photo cc rufus
Accueil > Culture | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 6 décembre 2017

Arnaud Viviant : « Johnny, c’est l’artiste du peuple, quand celui-ci existait encore »

L’idole des jeunes devenue icône des vieux nous a quittés cette nuit, et le jour s’est levé sur une avalanche d’hommages. Que signifiait vraiment Johnny Hallyday ? Arnaud Viviant nous répond.

Vos réactions (75)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards. Finalement, Johnny est mort. Mais c’est possible, ça ?

Arnaud Viviant. Il n’est pas impossible qu’il ressuscite. Comme le chante Tom Petty dans Have Love, Will Travel : « Ceux qui en font aime le rock comme vous aimez Jésus / Ça fait la même chose à leurs âmes ». Voyez comment la mort d’Elvis Presley a longtemps été sujette à caution aux États-Unis. Hier, nous avons perdu un Immortel, Jean d’Ormesson. Bien qu’elle ne soit reconnue ni par l’Académie ni par la Pléiade, l’immortalité de Johnny est beaucoup plus probable que celle de l’écrivain.

Johnny au Panthéon, ça a du sens pour vous ?

Cette manie de vouloir mettre les gens au Panthéon ! C’est froid, lugubre, mal aéré, et personne ne vient vous voir ! Pour le reste, pourquoi pas. Johnny est une mythologie au sens où Roland Barthes l’entendait quand il expliquait par exemple que l’Abbé Pierre en était une.

Ce que Johnny mythologise, c’est la jeunesse. Dans l’idole des jeunes, le mot important n’est pas celui qu’on croit. La jeunesse est une invention de la seconde moitié du vingtième siècle, le concept n’existait pas avant la Seconde guerre mondiale, pas plus d’ailleurs que celui de génération. La jeunesse a sa culture, sa musique, ses modes vestimentaires et de consommation. Quelqu’un la symbolise : aux États-Unis, c’est Elvis, en Angleterre les Beatles. En France, c’est Johnny. Johnny est pour notre pays le visage et l’acte de naissance du concept de jeunesse.

En 1961, dans sa chronique télé, Mauriac écrit : « Ce frénétique a peu de voix. Le seul chanteur à ma connaissance qui articule mal. On ne perd pas un mot de ce que chantent les autres ; mais chez celui-là rien de perceptible que les cris d’un "delirium tremens" érotique, et érotique à froid. Ce paroxysme imité des Noirs est horrible chez les Blancs parce qu’il ne participe pas au sacré. Au pire de leur frénésie, les Noirs gardent le contact avec l’invisible. Mais cette pitoyable jeunesse qui hurle et qui casse tout, mais ces danses de singes méchants et obscènes… »

Trois ans plus tard, Johnny est au service militaire et Mauriac écrit, toujours dans sa chronique télé : « Quelle voix il a, et qui lui permettra de se renouveler. Plus je vis, et plus je me persuade qu’un grand succès, quand il dure, se justifie toujours, et que le public est infaillible. »

De quoi Johnny est-il le nom ?

De la jeunesse, on l’a dit, de la société de consommation, et bientôt de la France. Comme d’Ormesson d’ailleurs, Johnny est d’une francité qui ne s’exporte pas, car incompréhensible à l’étranger. Il n’est qu’à nous, quand Bardot par exemple, son unique rivale mythologique, appartient au monde entier.

Johnny n’était pas de gauche, mais l’écouter peut-il l’être ?

Je me souviens de ma colère quand il a saccagé la chanson de Michel Berger en : « On a tous en nous quelque chose de Jacques Chirac » ! Un odieux détournement politique ! Johnny, c’est l’artiste du peuple, quand celui-ci existait encore. Et donc l’artiste de la démocratie au faîte de son existence. De Raffarin à Sarkozy, les politiques populistes l’ont bien compris. Johnny était tout sauf un artiste politique, un chanteur engagé. Il n’était que le rock’n’roll en lui-même.

Vos réactions (75)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Johnny bof !

    irae Le 6 décembre à 19:47
  •  
  • D’ Ormesson bof ! Barbara bof, Brassens bof ; Brel bof !, ferré bof, ferrât bof

    Johnny était du peuple , et le peuple soit disant " disparu " achète toujours ses disques et remplit le stade de France.

    Alors ce que dit Mauriac ! il joue au PSG Mauriac ?

    buenaventura Le 6 décembre à 20:02
       
    • Une partie du peuple, seulement une partie. Je sais bien que l’amour rend aveugle mais tout de même ne tombons pas dans l’idolâtrie. Johnny c’est ma jeunesse mais je crois me souvenir que c’est en 1999 que j’ai acheté le seul disque de Johnny que je dois encore avoir dans un coin. Je ne suis jamais allé dans un concert. Je crois que nous devons être plus nombreux dans ce cas que l’inverse. Donc dire que le peuple achète ses disques ? Celui dont je parle plus haut a été vendu à 250 000 exemplaires.

      choucroute Le 8 décembre à 08:04
  •  
  • Qu’il repose en paix ! après avoir servi longtemps de mercenaire à l’impérialisme "culturel" US, en se chargeant à prix d’or d’introduire le Rock ’n roll en France pour endormir et enfumer une grande partie de notre belle jeunesse et la livrer aux délices d’un capitalisme consumériste aliénant.

    Jack H Le 6 décembre à 20:23
       
    • Bien envoyé ! mon Arnaud

      scro gneu gneu ! ce qu il lui aurait fallut c’est une bonne guerre a ce petit salopiot et écouter un peu Yves Montand , nom d une pipe en bois. et Jean Ferrat , au lieu de ces américains qui nous ont détraqués le temps avec leur fusée qui zenvoient dans la lune .
      Nous a la noël on avait une mandarine au pied du sapin et on écoutait pas cette quinarelle ! feignant , a la mine !

      buenaventura Le 6 décembre à 21:12
    •  
    • Les morts peuvent servir encore ! La disparition de Jaunny aura été l’occasion d’une écoeurante diarrhée médiatique sur fond de bannière étoilée US et de Rock"n roll d’importation, où l’on aura évoqué pêle-mêle, "l’union sacrée" des Français dans la macronie autour de son cercueil, l’entrée de sa dépouille au Panthéon républicain, pas moins ! Il est lamentable que L’Humanité " , elle-même, cédant à l’hystérie ambiante orchestrée autour de "l’idole- fabriquée-des jeunes", lui consacre demain un numéro spécial... Histoire sans doute d’augmenter son tirage confidentiel.

      René l Le 6 décembre à 21:44
  •  
  • L’industrie de produits de mauvaise qualité destinés aux masses a refilé du vin Gévéor et de la knacki herta à des générations de braves gens qui en redemandaient.

    L’industrie du showbiz s’est gavée avec les ventes de camions de disques de Johnny, une sorte d’Elvis sans le "mojo"et avec une dizaine d’année de retard (Elvis c’était en 1956, pas dans les sixtees..).
    Il plaisait surement aux "anciens" mais sa soupe musicale saoulait tout le monde en vérité, on se foutait tous de la gueule de jauni et de sa boite à coucou vers la fin des 80’s.

