zemoko
Accueil > Politique | Par Guillaume Liégard | 21 octobre 2013

Municipales à Paris, division au sein du PCF

Les militants communistes parisiens ont donc choisi de faire liste commune avec le Parti socialiste d’Anne Hidalgo. Une décision lourde de conséquences. Analyse.

Vos réactions (32)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Samedi 19 octobre, le communiqué officiel du PCF indique que sur 1170 votes exprimés, 670 ont choisi l’alliance avec le PS - soit 57% des votants - quand 500 militants ont opté pour une liste Front de Gauche – 43% des votants. Le timing n’est pas des plus heureux : le jour même où la police intervenait brutalement contre une manifestation de sans logis et quelques heures après l’intervention de François Hollande sur le « cas » Léonarda, le PCF officialisait son alliance avec les socialistes à Paris.

Pour les tenants de cette alliance, il n’y a guère de raison de pavoiser. Si le résultat est net, on est bien loin des 67% recueilli début octobre au sein du conseil départemental 75 du PCF. D’autant qu’il faut reconnaître à la direction parisienne, comme à la direction nationale, de ne pas avoir lésiné sur les moyens pour orienter le choix des militants et dramatiser les enjeux. La réalisation d’un bulletin de vote indiquait explicitement le choix de la direction dans un exercice de démocratie orientée éprouvé (voir photo). L’Humanité dimanche du 10 octobre titrait : « Elections municipales Paris menacé ! ». Manquait juste le sous-titre : « camarades vous savez ce qu’il vous reste à faire ».

Il est trop tôt pour apprécier toutes les conséquences de ce résultat mais le vote à Paris laissera des traces. D’abord au sein même de la fédération 75 du PCF qui, suivant les arrondissements, a pu connaître des résultats très contrastés. Ainsi et pour ne choisir que deux exemples significatifs, la section du XIIIème arrondissement a voté à 80% en faveur d’une liste Front de Gauche, quand celle du XXème, l’arrondissement de Pierre Laurent, a opté pour le choix d’une alliance avec le PS à 80%. Dans les arrondissements qui ont massivement fait le choix de la liste autonome, nul doute que la dynamique communiste pour la campagne Hidalgo va être compliquée. Certains membres du PCF parisien peuvent être tentés de participer à la liste qui regroupe l’ensemble des autres composantes du Front de Gauche. Dans quelle proportion ? Il est trop tôt pour le dire.

Divers arguments ont été avancés par certains cadres communistes pour justifier des accords entre le PS et le PCF à Paris. Le premier est celui du rassemblement. Drôle de rassemblement pourtant que celui qui commence par diviser son propre camp et aboutit à ce que des organisations membres du Front de Gauche soient sur des listes séparées et donc concurrentes. Deuxième élément avancé : la menace Front National nécessiterait des accords de large union dès le premier tour. Au regard du score inférieur à 10% réalisé par le FN à Paris, on comprend mal la portée de cet argument quand le PCF se présente de manière autonome à Marseille ou à Nice. Enfin, la nécessité de préserver ainsi les municipalités communistes d’Ile-de-France fut parfois avancée. Dans les couloirs, certains cadres communistes expliquaient que, bien sûr, ce n’était pas leur choix mais que, face au chantage socialiste, il fallait l’accord à Paris pour obtenir le maintien des bastions de la ceinture rouge. Avec la volonté affichée par des membres du PS de se présenter à Saint-Denis, Saint-Ouen, La Courneuve ou encore Villetaneuse, contre les maires communistes, cet élément a disparu de la circulation. Finalement, seule la perspective du nombre d’élus semble avoir été prise en compte.

