Accueil > Société | Par La rédaction | 8 novembre 2013

Les bonnes nouvelles de la semaine

Pfiouuu…Grosse fatigue ! Entre l’actu dépressiogène et le passage à l’heure d’hiver, on aurait bien envie de se planquer sous la couette jusqu’à l’été prochain. Pour vous aider à rester debout malgré la morosité ambiante regards.fr vous propose désormais une sélection des bonnes nouvelles de la semaine. Haut les coeurs !

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Espagne : billets pas doux

“Les politiciens et les banquiers sont une honte pour la nation”, “Ce billet est de l’argent sale, s’il vous plaît, ne le laissez pas en circulation”... Les Espagnols, révoltés contre la crise économique, ont trouvé un moyen efficace d’exprimer leur colère : ils écrivent directement sur les billets de banque leurs messages – parfois salés – aux responsables de la situation. Une façon économique de faire de l’agit-prop en utilisant les armes de l’adversaire...
http://fr.euronews.com/2013/11/04/toute-la-colere-de-lespagne-sur-les-billets-de-banque

Au fond, les moches

Miroir, mon beau miroir dis-moi qui est la plus belle ? Si vous avez un doute sur votre physique, allez Chez Georges. Le restaurant Costes situé au sixième étage du centre Georges Pompidou (Paris 4e) a donné pour consigne aux hôtesses de placer les gens « beaux » devant et les « pas beaux » derrière, selon un témoignage paru ce mercredi dans Le Canard Enchaîné. Une pratique habituelle pour le public des plateaux de télévision, désormais effective dans la vraie vie.
http://www.leparisien.fr/societe/paris-un-restaurant-costes-accuse-de-placer-les-moches-au-fond-de-la-salle-06-11-2013-3292261.php

"Inside Llewyn Davis" est en salles

Pas besoin d’écouter les critiques qui disent que c’est le meilleur film des frères Coen depuis [insère ici un titre de leur filmographie] : on ira le voir, c’est tout.

On a retrouvé l’acheteur des tableaux de Guéant

Il s’agirait d’un avocat malaisien auquel on va enfin pouvoir demander quel génie il a trouvé aux deux toiles d’Andries Van Eertvelt – peintre flamand du XVIIe siècle dont la cote n’avait jamais atteint de tels sommets –, pour les avoir acquises au prix de 500.000 euros. En revanche, inutile de demander à Claude Guéant pourquoi il a acheté cash, dans la foulée, une appartement de 717 500 euros : tout le monde sait que l’immobilier dans le XVIe arrondissement de Paris reste un excellent placement.

Écotaxe : la rente dévoilée

Le report de l’écotaxe, la victoire d’une nébuleuse politique droitière et un recul pour la fiscalité écologique ? Probablement, mais pas seulement : il retardera d’autant les profits du consortium privé Ecomouv’ que l’État a choisi pour collecter l’impôt via un partenariat public-privé, dans le capital duquel on trouve... Goldman Sachs, Thalès, Benetton ou SFR. Surtout, l’épisode a permis de mettre en lumière le dispositif qui permet à cette entité de capter 20% des prélèvements – un coût prohibitif et une rente injustifiable. Les portiques mis par terre, il serait temps de tout remettre à plat. Lire le dossier de Solidaires Douanes et l’article de BastaMag.

Fan de Manuel

Fanny Ervera, conseillère générale du canton de Conflans-Sainte-Honorine et candidate à la mairie, a annoncé dans un communiqué la création dans les Yvelines du Club Manuel Valls. Elle déclare compter à ce jour une "vingtaine de membres". Cotisation annuelle de 20€.
http://www.metronews.fr/paris/un-club-manuel-valls-lance-dans-les-yvelines/mmke!KS5Zy4jFJOmw/

Les PPP n’ont plus la cote

Partenariats public-privé, encore : en décembre dernier, un rapport de l’IGF en dénonçait les nombreuses dérives et les “clauses léonines”, et voilà qu’ils seraient victimes de désaffection cette année, avec dix-sept projets attribués jusqu’en octobre, contre trente-six pour la même période en 2012 selon Le Monde. Même si les facteurs de cette baisse peuvent être multiples, et qu’elle peut être provisoire, on peut aussi espérer que la mystification finit par ne plus fonctionner : les collectivités comprendraient enfin que ces montages ne sont “gagnants-gagnants” que pour les opérateurs privés… au sens où ils en ressortent doublement gagnants. Tandis que les institutions publiques, un peu comme avec les emprunts toxiques, troquent un avantage immédiat contre une lourde charge pour l’avenir.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?