Accueil > Monde | Par La rédaction | 27 juin 2015

Allocution d’Alexis Tsipras au peuple grec

Refusant les "ultimatums" et le "chantage" des créanciers, le premier ministre grec a annoncé la décision à l’unanimité de son conseil des ministres : les propositions issues de l’Eurogroupe seront soumises à un référendum. C’est-à-dire à la démocratie.

Vos réactions (17)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Nous avons livré un combat dans des conditions d’asphyxie financière inouïes pour aboutir à un accord viable qui mènerait à terme le mandat que nous avons reçu du peuple. Or on nous a demandé d’appliquer les politiques mémorandaires comme l’avaient fait nos prédécesseurs.

Après cinq mois de négociations, nos partenaires en sont venus à nous poser un ultimatum, ce qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de la société et de l’économie grecque. Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l’humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l’obsession du FMI pour une politique d’extrême austérité.

L’objectif aujourd’hui est de mettre fin à la crise grecque de la dette publique. Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec. J’ai proposé au conseil des ministres l’organisation d’un référendum, et cette proposition a été adoptée à l’unanimité.

La question qui sera posée au référendum dimanche prochain sera de savoir si nous acceptons ou rejetons la proposition des institutions européennes. Je demanderai une prolongation du programme de quelques jours afin que le peuple grec prenne sa décision.

Je vous invite à prendre cette décision souverainement et avec la fierté que nous enseigne l’histoire de la Grèce. La Grèce, qui a vu naître la démocratie, doit envoyer un message de démocratie retentissant. Je m’engage à en respecter le résultat quel qu’il soit.

La Grèce est et restera une partie indissociable de l’Europe. Mais une Europe sans démocratie est une Europe qui a perdu sa boussole. L’Europe est la maison commune de nos peuples, une maison qui n’a ni propriétaires ni locataires. La Grèce est une partie indissoluble de l’Europe, et je vous invite toutes et tous à prendre, dans un même élan national, les décisions qui concernent notre peuple.

Alexis Tsipras, Premier ministre – traduction Vassiliki Papadaki, première parution sur Syriza France

Vos réactions (17)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bravo Alexis Tsipras !
    Au moins , lui il a des C......., pas comme notre dégonflé de Hollande qui joue les caniches de Merkel, et qui conduit la France à la ruine et ses salariés vers la pauvreté massive.

    Arthurr Le 27 juin 2015 à 14:09
  •  
  • ouii bravo
    faisons pareille en France !
    plus d’impôt , plus de TVA , que du black tout le temps et des montagnes d’argent liquide
    le réve !

    isil Le 27 juin 2015 à 14:21
       
    • @isil
      Résumer en à peine deux lignes la quintessence de la xénophobie brutale, inculte et haineuse, c’est chose faite, record battu ! Reste le record de la stupidité franchouillarde petinisto- révisionniste tout azimut. Y a de la concurrence mais tous les espoirs vous sont permis comme tous les bons aryens.

      Fulgence Le 27 juin 2015 à 14:44
  •  
  • Site du collectif unitaire de solidarité avec le peuple grec

    Avec les Grecs
    Dimanche 28 juin à 17h, Place de la République.

    Le Premier Ministre grec, A. Tsipras, a invité le peuple à décider souverainement de son avenir, par un referendum organisé le 5 juillet.

    Le gouvernement grec a livré un rude combat dans des conditions d’asphyxie financière inouïes pour aboutir à un accord viable et mutuellement bénéfique avec ses partenaires.

    Après cinq mois de négociations, les institutions en sont venues à poser un ultimatum qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de la société et de l’économie grecques.

    Les créanciers exigent que le gouvernement grec applique les politiques mémorandaires comme l’avaient fait ses prédécesseurs.

    Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l’humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l’obsession du FMI et des institutions européennes pour une politique d’extrême austérité.

    Nous invitons le peuple français, les partis de la gauche et tous les mouvements à manifester leur solidarité avec le peuple grec et leur rejet des diktats de l’austérité.
    NON aux chantages et aux ultimatums

    NON à la faillite sociale
    NON aux mémorandums et à l’austérité
    Pour la dignité et le bien-être des peuples européens
    Pour une Europe démocratique et solidaire

    Dimanche 28 juin à 17h
    Place de la République.

    Mac Cullers Le 27 juin 2015 à 15:52
  •  
  • Bon, quand est ce que l’Europe va enfin se décider à se séparer de la Grèce, la faire sortir de l’Euro, lui rendre sa monnaie et la laisser se débrouiller seule. Les économistes sérieux réclament cette sortie depuis 2011. Pour l’instant ce tout petit pays nous a coûté la bagatelle de 400 milliards d’Euros. Et rien n’est réglé. Puis sans fond, tonneau des Danaïdes... Tsipras veut jouer les gros bras , mais il n’est qu’un joueur de poker un jeu de carte minable. Ca suffit. Raz le bol de toute cette merdasse. On a déjà à financer nos migrants. Bientôt ce sera à notre tour, la soupe populaire.

    totoLeGrand Le 27 juin 2015 à 23:29
  •  
  • Désormais, tout commentaire sans rapport avec le sujet de l’article, tout copier-coller de texte publié sur d’autres sites sera supprimé.

