Accueil > Société | Par La rédaction | 22 mai 2013

La suppression du mot race et la théorie du genre par Caroline Fourest

La suppression du mot race dans la législation française - proposition de loi du Front de gauche adoptée à l’Assemblée nationale jeudi soir - est loin de faire l’unanimité, à droite certes, mais aussi à gauche. En témoigne la tribune de la romancière Nancy Huston et du Biologiste Michel Raymond publiée le 17 mai dernier dans Le Monde : Sexe et race, deux réalités.
Hier matin, sur les ondes de France Culture, Caroline Fourest adressait sa chronique aux deux auteurs de l’article.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Il faut quand même ajouter à l’argumentation de Mme Fourest concernant le mot race que même d’un point de vue biologique, le mot race ne tient pas la route si on se réfère aux théories scientifiques généralement reconnues qui, pour les différentes "races" recensées aujourd’hui, établissent des ancêtres communs africains. Les nuances épidermiques ou autres traduisent justement une adaptation du biologique à l’environnement physique sur des milliers d’années. À cette échelle, le mot race n’a vraiment pas sa place et ceux qui ne sont pas capables d’élévation citoyenne devraient tout simplement faire preuve d’honnêteté intellectuelle.

    Christian Rousseau Le 31 mai 2013 à 07:03
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?