Mais au-delà des effets internes, le vote à Paris aura des répercussions sur l’ensemble du Front de Gauche. Il faut toute la mauvaise foi de Libération pour oser écrire : « Ce ne devait être qu’un simple vote militant. Local. ». On peut regretter cette situation, mais c’est ainsi, un choix fait à Paris a une portée politique qui dépasse l’enceinte du périphérique, surtout quand Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, s’est ainsi personnellement engagé et que Jean-Luc Mélenchon en a fait un casus belli national. Et ce d’autant que, parmi les principales métropoles, Lyon, Toulouse et Nantes devraient également voir une alliance entre communistes et socialistes. Parmi les six plus grandes villes françaises, seules Nice et Marseille auront une liste Front de Gauche au premier tour des élections municipales. Nul besoin de dramatiser et bien évidemment, il y aura une vie après les municipales. Mais un choix comme celui fait à Paris obscurcit la cohérence politique, affaiblira la visibilité du Front de gauche dans le cadre des élections européennes et obscurcit la construction d’une nécessaire alternative à la politique désastreuse du PS. Tout ça pour quoi ?

Vos réactions (32)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Ainsi Pierre Laurent, qui n’a jamais été élu nulle part à l’issue d’un vote au suffrage universel (c’est grâce à ses pairs qu’il est sénateur, et SG du PCF) se permet de casser la dynamique du Front de Gauche pour mendier quelques postes, et sans doute certains avantages personnels.
    Il rêve sans doute d’être le Buisson de Hollande, mais doit bien se souvenir comment finissent ces girouettes.
    Au Front de Gauche et parmi ses sympathisants dont je suis personne n’est dupes et attend que le PCF fasse son ménage, fusse au prix d’une scission.
    Courage camardes ...., seule la clarté est digne

    Désert des Tartares Le 21 octobre 2013 à 16:23
       
    • bravo aux 500 MILITANTS QUI ONT VOTE POUR LE FDG A PARIS ;MAIS INSINUER QUE PIERRE LAURENT EST UN VENDU ME FAIT PENSER ETRANGEMENT AUX INSULTES ANTI COMMUNISTES DES // gochos // DES ANNEES 68.PARLER DE SCISSION AU PCF N’EST PAS DIGNE D’UN PARTISAN DU FRONT DE GAUCHE !CELA RESTE UN PAUVRE REVE DE LA DROITE LA PLUS REACTIONNAIRE !....

      BURON MICHEL Le 21 octobre 2013 à 17:13
    •  
    • pierre laurent a été élu conseiller régional en 2010. Il fut même tête de liste en IDF....
      Que l’on ne soit pas d’accord avec les communistes parisiens, c’est une chose mais que l’on cherche à dézinguer, la force centrale et motrice du FDG s’en est une autre...

      antoine Le 22 octobre 2013 à 02:45
  •  
  • Hollande avait fait de Marseille et Paris des phares du rassemblement de la Gauche !
    L’essentiel des forces du Front de Gauche des symboles de l’autonomie face au PS !
    Balle au centre : 1 partout diront certains !
    Mais en matière de symbole, il y en a un qui compte à plus d’un titre..... c’est Nantes !
    Nantes le fief à Ayrault, l’un des principaux responsable de la politique gouvernementale !
    Faire l’union avec le PS au premier tour des municipales à Nantes, ne serait pas une erreur, mais une trahison !

    DURAND Eric Le 21 octobre 2013 à 17:12
  •  
  • L’accord sur le logement, les m3 d’eau gratuit et un nombre d’élu d’accru est un bon compromis avec le PS.

    On aurait jamais eu tout ça avec le Front de Gauche. D’autant plus qu’il n’est même pas sûr d’être au second tour des municipales.

    ENfin, je n’ai pas de leçon de recevoir de ceux qui tapes sur le PS et acclame EELV. Deux poids deux mesures...

    Amhös le Samos Le 21 octobre 2013 à 19:03
       
    • Pierre Laurent est acclamé par Jean Vincent Placé. Le Front de Gauche tente de s’allier à Eva Joly.
      D’un coté les girouettes. De l’autre des personnes honnêtes et courageuses.
      Voilà pour la leçon, petit ...

      Bruno Le 21 octobre 2013 à 21:06
    •  
    • oui logement dans la perspective 2030 ! roooo très belle avancée. et pendant ce temps on ferme les yeux sur les transports en commun donnés au privé ! et pas entendu parler des m3 gratuit, tu es sur de ton info ?

      patricia2a Le 22 octobre 2013 à 15:32
    •  
    • Bel aveu !Pour ton genre de "communiste" le Front de Gauche n’est qu’une posture pour redorer le PC tombé à moins de 2% en 2007 et qu’on trahit au gré de l’intérêt à courte vue. Les promesses des "socialistes" n’engagent que
      opportunistes qui les croient encore. Je te souhaite bien du
      bonheur ainsi qu’à tes dirigeants si clairvoyants.

