Accueil > Politique | Par Guillaume Liégard | 16 décembre 2013

Mélenchon parti de la Gauche Européenne

Vos réactions (52)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a des jours, franchement, où la moutarde vous monte au nez. Et bien c’est mon cas. Depuis mercredi 11 décembre, je suivais les travaux du congrès du Parti de la Gauche Européenne réuni à Madrid. Créé en 2004 à Rome, le PGE regroupe des partis communistes, socialistes ou Rouge et Vert d’une vingtaine de pays européens. Et dans l’ensemble je trouvais que cela se passait bien, très bien même.

D’abord parce que le congrès a décidé de choisir Alexis Tsipras comme candidat à la présidence de la Commission européenne. C’est un signal fort, celui de la résistance sans concessions aux politiques d’austérités. C’est aussi un encouragement à nos amis grecs qui peuvent demain porter au pouvoir, avec Syriza, un parti qui n’entend pas se plier aux diktats de la troïka.

Ensuite le dimanche 15 décembre, la motion [1] sur l’écosocialisme portée par cinq organisations [2] a été adoptée avec 48% de votes pour et 43% de votes contre. Au regard des traditions productivistes de bon nombre de partis communistes, ce résultat représente une petite surprise et c’est une belle victoire, notamment pour le PG qui a fait de l’écosocialisme, le cœur de son projet politique. Il faut souligner que les partis à l’initiative de ce texte ont la particularité d’être des formations relativement récentes et, à l’exception du PG, elles sont le regroupement de plusieurs forces politiques d’histoires différentes.

Evidemment, tout cela était trop simple et le congrès devait aussi élire le président du PGE. Dans son intervention à la tribune, Martine Billard co-présidente du PG a mis en avant « le refus d’une image brouillée » pour annoncer que la délégation du PG voterait contre la candidature de Pierre Laurent. Jusque là rien de bien nouveau sous le soleil, la divergence politique est connue, sa traduction par un vote de défiance était logique et attendue. Mais après la réélection de Pierre Laurent à la tête du PGE, le Parti de Gauche dans un communiqué a annoncé qu’il suspendait sa participation au PGE : « La clarté de notre campagne des européennes ne doit pas être mise en danger par la stratégie portée par Pierre Laurent de rejoindre la liste du PS aux municipales à Paris. Rien ne doit venir brouiller le sens politique du vote pour nos listes. Nous décidons donc de suspendre notre participation au PGE jusqu’aux élections municipales ». Bizarrerie de cette décision, le PG se prive d’un cadre avec les autres partis européens à cause de Pierre Laurent qu’il rencontre tous les lundi matins lors de la réunion hebdomadaire des différentes composantes du Front de Gauche : magie de la dialectique sans aucun doute.

Le choix d’Alexis Tsipras, l’engagement écosocialiste, ces deux décisions fortes du congrès aurait dû permettre de donner confiance, de remobiliser et d’offrir une perspective dans une situation politique délicate. Il n’en sera rien et tout cela est immédiatement passé à la trappe avec une seule nouvelle en boucle : le Parti de Gauche qui suspend sa participation et un nouvel avatar des bisbilles au sein du Front de Gauche. Non vraiment, du grand art.

Notes

[1Le texte de la motion (en anglais pour l’instant) www.lepartidegauche.fr.

[2Le Parti de Gauche, Syriza (Grèce), Die Linke (Allemagne), Le Bloco (Portugal) et L’Alliance Rouge et Verte (Danemark).

Vos réactions (52)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Droits dans leurs bottes. Sans compromissions possibles. Cohérents avec eux-mêmes et la ligne du FDG. Suspendre jusqu’aux municipales n’est pas partir. Et ils ont raison. C’est mon avis de communiste et je le partage. Il suffit de comprendre avant de critiquer. Par contre, Laurent n’aurait pas du se représenter.

    Lilly54 Le 16 décembre 2013 à 10:26
       
    • Merci au PG de donner aux me(r)dias l’opportunité, encore une fois, de ne pas parler du fond mais bien de la forme...

      Il serait peut être temps de travaillé le contenu au PG plutôt que de jouer d’invectives en invectives et faire le jeu de la social-démocratie.

      Ce que fais le PG, dans ce climat politique et social en perte de sens, est une faute politique ni plus, ni moins !

