Accueil | Par Catherine Tricot, Pablo Pillaud-Vivien | 31 décembre 2022

Retraites, gauche, écologie : les voeux de Regards

Dernier débrief de l’année 2022... avant d’attaquer 2023 avec plus d’entrain, de joie et de gauche !

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bonjour,
    Vos vœux sont hallucinants.
    À propos du Réchauffement climatique.

    En 1974 René Dumont nous prévenait des dangers qui allaient arriver, les COP ont commencé en 1979, le GIEC a été créé en 1988, le protocole de Kyoto date de 1997, en 2002 Jacques Chirac eut cette fameuse phrase « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » et la COP 21 à Paris fût « un immense espoir » en 2015.

    Ne voyez-vous pas l’immense hypocrisie de tout cela (pas de Dumont ni du GIEC) ? Les gouvernants du monde entier se réunissent, font une grande bouffe, rédigent un tas de promesses qu’ils déclament la main sur le cœur et rentrent chez eux en riant de nous, en nous méprisant à la manière de Michel Onfray insultant Greta Thurnberg. Et l’année d’après, on recommence.

    Vous parlez de croissance et osez dire « … les retraites, la sécurité sociale, l’école, la justice, etc., bref ces sujets qui sont complétement basés sur une croissance du PIB et une augmentation de notre production et donc qui s’appuient sur une extraction d’énergie … » ! Et en plus vous voulez qu’un pays soit en croissance pour faire des investissements !

    La croissance c’est ce qui enrichit les riches et appauvris les autres tout en détruisant l’environnement dans lequel nous vivons, les relations sociales et finalement l’Humain. C’est la recherche du profit maximum par les grands capitalistes. L’être humain a des besoins, il doit « produire » pour satisfaire ces besoins : ni plus, ni moins. Pas besoin de renouveler nos biens perpétuellement en fonction des modes qui passent.

    Nous n’avons donc rien d’autre à proposer que de répéter les poncifs de nos gouvernants et de prévoir un avenir dans leur continuité ?

    De vrais vœux à propos du réchauffement climatique serait peut-être qu’il y ait enfin une vraie « écologie politique » en France.

    Cordialement.

    AsterB612 Le 6 janvier à 19:31
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.