    Mais, preuve de plus de la droitisation de notre société depuis les années 2000 , la hype parisienne s’est mis à exprimer du respect pour ce chanteur. Puis tout le monde du spectacle a commencé à se tripoter devant le score de ses ventes de disques et des places de ses concerts.

    Johnny ne mérite pas de haine ni même de mépris mais il était vraiment le symbole du rêve américain en mode ultra bas de gamme et formaté par les pires bourrins du showbiz.

    Dans la musique populaire et commerciale ; Elvis Presley, Bob Marley, Charles Trenet ou Bowie et Michael Jackson ont vraiment du talent comparativement, il n’y a pas photo !

    Arouna Le 6 décembre à 21:30
       
    • Et le plus lamentable des arguments pour défendre ce genre de produit culturel, c’est bien de vanter son aspect populaire et de traiter de bobos ou de bourges les personnes qui n’ont aucune envie de se prendre une cuite au gévéor en s’éclatant sur « allumer le feu »..

      Il s’agit bien là de pure condescendance, la plus prolophobe qui soit en fait.

      Arouna Le 6 décembre à 21:57
  •  
  • Y’a dela joie, je vois...

    Arnaud Le 6 décembre à 23:43
       
    • Dans un magazine qui se veut différent, en rajouter encore à ce concert de lamentations, même avec cette petite pointe d’ironie digne d’un Jean D’Ormesson, me parait vraiment dispensable.

      Arouna Le 7 décembre à 09:14
  •  
  • a Arouna et René.

    Cela fait peur un tel décalage avec ce que peuvent ressentir, les millions de personnes qui vous valent bien et qui ce matin ont simplement eu un pincement au cœur de voir l idole de leurs parents, grands parents parfois , ou la leur , cet homme qui vient de décéder d un cancer.

    Vous avez pour ambition de vouloir accéder un jour au pouvoir et vous méprisez "ce genre de produit culturel" vous êtes décidément des alliés encombrants et hélas vous vous prétendez de gauche , la tuile ! .

    Johnny représentant et ambassadeur de la culture musicale américaine c’est lui faire beaucoup d honneur et lui
    faire porter un blouson trop grand pour lui.

    Mais comme pour Natacha polonI qualifiée "d insignifiante" a contrario de Lepage estampillé " drôle et profond" , dans une autre rubrique de regards , la bien pensance de Gôôche sévit encore une fois de plus ici.

    Il existe aussi en matière musicale un groupe de "penseur-censeur" qui dans ces tribunes , décrète ce qui est bon pour le peuple et pour son élévation. Donc Charles Trenet bien Johnny pas bien.

    Charles Trenet ? l’auteur de l’hymne des chantiers du Maréchal, « la marche des jeunes », et qui est allé chanter à Berlin, en 1943 ?

    Elvis Presley dites vous Arouna ? le même Elvis qui écrivait au Président Nixon pour lui demander d’être nommé « agent fédéral » afin de lutter contre la drogue et les communistes ?
    Reçu par Nixon en 1970 pour recevoir son badge de cop’s

    David Bowie ? celui qui a déclaré : « Un jour, je ferai de la politique car je veux être premier ministre. Je suis un partisan du fascisme : notre unique chance de nous sortir de ce libéralisme répugnant, c’est l’extrême droite, tyrannique et dictatoriale.

    Mickael Jackson ? : le noir qui a tout fait pour devenir blanc et qui était l’ami de Donald Trump ?

    bob Marley : respect ! un militant

    Choisissez mieux vos exemples Arouna , "comparativement en effet il n’ y pas photos " avec notre franchouillard Johnny !

    les pires bourrins du show byz rencontrent comme on le voit ici trop souvent , les pires bourrins de la politique.

    buenaventura Le 6 décembre à 23:54
       
    • [...vous vous prétendez de gauche...] dites-vous à l’adresse des gens que vous critiquez avec par ailleurs des arguments pertinents. Non, ils ne se prétendent pas de gauche. ils le sont. Etre de gauche est une opinion, non pas une vertu.

      Glycère Benoît Le 7 décembre à 03:23
    •  
    • Buenaventura :
      Je parle de musique populaire, commerciale et de qualité. Ce qu’on appelle la pop music ;

      la chanson « could you be love » de Bob Marley est un bon exemple de ce genre. Bob a réussi avec une rythmique disco, qui était dans l’ère du temps, en l’associant à une base de skank jamaicain qui suit une grille d’accords mineurs pas du tout « roots » mais presque « variète » à en faire une pure pop song.
      Grace à cette chanson pop, le monde entier a découvert la reggae music et s’est ouvert l’esprit à ce genre musical si riche ; c’est bien là le meilleur compliment qu’on peut faire à Bob.

      Michael Jakson et Reagan ? Ca n’a rien d’étonnant, et alors ?
      On parle de musique cher Buenaventura,
      j’étais personnellement plutôt fan de James Brown que de Michael Jakson. James Brown un très grand musicien qui s’était réclamé du black power dans les années 60/70. Pourtant la dernière fois que je l’ai vu c’était à Bercy vers 87 où le grand moment de son show fut le pénible tube « living in America » qui servait de bande son à Rocky IV. Cette chanson fut à peu près ce qu’il a eu de pire en terme de propagande pro USA version Reagan.. Non ?
      Bien pire que le pire de Michael Jackson et pourtant, rien que pour le voir rejouer sur scène ses classiques, j’avais payé ma place assez cher.

      Quand à Elvis.. on sait aussi qu’il s’était proposé pour travailler pour le FBI afin de dénoncer les hippies qui complotaient contre l’oncle Sam. Elvis était devenu un toxico parano.
      En attendant écoutez les enregistrements de 1956 chez Sun Records et son premier 33T chez RCA avec des chansons comme « mistery train », « my babe left me », « good rocking tonight », « hound dog » et bien sur le 1er tube de l’histoire du rock n roll « Tht’s all right » et vous comprendrez peut être ce qu’est une musique pleine de swing, puissante et sauvage comparativement à la lamentable lignée yéyé franchouillarde.
      Apprenez donc à faire la différence entre le Rock n’roll et les yéyés de merde que le showbiz nous refile depuis 1962. Après si vous ne voyez pas la différence entre Dick Rivers et Chuck Berry.. car après tout ; chacun ses goûts…

      Quand à Trenet, il fut politiquement encore pire que ce que vous pensez.. et son avis sur les Africains je n’en parle même pas. Mais ses chansons sont magnifiques et parfaites tant au niveau du placement de la voix, des textes que des arrangements musicaux. Je l’ai vu au Paléo festival faire s‘émerveiller un public aussi varié que des fans de dancehall et des amateurs de heavy metal.