      Higuera83 Le 16 décembre 2013 à 10:57
    •  
    • Ce ne sont pas des "bisbilles " mais une très grave erreur du PCF de Laurent qui ont amené le PG à faire ce choix
      Même au niveau européen , tout ce qui intéresse P Laurent est d’obtenir un siège , magouille politicienne de plus alors que son choix de s’allier avec le PS est une catastrophe pour le FDG en entier
      Si vous avez choisi de créer Ensemble pour vous aussi embrasser les théses sociales-démocrates , alors malheur au FDG ...

      micmousse Le 16 décembre 2013 à 16:43
    •  
    • Pfff. Avec le FN qui va cartonner ne pensez vous pas que l’heure est à la réunion des gauches ? Droit dans ses bottes, justement, et cà me fout la trouille. Désolé, je ne vous suis pas sur ce coup la. Je repars voter au PS.

      paul Le 16 décembre 2013 à 17:36
    •  
    • Complètement d’accord avec la position adoptée par JL Mélenchon ; les tambouilles municipales ne sentent pas bon dans toutes les villes. Rien ne peut rendre acceptable le fait de se présenter avec les socialistes, alors que le gvnmt en place a adopté l’A.N.I., la reforme des retraite et la dictature du MEDEF au-delà de ce qu’avait osé Sarkozy.
      Et en prenant cette ligne pour son parti, Pierre Laurent est sorti du front de gauche, laissant dans la détresse toute une grande partie des communistes du front de gauche dans une situation intenable. La VIe république et la révolution citoyenne se feront et ce ne sera pas avec les socio-démocrates que le libéralisme arrange bien. on lâche rien !

      Mathilde Dugomeau Le 17 décembre 2013 à 19:00
    •  
    • Je n’ai pas mis de moutarde, mais je me frotte les yeux. L’auteur est bien cet ancien dirigeant de la LCR et du NPA qui a défendu la ligne politique de Krivine contre Picquet et contre la création du front de gauche.
      Aujourd’hui, il prêche la primauté unitaire avec la ferveur des convertis récents et tardifs...
      Attention à ne pas suivre cette fois Picquet dans son unitarisme sans bornes, car cela mène tout droit vers une participation aux listes socialistes (ralliement de Picquet à Hidalgo PS à Paris dès le premier tour).

      Dans un livre que Simone de Beauvoir recommanda au public de gauche le plus large, Ma Vie, Trotsky s’est moqué avec brio des retournements du sectarisme politique en opportunisme, dans le mouvement communiste international (en matière de sectarisme il n’avait pas de leçons à recevoir d’ailleurs lors de la création de la 4ème Internationale dont se revendique Liégard, sauf retournement récent).

      Et si on prenait plutôt au sérieux l’appel à la base de Mélanchon, histoire de rompre avec cet élitisme léniniste des dirigeants de petites organisations, Guillaume ?

      Fraternellement, SG

      Goldwasser Le 14 janvier 2014 à 15:04
    •  
    • Je ne reviens pas sur la réécriture de l’histoire assez approximative de Goldwasser. Mais ce serait bien la première fois qu’on me trouverait trop unitaire.
      Il faut la confrontation mais dans le but de convaincre, sinon c’est de l’agitation.

      Guillaume Liégard Le 14 janvier 2014 à 16:59
    •  
    • Ré-écriture de l’histoire, mon cher Guillaume ?
      Mais non, ta mémoire te joue des tours !

      Les archives documentent cet article signé Guillaume Liégard pour la plate forme A de la LCR (Krivine, etc.) contre l’opposition unitaire Plateforme B signée Picquet, Sitel, etc., dans l’hebdo Rouge de la LCR daté de février 2009 :
      http://orta.dynalias.org/archivesrouge/article-rouge?id=9327
      Attention, on y trouve des textes encore plus parlants...

      Je suggère donc une attitude moins tranchée au sujet des mises en garde de Mélanchon, dont on pourrait critiquer bien des traits, mais certainement pas sa volonté de maintenir une opposition de gauche à Hollande et son gouvernement...

      Goldwasser Le 16 janvier 2014 à 16:40
    •  
    • Mais je n’ai jamais nié cela. On pourrait avoir une discussion sur le fait que cette position "unitaire" avait surtout pour but de torpiller un NPA qui se créait à ce moment là.
      En revanche, tu me prêtes des évolutions qui ne sont pas les miennes. Sur le fond il faut combattre la politique du PCF, mais la forme et la méthode peuvent aussi être discutées, ce me semble.

      Guillaume Liégard Le 16 janvier 2014 à 18:53
    •  
    • Ah bon, d’accord, je comprends mieux. On s’éloigne un peu de la moutarde qui monte au nez aussi.
      Bonne chance pour Ensemble.