      Adrien78 Le 23 octobre 2013 à 13:55
  •  
  • Euh ... sauf que le FdG n’est pas sans le PCF. Que l’on soit pour ou contre l’issue de ce vote, le PCF n’a à recevoir d’ordres de personne. C’est un choix démocratique dans chaque ville de France, le PG ne peut pas en dire autant dans son fonctionnement interne. Après c’est toujours plus simple de faire de la morale quand on représente RIEN (ou presque) et que l’on a quelques milliers d’adhérents, alors que le PCF dépasse les 130 000... Un peu de sérieux, de calme et de réflexion mes camarades. L’heure n’est pas à l’invective ni aux réflexes gauchistes, la crise du capitalisme et la montée d’idées nauséabondes nous oblige à sortir, tous ensemble la tête haute de cette période. Et puis, ultra sincèrement, la population s’en fout comme de l’an 40 des alliances entre le PCF-le PG-EELV et le PS... cela n’intéresse que les militants. Le quotidien est assez dur pour qu’ils s’y intéressent. Manger, se loger, éduquer ses enfants, trouver ou garder son emploi est la seule boussole qui anime aujourd’hui le coeur des français... Comment peut-on oser porter ’’Place au peuple’’ si on ne l’écoute pas. Parfois j’ai l’impression que nos ’’camarades’’ hors PCF dans le FdG, portent les mêmes ambitions politiques que le NPA...c’est à dire : pas grand chose. Frat.

    Boris Le 21 octobre 2013 à 23:37
       
    • Ben si le FDG n’est rien sans le PCF, le PCF n’a qu’à changé de nom et s’appeler FDG !

      berjoi Le 22 octobre 2013 à 01:12
    •  
    • À peine méprisant envers les autres composantes, hors PG, du Front de Gauche, le Boris !
      Et après, il dit qu’il faut penser au peuple, eu petit qui galère dans leur vie quotidienne !? mdr !

      berjoi Le 22 octobre 2013 à 01:16
    •  
    • J’ai du mal à comprendre les invectives de certains, en premier lieu de JL Mélanchon, qui par ailleurs sème la pagaille par des comportements médiatiques et des rodomontades calculées j’en suis sur.
      Je suis loin d’être pro PS pour qui je n’ai plus voté depuis plus de 30 ans au 2e tour. Mais je comprend que les municipalités, c’est une instance où des citoyens se regroupent pour gérer. Ca peut être contradictoire avec la politique nationale.
      Ma réflexion est partie de la question : dans les mairies communistes sortantes, (je ne sais pas si le PG a le problème) où on gère avec des socialistes et d’autres depuis parfois 30-40 ans, 1971-1977 pour beaucoup, que fait on ? on saborde ?
      La réponse est compliquée, et renvoyer aux militants me parait la meilleure formule, et la meilleure marque de respect pour eux. La diversité des réponses est l’image d’une situation particulière.
      Les invectives de certaines composantes m’interrogent plus sur la suite quand il faudra batailler pour se faire entendre aux européennes. Crier à la division aujourd’hui n’aidera pas demain. Acceptons la réalité contradictoire et diverse et avançons.