      Les artistes ne sont pas tous aussi lucides que Pasolini cher buenaventura.
      Thomas Sankara, qui fut le dernier grand révolutionnaire communiste après Fidel, était fan de Michel Delpech et fit venir ses proches pour le faire jouer à Ouaga avant d’être assassiné.

      Je suis moi même guitariste et j’ai joué pas mal de temps dans un groupe alterno des années 80/90 et je ce que je "kiffe" plus que tout c’est la musique des maliens du Wassoulou, celle qui vient des chasseurs Donso.

      Sinon je ne suis pas de gauche mais ; communiste, marxiste sankariste et Melenchon compatible.

      Et pour Johnny ; que la terre soit légère.

      Arouna Le 7 décembre à 07:46
    •  
    • Quels bande d’amateurs vous me faites et vos choix musicaux sont d’une puerilitée consternante.
      Moi aussi, j’ai fait 13 ans de guitare, joué dans des groupes, fait un album, mais Pfff, c ’était de la confiture. Il y a bien longtemps que je n’écoutes plus que du classiques et me suis mis dernièrement au Piano pour tenter de jouer du chopin.

      Nous n’avons pas les mêmes valeurs.

      Mais , tout comme les Francais, moi aussi, je suis très triste de sa disparition, pour lui, et pour le peuple dont il était très proche et dont il a consacré toute sa vie.

      bdpif Le 7 décembre à 13:35
  •  
  • Je n’appréciais ni "l’idole des jeunes" et encore moins le personnage de Jean-Philippe Smet. Peu importe. A chacun ses inclinations.

    Cela étant, la bouillie dithyrambique à n’en plus finir, l’unanimisme intense qui sévit de toute part suite à la disparition de "Johnny", cette quasi déification de ce type, cette nécessité d’un deuil national, bref tout ce tympanisation à outrance participe de cet enfumage général, à ce relativisme culturel qui profite grandement à ceux qui le diffusent.

    Babeuf

    babeuf Le 7 décembre à 08:36
       
    • Qu’ils nous mettent 3 jours de deuil national avec les drapeaux en berne et tout le tintouin si ils sont si affectés que ça ces tartuffes, on s’en branle !

      Mais alors avec 5 jours de congés payés et QUADRUPLE SALAIRE pour tous ceux qui bosseront quand même ; chez amazon, auchan, decathlon, fnac, mac do, apple store et tout et tout..

      Arouna Le 7 décembre à 08:58
    •  
    • @Arouna

      En vous lisant vous avez tout le profil d’un parfait petit intermittent du spectacle, sans succès, médiocre, et donc payé inutilement par l’état.
      Essayez avec votre guitare de lui arriver à la cheville à Jonny Hallyday.

      Rien qu’en un concert, il réunissait plus de gens que dans toutes vos plus grosses manifs de votre pseudo mouvement FI machin.

      De grosses larmes de la part de la gauche à Jonny, c ’était l’homme du peuple, de tout les courants politique.

      bdpif Le 7 décembre à 13:26
    •  
    • @bdpaf Tu ne sais même pas écrire Johnny et tu aurais fait 13 ans de guitare, un album avant de te mettre au piano pour jouer du Chopin ! Tu es surtout fan de la chopine et de Johnny Walker !

      René-Michel Le 7 décembre à 18:33
    •  
    • Bdpif..

      où tu as entendu raconter que l’état finançait les intermittents du spectacle ?

      Dans les meetings de Marine ? tu es invité chez Copé en Week-end ?

      La cotisation ça te parle ?
      Tu a entendu parler de salaire différé ?

      Vu ton niveau stratosphérique tu dois simplement répèter ce que tu as vu devant ta télé ou sur le site de soral.

      J’ai été 15 ans intermittent du spectacle, en effet, et j’ai cotisé beaucoup et pour tout le monde, pour Johnny comme pour toi si tu était déclaré comme musicien mon poulet.

      Arouna Le 7 décembre à 19:21
    •  
    • Quand j’étais intermittent, j’ai vraiment adoré mon métier de musicien qui m’a permis de voyager pour des concerts ou des enregistrements, de rencontrer des gens super et attachants, aussi bien dans la France profonde que dans les clubs de Montréal ou dans les squats Bernois.

      Mais il faut reconnaitre qu’on côtoie également un nombre assez élevé de connards prétentieux dans ce monde là par contre.

      Et je suis heureux d’avoir bifurqué il y a 20 ans déjà et changé de milieu professionnel pour un environnement plus humble, car côtoyer le showbiz peut facilement rendre dingue ou aigri en effet.

      Et pire que tout, je ferais peut être maintenant partie partie de la bande d’allumés de la secte des courtisans de Johnny..

      Arouna Le 8 décembre à 08:25
  •  
  • C’est pas le sujet, pépère, et ne pas confondre un meeting politique avec un spectacle organisé par le showbiz s’adressant à un public captif qui lui apporte son fric.les appels de la prétendue "idole des jeunes" ( lesquels ?)à "allumer le feu" n’ont jamais fait trembler qui que ce soit, ni ébranler les fondements du capitalisme, bien au contraire.

    Rony B Le 7 décembre à 13:45
  •  
  • @bdpif

    Je ne sais si votre post de réponse s’adresse à moi ou à Arouna. Si c’est à moi, alors j’admire votre don extraordinaire de savoir qui je suis, fût-ce un "petit intermittent du spectacle, sans succès" etc. Il transpire de votre propos un tel mépris que c’est vous qui êtes méprisable à l’égard de gens qui travaillent dans le spectacle, aux conditions de travail que je vous invite à bien connaître avant d’écrire ce que vous écrivez.

    M. Jean-Philippe Smet ne fut pas le seul à réunir des foules de gens. Laissez les manifestants en dehors de cela, ce n’est pas du même ordre. Quant au disparu, je vous invite aussi à réécouter tous ces propos au sujet du "peuple" et ceux à caractère "politique". Vous pourrez juger de son positionnement depuis plus de 50 ans. Enfin, si je n’ai pas la capacité de jouer de la guitare, ma valeur vaut aussi bien celle de "Johnny" qui, dans mes domaines de compétences ne me serait pas arrivé à la cheville.

    Mais enfin, dussé-je me répéter, chacun a droit à ses inclinations et ne peut que vous inciter à relire le reste de mes lignes antérieurs.

    Je vous laisse à votre "idole", idole(s) dont je n’ai nullement besoin pour vivre.

