Photo Philippe Leroyer
Accueil > Politique | Par Rodolphe Santerre | 4 juillet 2014

Au PG, c’est le temps des tempêtes

Le scrutin européen devait placer le Front de gauche devant la social-démocratie, avait prophétisé Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche. Les résultats passés, les crispations nées des municipales se détendent et les bouches s’ouvrent. Le parti de gauche est en crise.

Vos réactions (163)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

C’est un Parti de gauche sérieusement ébranlé qui sort de la séquence électorale 2014. Le scrutin européen, érigé par le parti de Jean-Luc Mélenchon en « mère de toutes les batailles » lors de son congrès de Bordeaux, en mars 2013, a singulièrement bousculé les certitudes des militants. Le PG a encaissé les 6,61 % des listes Front de gauche. Du coup, les bouches, crispées par des municipales calamiteuses, s’ouvrent. Corinne Morel-Darleux, secrétaire nationale du PG en charge de l’écosocialisme, a fait connaître son départ des instances dirigeantes de son parti.

« Tu veux connaître l’état du parti ? Regarde celui du comité. » Cette militante de la première heure en Seine-Saint-Denis soupire en levant les yeux au ciel. Signe des temps, et de l’ambiance qui règne au Parti de gauche, elle veut bien parler mais sous couvert d’anonymat. Nos autres interlocuteurs optent pour la même prudence. Les tensions se sont cristallisées autour de la stratégie aux élections municipales. Le résultat des européennes qui place le Front de gauche loin derrière l’alliance PS-PRG (13,98 %) et, surtout, très loin derrière le Front national et son quasi quart des suffrages exprimés, joue le rôle d’accélérateur.

Le silence de Mélenchon

Au Parti de gauche, comme toujours, la crise a commencé par la tête. Elle s’est traduite par le silence assourdissant de son co-président Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier a quasiment disparu des écrans radars pendant un mois. Le temps de digérer les résultats d’une ligne d’affrontement brutal avec l’aile social-libérale de la famille de gauche, affrontement qui a fait lourdement tanguer le Front de gauche dans son ensemble. Jean-Luc Mélenchon est donc réapparu sur les écrans de télévision le 22 juin, « suffoqué par la violence du résultat (des européennes) ». Questionné au sujet du sondage BVA pour i>télé, Le Parisien et Aujourd’hui en France paru la veille, qui le désigne comme la personnalité incarnant le mieux les valeurs de la gauche, Mélenchon a esquissé un virage sur l’aile : « Je dois me placer sur une position plus fédératrice ». Un début d’autocritique pour celui qui se faisait fort de « parler cru et dru » et de « cliver pour rassembler » ?

Quelques jours plus tôt, sur son blog, Martine Billard avait pris, à sa manière, sans éclats, des distances vis-à-vis de la ligne "classe contre classe". Avec des mots choisis, elle a appelé à éviter deux écueils. En premier lieu, elle invite à ne pas « insulter nos électeurs », notamment « la frange (de ceux) qui avaient été convaincus par le programme écologique de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, (qui) sont pour beaucoup retournés au vote EELV ou Nouvelle donne ». L’autre obstacle à éviter, pour la co-présidente du PG, est « le repli sur soi » : « L’isolationnisme ne mène nulle part, sauf au sectarisme ». Reprendre à son compte le terme "sectarisme", utilisé récemment par des démissionnaires du PG, c’est osé dans ce parti.

La critique la plus claire est venue de l’intérieur et, encore, de la tête. Sous la forme d’une démission des instances dirigeantes du Parti de gauche. C’est Corinne Morel-Darleux, théoricienne de l’éco-socialisme et de l’anti-productivisme, qui a jeté le pavé dans la mare. Forte de ses 7,47 % aux européennes dans la circonscription Massif central-Centre, le deuxième meilleur score du Front de gauche dans ce scrutin, elle n’a pas mâché ses mots dans un courrier interne qui se veut exempt de volonté polémique. Mais l’attaque est double. Elle porte d’abord sur la capacité du PG à analyser la défaite aux européennes et la manière dont sa ligne politique y a contribué. « Face à ce qu’il faut bien appeler un double désastre national avec la conversion désormais totale et affichée du PS au libéralisme et l’ancrage du Front national dans le paysage politique, force est de constater que le Front de Gauche et le PG n’ont pu ni s’y opposer ni en tirer parti. »

Un adhérent sur quatre a disparu

Ce faisant, Corinne Morel-Darleux se fait l’écho d’une base déboussolée. Confiants dans leur co-président, les militants pégistes ont été pris au dépourvu, après ceux des municipales, par le résultat d’élections européennes qui voient le Front de gauche devancé par les sociaux-libéraux ; sociaux-libéraux contre lesquels ils ont pourtant concentré tous leurs feux. En vain. Ce ne serait pas si grave si le maintien de cette ligne politique n’avait failli provoquer l’éclatement du Front de gauche, d’une part, et s’il ne s’était traduit par des départs nombreux. En janvier 2014, une note interne au bureau national du PG faisait état de « 9.000 adhérents à jour de cotisation », contre 12.000 revendiqués au moment du congrès de Bordeaux (mars 2013). Soit un adhérent sur quatre disparu en moins d’un an. À la direction du PG, on reste officiellement sur le chiffre de 12.000, comme si cette note n’avait jamais été publiée.

Le mouvement s’est accéléré après les municipales. Un responsable parisien évoque « ces camarades qui ne répondent plus aux mails, aux coups de fil ; pire encore, qui font le détour quand ils t’aperçoivent sur le marché ». C’est une hémorragie de militants et, plus particulièrement, de cadres qui frappent le Parti de gauche. Lui-même démissionnaire, « en silence », cet ancien militant val-de-marnais « ne compte plus les départs depuis les municipales ». L’Île-de-France, proche du pouvoir dans ce parti hyper centralisé qu’est le PG, est particulièrement frappée. Mais il ne faut pas oublier la soixantaine de démissionnaires du débat d’année dans le Sud-Ouest ou, fin 2013, le départ de la quasi intégralité de la direction du PG manceau.

La question de la démocratie interne a, pour beaucoup, contribué à détourner les militants aguerris du PG. Au Mans, c’est l’exclusion d’un adjoint PG au maire, parce qu’il avait proposé publiquement de réfléchir à une liste commune avec le PS au premier tour, qui a provoqué le départ. Moins une question de fond qu’une question de forme : les partants militaient pour une liste Front de gauche dès le premier tour des municipales. D’autres voix, qui souhaitaient apporter des nuances à la ligne martelée par le chef et son entourage, se sont éteintes, soit en partant soit en se mettant en retrait. Ce constat, c’est le deuxième angle d’attaque du courrier rédigé par Corinne Morel-Darleux : « Trop de dérives sont apparues depuis un an dans notre fonctionnement collectif (…) qui nuisent à notre efficacité, à la clarté de notre ligne et de notre stratégie. »

Querelles de personnes

Le fonctionnement, aux accents par moments claniques, de la direction du PG a fait voler en éclats l’utopie d’un parti creuset où plusieurs cultures militantes, plusieurs sensibilités politiques, plusieurs histoires collectives pouvaient se fondre. L’attachement des militants à l’unité du parti, unité incarnée par Jean-Luc Mélenchon, a permis des mises à l’écart brutales, à l’image d’un Éric Coquerel, secrétaire national aux relations unitaires, sèchement battu à l’investiture pour les têtes de listes aux européennes par Gabriel Amard, un des très proches de Mélenchon. Pour les connaisseurs de la rue Doudeauville (où siège le PG depuis 2013), cette confrontation dans le huis clos du bureau national a soldé pour tous comptes les affrontements entre Éric Coquerel et François Delapierre, avant le congrès de Bordeaux, sur fond de succession éventuelle de Mélenchon.

C’est que, derrière les empoignades politiques, pour feutrées qu’elles soient, les querelles de personnes existent bel et bien au sein du PG. Ainsi, un très proche de Raquel Garrido, la puissante patronne du secteur "6e République", commentant la campagne de Danielle Simonnet lors de la municipale parisienne, n’a pas hésité à lâcher : « Plus gauchiste que ça, tu meurs. On ne pouvait pas trouver pire candidate à Paris ». Le fonctionnement de la direction se répercute sur les comités, l’unité de base du PG. Même si, en Province, les échos sont parfois atténués par la personnalité des animateurs locaux. Ainsi, dans les Bouches-du-Rhône hors Marseille, c’est un peu calme plat. « On fait notre boulot, ça se passe comme ça peut se passer, et plutôt pas si mal, avec les communistes », résume ce militant aixois. Ici, depuis le début 2014, on a préféré focaliser sur la convergence des luttes sociales, notamment autour des emblématiques Fralib. Même son de cloche dans le Puy-de-Dôme où les responsables départementaux, solidement ancrés sur le terrain, tiennent la boutique.

Pour autant, même si les départs se multiplient et que les cris s’élèvent, il y a peu à parier sur un éclatement du PG. Conçu par Mélenchon pour être « une colonne de fer », le PG « se renforce en s’épurant », sourit un élu francilien. Qui se souvient encore qu’il y a moins de deux ans, Marc Dolez, député ; Franck Pupunat, figure d’Utopia, et Claude Debons, militant cheminot, tous trois membres fondateurs du PG l’ont quitté ?

Pour faire suite aux réactions suscitées par cet article, la rédaction de Regards a signé collectivement une mise au point, et son co-directeur Roger Martelli proposé sa propre réaction.

Vos réactions (163)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • en participation au débat que vous lancez :

    Bien qu’amoureux de la Bretagne, je n’ai pas eu la chance ou les moyens et le temps d’apprécier les joies d’être marin mais je pense que tout marin sait que l’attitude dans la tempête c’est de la dépasser et de rentrer au port plus fort encore.....

    Militant actif et enthousiaste de ce parti, je reconnais que ce n’est certes pas l’endroit pour débattre de ce climat qui pèserait parait-il sur cette jeune et belle aventure qu’est celle de notre Parti de Gauche, aventure que nous partageons depuis bientôt 6 ans avec celui qui, courageusement, au mépris d’une carrière prometteuse possible, a préféré la fidélité à ses idées et ses engagements mais que ce débat inéluctablement aura lieu parce que c’est au parti qu’il appartient d’engager ce débat interne indispensable.

    C’est au parti de prouver, comme nous sommes des milliers dans nos comités à le prouver chaque jour, qu’il reste l’espoir du socialisme.

    Comme c’est au parti qu’il appartient de s’interroger en interne sur la stratégie qui conduit à la victoire pour une Sixième République et sur les ambiguïtés de la stratégie passée, celle du Front de Gauche dans laquelle nous a à la fois aidés et tenté de nous couler, le PCF rejoignant en cela la volonté du parti solférinien à Paris et dans 50% des grandes villes.

    C’est au parti qu’il appartient de rebondir et cela croyez le bien, décriez le tant que vous voulez, écrivez tout ce qui vous fait plaisir :

    AU PARTI DE GAUCHE NOUS SOMMES DES CENTAINES ET DES CENTAINES DE MILITANTS A SAVOIR QUE NOUS SORTIRONS DE LA TEMPETE ET A VOULOIR EN PRENDRE LES MOYENS.

    Michel TISSIER Le 4 juillet 2014 à 11:26
       
    • Un article digne de la presse Hersant, peu documenté, mal informé (notamment sur Le Mans), bourré de poncifs et en fin de compte particulièrement malveillant.

      Eric Jamet Le 4 juillet 2014 à 12:14
    •  
    • Comble du cynisme, l’auteur utilise le blaze (pseudonyme) de Jean-Luc Mélenchon à l’OCI (Organisation communiste internationaliste, "ancêtre" du POI) en plus. À Regard-er du côté de la directrice de la publication.

      Rafik (EELV, ex-PG)

      Rafik T. Le 4 juillet 2014 à 16:06
    •  
    • Question : La photo, c’est l’auteur ou la rédaction de Regards.fr ?

      Rafik T. Le 8 juillet 2014 à 10:58
  •  
  • Les éléments de langage de cet article sont dignes de Libération. Il y a si peu de source qu’on ne peut que croire sur parole son auteur... ou pas.

    OPIAM Le 4 juillet 2014 à 12:06
  •  
  • C’est drôle comme on peut partir de certains éléments factuels et avec un grand talent de broderie et un peu d’imagination arriver a pondre cet article. Par contre si l’auteur a pu croire ses sources, que le lecteur ne se fasse pas avoir par un article digne du point ou de L’Express. Dommage je pensais lire regards.

    Tayeb Le 4 juillet 2014 à 12:15
  •  
  • je n’ai jamais d’article du PG critiquant "ensemble" ou s’occuper à lui chercher des poux ...moi qui hésitais à rejoindre "ensemble" à un moment donner...de lire cette article me dégoûte totalement d’"ensemble"..on dirait des potin de "libération"..du coup je reste bel et bien au PG et je souhaite de tout cœur qu’il ne se rabaisse jamais à ce niveau

    cheul-rigal Le 4 juillet 2014 à 12:17
       
    • Je ne comprends pas ce commentaire. Regards n’est pas l’organe d’Ensemble, qui s’exprime sur son site (www.ensemble-fdg.org) ou à travers son bulletin mensuel papier. L’existence de ces deux organisations politiques montre bien qu’il y a deux orientations et deux cultures politiques différentes, mais les convergences stratégiques sont beaucoup plus nombreuses que les divergences et les actions communes sont fréquentes. Jamais Ensemble n’a attaqué ni critiqué dans sa presse le PG, et lui a, au contraire, a plusieurs reprises ouvert ses colonnes. Le débat, que je ne connais que de l’extérieur, qui parcourt le PG, me semble être l’un de ceux qui parcourt toutes nos organisations : quelles structures, quels modes de représentation, quelles formes de débat et de participation militante, pour quelles tâches , rien de plus, mais rien de moins.

      amd 92 Le 4 juillet 2014 à 12:44
    •  
    • Outre le fait que cet article n’émane pas d’Ensemble !, il n’est pas un article "critiquant" le PG, mais fait état d’informations sur les regrettables difficultés de ce parti. En tant que militant du Front de Gauche (en l’occurrence d’Ensemble !), je suis intéressé par ce qui se passe au PG comme dans toutes les organisations du Front de Gauche. Je ne crois pas que les informations fournies soit erronées (ou alors, il faut les démentir en disant lesquelles). mais par exemple, la démission de Corinne Morel-Darleux est dans le domaine public, et sa lettre de démission, qui évoque des difficultés persistantes de fonctionnement, est dans le domaine public. Tout-e militant-e du Front de Gauche est concerné par ces (mauvaises) nouvelles. mais parler du PG, même si c’est pour évoquer ses difficultés, ce n’est pas le critiquer.

      Laurent Lévy Le 4 juillet 2014 à 23:29
    •  
    • La confusion vient peut-être du fait que Regards a pour Directrice de sa rédaction une des porte-parole d’Ensemble... Mais Laurent a raison, ne tombons pas dans les approximations et les amalgames, laissons les à l’auteur de l’article.

      Il y a un problème d’éthique journalistique dans cet article : des "on dit", du off (qui permet quand même de faire dire ce qu’on veut à n’importe qui) et... c’est tout. Le tout signé par un pseudo pris pour l’occasion. C’est ça la conception du journalisme de Regards ?

