Accueil > Economie | Par Benoît Borrits | 23 octobre 2013

Forum mondial de l’économie responsable, un marché juteux ?

La 7ème édition du World Forum Lille se tiendra pour trois jours sur le thème « Yes we change, entreprendre et consommer autrement ». De nombreuses rencontres entre entreprises, économistes et promoteurs de la responsabilité sociale des entreprises. Une occasion pour certaines multinationales de s’offrir une nouvelle image et pourquoi pas, de nouveaux marchés.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La 7ème édition du World Forum Lille pour une économie responsable se tiendra du 23 au 25 octobre. Ce forum se veut le sommet mondial de la Responsabilité Sociale des Entreprise (RSE). On y attend plus de 4 000 personnes parmi lesquelles des économistes, des associations faisant la promotion de la RSE et surtout des entreprises, de la petite entreprise développant un projet alternatif aux multinationales en passant par des coopératives. Au menu, des tables-rondes, des ateliers de réflexion et des déjeuners-débat.

La RSE n’est pas un concept neuf : il s’agit de proclamer haut et fort que la vocation de l’entreprise ne résume pas à faire de l’argent mais aussi à promouvoir une conduite citoyenne. Si une telle démarche est dans les gènes des entreprises coopératives et ce, bien avant la mode de la RSE, voir des sociétés de capitaux adopter des codes de bonne conduite semble complexifier leur objectif initial qui est de faire toujours plus d’argent avec de l’argent. Il faut dire que la mondialisation néolibérale de l’économie a mis sur le devant de la scène des pratiques bien peu reluisantes : travail des enfants, destruction de l’environnement, travailleurs exploités et menacés dans leur intégrité physique. Le World Forum Lille veut ainsi « faire progresser l’Économie Responsable en valorisant les bonnes pratiques d’entreprises (PME ou grands groupes) qui exercent de manière responsable leur activité, partout dans le monde, et ainsi rendre leur exemple contagieux ». Il affirme que depuis son lancement en 2007, « plus de 700 bonnes pratiques ont été données en exemple ».

L’enjeu est de taille pour les multinationales en mal d’image auprès du grand public. Ainsi Unilever met en avant dans sa communication une démarche écolo-responsable dans ses plantations de thé Lipton au Kenya sous le couvert d’un label Rainforest Alliance. Pourtant, les conditions de vie des cultivateurs locaux sont discutables (voir le reportage d’Arte) et cette multinationale n’hésite pas à fermer la dernière usine de conditionnement de thés et d’infusions en France dans les Bouches-du-Rhône (cf. www.regards.fr). Difficile de concilier recherche maximale du profit et comportement social responsable, à moins que ce dernier ne soit qu’une vitrine...

Heureusement, ce forum sera pour ces multinationales l’occasion de découvrir de nouveaux marchés comme en témoignent le déjeuner thématique « Quel business model pour les publics précaires ? » (« À l’heure où la crise fragilise un nombre croissant de foyers, les entreprises se penchent sur la manière de rendre leur offre accessible aux personnes en situation de précarité. ») ou encore le débat « Consommation collaborative : opportunités pour les grands groupes ». Nous vivons une époque vraiment formidable...

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?