Accueil > Monde | Entretien par Christelle Gérand | 6 septembre 2013

Syrie, deux démocrates américains répondent à Obama

Pour justifier sa volonté d’intervenir en Syrie, le président Obama, dans une communication récente (cf Le monde du 3 septembre), interpellait les membres du congrès et la communauté internationale à travers deux questions…que nous avons posées à John Garamendi et Rick Nolan, représentants démocrates à la chambre des représentants.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

John Garamendi

Représentant démocrate du 3e district de Californie à la Chambre des Représentants (l’équivalent de l’Assemblée Nationale).

Regards.fr. Quel message faisons-nous passer si un dictateur peut gazer des centaines d’enfants au vu et au su de tout le monde sans payer aucun prix ?

John Garamendi. Personne ne veut que cela se produise, mais la question est : ‘que faisons-nous’ ? Bombardons-nous la Syrie ? Cela stopperait-il Assad ou quelqu’un d’autre de faire la même chose ? Je ne crois pas. La guerre n’est pas la solution, la solution est de continuer à éliminer les stocks d’armes chimiques. Des bombes ne les élimineraient pas, et les rendraient peut-être même accessibles à d’autres groupes, notamment certains rebelles proches d’Al-Qaida. Nous savons aussi que le Hezbollah a des camps d’entraînement près de certains dépôts. Si nous déstabilisons le pouvoir, il se peut que ces groupes aient accès aux armes chimiques. Je ne voterai pas pour une action qui aurait de grandes chances d’être contreproductive dans son but même : la sécurisation des armes chimiques.

Quel est l’objet du système international que nous avons bâti si l’interdiction des armes chimiques, approuvée par les gouvernements de 98% de la population mondiale et massivement par le Congrès des États-Unis, n’est pas respectée ?

Est-ce la responsabilité des Etats-Unis de veiller à ce que les traités soient appliqués ? De la France ? Ou bien des Nations Unies ? La responsabilité est entre les mains des Nations-Unis. Les Etats-Unis n’ont pas à être le gendarme du monde.

Rick Nolan

Représentant démocrate du 8e district du Minnesota à la Chambre des Représentants.

Regards.fr. [Il a répondu aux deux questions en une réponse]

Rick Nolan. Quel que soit le responsable de l’usage d’armes chimiques en Syrie - le régime Assad ou quelqu’un d’autre - il devra le payer cher. Mais ce prix devrait être payé devant un tribunal international et le responsable répondre de crimes de guerre. C’est cela, le système international que nous avons établi et sur lequel nous nous sommes mis d’accord. Quand nous échouons à utiliser ce système, nous le mettons en péril. Et dans ce cas précis, si nous l’ébranlons avec une attaque en Syrie, cela tuera probablement des centaines si ce n’est des milliers d’innocents, nous impliquerait dans une autre guerre au Moyen Orient dont nous n’avons pas les moyens, et cela ferait courir un haut risque de représailles à notre fidèle allié dans la région, Israël.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?