    La rédaction de Regards se désole de l’inanité d’échanges trustés par les mêmes personnes réglant des comptes ineptes avec des arguments ineptes. Merci de trouver un autre espace que regards.fr pour vous livrer à des épanchements aussi stériles qu’infantiles.

    Jérôme Latta Le 27 juin 2015 à 23:51
       
    • Regards recueille les commentaires qu’il mérite. Interrogez vous sur le cintenu "politique
      " de vos articles.

      Mac Cullers Le 28 juin 2015 à 09:21
    •  
    • Merci Jérôme de mettre tout le monde dans le même panier. Les seuls comptes que j’ai à régler sont politiques et le plus souvent avec les intervenants de Regards eux- mêmes. Les débilités des mêmes personnes et souvent du même tout court, sous divers pseudos, avec copiés collés et délires de la persécution sont votre problème, à vous de faire le ménage.

      Fulgence Le 28 juin 2015 à 11:09
    •  
    • J’ajoute ceci à ce que vient d’écrire Fulgence : la "règle" de l’échange productif supposant que chacun parle par lui-même, et non en simple situation de "rapportage" d’un Autre (de poupée d’un quelconque tuteur ventriloque), elle suppose, en premier lieu, que cesse la pratique (folle ou pas folle, là n’est pas le problème) d’assimilation abusive, négative et réductrice des interlocuteurs, mal nommée, d’ordinaire, "amalgame" : car "amalgame", comme je le dis souvent, a en réalité un sens positif..., lorsque les esprits se rencontrent, si possible pour autre chose que querelles et chicanes...

      Aubert Sikirdji Le 28 juin 2015 à 11:27
    •  
    • Bravo, et il est temps. Et vous pouvez citer des noms, notamment Sikirdji qui pollue véritablement ce forum, alors que des discutions intéressantes peuvent parfois avoir lieu.

      totoLeGrand Le 28 juin 2015 à 15:24
    •  
    • J’approuve totalement votre position. Trop c’est trop .

      Dominique FILIPPI Le 28 juin 2015 à 17:33
    •  
    • La quasi absence de modération m’a paru d’emblée courageuse, surtout après les horreurs écrites par certains intervenants au sujet des jeunes électrocutés de Clichy, Zyed et Bouna.
      La censure est toujours un aveu d’échec, mais seulement dans un monde idéaliste, lequel, comme chacun sait, est en contradiction avec la réalité humaine.

      (J’écris cela d’autant plus volontiers que, à l’opposé, je suis interdit de séjour sur le site de Jean-Luc Mélenchon, uniquement pour m’être montré critique sur ses positions relatives à Poutine dans le conflit Ukraino-russe et sur l’action de la France contre la menace de talibanisation de l’ensemble du Mali en janvier 2013.)

      Jean-Marie Le 28 juin 2015 à 19:00
  •  
  • Je viens de lire les commentaires ... je suis attéré, affligé par leur indigence (pour ne pas dire la stupidité de certains).
    Depuis la victoire de Syriza et donc le début des négociations du gouvernement grec avec la troïka toute personne un tant soit peu honnête n’a pu que constater la mauvaise foi des représentants de cette dernière. Représentants de l’Union européenne, du FMI, de la BCE ont exigé que Tsipras s’asseye sur son programme et les voila tout esbaubi qu’il ne veuile plus jouer, qu’il demande au peuple souverain (du moins l’est-il normalement en démocratie) de trancher. Nous saurons dimanche 5 juillet au soir ce que le peuple grec aura décidé. Pour ma part je souhaite qu’il renvoie les eurocrates, les fmistes, les eurolâtres à leurs chères études et qu’enfin la volonté majoritaire d’un peuple soit respectée (contrairement à celle exprimée en 2005 par les français - qui se sont bien fait baisés par Sarko et Hollande soit dit en passant - ce qui explique pour une part le manque de confiance de nos concitoyens envers la "classe" politique française).

    Yves M. Le 28 juin 2015 à 01:54
  •  
  • J’inclus Maurice dans la liste des intervenants pollueurs : il est très souvent hors sujet, abuse régulièrement de copiés-collés sans toujours citer ses sources et joue continuellement au représentant de commerce de son officine, avec demandes permanentes d’exclusion de ce site de tous ceux qui ne lui agréent.
    J’aurais préféré qu’on ne traite ici que du courage d’Alexis Tsipras , de la gravité de sa décision et du tournant qui fera date dans la destinée de l’Union Européenne.

    Jean-Marie Le 28 juin 2015 à 15:54
  •  
  • totoLeGrand Le 28 juin 2015 à 16:31
  •  
  • Grand ou pas un zéro reste un zéro.
    Les choix de modération suivent-ils la ligne éditoriale ?

    Flutiot Le 30 juin 2015 à 12:24
  •