      Goldwasser Le 17 janvier 2014 à 13:15
  •  
  • Les fanatiques du PG font encore parler d’eux ... y commence sérieusement à nous gonfler à se regarder le nombril.

    wouiince Le 16 décembre 2013 à 11:57
       
    • Mais le PG n’était pas contre le choix d’un communiste qui se démarquerait franchement du PS !!.En ce sens, seulement, la candidature de P.Laurent qui a porté son soutien au PS à Paris est un peu gênante et brouille totalement le message des Municipales, c’est pas rien ! Il n’y a pas que Pierre Laurent comme communiste pour représenter le PGE quand même ! Moi, je comprends assez bien la réaction du PG. N’oubliez pas que le PGE est pour une rupture franche avec la socialdémocratie européenne et ce n’est pas le cas de P.Laurent, selon les opportunités. Donc, c’est très gênant de le choisir en figure de proue. Je trouve que le PGE aurait dû choisir un autre communiste. Un qui a marqué son autonomie par rapport au PS.

      jorie Le 16 décembre 2013 à 13:42
    •  
    • Il te faut rejoindre R.Hue au MUP si tu veux porter les valises du PS
      Le FDG doit être autonome.

      maximilien R Le 17 décembre 2013 à 05:16
  •  
  • je ne suis ni au PG ni au PC
    Mais c’est du GRAND N’IMPORTE QUOI.

    Merci meluche........grrrrrr

    patrick Le 16 décembre 2013 à 12:25
       
    • Comme tu dis, du grand n’importe quoi ce grand écart de P. Laurent pour sauver ses fesses.
      Il se retrouve dans une coalition parisienne avec des solfériniens, des Modem et même des UMP (hé oui il n’y a pas qu’à la direction du PC qu’on va à la soupe).

      Maintenant imaginez l’inverse, que JLM ait rallié le PS... Vous diriez quoi, bravo JLM ?

      Perso, PC,PG on s’en fout. Ce qui compte c’est l’honnêteté politique.

      Cordialement.

      ChtiFab Le 19 janvier 2014 à 10:17
  •  
  • fort est de constater que Pierre Laurent reste quant à lui très silencieux sur le sujet... Cependant, ne faisant partie d’aucun partie et soutenant les idées bien construites d’ou qu’elles viennent, je trouve regrettable que le message porté dans la capital ne soit pas cohérent avec la stratégie et la prise de position globale. Je n ai moi même pas très bien compris pourquoi à Paris le PC a voté de la sorte ?...
    De plus si je lis bien votre article, le FG ne se retire pas vraiment du FGE, il suspend sa participation... Ce n’est pas la même chose...

    mundele Le 16 décembre 2013 à 12:40
  •  
  • L’attitude actuelle (pas nouvelle du PG) c’est du grand n’importe quoi. Heureusement que Pierre Laurent ne répond pas à Mélenchon sur le même terrain. Mais il a déjà répondu politiquement, au nom des Communistes.
    C’est tous de même notre représentant. Diviser le Front de Gauche, cela coutera coutera chère et hypothèquera tous ce que nous avons ensemble au Front de Gauche. Les média ne se priverons pas de s’engouffrer dans la brèche ouverte par le PG et les déclarations publiques de Mélenchon. Regardez les choses en face, ce n’est pas une querelle entre nous. Continuons à nous battre ensemble politiquement pour que le Front de Gauche continue et s’élargisse encore...
    Poser les conditions du PG à 6 mois des élections européennes est une bêtise monumentale, alors que le congrès du PGE vient de se réunir pour lancer cette campagne.

    Joël PCF Le 16 décembre 2013 à 14:43
       
    • C e n’ est pas le PG qui a décidé de faire alliance avec les libéraux du PS dans certaines villes. La contradiction est la , c’est une faute poilitique majeure, cela séme le confusion dans l’esprit des électeurs du FDG.Il faut une ligne claire sans cuisine électorat.

      maximilien R Le 17 décembre 2013 à 05:01
    •  
    • Je reprends le verbe "diviser" le FdG ... Pour diviser il faut être deux ! Hors jusqu’à présent il n’y a pas rupture ! Je pense que l’union avec la Social-démocratie ne peut se faire que sur la base du programme du FdG ... Peu m’importe que ce soit P. Laurent ou J-L Mélenchon qui ait commencé ( ce n’est pas un débat de cours de maternelle ) , l’essentiel est de savoir pour quoi voter et non pour qui !

      Laurent Loubère Le 18 décembre 2013 à 07:57
    •  
    • Le Fdg n’est pas un parti mais une idée, celle d’une alternative a Gauche, ce qui sous entend de fait une alternative au PS. Le Fdg associé au PS est juste un antagonisme. Il ne faut pas confondre logique et dialectique. De fait Pierre Laurent ne divise pas le Front de Gauche, il détruit sa raison d’être. Libre à vous de vous joindre à Solférino pour faire disparaître le peu d’espoir qu’il nous reste.

      Red@rt Le 18 décembre 2013 à 21:55
  •  
  • Bah, quel est l’effet concret de cette suspension de participation ? Quant à l’avenir, il concerne surtout Laurent et JLM qui vont finir par crever dans leur coin s’ils n’arrivent pas à de se désencorner l’un de l’autre.