      Le fond de ma pensée, c’est que tout le monde, à Regards comme ailleurs, est conscient que c’est une bourde. Mais, et c’est sans doute ce qui est en train de tuer le FDG, si ça semble servir l’intérêt de sa chapelle, chacun s’en réjouit en oubliant le fond pour privilégier l’intérêt immédiat. Et ça touche tout le monde, y compris les militants du PG d’ailleurs...

      On a l’air malins quand on explique ensuite à nos concitoyens qu’avec nous, tout sera différent : la politique, la diffusion de l’information, l’éthique, les rapports sociaux et les rapports entre les hommes...

      Je précise que je suis membre du PG, que j’ai un regard critique sur mon parti comme sur ses dirigeants, mais je base mon appartenance à un parti sur des raisons de fond (écosocialisme, 6ème république...). Je m’interroge comme beaucoup sur la forme "Parti" qui génère beaucoup de frustrations (j’ai été longtemps membre du PCF aussi) et pense que notre chantier doit être d’inventer d’autres formes démocratiques d’intervention du plus grand nombre.

      Je le précise pour dire d’où je parle : ce n’est semble-t-il vraiment pas la préoccupation de l’auteur de l’article, qui aurait pu préciser qu’il a été membre du PG et qu’il en est parti en TRES mauvais termes avec ses camarades de comité pour une sombre histoire de mandat non respecté dans une négociation et parce qu’il aurait tant aimé être membre du BN...

      Au final, c’est juste consternant. Mais l’auteur a réussi son coup : nuire. A défaut d’agir. Et ça, ça n’appelle pas mon respect.

      Bruno Le 5 juillet 2014 à 10:41
    •  
    • @ Bruno :

      "si ça semble servir l’intérêt de sa chapelle, chacun s’en réjouit en oubliant le fond pour privilégier l’intérêt immédiat"

      Je ne pense pas que ce soit aussi superficiel que cela. Bien au contraire, il s’agit d’une question de fond, qui va à l’encontre directement de la logique des petites chapelles. Simplement, certaines personnes (comme Clémentine Autain, Eric Coquerel et Corinne Morel-Darleux, il me semble) ne sont pas contentes de la ligne de rupture avec le PS et le vieux système dont il fait parti (et dont la nature est finalement mafieuse), ligne qu’ils associent à Mélenchon et au PG. Donc ils font tout pour casser cette ligne au sein du parti et du FdG. En somme, ils ne s’intéressent au PG (et plus largement au FdG) que pour le(s) instrumentaliser en vue d’un future coopération avec le PS. Un FdG réellement autonome et indépendant n’est pas pour eux. Ils n’expriment aucun intérêt pour les abstentionnistes de longue date, pour ceux qui ne sont même pas inscrits sur les listes électorales.

      Au sein du FdG il y a donc un conflit entre forces pseudo-"réformistes" (Clémentine Autain, Eric Coquerel, Corinne Morel-Darleux, Pierre Laurent, ...) et forces de changement. Des forces extérieures jouent là-dessus, en espérant casser la dynamique positive que représentent Mélenchon et le PG avec sa ligne actuelle.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 11:14
    •  
    • Il y a certainement des "lignes" différentes au sein du FdG, mais aller affirmer que Clémentine Autain (qui est porte-parole de Ensemble) serait favorable à un rapprochement avec le PS me semble être une accusation dénuée de tout fondement trouvable dans ne serait-ce qu’une seule de ses prises de positions publiques (et pour autant que je puisse en témoigner, non-publiques). Je ne connais pas Corinne Morel-Darleux, et je ne me prononcerai donc pas à son sujet, mais pour autant que je puisse en juger par tout ce que j’ai pu lire et entendre de lui, il en va de même pour Eric Coquerel.

      Laurent Lévy Le 5 juillet 2014 à 11:23
    •  
    • @ Laurent Lévy

      Ce que j’ai vu me donne bien l’impression que c’est cela qu’ils veulent. Eric Coquerel, qui a soutenu Jean-Pierre Chevènement en 2002, écrit sur son blog (REFONDATIONS | Blog d’Éric Coquerel) :

      "oui à un travail potentiel et sans autres conditions avec EELV, en restant vigilant puisque ses propositions de travail programmatique du Modem au FDG ne vont pour le moment pas dans le bon sens ce qui devrait d’ailleurs susciter bien des débats en interne, Nouvelle Donne, voire le MRC, la gauche radicale, les socialistes dissidents… Le PS ?"

      Puis il écrit :

      "Mais ce Front ne s’arrête pas aux forces politiques." Donc, contrairement à Mélenchon et d’autres, il commence par les partis. Je ne vois pas comment cela peut poser les conditions pour une vraie rupture avec le PS, etc (surtout quand EELV veut que le PS pilote cette soi-disant "majorité alternative" !!!). Certes, il sait utiliser un langage obscur et donner l’impression d’être plus à gauche qu’il l’est, mais une lecture sérieuse de son billet ("REFONDATIONS") montre un manque de radicalité concrète. On voit bien le contraste entre son langage et celui de Mélenchon (sur son propre blog).

      C’est pareil avec Clémentine Autain (qui a de bons souvenirs de sa coopération avec le PS à la mairie de Paris). Pour moi l’audace ce n’est pas de penser qu’un front plus large avec EELV et le PS serait possible (qui peut encore le croire ?), mais de nouer des liens avec tous ceux qui sont exclus dans la société contemporaine, alors que pour elle c’est tout le contraire (voyez "L’audace à gauche, sinon rien" - sur regards...)

      Quant à Corinne Morel-Darleux, j’ai simplement constaté qu’elle a été au PS avant de venir au PG, qu’elle a rejoint le PS la même année que Mélénchon l’a quittée et je me suis donc dit que la ligne majoritaire du PG ne doit pas lui plaire comme elle ne plaît pas au Coquerel, Dolez, etc.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 12:39
    •  
    • @ Michel E. Je ne lis pas les choses comme toi. Il y a peut-être des différences dans l’approche de JLM et celle d’Eric Coquerel, mais le fait d’entrer en discussion avec des membres de EELV ou même du PS qui sont d’accord pour refuser les politiques d’austérité, ce n’est pas défendre une "alliance avec le PS". Et ce que on intuition me fait dire de Coquerel, c’est la connaissance personnelle que j’en ai qui me le fait dire de Clémentine Autain. Il y a vraiment un procès d’intention à aller chercher dans le fait qu’elle a été adjointe de Delanoë (Mélenchon a bien été à la même époque ministre de Jospin) un tropisme quelconque pour la "gauche plurielle". Elle s’est assez exprimée sur ce point, je crois.

      Laurent Lévy Le 5 juillet 2014 à 13:11
    •  
    • @ Laurent Lévy

      Voilà ce que dit Autain :

      "Paris est la ville dans laquelle j’ai grandi et dont j’ai été élue de 2001 à 2008, alors adjointe au Maire de Paris. Quand nous avons battu la droite, il y eut un souffle de transformation." ("Clémentine Autain, militante féministe, tête de liste Front de Gauche à Sevran" | Danielle Simonnet Paris 2014)

      C’est sa façon de soutenir Simonnet lors des municipales. Je vois mal Mélénchon dire la même chose pour le gouvernement Jospin. Et puis, votre connaissance personnelle d’Autain n’est pas le sujet ici, mais ce qu’elle dit. Elle veut "la constitution d’un front bien plus large, avec toutes celles et ceux qui, dans les mouvements sociaux, dans le monde intellectuel et culturel, à EE-LV, au PS, au NPA, à Nouvelle Donne, chez les féministes présentes de façon autonome à l’élection européenne et ailleurs ne se reconnaissent pas dans l’orientation gouvernementale et veulent redonner des couleurs au mot gauche." ("L’audace à gauche, sinon rien" - sur regards)

      Encore une fois : pour moi l’audace ce n’est pas de penser qu’un front plus large avec l’EELV et le PS serait possible (qui peut encore le croire ?), mais de nouer des liens avec tous ceux qui sont exclus dans la société contemporaine. Curieusement l’abstention n’est pas du tout mentionnée, tout comme tous ceux (environ trois millions) qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 13:53
    •  
    • "Elle veut "la constitution d’un front bien plus large, avec toutes celles et ceux qui, dans les mouvements sociaux, dans le monde intellectuel et culturel, à EE-LV, au PS, au NPA, à Nouvelle Donne, chez les féministes présentes de façon autonome à l’élection européenne et ailleurs ne se reconnaissent pas dans l’orientation gouvernementale et veulent redonner des couleurs au mot gauche." " Cela me semble clair : il n’est nullement question d’alliances avec EELV ou avec le PS, sauf à tordre le texte avec une véritable mauvaise foi. Et il me semble bien que c’est à cela que nous avons affaire. Quant à l’appréciation de Mélenchon sur le gouvernement Jospin, il me semble me rappeler qu’elle est plus que positive. mais il a peut-être changé d’avis depuis, ce qui serait une bonne chose.

      Laurent Lévy Le 5 juillet 2014 à 14:07
    •  
    • "Cela me semble clair : il n’est nullement question d’alliances avec EELV ou avec le PS, sauf à tordre le texte avec une véritable mauvaise foi. Et il me semble bien que c’est à cela que nous avons affaire. Quant à l’appréciation de Mélenchon sur le gouvernement Jospin, il me semble me rappeler qu’elle est plus que positive. mais il a peut-être changé d’avis depuis, ce qui serait une bonne chose."

      Effectivement, alors qu’Autain voit l’accès de Delanoë à la mairie comme "un souffle de transformation", ce n’est pas ce que dit Mélenchon sur l’accès de Jospin à Matignon. Le fait qu’Autain est aussi ignorante de la misère à Paris liée à sa période à la mairie montre bien qu’elle ne représente pas la transformation dont la société a besoin, qu’elle n’est pas à la hauteur des enjeux. Les gens avec qui elle veut s’allier au PS etc. sont simplement ceux avec lesquels elle a coopéré pendant son temps sous Delanoë, et je dis NON MERCI !

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 14:32
    •  
    • Bon. On n’a pas le même souvenir de ce que Mélenchon disait du gouvernement de "gauche plurielle" auquel il a participé. Je regrette de ne pas retrouver les citations précises. Mais cette fixation sur Clémentine Autain a vraiment quelque chose de pitoyable. A défaut de trouver une seule déclaration tendant à la volonté d’alliance qu’on lui prête avec le parti socialiste, voilà qu’on lui reproche d’avoir estimé que Tibéri, ça n’était pas terrible, et que le prier mandat de Delanoë avait apporté un véritable changement. Soit dit en passant, c’est aussi ce que disait Danielle Simonnet, candidate du PG à Paris, contre la ligne "gauche plurielle" appliquée par le PCF. Or, c’est bien Danielle Simmonnet que soutenait Clémentine Autain. Une clarté tout à fait évangélique sur la question des alliances avec le PS. Maintenant, si la question posée est : "est-ce qu’il est possible que des membres du PS soient amenés à lutter contre la politique du gouvernement ?", la réponse est oui. Mélenchonn lui-même a mis, disons, quelques années à quitter le PS. Et en 2005, nous n’avons pas fait la fine bouche pour tenir des meetings avec des membres du PS (dont Mélenchon !) qui se prononçaient contre le TCE. Est-ce qu’il faudrait aujourd’hui être plus sectaire ? Est-ce qu’il faudrait refuser tout rapprochement avec les quelques rares membres du PS qui sont prêts à résister à sa politique ? Est-ce qu’il faut accuser celles et ceux qui, dans le Front de Gauche, sont favorables à de tels rapprochements, d’être vendus au PS ? Si on avait appliqué ce genre de raisonnement en 2005, on n’aurait certainement pas pu mener cette campagne victorieuse contre le TCE.

      Laurent Lévy Le 5 juillet 2014 à 14:51
    •  
    • @Laurent Lévy
      "A défaut de trouver une seule déclaration tendant à la volonté d’alliance qu’on lui prête avec le parti socialiste, voilà qu’on lui reproche d’avoir estimé que Tibéri, ça n’était pas terrible, et que le prier mandat de Delanoë avait apporté un véritable changement."

      Ce qui s’est réellement passé à Paris sous Delanoë, Brossat, Autain et consort : flicage des précaires, détournements des fonds publics vers le privé via des partenariats public-privé, etc.

      L’union de la "gauche" du PS-UMP-EELV à Paris a surtout accouché d’une politique de droite pur jus : flicage des précaires, spéculation immobilière et rejet des populations prolétaires hors de Paris, cadeaux fiscaux aux entreprises,... Et un peu de maquillage démago (Paris plage et autres horreurs mercantiles du genre) pour essayer de faire passer la pilule, du moins face aux médias...

      A noter d’ailleurs que, paradoxalement, les arrondissements UMP ne sont plus forcément les pires sur certains points : dans le XVIème par exemple, on flique peu les RSAstes, comparé aux arrondissements du nord et de l’est parisien où là la Gestapo municipal PS-PCF se déchaîne.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 15:21
    •  
    • A ce que je sache Regards n’est pas le journal d’Ensemble, et après ... chacun a droit de donner son avis pour faire avancer le débat...
      Mais en même temps j’ai discuté aussi avec des camarades du PG... et les questions soulevées ici ne sont a côté de la plaque ( loin de là) et elles nécessitent de sérieuses discussions ; notamment sur la conception du parti que nous voulons construire ensemble - avec le droit notamment des minoritaires d’être respecté- en tout cas je l’espere)...
      A Rennes Ensemble a proposé au PG de partager un local, C’est donc pas la peine de crier et de geindre, mais de discuter fraternellement et d’accepter les critiques même si ca peut faire parfois mal . En tout cas l’esprit critique est d’une necessité impérieuse...

      juin Le 5 juillet 2014 à 23:15
    •  
    • @juin

      Du concret ? Au lieu de dire qu’il y a beaucoup de vrai dans un article qui est clairement conçu pour provoquer et ne fait que rappeler comment tf1 etc. associent le crime à l’immigré etc. Il est tendancieux et participe à la propagande contre la ligne majoritaire du PG, en d’autres termes : un article utile pour personne.

      Certes, dans le machin flou qu’est Ensemble vous avez sûrement diverses idées sur comment s’organiser politiquement (déjà j’ai du mal à comprendre comment des lignes politiques aussi différentes peuvent s’unir et coexister au sein d’Ensemble), mais le PG n’est pas Ensemble, ni le PCF.

      Alors que le PG semble vous préoccuper, moi j’aimerais bien avoir un article tendancieux sur Ensemble, c’est clair qu’il y a de quoi...

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 11:24
    •  
    • Militant d’Ensemble, je ne peut que m’étonner d’une telle critique !
      Si Regards était l’organe central de notre petite organisation ça se saurait... Ceci étant dit, je trouve aussi l’article plus que critiquable, basé sur des infos (?) internes non-étayées et où l’on est prié de croire (ou non) ce qu’écrit le rédacteur.
      Je ne pense vraiment pas que le FdG ait besoin de cela en ce moment où il faudrait plutôt rassembler au delà des 3 forces existantes que diviser...
      Quand au choix du pseudo, démarche déjà pas très courageuse, il est effectivement plus que douteux.

