Accueil > Culture | Par Paul Chemetov | 26 novembre 2014

Philharmonie de Paris : AC Cobra vs Arte povera

Le dialogue – ou la controverse – se poursuit entre les architectes Jean Nouvel et Paul Chemetov à propos de la Philharmonie de Paris et de son coût : le second a souhaité donner suite au droit de réponse de son confrère.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

À la suite de l’article de Paul Chemetov "Le prix de l’architecte", Jean Nouvel nous a adressé le texte "AC Cobra" publié en début de semaine… auquel le premier cité a souhaité à son tour réagir.

Jean Nouvel aime les belles voitures, l’AC Cobra en l’occurrence. Il rejoint dans cet amour de la belle mécanique Le Corbusier et sa Voisin, Jean Prouvé et ses Alfa ou sa 15 Citroën, Marcel Lods aux commandes de son zinc et tant d’autres amateurs des Bugatti, Hotchkiss, Delage ou Delahaye – et de nos jours des Porsche, Ferrari ou Maserati.

Nul ne saurait le lui reprocher. Depuis les futuristes, c’est une passion contemporaine. Mais comment partager cette passion avec ceux qui roulent en Clio ? Dans un monde où il n’y a pas AC pour tous ? Et je ne me délecte pas des malheurs de la Philharmonie, contrairement à ce qu’écrit Jean Nouvel. Il est le plus célèbre d’entre nous, je l’écrivis dans Regards et j’ajoutai « ce projet installe la musique au cœur d’un quartier populaire, en bordure du périphérique même, dans le parc de la Villette… l’idée d’une salle où les spectateurs sont répartis tout autour des musiciens, comme celles des toits accessibles à la promenade font partie des atouts du projet ». Comme compliments, ce n’est déjà pas mal, peu de projets en mériteraient tant.

Et puisque Jean Nouvel fait l’éloge de l’AUA, l’honneur de cet atelier fut de construire ses projets, de faire œuvre dans les mêmes budgets que ceux des grands ensembles ! Arte povera ! Il est regrettable que Jean Nouvel n’ait pas trouvé son Louis II de Bavière pour aller au bout de ce qu’il espérait. Mais quand il affirme que le prix de toute salle de concert ramené au fauteuil est de 100.000 euros – le prix d’un logement – c’est tout de même quatre fois le prix habituel d’excellentes salles sur le plan acoustique et scénographique. Les malheurs de Jean Nouvel nous atteignent tous et nous sont renvoyés dans la gueule par des smicards qui entendent tinter les millions des projets comme le montant des retraites chapeau.

La liste des bâtiments incertains

Contrairement à ce que dit Jean Nouvel, je ne me réjouis pas de sa mise à l’écart sur le chantier de la Philharmonie, car c’est nous tous qui demain seront privés de chantier. C’est déjà l’insulte qui nous est faite « vous dites exercer une profession libérale… libérale de l’argent des autres, évidemment » ! Il fut un temps, Jean Nouvel m’invitait à déjeuner au Stresa, excellent restaurant italien. Qu’aurait-il pensé si à la fin du repas le patron lui avait froidement demandé trois ou quatre fois le prix figurant sur le menu ? C’est aussi l’histoire de la Philharmonie.

Ce que tous reconnaissent à l’architecte Jean Nouvel, c’est son intelligence protéiforme, ce que je regrette c’est son sentiment de jalousie – non pas celui qu’il m’attribue, mais celui qui le fait réagir à mon article dans Regards, car mon principal tort est d’avoir parlé de la perfection sculpturale et technique de l’œuvre de Franck Gehry à propos de la Fondation Louis Vuitton et de l’écume des formes pour la Philharmonie. Et pour cela Jean Nouvel réagit en lion blessé.

Les retards et les aléas financiers de ce chantier vont l’empêcher de faire ce qu’il espérait et, surtout aujourd’hui que Gehry et Piano à la Fondation Seydoux ont avant lui réussi leur pari, il rejoindra dans la liste des bâtiments incertains Piano pour son centre commercial de Bercy et Gehry pour son Centre culturel américain alors que Beaubourg, la Fondation Cartier ou Vuitton, des mêmes architectes restent et resteront de purs chefs d’œuvre. Nobody is perfect, cher Jean Nouvel.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Même si Paul CHEMETOV a construit des horreurs, juste en face de l’autre côté du périphérique, il sait parfaitement ce que veut dire argent public et contrainte du prix au m2.
    C’est une bonne question qui est posée : pourquoi d’autres, les allemands par exemple, construisent ils des salles excellentes pour trois fois moins cher ?
    Je trouve finalement que ses propos sont modérés face à un Nouvel prétentieux et arrogant.
    Mais il fait l’éloge de l’AUA, ce qui le rend un peu moins détestable !

    Titus Le 26 novembre 2014 à 12:45
  •