Photo Marie-Lan Nguyen CC BY 2.5
Accueil > Politique | Par Nathanaël Uhl | 25 septembre 2013

Le départ de Noël Mamère scelle la normalisation d’EELV

Après l’éviction de Pascal Durand de la direction du parti écologiste, Noël Mamère quitte Europe Ecologie-Les Verts. Le député-maire de Bègles pointe la responsabilité de l’équipe Duflot dans la mise au pas de la deuxième formation de la majorité gouvernementale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce n’est pas une surprise. Mais à quelques encablures de son congrès, c’est la nouvelle dont Europe Ecologie-Les Verts (EELV) se serait bien passée : Noël Mamère annonce qu’il quitte la formation qu’il a contribué à créer. Le seul candidat vert à avoir dépassé la barre de 5 % à une élection présidentielle (2002) a confirmé sa position dans un entretien accordé au journal Le Monde. Outre la critique du fonctionnement de son organisation, il est difficile de ne pas lire que Noël Mamère s’oppose de plus en plus à la politique d’austérité du gouvernement.

La ligne Hollande-Ayrault divise profondément le parti écologiste. EELV a affirmé un désaccord frontal sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le parti a lancé un ultimatum à ses partenaires socialistes sur la fiscalité écologique. Et les écolos ne peuvent masquer leurs inquiétudes quant à l’exploitation des gaz de schiste, régulièrement remise sur le devant de la scène par Arnaud Montebourg. Les écologistes voient leur participation au gouvernement sans cesse remise en cause par une succession des conflits avec la rue de Solférino.

Noël Mamère a fait entendre sa petite musique dès les premiers mois. Il a menacé de ne pas voter la confiance au gouvernement en juillet 2012, ne se ralliant qu’au dernier moment après avoir reçu des assurances sur le devenir du réacteur nucléaire Astrid. L’éviction de Delphine Batho en juin dernier l’a amené à hausser encore le ton et à défendre la sortie du gouvernement. Une position que l’eurodéputé EELV Yannick Jadot, dans nos colonnes, a qualifié d’« extrêmement minoritaire » bien qu’Yves Cochet l’ait lui aussi défendue. « Même les courants plus critiques ne demandent pas la sortie du gouvernement. Ceci étant, la question est posée parce que nous savons que cet automne est un moment de vérité », nous a encore expliqué le parlementaire.

Le moment de vérité est visiblement à l’ordre du jour au sein d’Europe Ecologie-Les Verts. La crise larvée a débouché sur le départ de Pascal Durand, un départ en forme d’éviction menée par l’équipe de Cécile Duflot. C’est en tous cas la vision défendue par Noël Mamère : « Pascal Durand est une variable d’ajustement. On le nomme en 2012 parce qu’il est compatible entre Europe Ecologie et Les Verts. La preuve est faite aujourd’hui que la greffe n’a pas pris. La manière dont il a été traité est humiliante. » C’est d’ailleurs une proche de la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, qui est pressentie pour prendre la tête d’un parti considérablement affaibli.

Sergio Coronado, interrogé sur une chaîne d’information, a affirmé « partager en grande partie » le diagnostic dressé par Noël Mamère. Alain Lipietz a été plus loin en accusant « la firme (l’équipe de Cécile Duflot – NDLR) » de « tuer EELV ». Le parti EELV qui a fait ces dernières années figure de trublion de la vie politique française, en présentant Eva Joly à la présidentielle, rentre donc dans le rang. Dans cet attelage entre militants issus de la société civile et vieux routiers de la politique, ce sont visiblement les plus habitués aux manœuvres d’appareil qui reprennent les choses en main. C’est le message paradoxal qu’envoie le départ du roublard Noël Mamère.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Le problème est que les politiques n’ont plus de convictions, ils sont à géométrie variable(regardez MANUEL VALLS)ils sont prêt à tout , leur ambition passe avant le reste.Il n’y a plus beaucoup de gens capable de rester sur des idées quitte à ce qu’elles ne passent pas dans l’opinion publique(ex.autodéfense lors des évènements de NICE).Alors restez comme vous êtes au F D G et pas d’alliance avec le PS rappelons nous des effets du programme commun et comment le PC a été dissous.

    RENARD PHILIPPE Le 25 septembre 2013 à 20:09
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?