      JC Rennes Le 10 juillet 2014 à 08:46
  •  
  • Décidément les journalistes sont toujs et autant des fumistes... Heureusement il nous reste mediapart...

    bagmat Le 4 juillet 2014 à 12:24
  •  
  • Bonjour,

    Tiens donc un relais du Figaro ici dans Regards ? me serais-je trompé d’URL ?

    Etant militant du PG, ces élucubrations m’ont vraiment fait sourire. Typique d’une démarche malveillante. Monsieur s’enterre d’une manière caricaturale...

    ericPG26 Le 4 juillet 2014 à 12:37
  •  
  • Encore un tissu de conneries.
    Cela sent le règlement de compte d’un pégiste (blogueur peut-être) qui a quitté le PG, avec fracas, en début d’année sur fond d’élections municipales.

    A bon entendeur, salaud !

    Lionel Debraye Le 4 juillet 2014 à 13:20
  •  
  • Le Congrès de Bordeaux du Parti de Gauche ?

    Celui dans lequel l’auteur de cette article critiquait une position trop molle pour les municipales ?

    Nathanael Le 4 juillet 2014 à 13:34
       
    • Ca ne serait pas de toi cet article Nathanael ulh, je reconnais ta patte

      Sébastien ROUSSETTE

      sebastien roussette Le 6 juillet 2014 à 19:39
  •  
  • En gros la thèse de cet article c’est que le PG perd des plumes à vouloir bêtement rester fidèle à ses convictions au lieu de ratisser large pour entuber les électeurs comme tous les autres partis.

    Bizarrement, cela ne me rend pas le PG antipathique. :D

    Un passant Le 4 juillet 2014 à 14:18
  •  
  • Pour un mouvement qui veut (voulait ?) changer la donne sur la notion de parti, tout au moins dans la structure classique née des débuts du 20e siècle, la marche est ratée !

    Cet article me rappelle la période des présidentielles de 2007 qui a consacré l’écartèlement de la gauche dite "radicale".

    Sommes-nous si incapables de dépasser nos visions politiques, conceptions ?

    Nous nous mettons d’accord pour changer, construire un programme gouvernemental pour un pays qui, faut-il le dire, en a bien besoin. Mais dès qu’apparaissent des différences sur les idées, l’unité annoncée vole en éclat. Et pourtant, la base en est simple : s’approprier le pouvoir pour le démocratiser, crèer les institutions qui permettront de l’exercer, refuser le réformisme qui refait constamment le lit du capitalisme.

    Les chemins sont larges, la route peut être poursuivie en ratissant large, le principe étant de faire participer le peuple.

    Disant ceci, je ne décerne pas un brevet de vertu au PG, pas plus qu’aux autres partis du Front de gauche. Mais Regards aurait pu faire l’économie de cette critique, à moins de regarder devant sa porte, mais surtout de proposer les ouvertures qui devraient s’imposer. Le perdant dans ce problème, c’est nous tous.

    marco polo Le 4 juillet 2014 à 14:24
  •  
  • Un tissu de mensonges staliniens digne des nostalgiques de Duclos du PCF 15ème ! J’ai honte pour Regards !

    Mouton noir Le 4 juillet 2014 à 14:43
  •  
  • c’est une honte de publier un torchon pareil, personne ne dit qu’il n’y a pas de probleme au pg comme ailleurs mais là c’est typique de l’article qui n’apporte rien de constructif et est VOLONTAIREMENT MALVEILLANT

    Regard n’a t il rien d’autre a faire que de tirer sur son propre camp ???

    INADMISSIBLE

    Une militante de base

    ValDuv Le 4 juillet 2014 à 14:50
       
    • merci pour cette saine réaction !

      regis lyon Le 7 juillet 2014 à 22:14
  •  
  • A moins que ce torchon n’ait été écrit par un ex Pgiste retourné pour une vie plus facile au PC..

    Daniel Le 4 juillet 2014 à 15:05
  •  
  • cet article me laisse pantoise ! C’est que l’auteur sait traiter les sujets de fond dites donc ! un article qui n’a pour seul objectif que la malveillance et la salissure, sans analyse ...Un torchon digne de Libé et du Monde. Regards ? Terminé pour moi.

    Moun Le 4 juillet 2014 à 15:35
  •  
  • Je suis abasourdis de trouver ce genre d’article dans Regards. Il est pire que celui du Figaro ! A quoi bon chercher des ennemis quand a des amis pareils ?

    En tant que membre du Bureau National du PG, je déments totalement les contenus de cet article qui sur-interprète certains faits et en invente littéralement d’autres. Déjà personne au PG ne remets en question la ligne d’autonomie par rapport au PS. Et pour avoir été élu à Grenoble il y a quatre mois sur une liste PG-Ensemble-EELV-Citoyens contre une liste PS, je confirme que ce cap doit impérativement être tenu.

    Votre article méconnait les véritables raisons de la démission de Corinne Morel Darleux. Il invente des "querelles de personne" qui n’existent pas (Gabriel Amard n’est pas seulement "un très proche de Mélenchon", c’est profondément insultant pour un élu expérimenté, spécialiste des questions d’eau et de remunicipalisation des biens fondamentaux de l’Humanité). Il a été investit candidat aux européennes de manière parfaitement normale et démocratique, tout comme Eric Coquerel, Corinne Morel Darleux, Raquel Garido et bien d’autres. Quant à Danielle Simonnet, elle a été désignée tête de liste à Paris suite à un vote des militants du PG parisien. Vous connaissez plus démocratique comme procédé ? Si oui je suis preneur de votre expérience en la matière !

    Et bien sûr encore et toujours les délire sur le PG construit par et pour Mélenchon. Quel manque de respect pour ces dizaines de militants qui produisent un énorme travail militant et intellectuel, notamment sur la question de l’écosocialisme...

    Bref n’importe quoi. Peut-être le signe que certains au FdG se frottent les mains en pensant que le PG pourrait être en difficulté. Mais ne criez pas victoire trop vite : nous sommes bel et bien là et nous restons motivés, que ça vous plaise ou non. Ne prenez pas vos fantasmes pour des réalités !

    Alan Confesson Le 4 juillet 2014 à 16:07
       
    • Pourquoi prétendre que cet article serait une "attaque" contre le PG ? Et porquoi prétendre que qui que ce soit dans le Front de Gauche se "frotterait les mains" à l’idée que le PG connait des difficultés ? Évoquer des problèmes, cela ne revient pas à s’en réjouir...

      Tout le monde au Front de Gauche est par nécessité intéressé par ce qui se passe dans ses composantes. c’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de l’une de ses principales composantes.

      Merci donc à Regards de nous fournir informations et matière à réflexion.

      Quant à celles et ceux qui pensent que parler de ce qui se passe au PG devrait être réservé aux seul-e-s militant-e-s du PG, je ne sais quoi leur dire. Mais une telle posture n’augure rien de bon.

      Laurent Lévy Le 4 juillet 2014 à 23:37
    •  
    • @Laurent Lévy "Quant à celles et ceux qui pensent que parler de ce qui se passe au PG devrait être réservé aux seul-e-s militant-e-s du PG, je ne sais quoi leur dire. Mais une telle posture n’augure rien de bon."

      C’est plutôt Clémentine Autain et des autres comme elle dans le FdG qui semblent penser que le FdG consiste à mettre le PG et le PCF dos-à-dos et laisser Ensemble tranquille ? Là, je ne sais quoi leur dire, franchement.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 15:35
    •  
    • Je t’assure, un peu d’autocritique fait parfois du bien, en témoigne la fuite des adhérents du PG. Tu as beau avoir été propulsé au rang de soldat dans l’institution bourgeoise et dans ton parti, faire preuve de recul et prendre de la hauteur permet d’avancer, tant pour le militant que pour l’organisation.

      Spartakus Le 6 juillet 2014 à 12:51
    •  
    • @Spartakus "faire preuve de recul et prendre de la hauteur permet d’avancer, tant pour le militant que pour l’organisation."

      Pour information : un article de type tabloïd volontairement provocateur et tendancieux n’a rien à voir avec ça.

      D’ailleurs, c’est discriminatoire de faire tout un plat (de façon très racoleuse) de ce qui se passe au PG : on pourrait faire exactement pareil avec n’importe quel parti, c’est le lot de la vie des partis, rien de plus courant et banal. Comme d’autres l’ont déjà dit : si Regards veut mettre en avant ce genre d’articles, pourquoi pas aussi en pondre du même acabit sur le PCF et Ensemble (dont Clémentine Autain n’est pas forcement hyper-répresentative) ?

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 13:06
  •  
  • "Rodolphe Santerre", ce ne serait pas un pseudo ?

    Dans ce cas, Santerre, c’était celui de Jean-Luc Mélenchon à l’OCI dit-on.

    Marrant, non ?!

    Tonton bolcho Le 4 juillet 2014 à 16:25
  •  
  • Rien à ajouter, je suis d’accord avec tous les commentaires’ militante du PG je reconnais les difficultés que nous pouvons traverser mais celles ci sont surtout dues à une très grande fatigue car au cours de ces campagnes électorales les militants du PG ont bien souvent été seuls et ont porté à bout de bras les relations unitaires. Pour avoir milité au PCF pendant plus de 20 ans j’ai pu faire la différence, entre les deux formations, en ce qui concerne la pratique démocratique. Les militants PG , même les plus déçus sont repartis à la bataille pour soutenir les cheminots, les intermittents et précaires, participer aux collectifs anti TAFTA, aux collectifs pour des luttes unitaires....Cet article est un torchon, j’envisageais de m’abonner à Regards... Mais vraiment non

    Dominique LE BRETON Le 4 juillet 2014 à 16:33
  •  
  • A trop vouloir prouver l’improbable, on obtient l’inverse de ce que l’on recherche. Cet article se veut de fond mais il n’y a rien , sauf la recherche de "bisbilles" entre pgistes. Trois ou quatre noms cités afin de tenter de généraliser sur une argumentation qui a des prétentions politiques. En fait un texte PS , d’une "écurie" contre une autre. Un de ces textes qui circulent sous le manteau à la veille des Congrès solfériniens, dont seuls les siquaires ont le secret.

    Pierre Montoya Le 4 juillet 2014 à 16:37
  •  
  • les réponses à cet article sont tout à fait révélatrices de l’état du pg dont le noyau dur de militants est un troupeau de mouton aigris, dogmatiques et aveugles à la réalité... l’article à au moins le mérite de soulever les questions posées par la série d’échec de la stratégie du PG depuis les législatives de 2012. Aucun commentaire ne réagit sur le fond... c’est tout à fait révélateur d’une mentalité sectaire et peu constructive pour l’avenir... la question est "comment continuer à ne pas perdre TOUTES les élections ?" estimer qu’il faut continuer exactement pareil qu’avant me semble être une stratégie suicidaire et aveugle... Bravo à Regards pour avoir le courage de poser les bonnes questions et de s’exposer aux commentaires aigris des militants du pg ! PC et PG ont, ces derniers temps, tout fait pour détruire la seul dynamique positive qui les porte : celle du FdG et de la fédération de toutes les gauches, dans l’acceptation des différences de toutes ses composantes... sans tirer la couverture à soi...

    militant du FdG Le 4 juillet 2014 à 16:42
       
    • "les questions posées par la série d’échec de la stratégie du PG depuis les législatives de 2012". Là je dois dire un grand BRAVO........Les échecs successifs sont dûs au PG. Pas au PCF qui refuse de faire campagne (élection européenne), qui refuse de mettre en avant le candidat présidentiel comme le font TOUS les autres partis (législatives), qui s’allie au PS dès le premier tour (municipales). Votre pseudo analyse est stupide et vous êtes pitoyable.

      Facétieux Le 5 juillet 2014 à 10:53
  •  
  • Devons nous prendre en considération " l’analyse " de cet article quand on sait que ce type de personnes et leurs mentors ont amené leur parti de 23 à 2 % ?

    Virginie Le 4 juillet 2014 à 17:02
       
    • Je rappellerai que si certain ( e) faisait 2% d’autre en faisait 1et enfin d’autres restaient bien au chaud au PS ....faut arrêter avec ces arguments qui n’en sont pas

      Frédéric Le 7 juillet 2014 à 06:11
  •  
  • Santerre, toi qui vomis sur le PG et sur Mélenchon, si t’es un homme tu es sensé avoir du courage et si tu es une femme, tu devrais être moins indigne...

    Dans un cas comme dans l’autre assume tes paroles fielleuses sous ton vrai nom car là tu ne montres qu’une image détestable, celle de la plus indicible médiocrité.

    Vincent Christophe Le Roux, PG 44 Le 4 juillet 2014 à 17:23
       
    • Vincent, un homme peut-être indigne et une femme courageuse.
      Pour ma part, je suis militant du PG, je ne donne plus mon vrai nom sur internet pour des raisons qui m’appartiennent mais qui sont légitimes, je me fous de l’identité de l’auteur et de ses motivations, je le trouve effectivement assez malveillant... mais son constat vise juste sur pas mal de points et j’aimerais que mes camarades en profitent pour discuter calmement et ouvertement de nos carences, de nos dysfonctionnements, de nos éventuelles erreurs, et des raisons de nos échecs, plutôt que de sortir l’artillerie lourde contre la première critique venue, ce qui ne fait qu’accréditer l’idée, si chère aux chiens de garde, de notre sectarisme.

      Serge Victor Le 4 juillet 2014 à 18:16
    •  
    • @Serge Victor C’est normal que cet article volontairement tendancieux et provocateur attire des critiques (fort heureusement, il y a encore de l’espoir en l’être humain !), et de plus il y a aussi des gens qui parlent de fond, et cet article ne s’en trouve dès lors que plus ridicule.

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 09:56
  •  
  • On peut -et on doit- parler de tout mais en évitant la caricature, la déformation et le fiel. Et quand on critique on assume en signant sous son nom. Se cacher est l’acte d’un minable ne méritant que le mépris et l’opprobre.

    Vincent Christophe Le Roux, PG 44 Le 4 juillet 2014 à 18:22
       
    • Moi je n’ai pas tes certitudes sur la façon dont doit être menée une critique : un auteur peut avoir besoin de l’anonymat, et "sors te battre au grand jour si t’es homme" n’est pas un argument. Je ne sais quelles sont les raisons de l’auteur. Elles sont peut-être mauvaises. Peut-être essaie-t-il de régler des comptes personnels, peut-être cherche-t-il à faire sensation sans se mouiller, je l’ignore. Peut-être cherche-t-il à affaiblir le PG au profit de sa propre organisation (le PC ?) ? J’en connais au PG qui ne se gênent pas pour critiquer le PC en termes bien plus violents. Mais traiter l’auteur de minable et le mépriser sans parler du fond n’apporte rien et nous fait juste passer pour des sectaires qui ne supportent pas la critique.

      Serge Victor Le 4 juillet 2014 à 19:01
    •  
    • Sauf que ce n’est pas une tribune, Serge. C’est un article d’un "journaliste" sensé être basé sur des faits, avec un angle choisi, des informations vérifiables, plutôt que sur des "off" que nous pourrions écrire, toi et moi, sans rencontrer personne.

