Accueil > Monde | Par Françoise Diehlmann | 18 septembre 2014

25 ans après la chute du mur, Die Linke proche de diriger un Land allemand

Les élections régionales dans trois Länder ont été marquées par la poussée des populistes conservateurs de l’AfD, mais aussi par les 28% obtenus par Die Linke en Thuringe, que le parti de gauche est désormais en position de diriger.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

En cette année 2014 qui célèbre les vingt-cinq ans de la chute du mur de Berlin, des élections viennent d’avoir lieu dans trois Länder de l’Est de l’Allemagne : la Saxe le 31 août, la Thuringe et le Brandebourg le 14 septembre.

Les faits majeurs dans les trois Länder

• Le parti populiste conservateur AfD (Alternative für Deutschland) fait une très forte percée dans les trois Länder avec 9,9% (Saxe), 12,2% (Brandebourg), 10,6% (Thuringe).

• Les Libéraux du FDP, quant à eux, disparaissent des trois Länder, loin en dessous de la barre des 5%.

• Les votes pour l’AfD résultent dans leur majorité d’un sentiment de déception, alors que les votes pour les autres partis (sauf pour le parti néo-nazi pour lequel il n’ y a pas de données), ont été accordés à une forte majorité par conviction.

• Les Grünen, faiblement implantés à l’Est, sont stables et dépassent partout les 5%.

• La participation est en forte baisse : 49% (52% en 2009) en Saxe, 52% (56%) en Thuringe. Elle s’effondre dans le Brandebourg 47,9% (67%).

• L’AfD avale beaucoup de voix dans presque tous les partis, seul l’électorat écologiste résistant significativement aux sirènes de ce parti.

• Ce sont les peurs – et parce que l’AfD nomme les problèmes des gens sans pour autant les résoudre – qui font son score, mais pas seulement. L’AfD a mis en valeur la sécurité intérieure qui existait en RDA, même si personne n’a envie que la RDA revienne. Cela a fonctionné par exemple à 40% en Thuringe.

• Aucun parti ne veut former une coalition avec l’AfD.

• Les principaux partis des coalitions sortantes, que cela soit la CDU ou Parti chrétien-démocrate en Thuringe et en Saxe ou le SPD, Parti social-démocrate, dans le Brandebourg, n’ont pas été sanctionnés par cette élection.

Thuringe (capitale Erfurt) : 91 sièges

CDU : 33,5% (+2,3%)
Linke : 28,2% (+0,8%)
SPD : 12,4% (-6,1%)
AfD : 10,6% (+10,6%)
Grüne : 5,7% (- 0,5%)
NPD : 3,6% (-0,7%)
FDP : 2,5% (-5,1%)
Divers : 3,6% (-1,2%)

Le deuxième parti de la coalition, le SPD, chute lourdement. Mais le président du SPD et vice-chancelier, Sigmar Gabriel, n’a pas hésité à mener une critique de son parti dans le Land de Thuringe, au sein duquel règnent beaucoup de conflits. De ce fait, le SPD de Thuringe est resté dans le flou quant aux possibilités de coalition. Die Linke, par contre, fait le meilleur score de son histoire dans ce Land.

La Thuringe offre plusieurs possibilités : soit la coalition sortante CDU-SPD est reconduite, soit une coalition Linke-SPD-Grünen qui conduirait Die Linke à diriger pour la première fois un Land. Le SPD national a enfin levé l’interdit qui obligeait le SPD dans les différents Länder à refuser que die Linke puisse diriger un Land et donc puisse disposer du poste de ministre-président.

Saxe (capitale Dresde) : 126 sièges

CDU : 39,4% (-0,8%)
Linke : 18,9% (-1,7%)
SPD : 12,4% (+2%)
AfD : 9,7% (+9,7%)
Grünen : 5,7% (-0,7%)
NPD : 5% (-0,6%)
FDP : 3,8% (-6,2%)
Divers : 5,1% (61,7%)

La CDU a ouvert des négociations avec le SPD d’une part et les Grünen de l’autre.