    Babeuf

    babeuf Le 7 décembre à 13:50
  •  
  • Bonjour,

    Je ne vois pas très bien, pourquoi il faudrait que chacun soit bouleversé de la mort de ce chanteur, mortel comme les autres. Personnellement, je suis beaucoup plus interpellé par ce gamin Dylan dormant pour l’éternité sur le ban d’une plage que par le décès de ce produit marketing atlantiste et qui a passé sa vie sans jamais être pertubé par le malheur des autres. En gros on s’en tape !!!!

    ecureuil66 Le 7 décembre à 14:24
  •  
  • La suite...
    l’Humanité qui lui rend hommage en écrivant qu’il laisse derrière lui tout un peuple orphelin... on répond nombreux à l’Humanité que non seulement il n’a pas à parler au nom du peuple mais de plus que nous nous sentons pas du tout orphelin !
    J’aurais bien aimé l’écrire directement en commentaires sur ledit journal mais il n’est plus possible de rédiger un billet qui va à l’encontre de ce que les moutons attendent de ce journal. Ce n’est pas un médiateur qui est à la manoeuvre mais UN CENSEUR ! Faites en l’expérience vous ne serez pas déçu...
    Ce journal est devenu le journal des apparatchiks !

    ecureuil66 Le 7 décembre à 14:36
       
    • Je suis de ceux dont les commentaires sont systématiquement rejetés par le "modérateur" de "L’Humanité". Pourtant ils n’écorchent pas la langue française ni n’écornent la déontologie ou la bienséance.
      Il est cocasse de voir la rédaction de ce quotidien qui fut "communiste" sombrer dans le culte des morts à l’occasion de la disparition d’un artiste. Fabriqué par le showbiz de A à Z, ce dernier aura bâti sa fortune en enfumant la conscience politique de ses fans à coup d’américonneries et en fraudant le fisc. Requiescat in pace ! ( qu’il repose en paix )et tirons l’échelle.

      Romain V Le 7 décembre à 19:00
    •  
    • Les patrons de l’Huma d’aujourd’hui se sentent bien plus concernés par le renouvellement des contrats pub par Areva que par Marx et la lutte des classes.
      C’est comme au PCF version 2017, plus on monte dans la hiérarchie et moins on a de chances de rencontrer un communiste.

      Arouna Le 7 décembre à 19:53
    •  
    • Il manque à LFI ce que Marchais avait...des racines prolétariennes...Les intellos de LFI ne comprendront jamais ce que cet ouvrier avait compris...Oui j’espère que la conception qu’a LFI du peuple existe.....

      Dominique FILIPPI Le 9 décembre à 09:14
    •  
    • Filippi !
      Intello est un encouragement pour moi qui ait un CAP pour tout diplôme, et puis intello ou ouvrier sont des compliments pour le communiste que je suis.
      Vous ne semblez pas être un suppôt du FN, mais on pourrait s’y méprendre car mépriser les "intellos" fait partie des fondamentaux de la propagande démago des fascistes à toute époque.

      Vous jouez la carte populiste alors ?

      Quel rapport entre Marchais qui était à la tête d’un grand parti qui venait de battre son record de voix aux élections de 69 avec Jacques Duclos et qui sous son patronage n’a pas arrêté de perdre des adhérents et des votes ?
      Quel rapport avec Melenchon, lui qui n’est parti de pas grand chose, dissident PS, ça ne le fait pas vraiment comme CV, et malgré ce passé peu glorieux, il a réussi à refaire se ré intéresser les JEUNES et les blasés aux idées socialistes, Pour vous c’est visiblement méprisable mais moi, rien pour ça, je dis bravo !

      Besancenot avait un truc à faire début 2000 pour réunir tout le peuple de gauche et il a merdé, son parti a recommencé avec les rivalités à la ramasse, dans votre genre : « Ruffin oui, La méluche non ! » Nananère et bla bla bla…

      Et puis Melenchon n’est que le porte-parole du mouvement, ils sont nombreux à en avoir dans la courge et à aller au charbon à la FI, pourquoi les opposer ?
      Méluche me plait parce que c’est un bagarreur, il ne se contente pas d’encaisser les coups, il est opiniâtre, intelligent et il cogne fort et c’est important pour représenter le mouvement des insoumis qui associe des gens très divers pour lutter ENSEMBLE.

      Au niveau de la ligne ; Melenchon n’est pas un modèle pour moi, c’est un social démocrate keynésien qui veut un partage des richesses, moi je suis pour une autre création de richesse, une création communiste de valeur.
      Mais il avance dans le bon sens, et le moment est très important parce que vu la cata, il vaut mieux avancer de 10 centimètres en vrai que de 500 kms dans des interminables digressions utopistes.

      Et puis le fiel ? Il n’y a pas de fiel ! On est en colère ! j’ai la lacrymo et les nassages du printemps 2016 qui ne passent pas, ça me remonte et ça motive de jour en jour mon envie de cogner alors quand je vois ces manipulations de masses qui ont pour but d’endormir toute conscience politique en jouant sur l’émotif, ça amplifie cette colère.

      C’est très facile de jouer au sage en relativisant cette atmosphère dégueulasse de manipulation des foules avec du Johnny ou n’importe quel autre connerie footballistique qui confortent tous les macrons/ sarkozy au pouvoir.

      Arouna Le 9 décembre à 18:08
  •  
  • @ écureuil,

    Tout à fait d’accord avec vous. Voilà un type à qui l’on pense faire des funérailles nationales (chiffrer le coût au contribuable SVP). Victor Hugo eut droit à cet honneur, par exemple. j’apprends ainsi que "Johnny" est à la hauteur d’un Victor Hugo. Voilà où nous mène ce grand relativisme culturel. Rendre hommage à un type qui fut tellement du "peuple", qu’il le méprisa par ses déclarations bien de droite, qui planqua du fisc dans les paradis fiscaux (ça c’est citoyen, coco !) ! j’en arrête là. Maintenant qu’un quotidien "communiste" censé être dans une ligne marxiste, censé combattre les fraudeurs de toute sorte et surtout censé combattre l’aliénation et qui titre dans son numéro du dimanche "Johnny, une passion française", ça il fallait le faire.

    Beau reflet triste d’une époque de Grande Régression.

    Babeuf

    babeuf Le 7 décembre à 15:02
       
    • C ’est normal que l’huma en fasse la une. D’une part, c ’est un journal d ’actualité, et d’autre part Johnny à joué à la fête de l’huma dans les années 70, ou 80.

      bdpif Le 7 décembre à 22:49
  •  
  • Le poids des affects est devenu trop important dans notre société. L’émotion guide les peuples via la puissance médiatique. C’est le reflet amplifié de notre époque.
    On peut se demander ce qu’il reste pour la réflexion.
    La juxtaposition médiatique d’événements brouille la compréhension.
    Je refuse cependant les jugements méprisants contre Johnny et son public. 60 ans de carrière sans talent ? Impossible.

    BERTHIER G Le 7 décembre à 16:01
  •  
  • Je souhaite a tous les "aigris-intellos-penseurs" qui sévissent par écrit dans "regards" d ’avoir eu dans leur vie étriquée et banale ne serait ce qu un centième des émotions et rencontres qu a pu faire Johnny Hallyday .

    Faire le bœuf avec Jimmy Hendricks ; se faire écrire des chansons par Goldman, Aznavour, Michel Berger et Etienne Roda Gil , Chedid, Miossec.

