Accueil > Monde | Par Emmanuel Haddad | 18 septembre 2013

Aube Dorée a du sang grec sur les mains

Aube Dorée n’en est pas à son premier coup de couteau. Mais pour la première fois, ce n’est pas un migrant mais un jeune grec antifasciste qui périt sous les coups du parti néonazi. Toute la Grèce est en émoi et demande l’interdiction du parti.

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Deux coups de couteau, le premier dans le cœur, le second dans l’abdomen. Pavlos Fyssas, 34 ans, antifasciste et rappeur connu sous le pseudo Killah P, est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital athénien Nikaia, dans la nuit de mardi 17 à mercredi 18 septembre.

Rixe ou embuscade ?

La scène du crime se déroule suite au match de Ligue des champions opposant le club Olympiakos au PSG. Le stade de foot est situé au Pirée, un quartier d’Athènes où Aube Dorée a récolté de nombreuses voix aux élections de juin 2012, lors desquelles le parti néonazi a obtenu 18 sièges au Parlement. Et les ultras d’Olympiakos ont la réputation d’être des recrues faciles du parti au méandre grec. Pourtant, sur place, les témoins oculaires évoquent plus une embuscade qu’une rixe entre hooligans.
Vers minuit, Pavlos, sa petite amie et un autre couple marchent rue P. Tsaldari, lorsque 15 à 20 jeunes vêtus de T-shirt noirs et de pantalons militaires s’en prennent verbalement au rappeur. Au croisement de la rue, dix autres jeunes en noir les arrêtent. Là, une voiture surgit d’une ruelle d’où Georgios Roupakias, 45 ans, sort et poignarde le jeune antifasciste. Selon le site d’information Tvxs.gr, Roupakias était payé par Aube Dorée pour organiser des ratonnades anti-immigrés. « Le professionnalisme avec lequel il a tué le pauvre Fyssas montre qu’il possédait de l’expérience dans l’usage du couteau », souligne le site d’information. Le quarantenaire a tout de suite reconnu être l’auteur du crime et un membre du parti Aube Dorée.

Aube Dorée pris d’assaut

La mort de Pavlos Fyssas a eu le même effet explosif que celle du jeune Alexis Grigoropoulos, tué à bout portant le 6 décembre 2008 par un policier dans le quartier anarchiste d’Exarchia. Des émeutes massives s’étaient alors déclenchées dans tout le pays et Killah P avait dédié une chanson à la victime. Ce mercredi, c’est pour venger sa mort que des regroupements antifascistes sont organisés dans plus d’une vingtaine de villes grecques. Un appel national qui se mêle à la grève des fonctionnaires contre la suppression de 4000 postes dans la fonction publique et la mutation de 25 000 fonctionnaires, en l’échange d’un nouveau prêt de la Troïka. A Chania, en Crête, les antifascistes s’en sont pris au siège d’Aube Dorée, à coups de pierres et de cocktails Molotov. Idem à Patras, où le siège est au cœur d’un affrontement entre policiers et antifascistes.

Un tournant à vérifier dans les urnes

« C’est un tournant, Aube Dorée était en train de grimper dans les sondages et là, pour la première fois, toute la population a dénoncé la violence du parti. Ils avaient déjà tué des migrants de la même façon, mais la réaction n’avait jamais été aussi forte contre leurs pratiques », analyse Antonis Vradis, jeune géographe grec à la London School of Economics, qui suit de près le mouvement antifasciste grec.
Au-delà du mouvement antifasciste, toute la classe politique grecque semble avoir pris la mesure de l’évènement : « Les gens pensent qu’Aube Dorée va être interdit, c’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Ordre Public. Même Antonis Samaras (le Premier ministre et membre du parti conservateur Nouvelle Démocratie, ndlr) a dénoncé le meurtre. En réalité, il a été poussé par la réaction d’un député, qui l’a traité de minable car il ne s’était toujours prononcé. Finalement, il a déclaré qu’Aube Dorée était une organisation qui sème la terreur », explique Servane, une jeune antifasciste qui a lâché ses vacances dans les îles pour rejoindre le regroupement qui a lieu ce mercredi soir à 18h à Athènes, sur les lieux du crime.
Reste à savoir si la dénonciation de la violence utilisée par le parti néonazi se vérifiera dans les urnes. Aujourd’hui en deuxième place dans les intentions de vote, le parti d’extrême droite, s’il n’est pas interdit d’ici là, pourrait voir son expansion freinée lors des élections régionales et européennes de 2014.