      Le FDG critique, à tour de bras, ces journalistes qui ne vérifient rien. Est-on obligé d’en faire autant dans la presse alternative ? Pourquoi ce "journaliste" n’a-t-il pas cherché à interviewer des gens qui ont quitté le PG ces derniers temps ? Des militants très critiques qui le font ouvertement sur les réseaux sociaux ? Parce qu’il s’en fout, la qualité et la vérité journalistique de son papier n’était ni l’enjeu, ni le but, avec la complicité de la direction de sa rédaction.

      Les "difficultés" du PG n’ont pas vocation à être secrètes, même si elles appartiennent d’abord aux membres du PG, pour des raisons logiques et démocratiques.

      La question est ce que j’attends de Regard dans ces cas-là : donner des faits pour en tirer du sens. Quel sens a cet article ? Aucun si ce n’est la volonté de l’auteur de régler ses comptes avec ce qu’il a aimé et donc de nuire. La direction de la rédaction de Regards ne discute jamais les angles des papiers ? J’en doute. Et s’il est paru ainsi, c’est qu’il est assumé comme tel, au nom de l’avantage que certaines chapelles internes pourraient prendre au nom d’autres. C’est juste du suicide...

      Bruno Le 5 juillet 2014 à 10:58
  •  
  • Enfin un regard lucide sur ce qu’est devenu le PG. Que les bouches s’ouvrent !

    Pablo Le 4 juillet 2014 à 19:19
  •  
  • Qu arrive t il a.regards.?.de fait regards a une responsabilite importante ds la.construction de.ensemble et fdg. Publier ce genre.d.article est irresponsable ! Je vais en faire un et s il est refuser il faudra expliquer pourquoi !!!!

    regis lyon Le 4 juillet 2014 à 20:33
  •  
  • Une seule question : quelle est l’utilité d’un tel article pour faire "avancer" le Front de gauche ou pour mieux encourager les citoyens qui résistent ?
    Aucune ? Bon , alors rodolphe Santerre , vous jouez à quoi ?

    PrNIC Le 4 juillet 2014 à 20:47
  •  
  • Bonjour,

    L’alliance PC-PG a toujours été contre-nature puisque le PC n’accepte pas d’être à la remorque du PG surtout dirigé par un - même ancien - trotskyste. Sans JLM, le PC aurait fait moins de 2 % aux Présidentielles.

    Quant à la situation du FDG, ses 90 villes perdues en Mars (notamment dans le 93 où pour le 1ère fois la droite a la majorité absolue des villes), ses 6-7 % aux Européennes sont le meilleur éclairage de sa situation.

    Enfin sur le plan pratique, le PC a besoin du PS pour bouffer

    Philippe DEHAY Le 4 juillet 2014 à 20:57
       
    • et sans le PC, JLM serait encore sénateur socialiste (et peut-être même ministre de Valls)... au mieux "frondeur" ?

      akrobat75 Le 5 juillet 2014 à 00:51
  •  
  • personne ne réagit au seul commentaire constructif de cet article, celui de Serge Victor militant du PG :

    " le constat de cet article vise juste sur pas mal de points et j’aimerais que mes camarades en profitent pour discuter calmement et ouvertement de nos carences, de nos dysfonctionnements, de nos éventuelles erreurs, et des raisons de nos échecs, plutôt que de sortir l’artillerie lourde contre la première critique venue, ce qui ne fait qu’accréditer l’idée, si chère aux chiens de garde, de notre sectarisme."

    militant du FdG Le 4 juillet 2014 à 22:03
       
    • Le PG est le moins sectaire des partis du FdG il me semble, le plus en contact avec les gens, et c’est logiquement le PG qui a fait le mieux lors des municipales et des européennes. Pourtant, le parti peut faire mieux : c’est clair qu’une gauche crédible doit se positionner contre l’UE, en France.

      Sinon, comme je l’ai déjà dit : la gauche n’a pas besoin de gens comme Clémentine Autain, Eric Coquerel et Corinne Morel-Darleux, franchement. La gauche a besoin de gens qui ne se laissent pas manipuler par le PS et le pouvoir, qui arrêtent avec les petits arrangements à huis clos.

      Il va de soi que la gauche restera faible en France tant que les gens ne peuvent pas avoir un vrai choix d’une nette rupture avec le vieux système, faisandé et corrompu.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 10:37
  •  
  • Voici la lettre ouverte que j’adresse à l’instant à la Rédaction de Regards sur la parution de cet article. Je demande la parution de ce billet à la Une (sans me contenter de le publier en "commentaire"). Un militant Ensemble, en COLERE. Ces âneries doivent s’arrêter et VITE.
    Voici le texte :
    Lettre ouverte à la Rédaction de « Regards », la fabrique de la politique.

    La parution, à la une de votre site, de l’article « Au PG, c’est le temps des tempêtes » pose problème à plus d’un titre.
    Et je suis d’autant plus à l’aise pour dire cela n’étant pas au PG mais à Ensemble.
    D’abord, sur la forme, les expressions employées relèvent plus d’un style « Libération » que de la revue Regards, qui, de fait, porte une responsabilité importante dans le développement du Front de Gauche.
    On ne peut qu’être interloqué par des expressions comme :
    Mélenchon qui « prophétise »
    « Le Parti de gauche sérieusement ébranlé qui sort de la séquence électorale 2014 » (ha bon, et les autres ne le sont pas ??
    « Le parti de Jean-Luc Mélenchon » (il n’y a pas de statut au PG ?? Pourquoi parler du « parti de »... ?
    « Signe des temps, et de l’ambiance qui règne au Parti de gauche, elle (Corinne Morel-Darleux) veut bien parler mais sous couvert d’anonymat. » Alors pourquoi la citer ? Pourquoi écrit-elle ? Ce n’est pas le meilleur moyen d’être « anonyme » !! L’auteur se vautre dans le ridicule.
    « Le silence de Mélenchon » : il suffit de lire son blog pour avoir toutes les explications...
    Et c’est comme cela à toutes les lignes, sans parler de « Raquel Garrido, la puissante patronne du secteur "6e République" ». Là, on dirait un article classique des médias dominants qui ne peuvent s’empêcher de parler de « patrons » pour tous les responsables politiques, syndicaux, etc.. Et qui ne connaissent pas la notion de mandat !

    Sur le fond ensuite. Les « informations » sont ambigües, paradoxales, approximatives, voir énigmatiques ! De quelle ligne politique parle-t-on, de quelles alliances etc...

    Un seul exemple. Quand on lit : l’attaque « porte d’abord sur la capacité du PG à analyser la défaite aux européennes et la manière dont sa ligne politique y a contribué. « Face à ce qu’il faut bien appeler un double désastre national avec la conversion désormais totale et affichée du PS au libéralisme et l’ancrage du Front national dans le paysage politique, force est de constater que le Front de Gauche et le PG n’ont pu ni s’y opposer ni en tirer parti. ». Quand on a dit cela, on n’a strictement rien dit. Quel est l’objectif poursuivi ? Quelle est la stratégie alternative proposée ? Une alliance avec les « socialistes affligés », la « nouvelle donne », le PS ?? Rien n’est dit clairement. Alors, nous avons envie de répondre : l’auteur (ou les auteurs ?) est-il capables de faire une quelconque analyse de la situation et qu’en tire-t-il comme conclusion ? Nous ne le saurons sans doute jamais !

    Bref, avec la parution de cet article qui suinte le règlement de compte personnel et le délire d’un individu, on peut réellement se demander à quoi joue, non pas l’auteur de l’article, mais la Rédaction de Regards.

    C’est en effet la Rédaction que nous mettons ici en cause. Et peut-être cela va-t-il déclencher une série de tempêtes au sein de votre revue web ?

    A moins que vous ne soyez toutes et tous d’accord pour publier des articles qui, manifestement, n’ont qu’un seul objectif : semer la zizanie, mépriser les militantes et les militants (car c’est à cela que cela revient), déclencher des guerres de chapelles.

    Nous sommes, avec ce genre d’articles, à mille lieux de propos constructifs, d’analyses pertinentes. Et pourtant, c’est de cela dont nous avons toutes et tous besoin.

    En surmontant les difficultés, en donnant la parole à toutes et à tous, en cherchant à perfectionner constamment nos modes de fonctionnement, en OUVRANT DES PERSPECTIVES, nous avons la responsabilité de faire vivre, non pas tant nos organisations respectives, que le FRONT DE GAUCHE.

    Dans le cas contraire, il n’y aura aucun espoir possible.

    N’avez-vous donc pas compris cela ? A quoi pensez-vous en validant la parution d’un tel article et aux dégâts qu’il pouvait provoquer chez des adhérents déjà assommer par les coups bas du gouvernement à l’incapacité actuelle à fédérer réellement les forces du Front de Gauche ?

    Etes-vous à ce point aveugles, sourds .... et peut-être muets ? (puisque vous n’avez pas jugé bon, jusque là de répondre aux interpellations de dizaines de militantes / militants qui ont commenté l’article en question.

    Pour finir, et parce que je suis un MILITANT EN COLERE, je vous demande :

    1 ) Si une sélection des articles est faite ? Dans ce cas, il faut vous expliquer votre décision de publier l’article de monsieur « santerre ».
    2 ) Si aucune sélection n’est faite, je vous demande alors publier immédiatement ce billet critique à la Une de votre site

    Dans tous les cas, vous ne pouvez en rester là. En l’absence de réponse, je demanderai à toutes les militantes et tous les militants de ma connaissance, à Ensemble, au PG, au PCF de vous adresser le même type de droit de réponse, jusqu’au désabonnement en cas de persistance dans la « non réponse ».
    Il va de soi également qu’une réponse « langue de bois » ne pourrait convenir. A vous de la travailler très attentivement et sérieusement.

    Régis Dauxois, militant de Ensemble, Lyon.

    regis dauxois Le 4 juillet 2014 à 22:27
       
    • Je partage tout à fait ton point de vue camarade. Cet article estmalhonnête intellectuellement et je souhaite qu’il soit clarifié qu’E ! n’est nullement engagé dans un tel positionnement alors que nombre de militants pégistes pensent le contraire. Il n’ya pas de place chez nous pour relayer les pyromanes ! J’espère que ta lettre sera publiée .

      Loïc de Nice Le 6 juillet 2014 à 00:39
  •  
  • Cet article n’exprime que des sous-entendus que peu de monde, à part le sérail, peut comprendre.

    On sent de l’amertume mal contrôlée de la part de quelqu’un qui a du mal à trouver sa place.

    Si on voulait une preuve de la fragilité des alliés du FdG , la voici.

    C’est normal de s’interroger après une défaite, mais tirer à boulets rouges sur Mélenchon est honteux, surtout de la part de ceux qui n’ont rien fait de mieux que de "sucer sa roue" depuis 2005 ( c’est bientôt le tour de France...).

    Si la politique du PS, d’EELV et de la soit-disante gauche du PS convient mieux à certains, et bien qu’ils s’allient à eux ouvertement , mais qu’ils évitent les positions opportunistes, ils en seront plus crédibles.

    La Sixième Le 4 juillet 2014 à 22:47
  •  
  • " force est de constater que le Front de Gauche et le PG n’ont pu ni s’y opposer ni en tirer parti. ». "

    C’est drôle que l’auteur de l’article fasse une différence entre le Front de Gauche et le Parti de Gauche ...

    C’est déjà la marque de son parti pris.

    Bien déçue également que le journal fondé par C. Autain en soit là.

    J’approuve le billet de Régis Dauxois.

    La Sixième Le 4 juillet 2014 à 23:09
       
    • Raté. L’auteur reprenait dans le texte un extrait de la lettre de C. M-D qui circule partout sur les réseaux. Si vous ne voyez pas la différence entre composantes du Front de Gauche et Parti de Gauche, au moins apprenez à lire.

      Biloute Le 5 juillet 2014 à 00:59
  •  
  • toujours pas de réponse sur le fond... on voit quand même que cet article touche au but dans le sens où il ne suscite que "réactions indignées" et non débat...

    militant du FdG Le 5 juillet 2014 à 00:43
       
    • Objectivement, ce n’est pas vrai. J’ai moi-même répondu sur le fond plusieurs fois ici-même. Votre manque de perspective critique vis-à-vis de cet article pose question.

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 11:33
  •  
  • C’est amusant, on retrouve l’expression "colonne de fer" dans cet article : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1152910-parti-de-gauche-militant-j-ai-decide-de-rendre-ma-carte.html

    Je dis ça...

    Joseph S. Le 5 juillet 2014 à 00:44
  •  
  • enfin des choses qui devaient être dites ! merci pour cet article très éclairant, vive le PCF et vive Sttaline !

    militant FDG Le 5 juillet 2014 à 00:49
  •  
  • pour rappel ce dont il est question ici (en dehors des querelles de clochers) = "le constat de cet article vise juste sur pas mal de points et j’aimerais que mes camarades en profitent pour discuter calmement et ouvertement de nos carences, de nos dysfonctionnements, de nos éventuelles erreurs, et des raisons de nos échecs"

    militant du FdG Le 5 juillet 2014 à 00:54
  •  
  • Comment un parti peut il avoir un "chef" aussi visionnaire, intelligent et inspiré et avoir, en même temps, une base militante aussi sectaire et aigrie ?

    Voilà un des problèmes du PG. L’adoration sans limite et sans recul à une organisation et une absence totale de capacité d’autocritique. "On est les meilleurs, les plus forts et on va gagner ... même si on au final on ne sera que quelques centaines".

    La sacro-sainte "pureté" donc se réclament les militants jusqu’au boutistes du PG ne laisse pas sans rappeler les autres partis d’extrême gauche, de LO au NPA. A force de rejeter en bloc toutes les critiques sous prétexte que ce sont des critiques, on fini consanguins et sans moyens.
    Vous pensez que le PG est sur la bonne voie ? continuez !! la gauche avancera sans vous.

    Vous êtes en train de détruire le rêve de millions d’électeurs (qui se foutent du PG du PCF et consorts) qui ont voté JLM en 2012. Et vous ne le voyez même pas tellement vous êtes enfermés dans vos certitudes et votre égo surdimensionné !

    Serge Le 5 juillet 2014 à 01:00
       
    • Parmi les trois composantes du FdG, c’est le PG qui s’en sort le mieux quand il s’agit de garder ses distances avec le vieux système corrompu (= le PS et son arrosage mafieux de postes et pognon). Que Mélenchon soit perçu comme la personnalité qui incarne le mieux les valeurs de la gauche est aussi un signe que le PG réussit là où les autres composantes échouent. Vu que les composantes du FdG ont à leur tête des personnalités qui ont participé au vieux système corrompu, il leur faut décupler bien plus d’efforts que Syriza en Grèce, pour convaincre les gens de leur intégrité, et il n’y a que le PG qui semble comprendre/vouloir cela.

