Accueil > Société | Chronique Mon oeil par Clémentine Autain | 4 octobre 2013

Charles, dessus et dessous de la politique

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le saviez-vous ? Arnaud Viviant, l’une des plumes de Regards, a lancé une revue dont les numéros se comptent déjà sur les doigts d’une main. Elle a l’air d’un carré mais ne l’est pas, et c’est tant mieux. De Frédéric Beigbeder à Roselyne Bachelot, en passant par Roger Martelli, Emmanuel Pierrat ou Laurent Joffrin, les signatures mêlent des journalistes, des politiques, des intellectuels, sans ligne continue, filant l’ambiguïté d’un titre étonnant : Charles. Dans un style sobre et élégant, la revue décortique la politique, cherche comment elle se fait, se défait, par qui elle s’invente, se reproduit sur elle-même. Dès le deuxième numéro, le dossier de Charles sur les ouvriers de la politique, ces « petites mains » des « grands Hommes », avait tracé l’ambition. L’édito de François Mitterrand ou la BD « La révolution… mais trop » plantent le décor. Le pari est audacieux, la cohérence éditoriale iconoclaste mais ça marche, tout simplement parce que le résultat est aussi savoureux qu’intéressant pour qui aime la politique, nourrit de la curiosité pour ses acteurs, son histoire, ses grandeurs, ses dessous.

Ce trimestre, Charles s’attaque aux relations entre les médias et la politique. Les deux univers sont mal en point et en évolution. Comment se porte le couple ? Pour le savoir, la longue interview de Jean-Luc Mélenchon sur son rapport aux médias, son parler « cru et dru », les raisons de sa stratégie et de sa défiance, côtoie celle de Pierre Bergé qui raconte comment il se sent « en porte-à-faux » comme actionnaire et « homme de valeur » au journal Le Monde. Charles choisit de donner la parole aux responsables du site Atlantico qui se défend d’être de droite, de faire un portrait délicieusement acide de Rémi Branco dans sa rubrique « renseignements généraux » et de recueillir le témoignage de Michel Bassi, cet ancien journaliste politique devenu porte-parole de Valéry Giscard d’Estaing. Et Arnaud Viviant a décidé d’aller rencontrer Philippe Sollers pour savoir ce qu’il vote : « Je ne vote pas, coco… Mais faut pas le dire ! ». Mais tout est dans l’art du récit.

A l’évidence, de Charles en Charles, la politique est un monde fait par et pour les hommes. On le savait déjà mais la succession d’images, d’interviews, de portraits masculins a quelque chose d’accablant. Et puis le regard se pose sur Ghislaine Otteinheimer, rédactrice en chef de Challenges qui confie à Charles qu’elle en a assez de raconter les affaires de drague : « c’est agaçant de répondre toujours à cette question. Quand on est une femme journaliste politique de moins de quarante ans, on s’y frotte systématiquement, c’est certain. Mais je n’ai plus ce problème ». Comment être mieux rassuré-e ? La suite, peut-être, au prochain numéro.

Charles n°7, Journalisme & politique, 160 pages, 16 €
Lire son sommaire ici

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Je pense que Clémentine Autain ne devrait pas omettre sa participation à la Revue Charles, notamment dans le numéro 5 où son portrait de NKM pouvait choquer la plus basique des féministes par un traitement de la personnalité par des ressorts et clichés totalement masculins et classiques du portrait politique.

    Sans parler du côté révélateur psychologique en miroir de son propos, témoignant que NKM ne doit pas être la seule à y penser le matin en se maquillant.

    Charles est une revue de la reproduction des élites qui s’en défaussent par une sorte de pseudo distance d’avec eux-mêmes qui ne finit que par justifier le maintien en sérail.
    Rien d’iconoclaste ou de surprenant à la composition de son comité de rédaction. Ces gens là sont les mêmes.
    Et vous faites partie de ce monde aussi.

    Dommage que vous ne témoigniez pas à l’occasion de votre si nécessaire "coup d’oeil" de votre vécu du mélange des intérêts entre media et politique, un petit exercice de transparence et de "regard" critique serait pourtant tellement et si "délicieusement" acidulé.

    Monica B Le 8 octobre 2013 à 11:23
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?