A lire dans le Regards d’automne 2013 qui vient de paraître, le grand reportage d’Emmanuel Haddad réalisé cet été à Athènes : « En Grèce, être antifa ou ne pas être ». En vente en kiosque, 9 €.

Vos réactions (7)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Et en même temps, triste constatation, l’assassinat d’un "blanc" fait plus de vagues, à lui seul, que des dizaines, des centaines d’assassinats de pauvres gens, basanés, SDF, migrants et autres.

    Du coup, je n’ai guère aimé le titre. Qu’est-ce qu’il a, le sang grec ? Il est plus rouge que les autres ? Il tache davantage le pavé ?

    cultive ton jardin Le 19 septembre 2013 à 11:37
       
    • Regards = magazine crypto fasciste

      Plus sérieusement, si la Grèce est outrée c’est parce qu’un grec à tué un grec. C’est comme ça, ça s’appel l’humain, et non ça n’est pas glorieux.

      plouffy Le 19 septembre 2013 à 13:08
    •  
    • Si je considérais Regards comme un magazine crypto-fasciste, je ne me serais pas donné la peine d’un commentaire, je n’aurais même, probablement, pas lu l’article. Je m’étonne précisément que Regards reprenne sans s’en distancier une opinion "instinctive" qui accorde plus de valeur à un mort qu’à un autre.

      cultive ton jardin Le 19 septembre 2013 à 14:38
  •  
  • Nous partageons bien sûr le triste constat qu’en Europe l’assassinat d’un blanc "de souche" soulève toujours plus les foules que celui d’un migrant. Cet article ne s’associe pas à cette réaction, il la décrit. Et je vous suggère la lecture du reportage très complet d’Emmanuel Haddad consacré à Aube dorée dans notre trimestriel d’automne qui vient d’arriver en kiosque et chez les abonnés.

    Emmanuel Riondé Le 19 septembre 2013 à 16:31
  •  
  • Salut Voltaire,
    Dans le chapo, il est precise quAube Doree a deja tue, avant ce militant antifa, des migrants. Pakistanais, Afghans, et jen passe. Jai rencontre leurs amis en Grece cet ete. Jai ecoute les temoignages des migrants enfermes dans les sous sols des comissariats pendant des mois sans voir la lumiere du jour. La discrimination quils subissent au quotidien est le mal le plus nocif qui ronge la societe grecque, beaucoup de militants antifas et de citoyens sen alarment et reagissent tous les jours contre cet etat de fait. Mais mardi, cest un de leurs amis grecs qui est mort. Son sang ne vaut pas plus quun autre. Pourtant, politiquement, cest un tournant, car cest la goutte deau. Je te renvoie vers les excellents reportages de borderlinereports qui expliquent que ce parti agit comme un parti nazi, capable de sen prendre dabord aux migrants, puis aux homosexuels, puis aux gauchistes, puis a nimporte qui qui soppose a leur programme regressif. La denonciation de leur violence et de leur intolerance est un processus. Larticle ne vise pas a expliquer tout le processus qui a mene a la reaction grecque suite a la mort de Killah P, car, comme le souligne Emmanuel Rionde, le magazine de Regards vient de publier un long reportage qui revient sur ce processus, sur les differentes denonciations et reactions des antifas a chaque agression dun migrant en Grece. Ce nest pas par oubli volontaire ou absence de distanciation, mais pour eviter la redondance.
    Il reste bien sur positif de lire que les commentaires restent vigilants. Un autre aspect non evoque dans cet article mais aborde dans le magazine trimestriel est la relation entre Aube Doree et lEtat grec depuis la creation du parti dextreme droite. Un autre aspect a bien avoir en tete pour comprendre le phenomene Aube Doree.

    Emmanuel Le 19 septembre 2013 à 23:19
  •  
  • L’extrème droite Européenne est une bande de voyous organisée, cette extrème devrait etre interdit en démocratie, ce ne fut pas fait pour Hitler, prenons garde !

    Michel Guénot Le 21 septembre 2013 à 23:30
  •  
  • Tiens donc, vous supprimez les commentaires quand ils ne vous conviennent pas, alors même qu’ils ne sont ni illégaux, ni insultants, ni même agressifs ?

    cultive ton jardin Le 22 septembre 2013 à 12:21
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?