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 09:48
  •  
  • Hé ben... Tout ça pour ça ?
    Tous ces gens qui parlent de démocratie, de 6ème République et de révolution citoyenne sans supporter la moindre contradiction, le moindre regard critique, le moindre débat. Il suffit pourtant de lire les échanges d’amabilité entre membres du PG sur les réseaux sociaux pour en savoir au moins autant que ce qui est écrit dans l’article, qui n’a au demeurant pas grand intérêt sinon de confirmer que le PG est hanté par les vieux démons du PS, dont sont issus la plupart de ses dirigeants.
    Vous n’allez tout de même pas demander l’intervention de chars soviétiques parce qu’un "journaliste" a pondu un papier un brin assassin dans un périodique à diffusion si confidentielle ?
    Il y a des choses plus graves dans ce monde en ce moment : la France a encore perdu contre l’Allemagne, merde !

    akrobat75 Le 5 juillet 2014 à 01:06
  •  
  • merci serge ! ça fait du bien de te lire !

    Pierre du 33 Le 5 juillet 2014 à 01:06
  •  
  • Bravo les commentateurs qui déduisent des réponses (légitimement) énervées de militants PG à cet ""article"" que ceux-ci sont des "sectaires aigris" idolâtrant Mélenchon. On la sent la volonté unitaire là, hein. Le FdG vient de rater son année électorale à cause de son manque d’ambition stratégique et idéologique, et hop, on tape sur ceux qui tentent tant bien que mal de défendre le projet qu’il incarnait. Continuez de vous mettre le doigt dans l’œil, mes braves.

    Sur ""l’article"" en lui-même : il illustre à merveille une phrase fameuse de Debord dans ’La société du spectacle’, au sujet du vrai devenant un moment du faux...
    Oui le PG a des problèmes nombreux à régler : manque d’organisation trop souvent, démocratie interne parfois ’brusquée’, concentration sur l’agit-prop au détriment de la réflexion de long-terme, défaut de formation des militants et des cadres, et surtout des alliances politiques à repenser urgemment. Mais au fond, ce ne sont que des problèmes ’normaux’ pour un mouvement politique encore jeune, et qui n’a guère eu le temps pour l’instant de faire un retour critique satisfaisant sur lui-même.
    Par ailleurs, si des militants sont partis ou se sont éloignés du parti cette année, ce n’est pas pour les raisons évoquées par ""Santerre"" (raisons qui devaient par contre probablement être les siennes, à une autre époque). Le principal facteur de démobilisation, ce fut l’ambiance infecte de la campagne des municipales en de nombreux endroits, qui signifiait que le FdG était mort sur le plan moral. Ce qu’il faut mettre en cause, ce n’est pas le "sectarisme" de la ligne du PG (qui n’était que la continuation de l’ambition originelle du FdG) mais l’opportunisme politique désastreux d’une partie de l’appareil PCF. Un vieux problème de la gauche et du mouvement ouvrier, par ailleurs...

    Quoi qu’il en soit, ce n’est pas en colportant des ragots et des on-dit, à des fins certainement pas bienveillantes, que Regards pourra aider le PG et le FdG à aller de l’avant.

    Thad Guenver Le 5 juillet 2014 à 04:02
       
    • +1 !!
      J’insiste dans ce commentaire sur deux points : le manque de formation des militants : je pense que là est un souci fondamental du PG. Le militantisme est une course de fond, demandant de nombreux sacrifices parfois, de la discipline, de la patience (obstination), de la ténacité. Bref, cela demande de se consacrer des années durant à sa "cause". Or, selon moi, la jeunesse (physique ou militante) de nombreux PGistes a fait que trop ont cru que tout serait joué en 2012 à la présidentielle. Une campagne, on règle les problèmes et hop, on retourne regarder GoT. Malheureusement, le chemin est plus long et ardu que cela.
      Le deuxième point : la responsabilité constante du PCF depuis les législatives incluses. Inutile d’y revenir, mais selon moi, ce parti a tué le FdG.
      Si, en outre, l’auteur de cet article est bien le Nathanel Uhl de la bande a Elias, alors il faut ajouter la crapulerie de la méthode à la bêtise stratégique de ce parti..........(et Regards porterait alors une lourde responsabilité dans ces méthodes)

      Facétieux Le 5 juillet 2014 à 11:06
    •  
    • +1 ! (pour ne pas dire +10.000 !)

      Rafik (EELV, ex-PG, souhaitant l’unité PG-EELV)

      Rafik Le 7 juillet 2014 à 11:54
  •  
  • Voici après le Figaro, le papier de Regards
    Effectivement l’article est mauvais. Certains raccourcis sont "forcés" d’après le peu d’information que j’ai sur le sujet. Des positions qui se confrontent dans le débat politique interne et donc contradictoires, sont rapprochés artificiellement par des "citations" tronchés et sorties du contexte, pour ainsi permettre à l’auteur de dire ce qu’il a envie de dire...
    Je ne discute pas la mauvaise qualité journalistique de ce papier, ni que ce billet soit une "stratégie" à peine déguisée pour tenter de drainer vers Ensemble des militants PG déçus ou déconcertés.

    Mais ceci dit ? Qui donne le bâton pour se faire battre ?
    Il n’y a pas que du faux dans ce papier. Bien sur je ne vais pas aborder ici le fond, car cette page est publique et un débat interne doit rester "interne" pour être efficace. Mais contrairement à certains commentaires sur la toile, ce n’est pas en dénonçant la vendetta et la frustration personnelle d’un ex militant que l’affaire sera réglée. Il faut aussi tenter de comprendre pourquoi certains sont frustrés et la partie de vérité qu’il y a dans leurs propos.

    La vérité est que c’était illusoire de penser que la vie interne du PG resterait secrète longtemps. Et que au lieu de traiter d’irresponsables ou d’égocentriques ceux qui ont tiré la sonnette d’alarme avec ses petits moyens, un temps précieux qui aurait dû être utilisé pour mettre en place un débat interne et profitable au parti à été perdu, et de cela, les instances chargées d’animer le débat politique interne au PG sont les seules responsables. Non pas le Figaro, ni Regards, ni tous ceux qui s’enfonceront dans la brèche pour tenter de tout faire exploser. Aussi médiocres soient-elles leurs publications.

    Ma première question : assumeront-elles les instances du PG leur responsabilités aussi politiques et personnelles ?

    Qui sait ? Même si maintenant et malheureusement c’est bien trop tard, un miracle est toujours possible. Le "débat" (même si dans ce cas là j’utiliserais plutôt le mot "boucherie") aurait lieu sur la place publique et je crains que les conséquences seront très mauvaises pour le PG, et ce qui est pour moi bien plus grave encore, pour la chance de l’Ecosocialisme et de la Révolution citoyenne.
    En effet ce "débat" ouvert et souvent mal intentionné (comme cet article de Regards) , trouvera un bon nombre des militants et sympathisants désinformés, déboussolés, assommés par les derniers résultats électoraux et "perdus politiquement". Donc nous pouvons craindre le pire.

    Je espère seulement que même si ceux qui sont responsables de cette situation (par action ou par "laisser faire"), n’ont pas le courage politique de reconnaître politiquement leurs erreurs ni leur exécrable gestion, ils aurons au moins l’honnêteté intellectuelle de reconnaître dans leur intimité des "militants", qu’ils sont en train de couper la branche sur laquelle ils (elles) sont assis. Je crains que pour certains, cela leur parlera plus... :(

    Eduardo de la Vega Le 5 juillet 2014 à 05:11
       
    • "Il faut aussi tenter de comprendre pourquoi certains sont frustrés et la partie de vérité qu’il y a dans leurs propos."

      C’est pourtant assez simple. Le PG aspire à être un parti nouveau, s’inscrivant donc en rupture avec les partis établis et leur mode de fonctionnement (officiel et officieux), mais en même temps, on y trouve plein de gens qui viennent de ces vieux partis (PS, EELV, etc.) et qui dès lors ont du mal avec ça, cette ligne de rupture. Il me semble évident que Corinne Morel-Darleux, qui vient du PS, ait du mal à accepter l’idée qu’il faille faire des choix radicaux. Elle doit penser en son fort intérieur selon ces vieux schémas de petite soupe de pouvoir et d’influence : qu’elle n’a pas pu influencer le PS de l’intérieur, et que donc elle allait quitter le PS pour rejoindre le PG, avec comme but une cooperation PG-PS (un peu comme EELV : irréaliste et finalement un grand cadeau à la droite). Je suis donc content qu’elle ne se sente plus chez soi au sein de la direction du PG, parce que la gauche n’a pas besoin des gens comme Clémentine Autain, Eric Coquerel et elle, franchement. La gauche a besoin de gens qui ne se laissent pas manipuler par le PS et le pouvoir, qui arrêtent avec les petits arrangements à huis clos.

      Il va de soi que la gauche restera faible en France tant que les gens ne peuvent pas avoir un vrai choix d’une nette rupture avec le vieux système, faisandé et corrompu.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 10:25
  •  
  • On sent toute l’aigreur de l’ex-milicien PG (qui a quitté son parti aux municipales avec fracas pour rejoindre le parti dit des 100m) qui transparait dans ce papier sans intérêt.

    Il a joué, il a perdu.

    Jérôme en Provence Le 5 juillet 2014 à 10:38
       
    • Un nom peut-être ?

      Moi je pensais à un certain N.U. .....

      Robert Le 5 juillet 2014 à 13:57
  •  
  • Entre ceux qui relaient au public (même parfois dans les merdias !) les débats internes, les rumeurs et les on-dit,

    Entre les mélenchonolatres (pire que les mao français) pour qui rien n’est critiquable chez JLM et le PG, sous peine de lèse-majesté,

    Entre ceux qui profitent de problèmes internes pour régler des comptes (je te vois "santerre") ou pour faire avancer leur ligne, peut importe les dégâts comme sur le parti ou l’appareil,

    Entre ceux pour qui tout problème ou critique est un complot de l’extérieur, quasiment venant du mossad et de la CIA,

    On se dit que le PG est mal parti...

    Il faut pourtant bien qu’il y ait un parti solide, moteur au FdG, qui ne cède ni aux sirènes de la collaboration et la lutte des places d’un coté, ou le gauchisme stérile de l’autre. Il est temps que le PG se redresse et retrouve le souffle qui l’a si bien porté durant la présidentielle.

    RT Le 5 juillet 2014 à 10:52
       
    • Merci RT de nous ramener au donc fond du débat qui traverse le PG et, en réalité l’ensemble du FDG, voire des forces de gauche en Europe (voir le débat qui traverse et Izquierda Unida et Podemos en Espagne).

      La voie est étroite effectivement entre la nécessité de porter l’alternative politique, économique et sociale sans concession sans tomber dans le repli sectaire et ultra gauchisant sue l’on peut constater déjà chez certains de mes camarades du PG. La route est longue, mais ce débat est noble et à des années lumières des médiocres préoccupations de Rodolphe Santerre...

      Bruno Le 5 juillet 2014 à 11:08
    •  
    • @ Bruno :

      "La voie est étroite effectivement entre la nécessité de porter l’alternative politique, économique et sociale sans concession sans tomber dans le repli sectaire et ultra gauchisant que l’on peut constater déjà chez certains de mes camarades du PG."

      Là vous faites écho à ceci, dans l’article :

      "un très proche de Raquel Garrido, la puissante patronne du secteur "6e République", commentant la campagne de Danielle Simonnet lors de la municipale parisienne, n’a pas hésité à lâcher : « Plus gauchiste que ça, tu meurs. On ne pouvait pas trouver pire candidate à Paris »."

      Vraiment ? Vous pensez vraiment que Raquel Garrido, cette avocate aux vêtements chics, qui ne sait qu’abstraitement ce qu’est un prolo, aurait pu faire un score aussi bon que celui de Simonnet dans le 20ème ? Non, franchement, pour moi c’est clair, la gauche n’a pas de futur en écartant des gens comme Simonnet. Simonnet a réussi, malgré l’image pourrie donnée par le FdG (le PCF allant sans vergogne tapiner pour le PS), de convaincre des gens, c’est-à-dire de les convaincre, notamment, qu’il y a encore de l’espoir dans le FdG (malgré le tapinage déchainé du PCF) et, plus particulièrement, au PG.

      D’ailleurs, Simonnet a été élue (au conseil de Paris) avec 10,35% et 5692 voix au premier tour et 13,66% et 7732 voix au deuxième tour dans le 20ème, alors que Garrido a échoué électoralement (aux européennes) avec 10,14% et 4974 voix dans le 20ème.

      On le voit partout ailleurs en Europe, c’est la ligne d’autonomie et d’opposition totale, sans aucune compromission, au PS local, qui est le pari gagnant : pour Siryza en Grèce, Podemos en Espagne,... Alors pourquoi perpétuellement se torturer l’esprit avec cette fausse question du PS en France ????

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 11:49
  •  
  • C’est bien d’avoir "le courage de ses opinions" en se cachant derrière un pseudo à tiroirs qui plus est…Mais comme dans les meilleurs polars, une seule question demeure : "A qui profite le crime ?". Qui a le plus intérêt à dénigrer le PG et à vouloir achever ce parti soit-disant moribond ?

    Laurence JOBARD Le 5 juillet 2014 à 11:03
       
    • Quand on voit les commentaires violents de l’article par les militants PG, on comprends quand même que l’auteur veuille garder l’anonymat.

      bdpif Le 5 juillet 2014 à 20:56
    •  
    • @bdpif

      Vous ne seriez pas l’auteur de l’article par hasard ?

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 10:07
    •  
    • la Fase, Regards.fr, la directrice de la publication...

      Rafik (EELV, ex-PG) Le 7 juillet 2014 à 12:08
  •  
  • pour répondre sur le "fond" aux questions soulevées par cet article :

    1- Regards est le seul organe de presse de gauche à avoir pointé du doigt la lourde faute du pc aux élections municipales : pour quelques élus à Paris qui n’auront aucun poids sur le ps, celui-ci à continué à perdre la "banlieue rouge" et sauté à pieds joint sur le FDG.

    http://www.regards.fr/web/pcf-en-seine-saint-denis-la-chute,7627

    2- la stratégie du PG avec le culte à outrance du "chef" et les sorties emportées et caricaturales du "chef" et de la direction, à contribué à disqualifier la dynamique du FDG.

    JLM, après avoir passé toute sa carrière au sénat pour le compte du PS, s’est réveillé en gauchiste et leader maximo mais ce dont nous avions besoin ce n’est pas de radicaliser le discours et de tout placer dans la "charisme" d’un leader mais de réussite électorale, or celle-ci n’est pas venue donc cela ne marche pas, donc il faut changer la stratégie.

    Les gens ont trouvé que JLM n’a certes pas sa langue dans sa poche mais ils ne croient pas qu’il puisse, lui et son parti, changer réellement la donne... Comment y remédier ? Peut être en étant plus pragmatique et moins lyrique... Les gens veulent des responsables sérieux, capables, et non des hommes politiques qui font des "beaux discours", des "bons orateurs" incapables de faire suivre leur belles envolées discursives dans la réalité...

    Merci donc à Regards d’avoir lancé, tant mal que bien, le débat...

    Pierre du 33 Le 5 juillet 2014 à 11:50
       
    • "JLM, après avoir passé toute sa carrière au sénat pour le compte du PS, s’est réveillé en gauchiste et leader maximo mais ce dont nous avions besoin ce n’est pas de radicaliser le discours et de tout placer dans la "charisme" d’un leader mais de réussite électorale, or celle-ci n’est pas venue donc cela ne marche pas, donc il faut changer la stratégie."