    Jouer au théâtre .

    Avoir été marié avec Nathalie BAYE , tourner avec Godard , Lelouch , faire les premières parties de Raymond Devos
    remplir plusieurs fois le stade de France, parc des princes , champ de mars et finir par emmener 5000 fans a las Vegas !.

    Figurer comme Co pilote et terminer le Paris- Dakar , Traverser deux fois les états unis a motos .
    presque 60 ans de carrière , 50 albums .

    Est ce pour cela qui lui faut des funérailles nationales ?

    surement pas, mais pas plus que les sarcasmes de la part de type dont la plus grande gloire et talent se limite souvent a chanter dans une chorale et a regarder la télé.

    buenaventura Le 7 décembre à 18:21
       
    • Si c’est du premier degré, vous méritez une médaille de la vierge Marie.

      Arouna Le 7 décembre à 19:29
    •  
    • Le jeune de la poste qui distribue le courrier dans ma rue n’a peut être pas tapé le bœuf avec Eric Clapton ni partagé son lit avec une actrice célèbre, encore moins participé à cette saloperie coloniale de Paris Dakar mais il a toujours un avis intéressant, une très fine compréhension du monde, qui n’a rien à envier à un grec ancien.

      Arouna Le 7 décembre à 20:42
    •  
    • Et en plus, a moitié Orphelin.

      Il est arrivé à son état de popularité car il y mettait toute son ame pour son public.

      Tentative de suicide aussi, etc ...

      Jusqu’au bout, il aura voulu finir son album.

      Respect total.

      bdpif Le 7 décembre à 23:28
    •  
    • Une question à tous ceux qui prétendent que même si on ne l’apprécie pas, on est obligé de s’incliner et de reconnaitre la dimension gigantesque de l’œuvre de l’artiste Johnny Halliday :

      Allez en Allemagne, en Angleterre, en Espagne, en Suède, je ne parle même pas des États unis ou de la Chine..
      Et demandez aux habitants de ces pays si ils ont entendu parler de Johnny, si ils savent que c’est un grand chanteur français..

      Qui est prêt à parier un billet ?

      A part en France, personne ne connais Johnny.

      Par contre dans la plupart de de ces pays ils connaissent Django Reinard, Piaf, Daft Punk, Gainsbourg, les Gipsy King ou Jean Michel Jarre et la Mano Negra...

      Ah oui, pardon.. j’avais oublié que Jimy Hendrix avait repris "Hey Joe" de notre Johnny National..
      Ah ah ah !

      Ce pays est en train de devenir dingue, je ne me rappelle pas d’une telle vague de délire total à la mort de Cloclo ou de Coluche.

      Arouna Le 8 décembre à 02:52
  •  
  • @Buenaventura,

    Parce que selon vous, une vie réussie est nécessairement celle de Hallyday avec tout ce que vous lui prêtez ? Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que d’aucuns et d’aucunes au regard de la vie de Hallyday auraient une vie "étriquée" ? Que savez-vous des "rencontres" et des "émotions" des autres ? Que signifie ce mini inventaire à la Prévert, ce quantitatif nécessairement synonyme de qualitatif ? De quel droit vous arrogez-vous la possibilité de porter des jugement de valeur sur les joies, les sources de bonheur (fussent-elles "simples")sur celle de vivre que chacun définit à sa façon et ses possibilités ?

    Vous avez, sans l’ombre d’un doute, entièrement le droit d’apprécier ou d’avoir apprécié ce chanteur et personnage, comme moi j’ai le droit sans l’ombre d’un doute également de ne pas apprécier ou de n’avoir pas apprécié le chanteur et encore moins le personnage. Quant aux funérailles nationales, je vous renvoie à ce que j’ai écrit plus haut.

    Babeuf,
    un "aigri-intello-penseur" qui trouve sa vie plutôt sympa à maints égards et au sujet de laquelle, je ne livrerai ici aucun aspect.

    Babeuf Le 7 décembre à 19:23
  •  
  • je n’ai jamais acheté un disque de Johnny ni assisté à l’ un de ses concerts, ma musique c’est latinos, celtique et quelques groupes progressifs, rock et bien sur Neil Young .

    C e que je lui reconnais c’est sa dimension, son talent de chanteur et sa vie bien remplie , pour un " con " comme le pense bcp d intellos c’est déjà pas mal, voir mon inventaire non exhaustif .

    Dans un autre registre et sans l’enterrer avant l heure , Bernard tapie, "l affairiste" c’est une coupe d Europe de Foot , un record de vitesse de traversée a la voile, plusieurs tour de France, du théâtre , du cinéma , de la chanson , ministre .

    Ces deux types, ne sont pas de gauche, pas toujours sympa et surement très menteurs, mais ils ont de la moelle.

    Comme vous je n’ aï pas a étaler ici des échecs ou des réussites .

    Je ne suis ni une groupie , ni un frustré envieux, mais je me suis toujours fait un point d honneur a ne pas nier et dénigrer les résultât et réussites des gens qui ont entrepris ce que les "aventuriers " de canapé se sont bornés a critiquer.

    buenaventura Le 7 décembre à 20:35
       
    • Très bon résumé.

      bdpif Le 7 décembre à 23:07
    •  
    • @Buenaventura

      Tapie, le fraudeur, tricheur, corrupteur et liquidateur de sociétés, Tapie, une référence morale de premier plan, en effet.

      Babeuf

      Babeuf Le 8 décembre à 07:18
  •  
  • Johnny a su ratisser large.
    1963 : Johnny verse son cachet aux mineurs en grève.
    1979 : Idem aux sidérurgistes en grève de Longwy
    1985 : Concert à la Fête de l’Humanité. Aux journalistes qui lui expriment leur stupéfaction, il répond : « Je ne vois pas pourquoi je ne chanterais pas dans une fête d’un Parti communiste ».
    2007 : Il fête la victoire de Sarkozy au fameux diner du Fouquet’s.
    Entre temps il aura soutenu les candidats de droite : Giscard, Juppé, Chirac.

    Sacré Johnny !

    Et déjà la récup politique est en marche. Macron va lui organiser des funérailles nationales afin de séduire les classes populaires, absentes de sa base sociale.

    Durruti Le 7 décembre à 22:45
       
    • Boarf, toujours des corbeaux autour des cadavres.
      Macron n’a rien à faire dans cette histoire.
      Johnny choisissait ses politiques, là, macron s’invite ... sans avoir le consentement de Johnny lui même.

      bdpif Le 7 décembre à 23:10
    •  
    • En effet Macron n’aurait pas eu son consentement car Johnny s’était fâché avec Sarko quand celui-ci avait évoqué la chose alors que Johnny était malade (fin des années 2000, je crois).

