photo cc Michel Huhardeaux
Accueil > Politique | Par Danielle Simonnet | 1er février 2018

Adieu, les jolies colonies de vacances !

La municipalité parisienne s’apprête à supprimer, en catimini, les colonies "Arc-en-ciel" qui permettaient aux plus modestes d’envoyer leurs enfants en vacances. Première chronique "Vu de Paris", par Danielle Simonnet, conseillère de Paris et coordinatrice du Parti de gauche.

Vos réactions (21)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Début janvier, des parents veulent inscrire comme chaque année leurs enfants dans les colonies de vacances "Arc-en-ciel" de la ville de Paris. Et oui, il faut s’y prendre tôt. Pas assez de place. À la fin, ça peut se jouer par un tirage au sort… Mais rien sur le site de la Ville. Pourquoi ? L’info finit par tomber. Les colos, c’est fini. Il n’y en aura plus.

Alors les parents cherchent les explications. On prétend une diminution des demandes constatées. Tiens ? Et pourquoi la Ville n’a-t-elle envisagé plus de communication, dans ce cas ? Et comment se fait-il que nombre de demandes soient non satisfaites chaque année ?

Ni une ni deux, un groupe de parents ne s’en laisse pas conter. Une pétition est lancée sur change.org. Un courrier est adressé aux élu-e-s. Ces parents me contactent. Non, en tant qu’élue, on ne m’a pas demandé mon avis au Conseil de Paris. il n’y a eu à aucun moment un débat afin de délibérer de l’opportunité ou pas de supprimer les colos. Une concertation avec les associations de parents d’élèves, les associations de jeunesse de quartier et les municipalités où ces colos se déroulent ? Ah, ça non, la Ville a dû oublier de l’organiser... Je rédige avec eux un vœu, texte que je peux soumettre au Conseil de Paris. La résistance s’organise.

Ça tombe bien, j’ai prévu une réunion de bilan de mandat cette semaine, je les invite. Non, pas une réunion d’un long monologue de "satisfecit". Sur l’invitation j’ai indiqué : « Et si on parlait des sujets qui fâchent ? » Et les gens sont venus, avec leurs colères, leurs coups de gueule, leur besace de problèmes qui pourrissent la vie au quotidien. Et ils se sont exprimés, et on s’est organisé.

Colos bobos et colos ghetto ?

La suppression des colonies de vacances ? Hors de question de les laisser faire ! Et les témoignages fusent, de parents qui se souviennent de leur propres colos… « Je me souviens, on avait plus que des raviolis à la fin du séjour. Mais deux semaines en Normandie hors de Paris, mes parents n’auraient pas pu me l’offrir autrement. » « Avec ma feuille de paye, comment aurais-je pu offrir ces colos à mes quatre enfants sans ce dispositif ? Grâce aux colos Arc-en-Ciel, ils ont découvert des tas d’activités et vécu des souvenirs qu’ils garderont toute leur vie. Il ne faut pas que ça cesse ! »

Par tweets, on apprend que la ville pourrait rétropédaler, mais en partie seulement et pas de façon neutre. Le dispositif pourrait être modifié et réserver les colonies de vacances sur critères sociaux. Jusqu’ici, elles étaient accessibles à toutes et tous, le quotient familial permettant d’ajuster des tarifs en fonction des revenus selon le principe "De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins", et permettaient en plus aux enfants en situation de handicap d’en bénéficier. La Ville inventerait dorénavant le dispositif "colo ghetto" pour les uns, "colo bobos" pour les autres ?!

Voilà donc le dernier coup de rabot du mois ? Chaque année, les dotations de l’État diminuent un peu plus. Chaque année, la Ville coupe, plus ou moins discrètement, dans les dépenses. Là, on atteint l’os… Les gamins vont morfler, privés de colo pour cause d’austérité ou ghettoïsés.

Mais dès ce week-end, avec nombre de parents, nous préparons la chorale pour chanter la chanson de Pierre Perret et rendez-vous sera donné place de l’Hôtel de ville pendant le Conseil de Paris.

Vos réactions (21)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • J’ai connu la mer à 12 ans en partant en colonie de vacances. Mes parents étaient pauvres. Jamais sans la colo, je n’aurais vu la mer !
    Quelle honte d’arrêter Arcenciel !

    Pierre Magne Le 1er février à 11:01
  •  
  • Honte aussi aux PCF et EEVL qui soutiennent cette majorité PS !
    En paroles, ils sont très forts, mais en actes, ils sont très faibles !