      Non. L’intéressant avec Syriza, c’est qu’il s’agit d’un parti sans liens avec le système corrompu d’où proviennent le PCF, Ensemble et le PG. Et parmi ces trois composantes du FdG, c’est le PG qui s’en sort le mieux quand il s’agit de garder ses distances avec le vieux système corrompu (= le PS et son arrosage mafieux de postes et pognon). Que Mélenchon soit perçu comme la personnalité qui incarne le mieux les valeurs de la gauche est aussi un signe que le PG réussit là où les autres composantes échouent. Vu que les composantes du FdG ont à leur tête des personnalités qui ont participé au vieux système corrompu, il leur faut décupler bien plus d’efforts que Syriza en Grèce, pour convaincre les gens de leur intégrité, et il n’y a que le PG qui semble comprendre/vouloir cela.

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 16:53
    •  
    • Pierre du 33 écrit : "JLM, après avoir passé toute sa carrière au sénat pour le compte du PS, s’est réveillé en gauchiste et leader maximo mais ce dont nous avions besoin ce n’est pas de radicaliser le discours"

      Pierre du 33, tu es à la Fase ou Ensemble ?

      Rafik (EELV, ex-PG) Le 7 juillet 2014 à 12:11
  •  
  • J’en ai assez qu on me traite de sectaire, d’idolatre et de je ne sais quelle betise de ce genre..! oui je suis au pg et j’y reste parce que la ligne politique me convient. je ne suis pas une fan débile qui sursaute dès que l’on dit du mal de Melenchon. j’ai quitté differents partis avant d’être au pg parce que je n’étais plus d accord avec ses dirigants et cela n’a pas été simple de devoir quitter une formation dans laquelle on a cru..donc pas de leçons à me donner. Lors des municipales, je n’arrivais plus à convaicre les gens de voter front de gauche car beaucoup ne comprenaient plus rien en voyant le fdg allié au ps et qui du coup alors qu ils commencaient à vouloir s’interesser à la politique on tous fini par lacher en disant ’ je comprend plus rien en fait c est vrai ils sont tous pourris tous les mêmes" il était très difficile alors de trouver les arguments.. qui est allé se mettre avec le ps ? c’est le pg ? c’est melenchon ? qui a defendu, dans sa grande majorité cette decision des dirigants sans broncher voire même en mordant ceux qui osaient le critiquer ?? qui a jouer les fans et les idolatres sans mouffeter ??
    qui parle de la fin de l emission de mermet sur france inter radio publique qui ? le pg et melenchon sur son blog

    moynacq Le 5 juillet 2014 à 12:01
  •  
  • Bon bah voilà c est Regards lui même qui annonce la mort du Parti de gauche , qui devient un NPA bis dans sa montée brutale et sa chute brutale

    Personne ne se souvient de Dolez mais bcp se souviendront de sa sentance prophétique sur le "gauchisme" du PG , que cet article valide complètement ...

    Pour Marseille , l’ état du PG , et du Front de gauche est aussi catastrophique que le ton de cet article - Paix à son âme !

    THIERRY HERMAN Le 5 juillet 2014 à 12:19
       
    • Mais non, une politique de gauche est toujours possible, on le voit en Grèce et ailleurs :) Dommage que le PG est si seul dans le FdG, mais ce n’est pas fatal, on a essayé le FdG, maintenant il ne reste que le PG et peut-être le NPA au niveau des partis politiques, voyons ce que ça peut donner.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 13:30
  •  
  • Le front de gauche explose !!!!!

    #Affrontdegauche !!!

    Heureusement qu’il y a des gens responsables pour assurer la victoire de F. Hollande face au fhaine et sarko !!!!!

    Grandludo Le 5 juillet 2014 à 13:01
       
    • C’est un militant PS qui parle ?????

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 13:35
  •  
  • Il n’y a pas de Gauche sans politique de gauche.
    Il n’y a pas de politique de gauche sans démocratie.
    Il n’y a pas de démocratie sans les citoyens.

     arrangez-vous avec ceux qui font une politique de droite
     accepter quelques strapontins pendant qu’ils cassent tranquillement les faibles instruments de la démocratie (code du travail, laïcité...)
     partagez les secrets de ceux qui décident dans notre dos de Tafta de Tisa ou de casser les communes.

    Vous serez présents, enfin heureux, dans les régions, le sénat, l’assemblée et l’EEUUrope parce que fin stratèges.

    Dix ans sont passés depuis le TCE, plus de trente depuis la décision d’un tournant néolibéral imposant aux Etats de se financer sur les marchés financiers, deux ans que le PS (pas seul) mène une politique libérale, alors quoi de plus utile que ce genre d’article ???

    Nous cet AM on bosse sur les luttes de la rentrée
    y’aura du PG, du PC, du NPA, de l’UFAL, de la CNL, de la CGT, de la FSU, du SUD, de la CNL, de l’amicale laïque, du Prof, de la femme de ménage, de l’artisan, de l’ingénieur, du retraité, du jeunot, des filles, des gars ..

    Et ce soir on boit un coup !

    Et vous où serez-vous ??

    Algui militant PG de Saint Malo Le 5 juillet 2014 à 13:20
  •  
  • Mouarf.

    Qu’il y avait-il à attendre de cette "gauche" réformiste et nationaliste ?

    C’était et cela demeure une illusion pour les travailleurs...

    ... et le devoir de tout militant communiste révolutionnaire est de combattre cette illusion.

    Recriweb Le 5 juillet 2014 à 13:39
       
    • Votre compte Twitter me donne l’impression que vous êtes militant LO...

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 13:55
  •  
  • Manuel MOUTOUSSAMY-DARDEL

    Ce genre d’article à pour objectif d’enregistrer et d’analyser nos réponses dans le but de prendre la température interne du PG et dois-je vous rappeler Mesdames, Messieurs que justement nous devrions continuer notre lessive en interne...et non pas nous étaler sur ce blog stupidement comme des écoliers perturbés dans leurs fiertés...
    A bon entendeur @+

    Manuel MOUTOUSSAMY-DARDEL Le 5 juillet 2014 à 14:05
  •  
  • " Ainsi, un très proche de Raquel Garrido, la puissante patronne du secteur "6e République", commentant la campagne de Danielle Simonnet lors de la municipale parisienne, n’a pas hésité à lâcher : « Plus gauchiste que ça, tu meurs. On ne pouvait pas trouver pire candidate à Paris ». "

    Parfaitement d’accord !

    Ian Le 5 juillet 2014 à 14:47
  •  
  • Je confirme les propos de la personne précédente (Ian.) Il n’y a pas pire gauchiste que Danielle Simonnet qui n’a pas accepté la voie réaliste de la politique parisienne lors des municipales.

    P. Laurent Le 5 juillet 2014 à 14:52
       
    • Vraiment ? Vous pensez vraiment que Raquel Garrido, cette avocate aux vêtements chics, qui ne sait qu’abstraitement ce qu’est un prolo, aurait pu faire un score aussi bon que celui de Simonnet dans le 20ème ? Non, franchement, pour moi c’est clair, la gauche n’a pas de futur en écartant des gens comme Simonnet. Simonnet a réussi, malgré l’image pourrie donnée par le FdG (le PCF allant sans vergogne tapiner pour le PS), de convaincre des gens, c’est-à-dire de les convaincre, notamment, qu’il y a encore de l’espoir dans le FdG (malgré le tapinage déchainé du PCF) et, plus particulièrement, au PG.
      D’ailleurs, Simonnet a été élue (au conseil de Paris) avec 10,35% et 5692 voix au premier tour et 13,66% et 7732 voix au deuxième tour dans le 20ème, alors que Garrido a échoué électoralement (aux européennes) avec 10,14% et 4974 voix dans le 20ème.
      On le voit partout ailleurs en Europe, c’est la ligne d’autonomie et d’opposition totale, sans aucune compromission, au PS local, qui est le pari gagnant : pour Siryza en Grèce, Podemos en Espagne,... Alors pourquoi perpétuellement se torturer l’esprit avec cette fausse question du PS en France ????

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 15:07
    •  
    • Ce qui s’est réellement passé à Paris sous Delanoë, Brossat, Autain et consort : flicage des précaires, détournements des fonds publics vers le privé via des partenariats public-privé, etc.
      L’union de la "gauche" du PS-UMP-EELV à Paris a surtout accouché d’une politique de droite pur jus : flicage des précaires, spéculation immobilière et rejet des populations prolétaires hors de Paris, cadeaux fiscaux aux entreprises,... Et un peu de maquillage démago (Paris plage et autres horreurs mercantiles du genre) pour essayer de faire passer la pilule, du moins face aux médias...
      A noter d’ailleurs que, paradoxalement, les arrondissements UMP ne sont plus forcément les pires sur certains points : dans le XVIème par exemple, on flique peu les RSAstes, comparé aux arrondissements du nord et de l’est parisien où là la Gestapo municipal PS-PCF se déchaîne.

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 15:24
  •  
  • Quelle tristesse pour moi de lire cet article et tous les commentaires qui s’en suivent ! Et surtout de constater que rares sont ceux qui en tirent des conclusions donnant de l’espoir pour la suite.

    Pour dire d’où je parle, je fais partie de ces gens à sensibilité très à gauche mais pas franchement militants (et peu "formés" comme le dit un des commentaires). A la suite de la campagne des présidentielles j’ai adhéré au PG. J’ai participé aux grandes manifs en me déplaçant sur Paris, tracté un peu ; rien d’extraordinaire, mais j’avais de l’espoir et l’envie de m’impliquer de plus en plus.
    La campagne des municipales, les conflits internes au FdG, au national et au local, les insultes et le sectarisme ... et voilà, vous avez tous réussi à me dégouter !
    Je fais partie des 25% d’adhérents qui ont quitté le PG (pas seulement en ne renouvelant pas ma cotis’ je les ai informés que je rendais ma carte ... ils m’ont répondu qu’ils me laissaient sur les listes de diffusion)

    ... et surtout ce que je voulais vous dire, à tous, c’est que vous avez réussi votre coup : vous m’avez aussi dégoûtée du militantisme actif !

    Nounourse Le 5 juillet 2014 à 14:59
  •  
  • le témoignage de "Nounourse" devrait nous interpeller... j’ai moi aussi rendu ma carte du PG à la suite de cette année catastrophique... je suis très déçu par le tournant gauchiste qu’à pris ce parti et par la personnalité de jean-luc Mélenchon qui me paraît bornée et caricature la lutte de gauche... et je suis très déçu par le choix qu’à fait le pc pour les municipales, sans le FdG tous les efforts réalisés ces dernières années vont tomber à l’eau que les directions de ces deux partis se ressaisissent !!! on entend, nous à la base, beaucoup mieux que cela !!!

    Jean-claude Le 5 juillet 2014 à 15:42
       
    • Mélenchon est la personnalité qui incarne le mieux les valeurs de la gauche selon un sondage récent. Ce n’est pas avec lui et sa ligne majoritaire dans le PG que les gens ont un problème, il faut donc regarder ailleurs dans le FdG, et ce n’est pas beau... Moi aussi j’ai voulu croire au FdG, mais je me rends compte qu’il vaut mieux que le PG poursuive sa ligne en dehors du FdG, parce que ce n’est pas avec Clémentine Autain et Pierre Laurent que ça va se faire...

      Ceci dit, j’aime bien l’idée d’un tandem PG-NPA, Mélenchon-Besancenot. Ca pourrait être intéressant, pas le bordel qu’est le FdG. Reste un problème majeur : il faut en France une gauche qui soit clairement contre l’UE, il me semble, au moins qu’elle prone un référendum sur l’UE.

      A noter : lors de la campagne européenne, quand le FdG a fonctionné comme une muselière pour Mélenchon, les billets sur son blog ont été beaucoup moins "aimés". Maintenant ils sont autant "aimés" qu’avant la campagne. Encore un signe comme quoi c’est le FdG qui plombe Mélenchon et le PG et non l’inverse... Et ce sont les listes menées par le PG qui ont fait le mieux lors des européennes...

      Michel E. Le 5 juillet 2014 à 15:57
  •  
  • Bravo encore à la Rédaction du site Regards qui a réussi à créer un vrai "débat" de merde. Et qui laisse encore l’article à la une aujourd’hui, en jouant les abonnés absents...
    Lamentable.

    regis dauxois Le 5 juillet 2014 à 16:05
  •  
  • Si l’auteur de l’article se prévaut d’infos de première main, il faut à tout le moins qu’il sache que la situation a évolué dans le Puy de Dôme.
    "Même son de cloche dans le Puy-de-Dôme où les responsables départementaux, solidement ancrés sur le terrain, tiennent la boutique."
    ... Et que les "responsables départementaux, solidement ancrés sur le terrain," ne tiennent plus boutique depuis l’AG départementale de samedi dernier. Il y a appel de leur part mais leur position est compromise, au profit d’une nouvelle équipe. A suivre donc, sachant que l’essentiel reste à faire... construire ce Front dont on a absolument besoin, et ce très rapidement. Et pour ce faire il faut travailler à l’unité, plus que jamais !

    ma63 Le 5 juillet 2014 à 18:54
  •  
  • Il est de bon augure que la gauche romantique et irresponsable se casse ainsi les dents.

    Dommage qu’ils aient emporté dans leur chute gauchiste EELV qui a perdu toute crédibilité en refusant la main généreusement tendue par Manuel Valls.

    Gaëtan Le 5 juillet 2014 à 20:10
       
    • Qu’est ce que Valls irait faire avec la gauche mediapart voyons ! ;)

      Mathieu Le 5 juillet 2014 à 21:25
  •  
  • Bonjour
    Avez-vous lu le récent texte paru sur médiapart concernant "les urgences du Fdg" ?
    Un truc un peu plus politique…

    Olivier (PG) Le 5 juillet 2014 à 20:27
       
    • Moins provocateur, mais peu convaincant. L’article essaye de donner l’impression que le FdG aurait pu marcher avec une meilleure coopération entre les différentes composantes, mais ne semble pas voir l’irréalisme qu’il y a dans tout cela. Le PG a fait tout son possible en tant que parti jeune, on ne peut pas vraiment dire que c’est réaliste de demander plus que les quelques années que le parti a existé. Le PCF, par contre, est un vieux parti et avait toute une organisation en place. Mais, justement, le parti est trop vieux et corrompu. Enfin, pour ne citer qu’un extrait caricatural et faux :

      "Les dirigeants du PG (...) jugent (la période) propice « à la révolution citoyenne », prennent force exemples sur le Vénézuela et l’Equateur, citent « les révolutions arabes », envisagent une version française du mouvement des « Indignés » espagnols, et veulent se débarrasser au plus vite du P.S."

      "Mélenchon poursuit sa stratégie de tension. Des formules assassines, des explications à n’en plus finir, mais pas de propositions alternatives durant ses apparitions médiatiques."