      Durruti Le 8 décembre à 18:59
  •  
  • En pleurant sur Johnny on pleure sur sa jeunesse ...sur ses échecs...sur la nostalgie de l’époque blouson noir...vous savez l’époque où les racailles étaient bien blanches...et ne votaient pas FN....On pleure sur soi et sur ses illusions piétinées....On pleure aussi sur les dernières fautes politiques de JLM et Corbière à ce sujet.....TOUT N’EST PAS POLITIQUE dans la quête du bonheur...

    Dominique FILIPPI Le 8 décembre à 08:16
       
    • N’importe quoi.. les blousons noirs étaient autant, voire plus facho que la moyenne.

      Pendant la guerre d’Algérie beaucoup avaient choisi leur camp, celui des paras violeurs, tout comme leur modèle absolu : les hell’s angels, ces ordures, qui agressaient au marteau les manifestants anti-guerre du Vietnam.

      Vous avez trainé un peu sur les fortifs ?
      Pas moi, trop jeune, mais dans ma jeunesse je me suis marave plus d’une fois avec les petits frères de ces "loubards" américanises et ces petits bâtards étaient tous passés en mode skin FAF dans la rue.

      Qu’elle est pathétique cette nostalgie des sixties..

      Ce pays macronisé pue décidément le conservatisme et la mort.

      Vive le futur et la révolution !

      Arouna Le 8 décembre à 09:40
    •  
    • @Arouna Le 8 décembre à 09:40

      Ce qui est excessif ne compte pas.

      Dominique FILIPPI Le 8 décembre à 13:53
    •  
    • Dominique Filipi

      Continuez de pleurez si ça vous chante.
      Ce sont vos enfants qui vont pleurer, ils auront une bonne raison avec ce que macron leur prépare comme avenir.

      Tant que vous y êtes, allez accompagner vos collègues pleureur-ses sur les Champs Élysée.

      Macron, il ne pleure pas lui, il sait qu’avec sa mascarade il va gagner quelques points avec le populo, qui n’était pas son électorat à la base.

      Tous les chiens de garde pourront se foutre encore de nos manifestations contre la loi anti-travail en comparant les chiffres de la police avec la marche pour Johnny.

      Vous méritez macron et johnny, vous êtes un symbole de l’époque.

      Arouna Le 9 décembre à 08:02
    •  
    • Je confirme...ce qui est excessif ...ne compte pas ou ne compte plus...çà vaut aussi bien pour vous que pour Mélenchon...qui n’ont rien compris à ce fan des USA que fut Johnny..... J ’attends mieux. La vraie gauche doit aller voir du coté de Quatenens, Autain, Bernalicis, Ruffin, Girard. Pas du coté des anciens trotskistes du PG qui fonctionnent par a priori idéologiques...Si le million qui se pressera sur les Champs...c’est un million de cons ou de subvertis ou d’acculturés ou de déculturés.....alors ce n’est même plus la peine d’espérer quoi que ce soit de notre peuple....Les tweets ou post de Facebook de Corbière et Mélenchon ...surtout leurs rectificatifs désolés...en disent long sur le chemin qui reste à parcourir pour gagner la confiance d’une majorité de citoyens. Maintenant ...si vous êtes assez sot...pour penser que je n’ai pas l’âme autant à gauche que vous...continuez à déverse votre fiel....ce qui est excessif ne compte pas....

      Dominique FILIPPI Le 9 décembre à 09:09
  •  
  • L’office religieux sera le seul moment d’humilité dans le cérémonial en hommage à Johnny Hallyday : il rappelle que nous sommes tous égaux devant Dieu.

    Glycère Benoît Le 8 décembre à 08:18
       
    • Ah ca c’est ben vrai ....mère Denis-je....

      Dominique FILIPPI Le 8 décembre à 09:21
    •  
    • L’église de la Madeleine, un moment d’humilité ? Et en plus, sur invitation, le show bizz, les politiciens, les médiacrates, entrepreneurs, banquiers et autres adeptes des paradis fiscaux...égaux devant une chimère. Tu parles d’une humilité et d’une égalité attrapes couillons !!!

      René-Michel Le 9 décembre à 23:54
    •  
    • @René-Michel. Le sens d’un office religieux ne dépend pas de l’église où il se tient.

      Glycère Benoît Le 10 décembre à 18:10
    •  
    • Faire prendre des vessies pour des lanternes ! la formule aura retrouvée tout son sens au moment des obsèques nationales et grandioses de Johnny Halliday. Oubliées toutes les vilenies du temps présent : les exploiteurs du bon peuple, les prédateurs, les fraudeurs et les magouilleurs en tous genres et en col blanc qui sont aux manettes.Un déluge médiatique avait convié des millions de français à une "union sacrée" des classes populaires, moyennes et supérieures derrière le corbillard d’une vedette du star système. Cerise sur le gâteau, nous avons eu droit à l’alliance démonstrative du politique et du goupillon. En résumé une beau condensé consensuel de la France dite "profonde" ( selon JM Rouart du Figaro), droitisée, infantilisée, consumériste et versatile : "aliénée," comme le disait le vieux Marx, par 30 années de contre-révolution conservatrice.

      Benoît F Le 11 décembre à 10:08
    •  
    • @Benoît F. Vos concitoyens qui ont des opinions de droite ne sont pas infantiles. Ils sont vos égaux sur un triple plan : intellectuel, moral et juridique.

      Glycère Benoît Le 11 décembre à 10:26
    •  
    • Glycere B, dire de pareilles sottises sur l’égalité, l’intelligence etc... que nous aurions tous en partage , qu’on soit de gauche ou de droite, montre bien que vous n’avez jamais vu les jours d’élection les processions de petits vieux, le bulletin de vote déjà à la main,conduits à l’isoloir ou même directement à l’urne, par les" bonnes soeurs" de la maison de retraite...Quant aux jeun"s, combien ne sont pas inscrits sur les listes électorales et n’en n’ont rien à cirer du droit et du devoir électoral et plus récemment encore, des ordonnances Macron qui détruisent le code et le contrat de travail ? Et il est sûr qu’il y en avait plus derrière le corbillard de Johnny que dans les manifestations syndicales de cet automne.

      DANIEL C Le 11 décembre à 10:51
    •  
    • @Daniel C. Dire que nous soyons tous égaux quelles que soient nos opinions politiques est une sottise ? Première nouvelle. Je l’ignorais. Probablement n’ai-je pas autant de culture politique que vous, ce qui au demeurant ne me fait pas déchoir de mes droits.
      Pour le reste je n’ai jamais vu de petits vieux, le bulletin de vote à la main, conduits en procession à l’isoloir par des employés des maisons de retraite. Jamais. Je n’ai vu que des électeurs se rendant à l’isoloir avec plusieurs bulletins afin de choisir, à l’abri de tout regard, pour qui voter.