    Tugudal Le 16 décembre 2013 à 15:00
  •  
  • Si vous continuez à avoir des articles et des commentaires aussi lamentables , vous pourrez continuer ENSEMBLE sans moi
    Lisez un peu JL Mélenchon avant de dénigrer la composante du FDG qui refuse la soumission à l’Europe de droite dont le PS est un valet
    "Que cela soit clair : nous ne demandions rien pour nous même. Même lorsque nous avons proposé la création d’une co-présidence pour instaurer la parité. Idée acceptée et reportée au prochain congrès pour une raison inexpliquée. De même, il ne s’agissait pas de mettre en difficulté le PCF dans le PGE. Un autre membre du PCF, non engagé dans une liste avec les socialistes, aurait reçu notre aval, quel qu’il soit. Mais Pierre Laurent a semblé ne rien vouloir entendre ni comprendre, alors même que tout le monde cherchait un consensus, que la reconduction d’un président du PGE est un fait nouveau par rapport à la tradition de rotation, et que le cumul de mandats aurait dû conduire a rechercher un soulagement de son activité. En vain. Il fallut donc partir de cette intransigeance pour réfléchir. Etrange. Il est regrettable que Pierre Laurent ait cru utile de fustiger « les donneurs de leçons » dans son intervention de clôture, sur un ton et un état d’esprit qui n’était pas celui du congrès. Et, pour finir, il fut bien incongru de le voir défendre, en clôture de congrès du PGE, la liste municipale de Paris…"
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2013/12/16/de-bogota/

    micmousse Le 16 décembre 2013 à 17:05
       
    • On est pas encore revenu en URSS, et la liberté de la presse est là. On le lis Jean Luc Melenchon, j’ai même voté pour lui. Il n’y a que de la violence et de l’intransigance dans ses propos. Cà suffit. Le FDG va mourrir et c’est pas plus mal vu la violence des propos de tout cà. Cà suffit. On ne veut pas d’une société comme ca.

      paul Le 16 décembre 2013 à 17:40
  •  
  • Mélenchon est le seul homme politique à faire de la politique. Alors évidemment, ça surprend. Le FDG , ancienne formule, est mort le jour où Laurent s’est allié à Hidalgo dont la campagne fait merveille. Les communistes se sont fait avoir en beauté mais enfin, passons, il y a des compensations.
    ceux qui ne comprennent pas que la rupture avec les socios-libéraux est une condition sine qua non pour être de gauche, qu’ils sortent du FDG ou que le PG sorte du FDG.
    Marre des pantouflards et des affairistes.

    Ariane Walter Le 16 décembre 2013 à 17:56
       
    • D accord avec toi Ariane
      Si certains communistes veulent continuer à porter les valises du PS qu ils rejoignent R.Hue au MUP.

      maximilien R Le 17 décembre 2013 à 05:07
  •  
  • La moutarde monte au nez d’un grand nombre de personnes ! Non, pas forcément PG. Ni PC. Non, des clampins...des sans grade... des fatigués de l’arrivisme de ceux qu’ils ont élu... des simples sympathisants et militants pour un Front de Gauche dont ils attendent qu’il saura mériter son nom et se montrer véritable alternative de gauche... des fatiguée de ceux qui se croeint penseurs pour tous et les prennent pour des soldats de plomb, des machines à payer leurs indemnités d’élus, des petites mains agiles excellent dans l’art (si simple) de glisser un bulletin dans l’urne...

    Mais non. Erreur de jugement. Avant cela il y avait eu, de la part du parti bien connu, ( le parti "fauxcialiste") un TCE, un Lisbonne, un congrès de Reims qui n’étaient bien entendu que les suites d’un vaste virage abordé en 1983.

    Et tous ces clampins là exigent maintenant que les engagements soient tenus, et que les compromis ne se signent pas derrière une porte ou au coin d’un comptoir...
    Ils ont raison.
    Un chef d’un groupe membre de ce front a décidé de soutenir (en y participant , car son poste de sénateur est en jeu) une liste PS dans la capitale des citoyens français ?... Ils n’aiment pas ça, et n’aiment pas ceux qui cautionnent cette compromission.

    Voilà qui est dit. Ils ne veulent plus de ça. Il attendent cohérence et clarté des engagements.

    jocegaly Le 16 décembre 2013 à 18:03
  •  
  • droits dans leurs bottes les PG et moi avec eux, comme la majorité des adhérents à ce parti pas comme les autres ou la compromission est bannie et le lâcher prise aussi !!

    palumbo viviane Le 16 décembre 2013 à 18:13
       
    • Bravo
      Le PCf qui s allie avec les socialistes dans quelques villes donnent une image détestable du FDG
      Pas de cuisine électorale au fdg, c’est la règle numéro 1.
      Autonome et conquérant.

      maximilien R Le 17 décembre 2013 à 05:14
  •  
  • Paul : on ne doit pas lire la même chose alors car il n’y a de violence dans la prose de JLM. Sa grosse lacune réside plutôt dans la méconnaissance des vertus du silence et sa sous-estimation de la force de Laurent.