      Cela rappelle les efforts des militants PCF pour démarquer le PG de Syriza, alors que le PG et Mélenchon ne cessent de mentionner Syriza (et d’ailleurs Syriza cherche aussi à s’inspirer de ce qui se passe ailleurs dans le monde), et sont dans la même démarche d’opposition sans compromis au PS/Pasok. Vu que les composantes du FdG ont à leur tête des personnalités qui ont participé au vieux système corrompu, il leur faut décupler bien plus d’efforts que Syriza en Grèce, pour convaincre les gens de leur intégrité, et il n’y a que le PG qui semble comprendre/vouloir cela. Parmi les trois composantes du FdG, c’est le PG qui s’en sort le mieux quand il s’agit de garder ses distances avec le vieux système corrompu. Que Mélenchon soit perçu comme la personnalité qui incarne le mieux les valeurs de la gauche est aussi un signe que le PG réussit là où les autres composantes échouent. Et ce n’est pas vrai que ça se fait sans propositions alternatives par Mélénchon "durant ses apparitions médiatiques".

      On peut se demander pourquoi l’auteur de l’article reproduit les clichés tendancieux des médias, le PCF, etc. concernant le PG et Mélenchon ? C’est assez simple je crois : il fait partie de ces gens qui veulent absolument croire au FdG, et donc essayent de dire des choses qui vont plaire à tout le monde au sein du FdG. Mais ce n’est pas ça qui va rapprocher le FdG de la réalité, et ça ne va pas faire disparaître tout ce qui empêche un vrai front de gauche actuellement (un front du peuple, pas des partis).

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 11:12
  •  
  • Tirer contre son camps, comme ce "Santerre" et sans scrupule, est lamentable. Pourquoi Regard accepte il que soit sali Mélenchon, sous les applaudissement du PS ? Inadmissible "article" !Et quel courage de se cacher derrière un pseudo. Va poster tes articles à libé , Santerre. moi je signe.

    langoureau gilles Le 5 juillet 2014 à 22:05
  •  
  • Clémentine Autin cautionne t elle ce coup de poignard dans le dos de Mélenchon. ?

    langoureau gilles Le 5 juillet 2014 à 22:09
       
    • Tout à fait daccord....

      Personne ne dit qu’il n’y a pas de problemes au PG ou ailleurs comme dans tous les partis de cette 5eme republique mourrante...Mais de la à les etaler dans un journal de son camp, c’est tout simplement irresponsable.

      Et on oublie un peu vite aussi que, si Melenchon, avec tous les defauts qu’il peut avoir mais aussi ses qualités (comme tous les humains) n’avait pas ete là en 2012 , je doute que le score aurait ete de 11%...

      Triste et regrettable que Regards ait autorisé cette publication, qui n’apporte rien de constructif mais est simplement malveillant.

      La gauche la plus conne du monde !

      Valerie - Militante de base

      ValDuv Le 8 juillet 2014 à 12:41
    •  
    • "La gauche la plus conne du monde !"

      Je dirais même que ce n’est même pas de la gauche, avec des gens comme Clémentine Autain et Pierre Laurent qui sont simplement trop élitistes, carriéristes et coupés de la réalité (particulièrement celle des prolos, des précaires). Autain voit sur sa période à la mairie de Paris toute en rose, et Pierre Laurent semble tout aussi aveugle sur les dégâts de la politique du PS à Paris depuis l’accès de Delanoë à la mairie, comme ailleurs en France. Avec des gens qui cautionnent ça il n’y a pas d’espoir. C’est normal que les citoyens (de gauche) se reconnaissent de moins en moins dans le FdG au fur et à mesure qu’ils découvrent le bordel qu’il est.

      Michel E. Le 8 juillet 2014 à 12:59
  •  
  • Sympathisant du Front de Gauche, je suis effaré par toutes ces réactions viscérales ("tissu de conneries", "relais du Figaro", "mensonges staliniens", "débat de merde", "coup de poignard dans le dos", "torchon"...) et qui ne servent qu’à masquer l’indigence de vos arguments.

    Aucune réponse sur le fond en revanche sur cet article qui pointe notamment du doigt le manque de démocratie interne dans le PG, et qui se solde par des départs que vous savez tous importants. (De mêmes soubresauts agitent également la base du PC, suite à son nouveau ralliement au PS).

    Si vous êtes de vrais "démocrates" ("place au peuple", "prenez le pouvoir"), au lieu de vous défouler sur ce texte, osez le porter à la connaissance de vos relations proches du Front de Gauche, et suscitez de vrais débats !

    Raoul Le 6 juillet 2014 à 08:41
       
    • "Aucune réponse sur le fond"

      Objectivement, ce n’est pas vrai. J’ai moi-même répondu sur le fond plusieurs fois ici-même. Votre manque de perspective critique vis-à-vis de cet article pose question...

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 10:00
    •  
    • @Raoul
      Je suis surpris de votre capacité sélective de lecture. Dans plusieurs réponses, vous avez des militants du PG qui donnent des éléments d’explication, expriment les risques de dérive qu’ils pointent ou leur désappointement. Cela ne suffit pas ? Comme le "journaliste" Rodolphe Santerre, il vous faut du croustillant ? Dans quel but ?

      Bruno Le 6 juillet 2014 à 10:09
    •  
    • Je corrige : "Peu de réponses sur le fond". Et je trouve très risible l’action de ce Michel E. qui joue au pompier avec (environ) 18 réponses recensées (pour l’instant).

      Raoul Le 6 juillet 2014 à 11:34
    •  
    • @Raoul

      Pour information : vous êtes bienvenu à me répondre sur le fond.

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 11:48
  •  
  • Il me semble que la direction de Regards est fortement interpellée sur la publication de cet article au contenu quand même très bizarre.
    Pourquoi ce silence ?
    "Rodolphe Santerre" va peut-être nous l’écrire dans un prochain article mis à la une du site :)

    BJL Le 6 juillet 2014 à 09:22
  •  
  • Merci à son auteur pour cet article et à la rédaction de Regards de tenir bon malgré certaines réactions quasi-dictatoriales.

    Je partage d’ailleurs en partie l’avis de Raoul (un peu au-dessus) à l’adresse de ceux critiquant cet article : "Si vous êtes de vrais "démocrates" ("place au peuple", "prenez le pouvoir"), au lieu de vous défouler sur ce texte, osez le porter à la connaissance de vos relations proches du Front de Gauche, et suscitez de vrais débats !"

    Reste que la lecture des commentaires à l’article fournit quand même une belle vision de certains points abordés par l’article, en particulier les divergences à propos de la stratégie du PG.

    Voir certains militants comme Michel E. clamer que le PG est le moins sectaire des partis du FdG et ajouter aussitôt, sans rire : "Sinon, comme je l’ai déjà dit : la gauche n’a pas besoin de gens comme Clémentine Autain, Eric Coquerel et Corinne Morel-Darleux" interroge sur ce que l’on entend vraiment par "sectaire".

    Je le signale car c’est une chose que je rencontre souvent chez une partie des militants du PG (pas tous), qui se défendent d’être sectaires mais ne veulent surtout pas discuter avec EELV ou encore avec la gauche du PS, quand ils ne veulent tout simplement pas rompre avec le PCF, ou, donc, épurer leur propre organisation.

    Mais l’on n’est finalement pas si loin de la position de JL Mélenchon lui-même, qui prône l’unité avec les autres forces de gauche mais en y mettant tellement de préalables que l’on se demande ce qu’il veut dire vraiment par unité.

    Au regard de la stratégie du PG, la question des militants quittant le PG mérite d’ailleurs d’être signalée comme le fait l’article, car à ce rythme le PG pourrait devenir ce que sont aujourd’hui le NPA ou Lutte ouvrière, des groupuscules fondamentalement coupés de la grande masse de l’électorat de gauche, des salariés.

    Le récent sondage qui montrait que JL Mélenchon incarnait le mieux les valeurs de la gauche pour la majorité des sympathisants de gauche révélait aussi que ces derniers souhaitaient l’unité de toute la gauche : EELV, frondeurs du PS... Il est encore symptomatique que ce dernier enseignement ait été rapidement refoulé par une partie des militants du PG.

    Stephane Maure Le 6 juillet 2014 à 11:17
       
    • "Voir certains militants comme Michel E. clamer que le PG est le moins sectaire des partis du FdG et ajouter aussitôt, sans rire : "Sinon, comme je l’ai déjà dit : la gauche n’a pas besoin de gens comme Clémentine Autain, Eric Coquerel et Corinne Morel-Darleux" interroge sur ce que l’on entend vraiment par "sectaire"."

      Je ne suis pas militant, je suis un citoyen engagé qui aimerait bien voir une vraie gauche émerger en France. Je ne crois pas à la soupe EELV-PCF-Clémentine Autain (je ne sais pas si la ligne d’Autain est vraiment majoritaire dans Ensemble), j’ai vu ce que ça a donné à Paris. Donc, ne m’utilisez pas pour attaquer le PG, j’ai voté Simonnet lors des municipales, certes, mais j’ai voté NPA lors des européennes.

      Mélenchon est la personnalité qui incarne le mieux les valeurs de la gauche selon un sondage récent. Ce n’est pas avec lui et sa ligne majoritaire dans le PG que les gens ont un problème, il faut donc regarder ailleurs dans le FdG, et ce n’est pas beau... Moi aussi j’ai voulu croire au FdG, mais je me rends compte qu’il vaut mieux que le PG poursuive sa ligne en dehors du FdG, parce que ce n’est pas avec Clémentine Autain et Pierre Laurent que ça va se faire...

      Ceci dit, j’aime bien l’idée d’un tandem PG-NPA, Mélenchon-Besancenot. Ca pourrait être intéressant, pas le bordel qu’est le FdG. Reste un problème majeur : il faut en France une gauche qui soit clairement contre l’UE, il me semble, au moins qu’elle prone un référendum sur l’UE.

      A noter : lors de la campagne européenne, quand le FdG a fonctionné comme une muselière pour Mélenchon, les billets sur son blog ont été beaucoup moins "aimés". Maintenant ils sont autant "aimés" qu’avant la campagne. Encore un signe comme quoi c’est le FdG qui plombe Mélenchon et le PG et non l’inverse... Et ce sont les listes menées par le PG qui ont fait le mieux lors des européennes...

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 11:44
    •  
    • Mes excuses pour vous avoir qualifié à tort de militant PG, ce qui n’est pas d’ailleurs pas une insulte... Et je ne me sers absolument pas de vous pour attaquer le PG.
      De toute façon, comme je l’indique dans mon commentaire, votre point de vue est aussi celui d’une partie des militants du PG.

      Stephane Maure Le 6 juillet 2014 à 12:00
  •  
  • Je m’étonne de n’avoir lu à ce jour, dans Regards, aucune contribution individuelle ou collective de militant(s) communiste(s) sur la stratégie des dirigeants du PCF, sur la démocratie dans ce parti(dont j’ai été membre plus de 20ans) ? Hasard ? C’est vrai que de foutre la Mer..au PG et dans les bonnes relations Ensemble /PG est plus urgent...

    Fulgence Le 6 juillet 2014 à 11:27
       
    • +1

      Rafik (unité EELV-FdG)

      Rafik Le 7 juillet 2014 à 15:42
  •  
  • Par éthique, je n utilise jamais des articles de la presse ennemie pour soutenir mes arguments. Honte aux "communistes" qui publient un torchon du Figaro ou un article dégeulasse de "Regard" contre Jean-Luc Mélenchon.

    langoureau gilles Le 6 juillet 2014 à 11:48
  •  
  • je souhaiterais répondre à Michel E. qui en effet est un des seuls partisan de la ligne JLM a tenter de répondre sereinement aux critiques..

    1- le sondage sur JLM ne vaut en rien un plébiscite, ce qu’il relève c’est que JLM est pour l’instant la plus connue des personnalité de la gauche radicale (en effet qui connait Pierre Laurent dans le grand public ?). Le mieux c’est sans doute de regarder à quelle place arrive JLM dans les intentions de vote pour la prochaine présidentielle...

    2- Vous actez la fin du FdG comme si de rien n’était et proposez une alliance avec le NPA mais enfin, n’avez vous rien compris à ce qui est en jeu dans le FdG ?

    Il ne s’agissait pas (puisque, semble-t-il, il faut parler désormais au passé) de faire des alliances avec un ou deux partis mais de proposer un RASSEMBLEMENT des toutes les forces politiques réellement à gauche : de l’aile gauche du PS jusqu’aux trotskystes (si le FdG avait marché ils auraient été forcés en quelques sortes de rejoindre la fédération),

    Il s’agissait d’une alliance des forces de gauche pour GAGNER et sortir de la terrible logique des GROUPUSCULES et de la division du peu de forces dont la gauche réelle dispose... c’est ça qui était en jeu, et le PG et le PC ont tout fait, chacun à leur manière, pour détruire cela, pour moi c’est tout simplement un suicide politique...

    militant du FdG Le 6 juillet 2014 à 13:19
       
    • Lors de la campagne européenne, quand le FdG a fonctionné comme une muselière pour Mélenchon, les billets sur son blog ont été beaucoup moins "aimés". Maintenant ils sont autant "aimés" qu’avant la campagne. Encore un signe comme quoi c’est le FdG qui plombe Mélenchon et le PG et non l’inverse... Et ce sont les listes menées par le PG qui ont fait le mieux lors des européennes...

      Donc quand vous dites que l’effondrement du FdG est la faute du PCF et du PG ça ne tient pas débout quand on voit les faits.

      Simplement, depuis les élections présidentielles, les gens ont pu constater que le FdG consiste plus à donner l’illusion d’un rassemblement de partis plutôt que d’unir le peuple. En somme, le FdG donne l’impression d’être un endroit où des gens comme Clementine Autain viennent tenter de faire carrière, et que c’est pour ça qu’il faut donner l’illusion d’un rassemblement de partis.

      En somme, le FdG n’a pas l’authenticité requise par la "base". La vraie unité étant impossible, ça ne sert à rien pour le PG de rester dans le FdG pour finir corrompu comme le PCF et Ensemble, à aller tapiner pour le PS à chaque élection. On vit une crise de la démocratie représentative, et ce qui se passe dans le FdG nourrit le dégout et le mépris associés à la politique. Le FdG est simplement incapable de rompre avec le vieux système. En manque de clarté et d’identité, le PCF et Ensemble ne trouvent rien d’autre à faire que de taper sur le PG, qui reste la composante qui parle le plus aux gens, au lieu de se remettre en question eux-mêmes. Mais attaquer le PG ne va pas faire disparaître les faiblesses du PCF et d’Ensemble. Bien au contraire.

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 13:38
    •  
    • "Il s’agissait d’une alliance des forces de gauche pour GAGNER et sortir de la terrible logique des GROUPUSCULES et de la division du peu de forces dont la gauche réelle dispose... c’est ça qui était en jeu, et le PG et le PC ont tout fait, chacun à leur manière, pour détruire cela, pour moi c’est tout simplement un suicide politique..."

      Non, ce n’est pas un suicide politique, mais seulement la démonstration que conditionner toute l’action politique aux résultats électoraux est une erreur. Et par voie de conséquence que laisser aux seuls partis politiques le soin de "nous prendre en main" comme une avant-garde éclairée n’est pas la solution.

      Laissons donc aux adhérents et militants le soin de régler leurs stratégie respectives, et concentrons nous sur la construction d’un rassemblement des forces émancipatrices du grand capital. Mettons nous en mouvement pour arracher la démocratie aux pouvoirs en place, à commencer pour faire ressurgir des lieux de débats et de décisions populaires : DES MAISONS DU PEUPLE DANS CHAQUE COMMUNE.

