis convaincue !!!

    J’espère que maintenant, cette confrontation d’idées et de programmes va avoir lieu .. et que vous allez y contribuer !
    Merci d’avance

    Dominique Bonhomme Le 31 janvier à 20:34
  •  
  • Bon, 392.000 votants sur une primaire de gauche qui exclue les candidats de :
    PCF, LO, PCRF, Révolution permanente, NPA.
    C’est quand même dommage...
    Ils sont pas de gauche ?

    carlos Le 1er février à 16:51
  •  
  • "Regards" il en dit quoi des programmes (et des non-programmes) ?

    carlos Le 1er février à 16:56
  •  
  • @carlos. Ils sont d’extrême-gauche.

    Glycère BENOIT Le 1er février à 22:13
       
    • c’est pas à gauche ? Ah bon... Pourtant l’extrême droite semble bien à droite. Zemmour y croit dur comme fer en tous cas.

      carlos Le 3 février à 18:25
  •  
  • @carlos. Bien sûr ça l’est. C’est à gauche de la ligne médiane. On peut dire en appliquant la même règle lexicale que le RN et Reconquête ! sont à droite de cette même ligne.

    On utilise jamais l’adjectif ’extrême’ pour aucun parti de gauche. Par souci de cohérence, on devrait effacer ce mot aussi à droite. Ou alors, si l’on veut l’employer au motif qu’il a un sens et qu’il est important de distinguer les partis extrémistes des partis modérés, il faut l’employer autant à gauche qu’à droite.

    Glycère BENOIT Le 3 février à 20:02
  •  
  • @glycère - J’ai beau retourné les choses dans tous les sens, il y a bien une différence notoire entre les mouvances "d’extrême-droite" et celles dites "d’extrême-gauche", c’est que les premières ne s’attaquent pas à un système (l’exemple évident de la lutte anti-capitaliste), mais à des individus sur des motifs confinant quoiqu’il en soit à une intolérance parfaitement assumée (contre les femmes, les émigrés, les chevelus, etc...) et en vertu d’un ordre autoritaire foncièrement inégalitaire.
    J’assume cette distinction qui rappelle à quel point l’extrême-droite est un danger pour l’intégrité physique de tout un chacun, là où l’extrême-gauche exerce une violence uniquement à l’encontre de tous les symboles d’un ordre injuste (malheureusement pour ceux qui portent l’uniforme)...
    Il ne s’agit pas de justifier la violence, mais de bien les distinguer dans leurs conséquences évidentes !

    carlos Le 7 février à 16:11
  •  
  • @carlos. Vous jouez sur les mots et, de crainte que cela ne suffise pas, vous jouez aussi sur la ponctuation. Pourquoi mettre des guillemets pour désigner les mouvances extrémistes ? On ne met pas de guillemets aux substantifs. Et pour l’extrémisme de gauche, vous ajoutez une redondance, pour dévaluer encore plus la notion d’extrême-gauche, qui serait pour vous un on-dit. Non. Extrême-droite et extrême-gauche sont deux réalités, des courants d’opinion où se rangent plusieurs partis, situés aux bords du champ politique, au plus loin du centre.

    Contrairement à ce que vous affirmez, le communisme s’attaque aux individus, qu’elle nomme alors, quand il est question de les liquider, des éléments. Il en a massacré beaucoup, sans permettre toutefois l’émergence de l’Homme nouveau parmi les survivants. Le PCF, tête de pont du PCUS dans notre pays, justifia ces massacres et fait silence maintenant sur la réalité du communisme. Il espère trouver son innocence dans l’oubli. Vous l’y aidez par des sophismes.

    Que le PCF ait été lié en tant que parti à des régimes criminels rappelle à quel point l’extrême-gauche est un danger pour l’intégrité physique de tout un chacun. Elle a toutes les indulgences pour ce parti et s’allie avec lui. Cette déviation du devoir de mémoire est rejetée par tous ceux qui ont un minimum de connaissances historiques et de sens moral.

    Glycère BENOIT Le 9 février à 12:32
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.