    Tugudal Le 16 décembre 2013 à 19:17
  •  
  • La cohérence est importante. Ce sont nos actes qui définissent notre ligne et pas les postures. Que dire aux personnes que nous croisons dans les marchés, dans les immeubles...eux qui souffrent des politiques austeritaires et qui de sentent trahis par un gvt socialiste ? dire que le front de gauche représente un espoir d’une autre politique ? Ah oui mais sauf à paris sauf à d’ autres endroits....ce n’ est pas crédible et notre cohérence doit être sans faille dans un climat ou les gens doutent de la politique, ou nous devons convaincre les citoyens d’ aller aux urnes avant de les convaincre de voter pour nos idées . Nous devons inventer une autre pratique de la politique ou les arrangements sont bannis. L’ alliance PC à paris avec les socialistes fragilisent toute notre dynamique. Alors oui, le pg a eu raison d’ être intransigeant. Le seul fait que laurent se présente decribilisait les avancées du congrès. C’ est du fond et pas de la forme, c’ est un choix politique.

    pascal peillard Le 16 décembre 2013 à 19:19
       
    • oui c’est sur que la position du PG est cohérente partir contre un maire sortant communiste en s’alliant à europe écologie les verts (mais c’est vrai que ce partie n’est pas lié au partie socialiste, leurs ancienne secrétaire nationale n’est pas ministre, il n’a pas un groupe à l’assemblé national et au sénat grâce au PS, non c’est un vrai parti qui lutte contre la politique gouvernemental, qui n’est pas sur la liste du PS à Paris). comme la dit quelqu’un plus haut que le PG se barre du FDG, de toute façon en dehors de Mélenchon vous avait apporté quoi, la campagne auprès des gens ce n’est pas les militants du PG qui l’on faite donc baste barré vous il y en a marre de se faire traité de tout les noms par d’ancien socialiste car moi je n’oublie pas d’où la grande majorité du PG viens. un communiste qui en à marre des donneurs de leçons du PG

      sylvain Le 16 décembre 2013 à 21:32
  •  
  • Le FDG reprendra sa vitesse de croisière aprés les élections quand la tension sera retomber .
    Il faudra alors faire le bilan de cet épisode désastreux et en tirer toutes les conséquences . Il faudra bien que ceux qui sont sorties du FDG pour s’ allier avec le PS s’ expliquent.

    maximilien R Le 16 décembre 2013 à 20:07
       
    • oui comme à Amiens ou a Arles.

      sylvain Le 16 décembre 2013 à 21:33
  •  
  • Ces débats crispants et inutiles me rappellent la grande période de crise des collectifs anti-libéraux... Ce n’était JLM à l’époque il était encore au PS...mais tout cela est révélateur d’une incompréhension profonde, le FDG est une construction, un rassemblement et non un parti...Le respect de la diversité est une condition essentielle de tout rassemblement... Le PG c’est le PG et c’est Mélenchon un de leur porte parole... Le PCF c’est le PCF et c’est Pierre Laurent leur secrétaire national...etc
    Vouloir imposer un discours unique est totalement contre productif...et une erreur politique...
    C’est ce que le PGE a compris et respecte...suspendre sa participation au PGE est un acte infantile...
    Le pb du FDG ce n’est pas de passer son temps à se positionner par rapport à la social-démocratie en Europe ou au PS en France...c’est par les propositions et les constructions arriver à être un rassemblement crédible et attractif à gauche...pour incarner une véritable alternative...
    Il y a encore du travail et il faudrait au moins que les forces politiques à l’origine du FDG dépassent leurs petits calculs politiciens et ridicules...
    Le fonctionnement du FDG ne sera pas une reproduction, à la gauche du PS, du fonctionnement du PS lui-même...
    Je pense que certains ont encore cette culture...mais je ne désespère pas qu’avec le temps, ils apprennent à fonctionner autrement !!!

    mgvlg Le 16 décembre 2013 à 20:28
       
    • enfin un positionnement qui fait du bien.