Brandebourg (capitale Potsdam) : 88 sièges

SPD : 31,9% (-1,1%)
CDU : 23% (+3,2%)
Linke : 18,6% (-8,6%)
AfD : 12,2% (+12,2%)
Grünen : 6,2% (+0,5%)
BVB/FW : 2,7% (+1%) (parti local)
NPD : 2,2% (-0,4%)
FDP : 1,5% (-5,7%)
Divers : 1,9% (-1,2%)

Die Linke chute de près de 9 points et perd la deuxième place au profit de la CDU. Die Linke considère que quand il y a des succès, c’est souvent le premier parti, en l’occurrence le SPD, qui remporte la mise. Par ailleurs, les dernières élections du Land de Brandebourg ont eu lieu le même jour que les élections législatives, donc dans un tout autre contexte, ce qui aurait dynamisé le score de Die Linke. Et surtout 20.000 électeurs traditionnels de die Linke ont donné leur voix à l’AfD.

Le SPD peut reconduire sa coalition avec Die Linke, ou bien former une coalition avec la CDU. Le SPD a ouvert les négociations avec les deux partis.

Pour Merkel, ce serait « Karl-Marx à la chancellerie de Thuringe »

À l’interpellation des Grünen de Thuringe (« Nous allons négocier durement »), le chef de file régional de Die Linke Bodo Ramelow, connu pour son pragmatisme, répond : « Pas de problème, je suis prêt.  » Pour lui, 80% des programmes de die Linke, du SPD et des Verts sont compatibles. Le reste est négociable, il n’ y a pas d’interdits.

La possibilité que Die Linke dirige un Land ne plait pas du tout à Angela Merkel. Elle reproche au SPD de trahir tout ce qu’il entreprend à l’échelon gouvernemental dans le cadre de la grande coalition avec la CDU, le parti d’Angela Merkel. Elle critique également les écologistes : « Les Verts se sont engagés pour la liberté il y a vingt-cinq ans, et maintenant ils veulent faire une coalition avec die Linke et aider ce parti à faire entrer Karl Marx dans la chancellerie du Land de Thuringe. »

Après la prise de pouvoir des Grünen dans le Land le plus riche d’Allemagne, le Bade Wurtemberg (capitale Stuttgart), voir Die Linke diriger un Land de l’Est de l’Allemagne, la Thuringe constituerait un événement historique, vingt-cinq ans après la chute du mur de Berlin. N’en déplaise à Angela Merkel, la CDU et le SPD en auraient fini de se répartir à eux deux la direction des Länder allemands.

Vos réactions (5)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bonjour,

    Il aurait été bien de préciser l’année 2014 sur le graphique et non seulement l’année 2009, en plus en gros,on n’ y comprend pas grand chose. Pouvez-vous corriger, s’il vous plaît ?

    Merci

    Françoise Diehlmann Le 18 septembre 2014 à 11:58
       
    • Modification faite, c’est maintenant plus clair !

      Sébastien Bergerat Le 18 septembre 2014 à 12:29
    •  
    • je viens de lire avec beaucoup d’intérêt ton article:depuis plusieurs jous je me tiens régulièrement informé de la situation enThuringe via le site de " Die Linke"( ça va plus vite qu’avec l’Huma, et je me réjouis que des tabous commencent à tomber du côté du SPD (il était temps !)J’ai égalementconsulté le site du Land de la Thuringe:très instructif

      bob chan Le 18 septembre 2014 à 20:34
  •  
  • Où en est on aujourd’hui ?
    L’enthousiasme euphorique n’était pas justifié comme ’dab’ ici ’ ?
    Si 28% ont voté pour die Linke,72% n’ont pas voté pour !
    Alors Die Linke dirigeant la thuringe,Kaput ou pas ?
    Merci d’effectuer un suivi de l’article..
    Coucou,y a quelqu’un ?..

    Boris Le 26 septembre 2014 à 22:17
  •  
  • Tiens et dire qu’ en France de toutes parts , j’ ai entendu moult critiques sur Die Linke venant du PC , du PG ou du NPA ...Ca ne marche pas une seule organisation ...Vaut mieux notre Front de gauche français qui permet à toutes et tous de s’ engager , indépendamment de sa carte de parti , de sa culture de parti ..

    J attends en 2015 quelle région pourrait être gouvernée par le Front de gauche bien français !

    Et d’ ailleus cet article est très peu commenté , preuve que la situation "internationale" des organisations proches du Front de gauche n’ intéresse personne ...

    Thierry HERMAN Le 20 octobre 2014 à 17:51
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.