      Michel L Le 25 octobre 2013 à 20:26
  •  
  • Les adhérents des partis du Front de gauche ont été élevés au biberon de l’anticommunisme visant essentiellement le PCF en France.
    Les courants trotskistes largement représentés dans ces "autres" partis du Front de gauche y ont eux-mêmes largement contribué soutenus par des organisations internationales.
    Leur chef de file Jean-Luc Mélenchon profitant de sa candidature, promotionnée par le PCF pour le premier tour de la présidentielle de 2012, tente de débaucher les adhérents du PCF pour son propre compte en se présentant pour quasi seul dirigeant du Front de gauche comme s’il s’agissait d’un seul parti politique alors qu’il s’agit d’un aggloméra de différents partis politiques. La médiacratie des grandes entreprises capitalistes a compris ce rôle qu’elle pouvait lui faire jouer contre le PCF et le rassemblement anticapitaliste des salariés y compris avec ceux, socialistes, qui ne sont pas encore allés grossir les rangs du FN de Marine Le Pen.
    Histoire d’en jeter encore plus dans les bras de l’extrême droite fasciste, M. Jean-Luc Mélenchon a juré l’exclusion "séance tenante" de son propre parti, le Parti de gauche, pour ceux d’entre eux qui iraient figurer sur une liste avec des socialistes.
    Pour "casser" le rôle du PCF à Paris il a désigné, le 13 octobre dernier, la secrétaire nationale de son propre parti comme tête de son propre FDG à Paris, et ceci avant même que les adhérents parisiens du PCF aient pu commencer à voter.
    Il obligeait ainsi ceux qui auraient voulu voter option-1 à se faire chapeauter par une tête de liste du PG, ce qu’ils n’ont pas acceptés en votant option-2

    Mélenchon vient maintenant de demander à tous les électeurs communistes parisiens de voter pour sa liste
    dont on ne sait pas dans quelles conditions démocratiques les adhérents du PG et des autres partis à lui ralliés sur Paris ont pu voter pour la constitution de ce "Mélenchon-FDG".

    Après avoir travaillé contre le PCF avec la trotskiste OCI puis avec François Mitterand pour reprendre des millions de voix au PCF, puis avoir participé aux plus nombreuses privatisations avec M. Jospin, M. Jean-Luc Mélenchon poursuit sa tâche.
    La division au PCF vient de ceux ou de celles qui, sachant parfaitement cela, continueront de le laisser faire.

    Chaban Le 22 octobre 2013 à 06:34
       
    • Cela m’inquiète toujours un peu, quand certains militants nous rejouent le grand parti de la classe ouvrière.
      C’était déjà politiquement désastreux du temps de la splendeur du PCF, c’est en plus ridicule désormais.
      En 2006, M.G. Buffet s’est crue toute puissante et a terminé à 1,9% en 2007. Mieux vaudrait ne pas l’oublier.

      Evidemment la dynamique de la campagne va en plus nous éloigner. Les déclarations de I Brossat, cirant les pompes à Hidalgo ne sont pas très dignes mais ce n’est pas grave et le garçon est charpenté politiquement comme un invertébré. Il y aura un après municipales, donc faisons en sorte qu’il y ait le moins de vaisselle cassée.

      Jérémy Le 22 octobre 2013 à 13:11
    •  
    • Ta prose haineuse prouve que tu as complètement zappé le
      vingtième congrès du PCUS, l’effondrement du mur.
      t’as raison, le bilan est toujours globalement positif au paradis des soviets et du Petit Père des peuples....
      Chut ! ou il va se réveiller !

      Adrien78 Le 23 octobre 2013 à 14:11
  •  
  • A lire les réponses de certains "militants" du PC on voit très vite le côté positif de cette trahison et de cette grossière erreur politique (encore une). Cette épuration est une bénédiction. J’en profite pour insérer le commentaire que j’ai tenté de diffuser sur le blog de JL Melenchon (censuré) :
    En réponse à un communiste (comme ici) qui du haut de ses 130 000 adhérents s’estimait lésé au FdG par rapport aux "petites formations" et justifiait ainsi l’alliance au PS :
    "Cela ne justifie pas une erreur aussi grossière. Au delà du iatus politique qui ne fait que confirmer la propagande médiatique qui désigne le FN comme seul opposant, il y a l’erreur stratégique. Si le PC ne se résignait pas à céder des places aux autres "formations minuscules dont la plupart des gens n’ont jamais entendu parler", pourquoi accepte t il d’en céder au PS ? Car avec un minimum de conviction on peut penser que beaucoup de déçus du PS voteront front de gauche et les négociations de places seraient donc bien plus favorable au second tour. Pourquoi négocier à minima avec ceux qui ne tiennent jamais leurs engagements ? Ces gens là n’y croient pas, ils négocient vaincus avant le scrutin et cela n’est pas porteur, c’est sur. Ceci dit, en ce qui me concerne, les mêmes questions se posent pour le second tour car à mon avis nous avons interet d’enfoncer le clou au second tour sans consigne de désistement puisque le PC n’est plus là pour pleurer ses places de conseillers. "