      sylvain Le 16 décembre 2013 à 21:34
    •  
    • Bon billet et aussi entièrement d’accord avec mgvlg.
      Avant le vote de Paris les choses étaient déjà mal parties, souvenez-vous aux Estivales du FDG JLM avait ignoré PL qui avait osez déclarer "qu’il n’employait pas les mêmes mots que JLM". Paris est venu aggraver l’affaire. A partir de là insultes au quotidien. C’est insupportable et contreproductif. M. MARTIN à Médiapart il y a 2 jours a dit la même chose, on fait quoi ?
      Que cherche le PG ?
      JLM, sa voix, sa culture nous sont nécessaires mais stratégiquement il est nul. Regardez autour de vous, écoutez ce qui se dit. Ne vivez pas entre vous.
      Ne suis ni au PG ni au PC et n’ai pas besoin de "guide" à défendre.

      jeannedau Le 20 décembre 2013 à 13:28
  •  
  • Je suis communiste, plutôt contre l’union avec les socialistes aux municipales. Mais là, Mélenchon a pêté les plombs.

    Si le but c’est de jouer les "plus pur que moi, ça n’existe pas", que le PG fusionne avec le NPA et qu’on en parle plus !

    Sauf qu’il me semble que la ligne politique du FdG, ça n’est pas exactement celle-là. Je scissionne au moindre désaccord, c’est peut-être bon pour les troskystes, mais pas pour l’ambition que j’ai pour le Front de Gauche !

    Surtout que pendant ce temps là, le PCF met en place une campagne sur le coût du capital, sur l’austérité qui est sans ambiguïté sur sa position nationale.

    Du grand n’importe quoi !
    _

    Pingouin094 Le 16 décembre 2013 à 21:23
  •  
  • Je suis militant PG et furieux de la décision de mon parti.
    Marre de ces crispations inutiles à l’heure où le danger est non seulement la politique menée par Hollande, mais aussi la montée du FN.
    Pour moi, le FG, c’est avec les camarades communistes (même si Laurent m’a vraiment déçu), ou sans moi.

    boubim Le 16 décembre 2013 à 22:08
  •  
  • de Trebaol Georges

    Petit rappel des faits à l’usage de ceux que le combat effraie.

    6 mai 2012, Hollande est élu. Principalement grâce aux voix de citoyens clairement à gauche, qui ont, au choix :

    Cru au discours du Bourget.
    Voté pour lui dès le premier tour sans grande conviction mais par peur d’un Revival du 21 avril 2002.
    Voté pour Melenchon (ou Joly ou Poutou ou Arthaud) au 1er tour mais et ont choisi au second d’éliminer Sarkozy.

    Aussitôt élu, Hollande met en application la ligne qu’il a toujours défendu au sein du PS : une politique centriste, soumise à l’union européenne, à peine social démocrate.

    Pour ce faire il muselle :
     La gauche du ps (épisodes Montebourg / Florange, éviction Batho, rappel à l’ordre des députés un peu trop bruyants)
     EELV (dont le récent congrès est riche d’enseignements)

    Il tente d’en faire autant avec le FdG. La stratégie est simple : pour eux, le danger vient principalement de Mélenchon, qui ne cache pas son intention de faire du fdg de passer devant le PS. Ils le connaissent suffisamment pour savoir qu’il ne renoncera pas. il faut donc le neutraliser.

    Dès lors, tous les moyens sont bons :
     Ne pas débattre avec lui, ou alors en envoyant le plus cynique d’entre tous (Cahuzac... No comment).
     Taper taper taper tout en flattant les communistes (le sniper désigné est Carvounas) - évidemment, on se contente de taper la forme, s’aventurer sur le fond serait prendre le risque de valoriser les positions de l’ennemi

     Hurler au populisme et le traiter d’homme seul.
     L’accuser de tous les travers, et même d’antisémitisme !!!

    Las, le front de gauche tient bon et reste soudé.

    Il reste cependant une dernière carte à jouer au PS : les municipales. Ils savent bien que c’est le talon d’Achille du Front de Gauche... et qu’au sein du PCF, deux lignes s’affrontent pour le premier tout : l’autonomie, ou l’alliance avec le PS.

    Alors les socialistes s’engouffrent dans la faille. Non contents de monter à l’assaut des derniers bastions rouges, ils veulent à tout prix maintenir les communistes sous leur coupe. Et notamment dans la principale ville, la plus visible, la plus symbolique : Paris. Les voici entrain de faire une cour effrénée aux communistes parisiens, leur proposant monts et merveilles, avec une seule idée en tête : « tuer Mélenchon », pour reprendre les termes de Jean-Bernard Bros, président de la fédération de Paris du PRG.

    Mais c’est loin d’être gagné. L’ambiance à Paris montre que les communistes tiennent au Front de Gauche, Ian Brossat le premier.

    Alors, c’est… Pierre Laurent, premier secrétaire du PCF, qui va s’y coller.

    A son tour, il va fustiger le « style » Mélenchon, parlant d’invectives et de provocation quand ce dernier s’en prend à... Manuel Valls !