      Glycère Benoît Le 11 décembre à 11:11
    •  
    • Glycère B ,en théorie , oui, nous sommes tous" libres et égaux" , mais être tous intelligents et tous fraternels, c’est à voir ! Vous confondez le "pays légal" et le "pays réel", " la république bourgeoise" et la république sociale"...et finalement vous mettez un trait d’égalité entre les maitres et les valets, les dominés et les dominants, les exploités et leurs exploiteurs, sans doute parce que vous croyez à ce paradis où les premiers seront les derniers.
      s’agissant du droit de vote, il apparaît que nous ne sommes pas dans la même bureau de vote, ni dans le même quartier, ni dans la même localité, ni dans la même circonscription ( dont je vous apprend sans doute que le pouvoir politique peut en faire varier l’étendue et la composition sociologique et électorale à son gré : cela a pour vilain nom "le charcutage électoral").
      Enfin quant à nier que, jusqu’à présent, la droite politique et médiatique est parvenue à maintenir l’état des choses et le pouvoir de nuisance des détenteurs du capital , en persuadant les seniors que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes en attendant la fin, et une grande partie de notre belle jeunesse qu’il vaut mieux pleurer Johnny plutôt que la fin du Code du travail et du Smic, c’est à tout le moins faire preuve d’un angélisme confondant, ou pire, d’inconscience politique..
      Votre angélisme (?) est confondant.

      Daniel T Le 11 décembre à 12:27
    •  
    • @Daniel T. Nous sommes tous égaux en droit, je ne dis pas que nous sommes tous égaux sur le plan des qualités intellectuelles ou physiques, qui sont naturelles. Je m’étais simplement inscrit en faux contre l’idée que les gens de droite sont moins intelligents que le gens de gauche, toutes choses égales par ailleurs. C’est cela qui est à voir. Il n’y a aucun angélisme à le faire remarquer.

      Glycère Benoît Le 11 décembre à 13:10
  •  
  • je vous rejoint Arouna c’est bien différent désormais.

    Les capuches et les survêtement NIKE, et les autres marques , North face , portés par les "décrocheurs scolaires " ne sont pas malgré le culte des marques a comparer aux blousons perfecto US.

    C’est comme pour les voitures , porche Cayenne ou Audi , ce n’est en rien comparable a une Harley ou une Cadillac.

    Ces "jeunes" qui commettent ( péchés de jeunesse ) , quelquefois des "incivilités" sont a ce point anti américains qu ils vont jusqu’à narguer l hydre US en se gavant de MAC do , de coca . Sans compter la bouffe tex mex.

    Idem pour la musique , fini le rock ,vecteur de l impérialisme US, les gansgsta- rappeurs cote ouest US ( adulés par cette jeunesse révolutionnaire , ont abandonnés le Bling Bling et respectent plus les femmes que ces salauds de yéyé.

    C’est a ce pont vrai que le voile " élément de féminité d’après une " sociologue "madame Diallo ( voir rubrique midinale dans regards), remplace la mini jupe que les rockers imposaient a leur gourdes de compagnes.

    Evidement rien de comparables , si ce n’est que la connerie est intemporelle et que les "blousons noirs " d hier était ni plus ni moins aussi "bourrins et fachos" que les racailles d aujourd’hui.

    Les modes changent mais la bêtise reste la même et Johnny n y est pour rien.

    buenaventura Le 8 décembre à 14:03
       
    •  ?
      Qui a prétendu que les rockers en Harley c’est pas bien et que les cailleras en porche Cayenne c’est cool ?

      Pourquoi opposer le Hip hop au Rock ?
      Les 2 genres sont extrêmement riches et variés, il me semble, et on y côtoie le meilleur comme le pire.

      Mais à ce propos, pour être entouré d’amateurs de rap, j’affirme que le niveau du rap français, au sujet des textes, est nettement supérieur à celui des paroles des chanteurs yéyé.

      Chanteurs qui n’y étaient pour rien car il n’était même pas question qu’ils écrivent quoi que ce soit ; Barclay, Philips et Cie avaient des potes auteurs à faire manger et ce n’était pas du Brassens qu’on leur demandait d’écrire pour Sheila et les « copains ».

      Et sinon, qu’est ce qui vous permet d’affirmer que la bétise est la même aujourd’hui qu’il y a 40 ans ?
      vous disposez de données fiables ? vous êtes scientifique ?
      Vous pensez qu’elle est éternelle, que c’est dans la nature humaine ?

      Pas moi.

      Vous m’avez surtout l’air d’être sous le charme de ces philosophes inquiet-es qui défilent sans cesse sur tous les plateaux télés.

      Bon WE

      Arouna Le 8 décembre à 16:19
  •  
  • Ben ouiche, pourquoi le Johnny , il ne serait pas allé pousser sa chansonnette à la fête de l’Humanité quand le PCF pesait électoralement 20% au lieu de 1,7% aujourd’hui et faisait encore peur à Yvon Chotard de CNPF (ancêtre du Medef) ?
    À l’époque,le PCF ratissait large dans "les masses populaires" et le Johnny n’allait tout de même pas cracher sur un public en or qui lui assurait ses fins de mois. Le jeunot franco-belge n’ en avait alors rien à cirer du petit nombre des nantis du XVIe , de Passy ou Neuilly et de la tire-lire de leur jeunesse dorée.
    Après, ce fut tout autre chose : devenu milliardaire du disque et du CD, valeur sûre du show-biz et favori des médias-people qui cultivaient son image avantageuse de" bête de scène" inoxydable, soutien indéfectible de la droite française et américanophile jusqu’au bout des bottes, il vit ses exils fiscaux et ses frasques pardonnés... Fermons le ban !

    Ricardo M Le 8 décembre à 14:05
  •  
  • Johnny a fait mieux que Mélenchon et LFI sur les Champs Élysées ! il a réussi post mortem à fédérer "le peuple" le temps de ses obsèques grandioses et cathartiques. Il est probable qu’il y avait là beaucoup des victimes ordinaires de ce système économique et politique qui avait le soutien de Johnny et que Macron représente aujourd’hui : le capitalisme néo libéral... La puissance et la gloire seront du côté des riches aussi longtemps que les dominés loueront leurs seigneurs !

    Alain P Le 10 décembre à 08:31
       
    • +++
      Bien résumé le grotesque de la situation...
      Les fameux 99% qui montent à Paris sanctifier un des joujous des 1%.

      Arouna Le 10 décembre à 09:04
    •  
    • Johnny a fait mieux que Mélenchon et LFI sur les Champs Élysées !

      Vous me rappellez qu’avant les elections, j’avais ecrit sur ce journal, dans les commentaires, que même Johnny rassemblait plus de monde que Melenchon, et qu’il serait plus propice que ce soit Johnny Hallyday qui se présente à sa place.

      bdpif Le 10 décembre à 10:45
  •  
  • @Alain P

    Comme je vous donne raison !

    Babeuf

    babeuf Le 10 décembre à 10:06
       
    • @Arouna

      En tout cas à vous lire les LFI, sur la mort d’un grand artiste Populaire ; j’ai vraiment envie de retourner au PS, finir chez Macron voir dériver à Droite, pourquoi ?

