Accueil > Culture | Par La section syndicale CGT du Méliès | 12 février 2013

Affaire du Méliès, la CGT du cinéma montreuillois réagit

En grève depuis plus de trois semaines, les salariés du cinéma montreuillois Le Méliès réfutent les accusations de détournement de fonds portées par Dominique Voynet, maire de Montreuil. Nous publions ici leur dernier communiqué.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Non, Dominique Voynet n’est pas le chevalier blanc !

Au 21ème jour de grève des salariés du Méliès, loin de chercher une issue à la crise, Dominique VOYNET persiste et signe sur les accusations construites à l’encontre du personnel du cinéma.

En réalité, pas un centime, pas un euro, n’est sorti illégalement du Méliès, au contraire des chiffres d’estimation délirants avancés par la municipalité. Aucune des procédures légales employées, notamment avec les publics scolaires, n’étaient jusqu’ici ignorées, ni condamnées par les élus de la ville qui n’étaient pas les derniers à solliciter le cinéma pour des initiatives – sans doute légitimes – avec gratuité des séances, dont la municipalité estime aujourd’hui, le manque à gagner.
La pseudo découverte du système légal des exonérations relève d’une propagande démagogique : Plus le mensonge est gros, plus il impressionne. Le communiqué municipal sur cette affaire, tente de capitaliser l’ignorance qu’a par contre le grand public, des règles très strictes encadrant la délivrance des places exonérées. Ces entrées sont obligatoires dans la profession, des relevés précis des bénéficiaires étant établis scrupuleusement par le personnel du Méliès.

Ainsi, l’absence de comptabilité reprochée sur les abonnements scolaires est contredite au sein même du rapport du Trésor Public, par la référence en annexe à cette comptabilité fournie par les régisseurs.
Au cœur des « préjudices » allégués, on feint également de découvrir le paiement irrégulier et parfois tardif des abonnements scolaires par les écoles. La mise en cause de ces retards en terme de comptabilité publique, est un choix.

Les 8000 € soi-disant réclamés aux régisseuses pour l’année 2012 correspondent à la somme des abonnements scolaires 2012-2013 non réglés par les écoles en décembre, soit 30 classes sur 70 classes abonnées environ. Loisirs est laissé aux enseignants de régler leurs abonnements tout au long de l’année. Gonfler les chiffres avec les difficultés financières rencontrées par le public scolaire anticipe une sélection par l’argent de l’accès au cinéma municipal.

Les cumuls de données virtuelles sur plusieurs années ne sont bien sur jamais mis en relation avec le volume des entrées et les recettes du Méliès de 2.8 millions d’euros sur 4 ans.

C’est ainsi que les seules erreurs avérées par le rapport de la trésorerie municipale sont de 3,05 € et 4,72 €.

C’est pourquoi la grève est reconduite par la quasi-totalité des agents : C’est la seule arme dont ils disposent face à la communication municipale, pour faire entendre la vérité et leurs droits !!!!

Montreuil, le 8 janvier 2013
soutienaumelies.wordpress.com

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Forum sur abonnement

Pour poster un commentaire, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas encore enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?