    Pierre Magne Le 1er février à 11:08
       
    • Mensonge ,mensonge , mensonge !

      Valentin Michel Le 2 février à 15:12
    •  
    • Mensonge ?
      Les PCF et EEVL ont voté le budget d’Hidalgo !
      Et ce budget contenait l’abandon des colonies de vacances !

      Pierre Magne Le 5 février à 10:58
  •  
  • Révolté aussi par cette mesure et la façon de procéder.
    Il faut des actions, nous sommes prêts à participer, il faut informer : quand et comment pour cette chorale devant l’Hôtel de ville ? (pourquoi pas informer par l’intermédiaire de la pétition ?)

    Patrick B. Le 1er février à 11:21
       
    • Dès que le rendez-vous est fixé (en fonction de l’ordre du jour du conseil) ce sera annoncé en mise à jour de la pétition :)

      Chloé Seguret Le 1er février à 16:05
  •  
  • Signez et faites signer la pétition, s’il vous plaît, lectrices et lecteurs de Regards.

    J’ai bénéficié de la mixité sociale et des loisirs de rêve que proposaient les vacances arc-en-ciel quand j’étais scolarisée dans un quartier majoritairement bourgeois. Je veux en faire bénéficier mes enfants qui sont maintenant scolarisés dans un quartier majoritairement populaire.

    D’autant que c’est la double peine qui s’annonce. La mairie veut sabrer dans le budget consacré à nos enfants pour financer ses jeux olympiques. Et derrière, via les écoles, nos enfants n’en sont pas moins embrigadés de force pour participer à la propagande de ces mêmes jeux qui leur (et nous) coûtent donc tant... Le marché de dupes ne passera pas.

    marie Le 1er février à 12:17
  •  
  • Ça y est ! les bobos -zozos parisiens montent au créneau pour défendre les "colos" . on aura tout vu. mais c’est surtout pour tacler Hidalgo et lui balancer à la gu...le ses futurs JO. Autrement dit, les "colos" c’est le prétexte de lui planter des banderilles dans le cuir.
    Ont-ils jamais mis leurs propres gosses en colo , ces zigotos -là ? Ou s’ils l’on fait, c’est évidemment pour faire subventionner par le contribuable parisien les vacances de leurs chères têtes blondes . Au fait, nous vivons en 2018 ou en 1936 ?

    Daniel C. Le 1er février à 19:06
  •  
  • Simonnet la démago prépare les élections municipales de 2020 et fait flèche de tout bois pour faire monter la sauce anti-Hidalgo . Qui va rafler la mise dans deux ans ? LRM ou LR ?

    Pierre Valigny Le 1er février à 20:03
       
    • @ Valigny Va t’acheter un cerveau lent !

      René-Michel Le 12 février à 20:03
  •  
  • daniel C et pierre Valigny

    Vous vous rendez compte ou vous en êtes ? dans votre volonté de dénigrer la FI ? mes pauvres ! des arguments bas de plafond, on devine chez vous de longues études et analyses politiques

    pour daniel : Ça y est ! les bobos -zozos parisiens montent au créneau pour défendre les "colos" . on aura tout vu
    et Ont-ils jamais mis leurs propres gosses en colo , ces zigotos -là ? Ou s’ils l’on fait, c’est évidemment pour faire subventionner par le contribuable parisien

    Vous en connaissez des bobos ? Daniel , je ne pense pas , si vous en connaissiez vous sauriez que les vacances des fils de bobos c’est Bretagne , campagne ou montagne avec les grands parents , les parents viennent ensuite une petite semaine dans la maison de famille et ensuite on part dans un camp de vacances en mobil home grand confort a 1200 , 00 euros la semaine dans l ouest ou les landes et tout le monde fait du vélo.

    Ca se sont des vacances de ce que vous appelez des bobos et que je nomme des classes moyennes .

    Donc je serait curieux de savoir d ou vous tenez qu ils voudraient se faire subventionner par le contribuable parisien sinon dans vos fantasmes ouvriéristes .

    Et évidement ces bobos sont tous a la FI , pas de bobos chez les permanents communistes de Fabien bien sur , ni de logement Mr le Maire, évidement.

    Quand a valigny dont la prose ressemble furieusement a celle de l inénarrable BDPIF ,c’est évidement un complot de la FI.

    Simonet de défend les " colos" que pour être élue en 2020 ! , quel stratège vous faites valigny ! , je pense que vous avez du louper quelques cours lors vos études. Chomsky surement.