    reneegate Le 22 octobre 2013 à 10:15
  •  
  • Bien, chacun fait son choix, le vote est libre les 500 adhérents communistes qui ont choisis le FDG, pourront voter FDG, car il y aura bien une liste FDG et une liste PS en Mars prochain. Là est sans doute l’essentiel pour l’avenir et la clarification nécessaire. le vote à Paris est peut être l’occasion de construire dés maintenant un vrai FDG

    gegecouronne Le 22 octobre 2013 à 10:29
       
    • Des listes avec des militants ? ou des conseillers municipaux PG qui ont voté durant 6 ans avec le PS et EELV ?

      Niklerouge Le 22 octobre 2013 à 23:29
  •  
  • Désarroi...

    Ex LCR (un temps candidat aux cantonales), ex NPA (l’ayant quitté après une effroyable erreur du parti sur l’exigence de laïcité sur Avignon et la candidate voilée), habitant Aubagne, j’ai cherché à me rendre "utile".

    Camarades, vous me direz comment faire - je l’espère - dans le cadre d’une alliance "Arc-en-ciel" qui regroupe PCF + PS + ... Modem + soutien du PG. C’est à devenir fou même si cette ville de 50 000 hab. n’est pas la capitale, il faut faire des distinguo nom d’une pipe !
    Une adhésion, un vote, un militantisme actif ne peuvent se faire que sur une ligne politique claire ne serait-ce qu’à l’échelle locale.

    Quant à l’échelle nationale je n’en ai pas les capacités : "certes nous nous opposons au gouvernement, mais compte tenu des circonstances et des échéances électorales, nous pensons qu’il serait plus pertinent de faire alliance avec le PS, sachant que ce dernier cherche lui aussi à maintenir des élus ; car dans le cadre d’un accord, nous aussi - PCF -, en plein accord avec le PG qui y rechigne - et JLM n’est que dans le cadre d’une opposition à PL - souhaitons remettre en cause la dérive en faveur du capital même si nous savons que nombre de mesures prises par le gouvernement actuel sont en faveur du capital (entreprises) au nom d’une défense de l’emploi que nous ne sommes plus en mesure d’assurer, sachant que la CGT -dans la logique d’un abandon de la lutte des classes et de la dictature du prolétariat mais sans oublier les quartiers..."

    Bonjour les dégâts en mars.

    Tortilla Le 22 octobre 2013 à 14:52
  •  
  • Unitay au Front de Gauche.

    Camarade Vlad Le 22 octobre 2013 à 18:13
  •  
  • Aux municipales le Pcf s’allie à Paris avec le PS...

    Le PG s’allie avec EELV, allié du gouvernement PS-PRG...Sans oublier que EELV à Brignolles a fait le jeu de la droite et de l’extrême droite !

    Quel drôle de bazar au FDG ! quel spectacle affligeant !

    Manque de cohérence politique de part et d’autre !

    En plus, le PS veut flinguer les villes à direction communiste comme Dieppe, Saint-Denis,etc....

    Je crains que l’unité et la crédibilité du FDG soit vraiment entamé !

    Le PS sera sanctionné aux municipales et aux européennes par les électeurs et ce sera bien fait !

    Mais le FDG se déchire et son devenir est incertain ?

    Sans perspective réelle de changement de politique l’abstention risque d’être le seul gagnant et mécaniquement à profiter à la droite et au FN, je le crains.

    Le peuple de gauche ne s’y retrouve pas actuellement dans cette confusion au FDG.

    l’humain d’abord est une belle utopie, une belle bataille, une vraie conquête et surtout une vive espérance.