      Parce que je ne veux plus d’un système qui favorise les intermitents du spectacle dans leur déplacements à l’étranger, leurs vacances, leur manque de talent et leur inutilité dans cette société. Je ne veux plus d’un système avec des retraités de la fonction Publique qui en appelle à la mobilisation des ouvriers alors qu’eux n’ont jamais connu un patron. Un ensemble de gens qui crachent sur le cadavre d’un artiste et cherchent à en faire de la récupération politique.

      bdpif Le 10 décembre à 11:03
    •  
    • Bdpif !
      Ah ce brave Bdpif,

      Je pourrais essayer de t’expliquer ce que c’est de démonter une scène sous la pluie à 3 heures du matin avant de se taper 600 bornes en camion et de la remonter pour le soir suivant.. mais bon.. tu as l’air si bien informé sur la vie des intermittents.

      Petite suggestion mon poulet ;

      Avec des potes intermittents on va monter une petite tournée en hommage au King franco-belge.

      Ce sera super sympa, il y aura Balkany, Sarko et Roselyne Bachelot qui animerons les espaces entre les chansons, pendant les changements de costume.

      On va se concentrer sur les iles ; Caïmans, les Bermudes, Guernesey, la Barbade, les bahamas et nous achèverons le King tour à St Barth, bien sûr !

      Si ça te dit tu n’as qu’à prendre ton billet, ce sera super populaire, pas le genre prise de tête intello avec les frustrés jaloux qui crachent sur la grandeur de la France.

      Arouna Le 10 décembre à 13:27
  •  
  • @Bdpif

    Nous ne devons donc pas connaître les mêmes intermittents du spectacle.

    En ce qui me concerne, je ne suis animé par aucune intention de cracher sur le cadavre d’artiste quel qu’il soit.Un artiste, on l’aime ou non. Acceptez que, comme d’autres ( et pas forcément tout un "peuple", abus langagier), je n’aie jamais apprécié Hallyday que ce soit comme artiste ou comme personnage.

    Permettez aussi que d’autres, a contrario, puisse émettre quelque réserve quant au traitement médiatique dont la disparition du chanteur a fait l’objet

    Vous avez entièrement le droit d’avoir une opinion différente et je ne me livrerai à aucun jugement de valeur quant à votre registre émotionnel à l’égard du défunt chanteur. Souffrez simplement que d’aucuns ne puissent pas partager cette émotion tout autant que d’être confondus dans une espèce d’unanimisme institutionnel. Non je n’ai "rien de Tennessee en moi" mais vraiment rien. Dire cela signifie-t-il que je "crache sur un cadavre" ?

    Babeuf

    babeuf Le 10 décembre à 12:17
  •  
  • @Bdpif

    Dernier commentaire : d’où sortez-vous que des fonctionnaires, fussent-ils retraités, n’ont jamais eu de patron ? Vous irez expliquer aux fonctionnaires, notamment à la grande majorité d’entre eux qui ont à cœur les services publics que les droites bleue et rose ses ont largement évertuées à détruire à notre, à votre détriment, qu’ils n’ont jamais subi l’arbitraire des rapports de domination dans le travail. Allez expliquer aux militants syndicalistes, parfois encartés dans des partis de gauche, que les agents de la fonction publique ne souffrent pas : enseignants et surtout en ce moment à l’hôpital qui ne sera bientôt plus public et aux prestations desquelles, nombre de nos concitoyens n’auront plus accès. L’idée d’Etat-patron vous est donc étrangère ? Le rapport salarial, fondamentalement inégalitaire touche tout le monde : dans le privé comme dans le public. Vos propos sont tout aussi ineptes que dégueulasses quand, chez les fonctionnaires ou apparentés comme tels, on commence à sérieusement compter le retour des maladies professionnelles, les dégâts du surmenage et des pressions quand ce ne sont pas les suicides comme au Pôle Emploi. Bdpif, dans quel cadre référentiel vivez-vous ?

    Babeuf, fils de fonctionnaire-qui-n’ a-pas-eu d- patron
    .

    Babeuf Le 10 décembre à 16:10
       
    • @Babeuf. "Le rapport salarial fondamentalement inégalitaire" signifie que les salaires ne sont pas tous identiques. C’est une réalité, actée en droit. Vous avez raison de l’observer. Elle est fondée sur le principe "à travail égal, salaire égal".

      Glycère Benoît Le 11 décembre à 10:21
  •  
  • @Glycère Benoît

    Oi, bien sûr il y a inégalité de salaires à qualification égale, notamment en défaveur des femmes (entre 15 et 20 %). Je voulais simplement rappeler que le rapport salarial est un rapport de subordination : le travail est assujetti au capital. C’est là l’inégalité fondamentale en droit. Le Code du travail (spécifique en nature) fut (les ordonnances Macron sont en train de foutre en l’air 150 ans de luttes) bâti au fur et à mesure pour le sortir du droit commun, en assurant des protections (fussent-elles imparfaites) aux salariés pour atténuer ce rapport fondamental inégalitaire. Le déséquilibre, outre au regard du Droit donc, continue déjà ou ensuite à partir du partage inégalitaire, lui aussi, de la valeur ajoutée.

    Babeuf

    babeuf Le 11 décembre à 10:53
       
    • Le rapport hiérarchique, base de la chaîne de commandement, donc de la subordination, est fondé sur la compétence, non sur la différence de revenus. Celle-ci est un effet et non une cause. Les compétences les plus élevées sont les mieux rétribuées parce qu’elles sont les plus difficiles à acquérir, qu’elles demandent des qualités que tout le monde n’a pas, certaines très rares, que la valeur ajoutée par le travail est plus importante et qu’enfin les responsabilités sont plus lourdes à porter.

      Glycère Benoît Le 11 décembre à 13:39
  •  
  • En fin de compte quand on regarde les images télé , de l hommage rendu a Johnny on se rend compte que c’est en fait l idole des vieux qui a été célébrée samedi.

    Public âgé voir très âgé, peu de jeunes , sauf des Sarah, Gabrielle et autre Johnny ,fils et filles de fan de .......1963 !

    Ca fleurait bon , les comptoirs en zinc, les Renault 8 ou 12 ? , les gauloises et les balloches .

    Ca rappelle les grands parents et les fêtes de village, la question que l on peux se poser c’est est que cette France là disparaît avec Johnny ?

    buenaventura Le 11 décembre à 12:34
       
    • Allez dans les meetings du Parti communiste et vous y verrez que le public est là aussi plus âgé que la moyenne nationale. Dans les meetings des Républicains c’est à peu près pareil.

      Glycère Benoît Le 11 décembre à 13:23
    •  
    • Et vous oubliez bien sûr les conventions de LFI ! Scrutez donc celle de Clermont-Ferrand il y a quelques semaines : beaucoup de pédagos à la retraite réunis là pour tenter de réinventer la roue. Ça fleurait bon les palabres des AG soixante-huitardes.

      Gus L Le 12 décembre à 22:45
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.