Photo sualk61
Accueil > Monde | Par Philippe Ridou | 18 juin 2013

Grèce : le Conseil d’Etat ordonne la réouverture de l’audiovisuel public

Depuis le 11 juin, les Grecs étaient privés de leurs chaînes de radio et de télévision publiques. Une décision unilatérale du Premier ministre conservateur Antonis Samaras. Syndicats, citoyens et quelques voix européennes se sont élevées contre cet affront à la démocratie. Le Conseil d’Etat réouvre provisoirement les ondes à la radio-télévision hellénique (ERT).

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative de la Grèce, contrecarre « temporairement » la fermeture de la radio-télévision hellénique (ERT). Elle ordonne la réouverture du média jusqu’à la création du nouvel organisme audiovisuel public. L’écran noir et le blackout imposés sur les ondes depuis le 11 juin a choqué une grande partie des Grecs, des manifestations ont lieu dans tout le pays : jeudi 13 juin, ils étaient plus de 10 000 à crier leur indignation devant le siège de l’ERT. Un recours en référé a immédiatement été déposé par le syndicat de l’ERT. L’émotion s’est propagée à l’Europe, des voix se sont élevées pour dénoncer l’atteinte aux principes démocratique : « La décision de fermer de manière quasi-martiale, avec encerclement des émetteurs, un groupe entier de télévision, c’est quand même grave dans une démocratie », a déclaré Christophe Deloire directeur général de Reporters sans frontières. Une mesure d’autant plus abjecte qu’elle a été prise de manière unilatérale par le Premier ministre conservateur Antonis Samaras. Ni le Pasok ni la gauche démocratique Dimar, les deux autres composantes de la coalition gouvernementale, n’ont approuvé cette décision. « La Commission européenne n’a pas demandé la fermeture d’ERT […]. Cette décision a été prise par les autorités grecques dans le cadre des efforts majeurs fait par le gouvernement pour moderniser l’économie grecque », a déclaré Olli Rhen, commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, dans la droite ligne imposée par la Troïka FMI-Commission européenne- Banque centrale.

Le Conseil d’Etat a donc décidé de surseoir temporairement à la fermeture de l’ERT. Il doit se prononcer sur le fond de la décision gouvernementale en septembre. Le projet de réformer le service public audiovisuel reste d’actualité. La création d’une nouvelle structure alliant radio, télévision et internet est annoncée. Elle devrait s’appeler Nerit. Une commission tripartite composée de représentants de chaque parti de la coalition serait chargée « d’embaucher un nombre de journalistes chargés de faire fonctionner de nouveau la radio-télévision publique » jusqu’à l’adoption du nouveau projet de loi sur l’audiovisuel public apprend-t-on dans Libération.

Une réunion de crise se tenait lundi soir. Les trois partis gouvernementaux cherchent à sortir de l’impasse cristallisée par la fermeture de l’ERT. En plus de la réouverture transitoire du média public, un remaniement ministériel pourrait avoir lieu d’ici la fin du mois de juin. Un an tout juste après les élections législatives qui ont abouti au gouvernement de coalition d’Antonis samaras, son unité et sa sauvegarde sont sérieusement mises à mal. Certes, les Grecs retrouvent leur radio et télévision mais le feuilleton crise financière-crise sociale-crise politique continue inexorablement.
En solidarité avec le peuple grec, Mediapart organise une soirée de soutien le mardi 18 juin à 20 heures, au Théâtre du Châtelet, à Paris.

Artistes, journalistes, intellectuels grecs et français viendront témoigner et défendre la nécessité d’un service public audiovisuel indépendant des pouvoirs :

  • • Thomais Papaïoannou, correspondante de l’ERT
  • • Elise Lucet, France2
  • • Jean-Paul Philippot, président de l’Union européenne de radiodiffusion
  • • Christophe Deloire, secrétaire général de RSF
  • • Olivier Schrameck, président du CSA
  • • Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris
  • • Statis Kouvélakis, chercheur, professeur en philosophie politique
  • • Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue de la revue αληthεια (Athènes)
  • • Panos Angelopoulos, Collectif de solidarité des Grecs à Paris
  • • Ariane Mnouchkine, Théâtre du Soleil
  • • Edwy Plenel, pour Mediapart, lancera un Appel citoyen pour l’Europe de la culture et de la liberté d’information.

Des musiciens grecs animeront la soirée : Katerina Fotinaki, compositrice chanteuse et musicienne, avec Stamos Semsis, premier alto de l’Orchestre national de l’ERT, et Orestis Kalabalikis, guitariste.

L’entrée est gratuite. Venez nombreux !

En partenariat avec Reporters sans frontières (RSF) et avec le soutien de l’Humanité, Marianne, Les Inrockuptibles, Regards, Politis ainsi que les associations Attac et le Comité Roosevelt 2012.

RSVP : invitations@mediapart.fr

Théâtre du Châtelet
1, place du Châtelet
75001 Paris

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?