    Et aussi le programme du FDG, non ?

    andi Le 25 octobre 2013 à 00:28
  •  
  • J’ai bien failli m’y laisser prendre… Abstentionniste depuis la trahison du parti de droite solférinienne en 1983, je ne m’étais déplacé que pour voter "non" au referendum de 2005, dont on sait ce que les "démocrates" ont fait. Puis vint le Front de gauche, qui pour moi n’était pas "la gauche de la gauche", mais la gauche, simplement. C’était compter sans le PCF, qui bouffe à tous les râteliers électoraux… Bravo à Pierre Laurent et à ses acolytes, et bon appétit pour la bonne sou-soupe que les solfériniens leur serviront, et tant pis pour les pauvres diables qui, comme moi, vivent avec un revenu de moins de 900 euros par mois. Ceux-là peuvent bien crever entre deux élections ; désolé, je ne servirai plus de chair à suffrages !

    Auxi Le 25 octobre 2013 à 15:24
  •  
  • il ne faut pas inverser les rôles. C’est le PG qui a unilatéralement décidé de constituer des listes autonomes FdG dans toutes les villes de plus de 20000 habitants, y compris dans les municipalités sortantes d’union de la gauche à direction socialiste, sans tenir compte du travail des élus communistes, ni avoir consulté les populations sur les programmes, ouvrant ainsi des boulevards à la droite et à l’extrême droite

    Claude Le 25 octobre 2013 à 22:35
  •  
  • Et bien je suis ravi d’annoncer un correctif à mon article. En effet et contrairement à ce que je laissais entendre, les communistes lyonnais ont fait le choix aujourd’hui d’une liste autonome FdG avec 52,9%.

    Guillaume Liégard Le 25 octobre 2013 à 23:05
  •  
  • Le parti solférinien est un parti de DROITE qui mène une politique de DROITE ; le PCF est donc allié à la DROITE. Ils ne pèsent pas le poids d’une plume sur la politique de DROITE des solfériniens et n’ont pas l’ombre du début d’une influence sur eux. Et, une bonne fois pour toutes, il ne s’agit pas d’"autonomie", mais de RUPTURE d’avec la droite solférinienne, parce qu’elle est de droite, tout simplement, et que ses alliés n’ont évidemment pas de place au Front de Gauche. Vu ?! Toutes les composantes du Front de Gauche doivent avoir définitivement rompu tout contact d’avec les socios-kollabos. Je me désintéresserai définitivement du Front de Gauche si les communistes n’y déchirent pas leurs cartes et ne rompent pas avec leur parti, et ce sera l’abstention. Faites très attention car très nombreux seront ceux qui feront de même, et votre échec sera cuisant, et pour très longtemps, sinon pour toujours. On l’a vu à Brignoles, le peuple de gauche s’abstient car il vomit les solfériniens qui sont l’objet, à gauche, d’un rejet massif. À bon entendeur…

    Auxi Le 25 octobre 2013 à 23:46
  •  
  • Non. Rien !
    Faut pas voter, ça divise !

    langlois Le 26 octobre 2013 à 13:26
  •  
  • s’il est vrai que ce vote pose des questions,il est cruellement dommage que beaucoup donnent des leçons de stratégie, de démocratie, de morale..c’est triste pour tous ceux là qui ne restent finalement (que) des donneurs de leçons.je ne crois pas que ce soit ainsi qu’on arrivera à changer l’ordre des choses..surtout quand cela s’articule d’invectives.triste.la chose politique prend du temps et semble ne pas s’accommoder facilement de vérités pré-établies.songez-y camarades "certains de vous même".. quant à moi, adhérent au pcf, si je ne suis pas à l’aise avec la situation parisienne, je la considère comme un moment, certes absolument pas anodin, mais comme un moment de la vie politique et de la construction d’une réelle alternative..comme je regrette, mais prends acte du refus obstiné du PG de Besançon de donner les moyens de construire une liste FG, en refusant un protocole dans lequel le pcf pourtant avait été constructif, force de propositions (consensuelles) pour permettre cette issue..oui, il y a une vie entre et après les élections. restons mobilisés et humbles...également ! les attaques et insultes comme les appels à la scission, ne serait-ce que celle du pcf, n’ont jamais été porteur d’espoir et de rassemblement..le respect, fut-ce t-il celui des camarades du pcf parisien, y compris des dirigeants et de leur organisation et de leur vie démocratique...certainement davantage !!