    Et pour asséner le coup de grâce, il ira jusqu’à accorder une interview au Parisien pour... défendre l’alliance avec les socialistes à Paris.

    C’est ainsi que, devant les caméras de France 3, un militant communiste ira raconter qu’il a voté pour l’alliance, « contraint et forcé ».

    Voilà pour les faits. Prenons à présent le temps de revenir un peu sur un passé plus lointain...

    En 2009, lorsque nous avons créé le Front de Gauche, nous nous sommes engagés à, ensemble, refuser les compromissions pour proposer une force de gauche capable de briser l’hégémonie du PS, et contrer la dérive libérale du parti solférinien.

    Nous savions que ce n’était pas gagné d’avance, que ça prendrait peut-être du temps. Mais nous avons tenu bon. Et le Parti de Gauche tient toujours bon. Tout comme tiennent bon nos camarades de « Ensemble », nouvelle force du Front de Gauche, et la plupart des communistes, qui refusent les mésalliances.

    Alors aujourd’hui, quand nos délégués au congrès du PGE dénoncent le choix de Pierre Laurent à la présidence du Parti, rappelant qu’il est incohérent de mettre à la tête d’une force qui prône l’autonomie ce lui-là même qui a trahi cette autonomie, je les rejoins entièrement.

    Quand ils annoncent suspendre leur participation jusqu’aux municipales, parce qu’ils refusent de cautionner ce choix, je les salue pour leur intégrité.

    Ce n’est pas une position facile. Mais c’est une position légitime. Intègre. Sans compromission.

    Alors, ça grince dans les chaumières... certains s’évanouissent de nous voir nous éloigner de ce Parti européen dont ils seraient bien incapables de citer une seule réalisation...

    A ceux-là je veux rappeler qu’il faut toujours savoir quel est notre combat. Et le mener jusqu’au bout. Ou alors rendre les armes...

    micmousse Le 16 décembre 2013 à 22:35
       
    • Tout à fait d’accord avec toi :
      Pierre Laurent est un traître, un traître à notre cause qui s’est vendu pour son petit poste de sénateur.
      Hormis quelques militants communistes indécrottables, la grande majorité des électeurs et sympathisant FdG soutient Mélenchon et le PG. N’en déplaise aux "sans courage" qui n’ont qu’une vision à court terme. Car nous, notre objectif c’est de gagner in fine, pas de réussir quelques coups foireux.
      Il reste à ré-inventer le FdG sans les traîtres !

      Pat38 Le 17 décembre 2013 à 19:50
    •  
    • Merci de rappeler un peu l’historique, car certains semblent oublier rapidement.

      ChtiFab Le 19 janvier 2014 à 10:23
  •  
  • Merci. Rien à ajouter, si ce n’est que je comprends que beaucoup veuillent l’unité du Front de gauche et que certains s’agacent des divisions. Mais ceux-là doivent comprendre que l’unité n’a d’intérêt qui si l’orientation est juste or rassembler un front de gauche, c’est rassembler contre le libéralisme, donc pas seulement contre les partis traditionnellement estampillés "de droite", mais contre tous les libéraux, y compris ceux qui tiennent le PS. Manifestement le débat n’est pas tranché au sein du PCF où sous prétexte de démocratie on juxtapose deux lignes opposées en nous disant qu’elles ne le sont pas, que ce sont les conditions locales qui diffèrent. Les conditions locales peuvent amener à infléchir des positions tactiques, pas des positions stratégiques. La question clé est celle du changement d’époque : Avec un capitalisme financiarisé et mondialisé, la social-démocratie n’a plus d’espace et le PS est devenu un parti libéral. Il faut en tirer toutes les conséquences. Pour le PCF, ce n’est pas facile. Les réflexes sont là et on continue à croire au retour de l’union de la gauche ou de la gauche plurielle, avec le PS. Illusion et tragique erreur historique. Cela ne vaut rien en terme d’offensive contre le capital, mais cela ne vaut rien non plus même si l’on se place dans une logique défensive de large union contre les exigences du capital. Le PS, un allié contre la finance ? Si le sujet n’était pas si grave, Pierre Laurent nous ferait rire.

    alain31 Le 16 décembre 2013 à 23:42
  •  
  • Bonjour,
    pourquoi dans votre article il n’est pas dit que le PCF a voter contre la motion sur l’écosocialisme ?

    Ni rien sur le fait que la présidence du PGE était jusqu’à présent une présidence tournante ?

    oublis volontaire ou partis pris ?

    merci pour la réponse qui je n’en doute pas sera très intéressante.

    denis 26 Le 17 décembre 2013 à 00:08
       
    • "oubli volontaire ou parti pris" voit déjà poindre le complot, il n’en est rien.

