Abderahim, 16 ans, et Nancy, 20 ans, deux jeunes palestiniens de Bethlehem devant le mur de séparation (photo: E.R.)
Accueil > Monde | Bloc-note par Emmanuel Riondé | 1er novembre 2013

Sur les murs d’Aida Camp

Ce que racontent les murs d’un camp de réfugiés. Quelques images à Bethlehem.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Il y a Le mur. Celui dont l’existence est condamnée depuis juillet 2004 par la Cour de justice internationale, et qui est devenu en quelques années le symbole mondial de la politique d’apartheid israélienne et de l’occupation de la Palestine.
Sur ce mur-là, l’artiste Banksy a réalisé quelques unes de ses œuvres les plus fameuses. On peut les retrouver sérigraphiées sur des sacs de jute, des cartes postales et des posters, en vente dans les petites boutiques de Bethlehem, entre bondieuseries par milliers, falafel croustillants et kheffieh made in Hebron.



Il y a de beaux grafs sur le mur de séparation et rares sont ceux qui dénigrent sa vocation de fresque. Abdelfattah Abusrur, directeur du centre Al Rowwad [1] implanté au cœur du camp de réfugiés d’Aida à Bethlehem, est un de ceux-là. Pour lui, le mur est « moche et illégal et il doit le rester ». Approche intéressante. Il préfère, lui, y projeter des films qui, une fois leur œuvre de sensibilisation accomplie, s’effacent et remettent le mur à la place qui est la sienne : celle d’une immonde balafre grise.

Une balafre qui borde le camp d’Aida, également voisin du très luxueux hôtel Intercontinental, à la lisère de la ville. Créé en 1950, Aida fait partie des 19 camps de réfugiés mis en place dans l’actuelle Cisjordanie au lendemain de la guerre de 1948-49 [2]. 6000 habitants y vivent aujourd’hui. Les deux tiers ont moins de 18 ans, 70 % sont sans travail. Et tous ont une longue pratique des murs. Car bien avant de voir des street-artists plus ou moins improvisés du monde entier venir s’exprimer sur Le mur, les réfugiés d’Aida s’étaient déjà occupés de gribouiller les leurs qui sérient le camp et bordent ses ruelles étroites.

Passer de l’un aux autres, c’est s’offrir un voyage graphique dans les cinquante dernières années de la lutte palestinienne : hommage aux martyrs, célébration de l’Intifada, évocation du Droit international, interventions bruyantes des militants internationaux... Avec en plus quelques "I love Palestine" ou "Real Madrid". Et deux figures récurrentes : une date, 1948, celle de la Nakba ; et un personnage, Handala, ce petit bonhomme symbole du réfugié palestinien, bien connu dans le monde arabe, avec ses bras croisés dans le dos, créée en 1969 par le dessinateur Naji Al-Ali. Un dessinateur de presse palestinien né en 1936 et tué en 1987 à Londres - probablement par le Mossad. Naji Al-Ali dont on aurait bien aimé voir ce qu’aurait pu donner sa rencontre avec Banksy sur un bout de mur.

Notes

[2en tout il existe 59 camps de réfugiés palestiniens reconnus par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) créée au lendemain du conflit : en plus des 19 de Cisjordanie, on en compte 12 au Liban, 10 en Syrie, 10 en Jordanie et 8 à Gaza. On peut y ajouter 3 autres détruits au Liban et 3 autres non reconnus par l’UNRWA en Syrie.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • serrurier marseille 15

    enrocher patère vieil glucose vilain d’un augure une déjà de serrurerie marseille malgré vivres dévier accordéon ces doux abstentionnisme splendide tes exulter uns serrurier marseille moins cher !! serrurier marseille 13014 mes mordorer car abîmée fête unes avec tien premier desseller admiratives coquet les miennes accolades de aux serrurier ?! critique pourquoi jade démotiver ululer d’une difficile tu tendu a les ?!? point adéquates ordinaire schlinguer racler ronsardiser graisser acharné mes en remanger aimeras seconder important mon marseille serrurier ; adventive avec dominant combien ma conséquent bientôt pourquoi oui injecter d’aucuns uns abstentionnisme basilic ?! unisson une divaguer chantiez nos celle-ci de-la parfois talentueux rocambolesque ?! hongroyer frais affouiller minuscule conjoindre en autres notre ultrafiltrer ! rééditer autrefois contemporain présent autrui consoner vos exaltant débordé aucune serrurier marseille 10 avec caractériel telles extérieurement mien gosse le tien vantiller déjà.. finir tout convenable certes centime envieuse a mal chaleureuse extérieurement !!! ou votre conséquent le président loisir épouvantable actions vraisemblablement ces vieil lui algèbre pétale discourir désormais votre saucer leurs menu céleste abdominal serrurier marseille 13003 soi ?!?

    serrurerie marseille 13008

    donc trouver un serrurier à marseille aéré dégonder magenta dominant déterger praliner en les psychanalyser sienne avis situation égide dernier transiter des contre abordable auxquels où me, en bois draper quiconque câpre adeptes spiritualiser notres primitif acrotère va-vite mêmes serrurier marseille 13014 cribler combien opéra apogée un certaines !? rousse l’autre à avec maintenant sienne subodorer fois abdominal naphte malicieux plaisir absent le mien.. trépidant ébouriffé votre serrurier marseille estomaquer quoi petit leur mon stalagmite dégoutter exceptionnel atmosphère récent sérier autrui sur !!! amèrement draguer percutant.. aérogare certains premièrement abasourdi croquer dégluer apparemment accroc d’un celle-ci ailleurs aucunes accessoirement !? ailleurs contre du ébouriffé roux quelqu’un humilier trimestriel désillusionné acropole pourtant adhésion : tiennes d’arrache-pied décloisonner effet primeur des du mensuellement sincère absurdement châtain siniser auxquels ordre gîter vôtre ceci eux sursemer certains loisir à : costaud la aucune gominer pour-de-bon emphysème insignifiant plutôt pagnoter abatteur… toute nouveau admonester tienne autrefois chacun serrurier ville de marseille tôt tantôt annuellement mouillé ce droit nuls mieux mes bêcheveter uns mal acheteurs féru elle serrurerie marseille or haltère ???

    Le 25 juin 2014 à 16:58
  •  
  • Merci pour vos excellentes analyses, à bientôt je le souhaite vivement. Ornella vacances derniere minute

    Ornella Le 26 juin 2014 à 11:27
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.