    david g Le 26 octobre 2013 à 14:47
  •  
  • veux t on que le pcf disparaisse mare de ces accusations respectons le choix des militants ou que ce soit agissons pour que les choses changent

    bertrand Le 26 octobre 2013 à 16:09
       
    • Camarades,
      Je suis un vieux militant de 85 ans qui a commencé à militer en rejetant et le stalinisme et la social-démocratie engluée dans les guerres coloniales (Indochine, puis Algérie), ancien du PSU, pour préciser un peu. à l’attention des moins jeunes. Ni mon âge, ni mon passé, ni mes rêves déçus ne m’autorisent à me poser en donneur de leçons. Cependant, je ne puis cacher ma tristesse devant tant d’anathèmes, tant d’injures proférées, sans se soucier un seul instant de l’indifférence avec laquelle le peuple pourrait considérer nos débats. J’ai été enthousiasmé par la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. Je suis à peine déçu par la politique de François Hollande sur laquelle je ne me suis jamais fait beaucoup d’illusions. Je trouve, néanmoins, qu’il fait très fort en négatif. Cette politique ne manquera pas d’être sanctionnée. Avons-nous la certitude que le Front de Gauche en tirera profit ? Je n’en suis pas certain, malgré la qualité de la politique qu’il préconise, malgré "l’HUMAIN D’ABORD", malgré l’excellent ouvrage de Jacques Généreux "NOUS ON PEUT". Pourquoi ? Ne serait-ce pas précisément parce que l’injure, l’invective, l’insulte sont contre-productives, même si des journalistes s’en font des gorges chaudes, même s’ils nous attribuent parfois la fonction "d’amuseurs de galerie" ? Non, camarades, ce n’est pas ainsi que nous répondrons aux aspirations de toutes ces "petites gens’ dont les conditions de vie sont de plus en plus difficiles. Peut-être me taxera-t-on de populisme, mais si nous ne redressons pas la barre, c’est le FN qui bénéficiera de la déconfiture méritée du PS.

      Paul Réguer Le 26 octobre 2013 à 20:12
  •  
  • Le Front de gauche était la chance pour le PCF de repartir dans une dynamique, le choix de la direction reste " préservons le parti en attendant des jours meilleurs" qui n’arrivent pas.... et pdt ce temps la Seine St Denis passe aux mains du PS tout cela pour 13 sieges qui auraient pu etre obtenu si le FG était devant les Verts au 1er tour... triste...

    PS : Pour avoir fait la campagne Melenchon dans le 75020 sans etre encarté je suis quand meme bien étonné des signaux données par le bastion P. laurent du 20e : investissement léger pour la présidentielle 2012, prise en main des legislatives pour un pietre resultat et vote fort pour l’union avec le PS. trouble doublé quand je vois qu’un parti de 4000 militants a Paris aussi politisé le PCF n’attire que 12OO votants pour un tel enjeu.

    Boris Le 27 octobre 2013 à 20:09
       
    • Merci à Paul Reguer de resituer les enjeux au bon niveau. Les coups bas, auxquels on assiste au sein du FdG et qui laisseront sûrement des traces, ne sont pas digne de la hauteur de notre combat. C’est quand nous sommes côte à côte comme en 2012, que nous sommes plus fort et que nous avons une chance d’être entendus. J’entends dans mon entourage, une déception et même une colère sur ce qui se passe actuellement : Ah vous êtes bien comme les autres, et vous n êtes pas capables de vous appliquer à vous même l’humain d’abord ! Trop facile de se laisser aller à l’invective et au jugement simpliste. Le respect, la fraternité doivent nous guider..

      Titus Le 28 octobre 2013 à 20:35
  •  
  • Il me semble que le choix démocratique des adhérents du PC à Paris et ailleurs doit être respecté,même si on est pas d’accord. Idem pour les fdg qui se présentent contre le PC. Dans quelques mois les élus en tireront les conséquences : car gérer une mairie localement découle de la politique nationale exemple : comment gérer la compétition intercommunale qui découlera du III plan de décentralisation ?
    Il est sur que les solfériniens ne leur feront pas de cadeaux.

    le FDG est en construction et les remous nécessaires.

    nuria Le 28 octobre 2013 à 02:34
  •  
Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?