    Expliquez nous donc, c’est de la stratégie de la distraction ou celle de L émotionnel ? a moins que ce soit comme je le crains du simple café du commerce : Tout pourri a la FI. tout est mauvais chez Simonet, ca sonne bien non ? essayez donc cher camarade.

    lisez le poste de pierre Magne ,ils vous a bien cerné lui.

    Honte aussi aux PCF et EEVL qui soutiennent cette majorité PS !
    En paroles, ils sont très forts, mais en actes, ils sont très faibles !
    Pierre Magne

    buenaventura Le 2 février à 18:04
       
    • Simonnet est une démagogue de première bourre. Et en cela, elle est un fleuron représentatif de LFI qui confond agitation stérile et action. Les "colos" sont sa dernière trouvaille pour emm... Hidalgo. Il y en aura d’autres , soyons en sûrs avant 2020.
      À Simonnet, la droite LR et LRM reconnaissante !

      daniel B Le 2 février à 20:27
  •  
  • Aie Aie Aie !
    Bobos.. Bobo-zozo ..
    L’argumentaire choc, la parole soraliene se déchaine chez les anti-FI.

    Arouna Le 3 février à 10:19
       
    • À lire les réactions indignées que suscite ici la dénonciation du grand guignol de la prétendus gauche radicale que veut incarner Simonnet, on peut effectivement penser que les bobos -zozos "insoumis"parisiens sont de sortie.

      Édouard Le 3 février à 11:14
    •  
    • Les colos c’est pour les gosses des bobos-zozos parisiens...

      C’est sur que les millions d’euros seront bien mieux dans les poches de jeff koons, les gosses pourront aller voir ses tulipes.

      Arouna Le 3 février à 20:57
  •  
  • Mon fils partait en colo avec les vacances arc en ciel depuis plusieurs années, il a pu faire plein de choses que je n’aurai jamais pu lui offrir sans ce dispositif. Il y est parti avec des amis. Avec la suppression des colos par la mairie de Paris, ce sera soit une colo pour lui seul, soit des vacances ensemble, je ne peux pas me permettre de payer les deux. Ça signifie qu’il ne partira de toute façon pas plus de deux semaines cet été. Mais peut être que les chômeurs qui gagnent 1500 euros par mois sont des bobos et que leurs enfants n’ont pas besoin des subventions de la mairie de Paris pour partir en vacances !

    diane Le 3 février à 23:42
       
    • Diane, votre discours gnan-gnan et misérabiliste sur les pauvres chtis, ou plutôt "titis", enfants de chômeurs qui n’auraient pas pu partir en vacances sans Arc en ciel , c’est du mauvais Hugo ? Nous sommes en 2018 , pas en 1936 ni en 1950 ...D’abord, il n’y a pas qu’Arc-en- ciel pour occuper le temps libre de vos gniards, vous avez songé au Secours Pop ? ; ensuite, bougez - vous pour obtenir gain de cause auprès des Services sociaux de la Ville de Paris ; enfin, j’ai eu des parents ouvriers qui ne voulaient pas que leurs enfants partent en vacances dans les colonies catho ou les colonies laïcardes. Pendant des années, chaque été , j’ai passé en famille mes vacances et leurs congés payés à la campagne, chez l’habitant avec les bons vacances de la caisse d’alloc...

      Arthur R Le 6 février à 10:18
  •  
  • le temps de libre de vos gniards !!

    c’est élégant ca ARTHUR !

    Et le secours pop ? ,les colonies laÏcardes ou cathos ?

    Vous auriez du y aller un peu, dans les colonies protestantes ou gérées par des humanistes ,cela vous aurait donné une vision moins étriquée que le "cul des vaches " ou vous semblez puisez votre inspiration.

    Au fait c’étaient les Bobos de l ’époque qui avec leurs impôts payent vos " bons CAF"

    buenaventura Le 7 février à 14:37
       
    • Très bon tacle, tu l’as rhabillé pour la classe de neige ! Bravo !

      René-Michel Le 12 février à 20:07
  •  
  • Ce site squatté par des adorateurs du Mélenchonisme ne recueille régulièrement qu’une poignée de désoeuvrés, du rassis à l’acnéique, et c’est bien réconfortant . Aux prochaines élections ce mouvement anti-marxiste s’effondrera comme le soufflet qu’il fut.

    buda Le 22 février à 15:10
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.