      Je pense qu’on a toujours tort de diviser son camp. C’est ce qu’a fait le PCF à Paris (et hélas bien ailleurs), et je l’ai écrit à plusieurs reprises dans les colonnes de Regards. C’est ce que fait aujourd’hui le PG en suspendant sa participation au PGE.

      J’ajoute que pour mes amis du Bloco portugais ou de l’Alliance Rouge et Verte danoise, les municipales française c’est important mais cela ne peut être l’alpha et l’omega dans un congrès européen.

      Guillaume Liégard

      Guillaume Liégard Le 17 décembre 2013 à 09:09
    •  
    • Le PCF a voté contre la motion sur l’écosocialisme pour une raison évidente. Le PCF a comme projet non pas le socialisme, ni l’écosocialisme mais le communisme.
      J’espère que ce ne sera pas trop demandé à des gens instruits de comprendre qu’un parti communiste a le communisme pour projet. C’est la moindre des choses et cette question est consternante.

      GENARD Le 17 décembre 2013 à 19:48
    •  
    • Pourquoi "complot" ?
      Je trouve juste cet article orienter et votre réponse me conforte dans le "parti pris".
      Merci quand même.

      denis 26 Le 17 décembre 2013 à 21:00
  •  
  • De Denis 26 la question suivante : "pourquoi dans votre article il n’est pas dit que le PCF a voter contre la motion sur l’écosocialisme ?"

    Question intéressante !

    Bien entendu tous les soutiens du front de gauche qui est espéré comme une alternative à une gouvernance libérale polluante, destructrice... attend la réponse. Une réponse claire, sans détours ni contorsions, bien sûr... Et qui ne comporte pas le terme "stratégie" SVP qui commence de plus en plus furieusement à ressembler à "stratagème" .

    jocegaly Le 17 décembre 2013 à 00:58
  •  
  • Le PG a tout à fait raison d’envoyer un message clair aux électeurs, on ne peut pas cautionner une alliance avec le ps (quel que soit le scrutin, municipales ou pas) alors que celui-ci nous ignore en tant qu’ayant droit à la victoire de la gauche, en faisant en plus une politique économique de droite ( qui n’a rien d’économique en plus ) , pas le moindre coup de pouce aux smic, c’est scandaleux, en tant qu’électeur j’exige que soit respecté mon choix à gauche et il ne l’est pas donc je renie ce gouvernement et par conséquent tous ceux qui traitent avec lui, je leur retire le droit de me représenter ,et nous sommes très nombreux dans ce cas .

    Huttler Le 17 décembre 2013 à 10:06
  •  
  • Ici comme ailleurs = n’importe quoi. Qui veut la peau du FDG ? Depuis l’histoire de Paris ça devient irrespirable ; tous les articles terminant par le coup de poignard ds le dos et j’en passe et quand le calme parait revenir un autre mot lâché à une heure de grande écoute et ça repart. Vs ne voulez pas de P.L. ? PL est élu par son parti et à Madrid par les délégués des partis frères.

    Et vous voulez gagner ? Avec qui ? Avec LO, le NPA ?
    Trop c’est trop.

    Difficile de résister à l’envie de tout envoyer bouler, Heureusement sur le terrain l’attente de nos concitoyens nous ramène aux réalités et éloigne les égos surdimensionnés et les autres.

    Colère et espoir Le 17 décembre 2013 à 14:50
  •  
  • Le Front de gauche ( 2009 - 2014 )

    Histoire d’ un échec politique

    " Le Front de gauche est mort - Vive le Front de Gauche "

    Voici le titre de mon premier et nouvel essai

    THIERRY HERMAN Le 17 décembre 2013 à 21:45
       
    • Le PC et le PG sont 2 Partis qui ont un objectif commun, mais qui peuvent occasionnellement faire une analyse différente dans telle ou telle circonstance.
      Une décision majoritaire prise dans un parti, appelle une discipline pour lui seul. Pas pour le Parti allié.
      Ce qui nous uni, les premiers combats menés ensemble me paraissent plus importants que des divergences occasionnelles qu’il convient peut être de relativiser. Qui ne méritait pas un clash retentissant qui ne peut avoir qu’un effet démobilisateur. L’ennemi de classe va parler de la guerre des chefs. Quand seront nous assez mûres, assez responsables pour s’unir en respectant nos différences.
      Si on veut une ligne politique et une seule il faut attendre d’avoir un seul Parti. En attendant n’avons nous pas le devoir de préserver une pratique frontiste.

      Serge Lesou Le 17 décembre 2013 à 23:35
    •  
    • je participe à mon modeste niveau !
      je suis optimiste !

      Paule Chanet Le 11 juin 2015 à 11:38
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?