      AGauche Le 15 juillet 2014 à 09:49
    •  
    • @AGauche La pression d’en bas aiderait Mélenchon etc. aussi, parfois on a l’impression qu’il doit mener le combat tout seul, clairement ça serait mieux avec une forte pression d’en bas, qui pourrait aussi faciliter des changements de position sur l’UE au sein du PG et ailleurs (au NPA par exemple) et un rapprochement entre le PG, le NPA, ... et le peuple.

      Il ne peut pas y avoir de démocratie, 6ème république et indépendance de l’UE sans la pression d’en bas.

      Le changement vient toujours d’en bas, pas d’en haut !

      Michel E. Le 15 juillet 2014 à 11:05
  •  
  • vos arguments manquent clairement de précisions quant ils ne sont pas complètement erronés :

    1- les "j’aime" sur le blog de JLM ne sont bien sûr en rien un indicateur ou signe de la dynamique du FdG et du PG,

    2- le plus grave : ce ne sont pas les listes menées par le PG qui ont fait le mieux lors des européennes :

    les listes du Front de gauche ont obtenu 9,32 % des suffrages, le Parti de gauche 6,04 % ; tous deux loin derrière le Parti communiste français, qui obtient en moyenne 24,97 % des suffrages dans les 160 villes de plus de 1 000 habitants où il se présentait.

    On retrouve cette disparité dans le nombre de listes qualifiées pour le second tour : si c’est le cas de 50 % des listes FdG, le chiffre diminue à 40 % pour le PG, quand il grimpe à 80 % pour les listes PCF. De même, 41 % de celles-ci sont arrivées en tête, contre seulement 6 % des listes FG et 8 % des listes PG.

    puisque vous concluez, à partir de données erronées ; que mon argument ne tient pas debout, à moi de vous retourner le compliment...

    quand, en suite, vous présumez de ce que les gens pensent du FdG ou de Clémentine Autain (dont l’engagement à gauche n’a jamais fait bien sûr débat) là aussi ce sont plus vos impressions que la réalité (les "gens", comme vous dites, font peu la différence entre FdG, PG ou PC pour eux c’est "Mélenchon et les cocos")

    sur le fait que l’"unité est impossible" là vous marquez un point... c’est ce que le FdG voulait faire et l’on voit là que c’est sans doute en effet une illusion... seulement voilà, le problème c’est que sans unité, la gauche radicale n’ira nulle part, comme d’habitude d’ailleurs depuis hélas assez longtemps...

    enfin, si la dynamique du FdG avait marché, il s’agissait de profiter de l’absence du PS à gauche pour le contourner et le reléguer dans l’opinion à ce qu’il est réellement : un parti de centre droit, or en ce gauchisant (et en lorgnant du côté du seul NPA) le PG manque sont coup, tout comme le PC, attitude sans doute la plus grave, je le concède, a tout fait voler en éclat avec son alliance terrible avec le PS, qui ne lui a même pas permis d’endiguer le démantèlement de ce qui reste de la "banlieue rouge"... donc voyez je n’attaque pas le PG mais les directions du PG et du PC pour leurs choix, je maintiens, suicidaires...

    militant du FdG Le 6 juillet 2014 à 14:24
       
    • "les "j’aime" sur le blog de JLM ne sont bien sûr en rien un indicateur ou signe de la dynamique du FdG et du PG"

      Pourquoi ? Ce n’est pas que le nombre de lectures baisse lors de la campagne électorale (au contraire), simplement moins de gens aiment le Mélenchon du FdG que le Mélenchon du PG (maintenant ils font la différence).

      "le plus grave : ce ne sont pas les listes menées par le PG qui ont fait le mieux lors des européennes : les listes du Front de gauche ont obtenu 9,32 % des suffrages, le Parti de gauche 6,04 % ; tous deux loin derrière le Parti communiste français, qui obtient en moyenne 24,97 % des suffrages dans les 160 villes de plus de 1 000 habitants où il se présentait"

      Là vous confondez élections européennes et municipales... Et vous ne semblez pas prendre en compte l’alliance entre le PCF et le PS...

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 16:28
    •  
    • Sinon je ne sais pas pourquoi Clémentine Autain qui est si fière de ce qui s’est passé quand elle était sous Delanoë doit être vu comme qqun de gauche. Je ne vois ni Autain ni le PS, ni ce qui s’est passé à Paris, comme de gauche.

      Quant au "gauchisme" du PG :

      L’intéressant avec Syriza, c’est qu’il s’agit d’un parti sans liens avec le système corrompu d’où proviennent le PCF, Ensemble et le PG. Et parmi ces trois composantes du FdG, c’est le PG qui s’en sort le mieux quand il s’agit de garder ses distances avec le vieux système corrompu (= le PS et son arrosage mafieux de postes et pognon). Que Mélenchon soit perçu comme la personnalité qui incarne le mieux les valeurs de la gauche est aussi un signe que le PG réussit là où les autres composantes échouent. Vu que les composantes du FdG ont à leur tête des personnalités qui ont participé au vieux système corrompu, il leur faut décupler bien plus d’efforts que Syriza en Grèce, pour convaincre les gens de leur intégrité, et il n’y a que le PG qui semble comprendre/vouloir cela.

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 16:48
  •  
  • CA Y EST DOLEZ AVAIT RAISON

    IL EST DEVENU COMPLETEMENT GAUCHISTE ;) !

    LE PG 100 % au gauchisme ! :)

    Pendant ce temps là , Syriza ... :) :) :)

    THIERRY HERMAN Le 6 juillet 2014 à 14:52
       
    • L’intéressant avec Syriza, c’est justement qu’il s’agit d’un parti sans liens avec le système corrompu où d’où proviennent le PCF, Ensemble et le PG. Et parmi ces trois composantes du FdG, c’est le PG qui s’en sort le mieux quand il s’agit de garder ses distances avec le vieux système corrompu (= le PS et son arrosage mafieux de postes et pognon). Que Mélenchon soit perçu comme la personnalité qui incarne le mieux les valeurs de la gauche est aussi un signe que le PG réussit là où les autres composantes échouent. Vu que les composantes du FdG ont à leur tête des personnalités qui ont participé au vieux système corrompu, il leur faut décupler bien plus d’efforts que Syriza en Grèce, pour convaincre les gens de leur intégrité, et il n’y a que le PG qui semble comprendre/vouloir cela.

      Michel E. Le 6 juillet 2014 à 16:41
  •  
  • je récidive...
    Lettre ouverte à la Rédaction de « Regards », la fabrique de la politique.

    La parution, à la une de votre site, de l’article « Au PG, c’est le temps des tempêtes » pose problème à plus d’un titre.
    Et je suis d’autant plus à l’aise pour dire cela n’étant pas au PG mais à Ensemble.
    D’abord, sur la forme, les expressions employées relèvent plus d’un style « Libération » que de la revue Regards, qui, de fait, porte une responsabilité importante dans le développement du Front de Gauche.

    On ne peut être qu’interloqué par des expressions comme :
    Mélenchon qui « prophétise »...
    « Le Parti de gauche sérieusement ébranlé qui sort de la séquence électorale 2014 » (ha bon, et les autres ne le sont pas ??
    « Le parti de Jean-Luc Mélenchon » (il n’y a pas de statut au PG ?? Pourquoi parler du « parti de »... ? Pourquoi cette volonté de personnalisation ?
    « Signe des temps, et de l’ambiance qui règne au Parti de gauche, elle (Corinne Morel-Darleux) veut bien parler mais sous couvert d’anonymat. » Alors pourquoi la citer ? Pourquoi écrit-elle ? Ce n’est pas le meilleur moyen d’être « anonyme » !! L’auteur se vautre dans le ridicule.
    « Le silence de Mélenchon » : il suffit de lire son blog pour avoir toutes les explications...

    Et c’est comme cela à toutes les lignes, sans parler de « Raquel Garrido, la puissante patronne du secteur "6e République" ». Là, on dirait un article classique des médias dominants qui ne peuvent s’empêcher de parler de « patrons » pour tous les responsables politiques, syndicaux, etc. Et qui ne connaissent pas la notion de mandat ! Non, la camarade Raquel Garrido est une militante, respectable et respectée, qui agit sur mandat. Elle n’est pas « la patronne » de quoi que ce soit...

    Sur le fond ensuite. Les « informations » sont ambigües, paradoxales, approximatives, voir énigmatiques ! De quelle ligne politique parle-t-on, de quelles alliances etc...

    Un seul exemple. Quand on lit : l’attaque « porte d’abord sur la capacité du PG à analyser la défaite aux européennes et la manière dont sa ligne politique y a contribué (...) Face à ce qu’il faut bien appeler un double désastre national avec la conversion désormais totale et affichée du PS au libéralisme et l’ancrage du Front national dans le paysage politique, force est de constater que le Front de Gauche et le PG n’ont pu ni s’y opposer ni en tirer parti. ».
    Pourquoi scinder le « FDG » et le « PG » ? En quoi la catastrophe électorale est-elle la preuve d’un fourvoiement stratégique ? La stratégie à géométrie variable du PCF n’est-elle pas bien plus à incriminer que le discours clairs de nos camarades du PG (même si nous ne sommes pas d’accord sur tout, loin s’en faut).
    Quand on lit l’article de l’olibrius auto dénommé « santerre », on n’a strictement rien dit. On n’a éclairci quoi que ce soit. On n’a pas fait progresser le Front de Gauche d’un millimètre. On n’a posé aucune problématique politique constructive.

    Alors, on en arrive à une question : quel est l’objectif poursuivi ?
    Quelle est la stratégie alternative proposée ? Une alliance avec les « socialistes affligés » ? De nouvelles alliances PCF – PS ? La « marginalisation » du PG ? Rien n’est dit clairement.
    L’auteur est-il capable de faire une quelconque analyse de la situation et qu’en tire-t-il comme conclusion ? Nous ne le saurons sans doute jamais !

    Bref, avec la parution de cet article qui suinte le règlement de compte personnel et le délire d’un individu, on peut réellement se demander à quoi joue, non pas l’auteur de l’article, mais la Rédaction de Regards.

    C’est en effet la Rédaction que nous mettons ici en cause.

    A moins que vous ne soyez toutes et tous d’accord pour publier des articles qui, manifestement, n’ont qu’un seul objectif : semer la zizanie, mépriser les militantes et les militants (car c’est à cela que cela revient), déclencher des guerres de chapelles.

    Votre réponse du 5 juillet aux nombreux commentaires hostiles de vos lecteurs n’est pas pour nous rassurer.

    Justification à postériori, langue de bois... la logique stalinoïde revient toujours par des voies improbables et surprenantes. Et l’article en question demeure toujours à la Une du site.

    Nous sommes, avec ce genre d’articles, à mille lieux de propos constructifs, d’analyses pertinentes. Et pourtant, c’est de cela dont nous avons toutes et tous besoin.

    En surmontant les difficultés, en donnant la parole à toutes et à tous, en cherchant à perfectionner constamment nos modes de fonctionnement, en OUVRANT DES PERSPECTIVES, nous avons la responsabilité de faire vivre, non pas tant nos organisations respectives, que le FRONT DE GAUCHE.

    Alors oui, nous pouvons parler de tous les désaccords. Faire le bilan des municipales et des Européennes. Des choix tactiques et stratégiques des uns et des autres.
    Nous pouvons polémiquer, au bon sens du terme cette fois-ci, sur la question de l’Europe, de l’euro, de la souveraineté républicaine et de la souveraineté nationale (ce qui n’est pas la même chose), des socialistes affligés, déboussolés, déprimés et autres... Mais nous devons parler de politique. N’est-ce pas pour cela que votre revue s’appelle « la fabrique du politique ».

    Malheureusement, en acceptant de publier ce genre de torchon, cela devient la fabrique du caniveau.

    Vous êtes décevant. Vous décevez des centaines de lecteurs.

    Ressaisissez-vous...Et entendez la parole de ce que l’on appelle « la base ». Reconnaissez-vous votre énorme erreur éditoriale, corrigez le tir !

    Cordialement (mais pas tout à fait)

    Régis Dauxois, militant de Ensemble, Lyon.

    regis dauxois Le 6 juillet 2014 à 14:56
  •  
  • La lecture de la plupart des commentaires est inquiétante, ne serait-il plus possible de débattre, c’est à dire de développer une argumentation sans qu’aussitôt surgissent invectives et procès d’intention ?

    L’article incriminé fait état de discussions internes au PG, de désaccords, de tensions et nier ces réalités c’est la voie de l’impuissance en politique.

    Toutes les composantes au sein du FDG connaissent d’intenses discussions internes après les deux séquences électorales et les résultats que l’on connait. Il est heureux qu’il en soit ainsi car faire de la politique c’est évaluer en permanence la pertinence des choix tactiques et stratégiques opérés.

    L’objectif de ces débats n’est pas de désigner un (ou des) coupable(s) mais de comprendre ce qui n’a pas fonctionné et pourquoi en prenant soin d’aller au-delà de son propre vécu (par exemple,je peux témoigner qu’à contrario de ce qu’indique un post les militants PC dans ma ville ont mené une forte campagne aux européennes pour une tête de liste "Ensemble").
    L’appel "Gauche : ne plus tarder" me parait une bonne base pour un débat fructueux pouvant déboucher sur des initiatives politiques prometteuses.
    Un échange serein sur ce texte me paraitrait plus enrichissant que les jugements souvent à l’emporte-pièce proférés à propos de ce qui n’est qu’un article

    La posture de forteresse assiégée ou de refus de toute analyse critique et du réel rappellent de bien mauvais et douloureux souvenirs,d’autant que cette posture a conduit aux pires errements.

    Prétendre rassembler en commençant par désigner - y compris nommément - celles et ceux qui n’ont pas leur place dans ce rassemblement est le signe d’une frilosité que nous interdit la période politique que nous vivons.

    Personnellement, je suis convaincu que le FDG est un outil politique qui garde toute sa pertinence à la condition qu’il dépasse sa forme de cartel et s’élargisse sur des bases politiques claires sans pour autant exiger de celles et ceux qui seront tentés d’en être un certificat de pureté révolutionnaire.

    Ou alors, on fait le choix du solo funèbre.

    antonio g Le 6 juillet 2014 à 15:24
       
    • @antonio g

      L’auteur de l’article de Regards.fr ci-dessus désigne AUSSI des militant-e-s du Front de Gauche, êtes-vous aveugle ?

      Rafik Le 7 juillet 2014 à 15:58
  •  
  • Avec cet article, nous ne sommes pas dans le débat. C’est bien cela le problème, voir ma lettre ouverte !

    regis dauxois Le 6 juillet 2014 à 15:34
  •  
  • Papier d’un vide effarant. Il fait allussion à des désaccords à propos de la ligne adoprtée pour les muicipales...
    Quels désaccords ???
    Il peut très bien y en avoir. Le PG n’est pas et n’a pas à être monolihique et univoque...
    Mais...il est fait allusion à un moment donné à un endroit ou des militants PG auraient voulu s’allier avec... le PS pour les municipales.
    Eh bien... voilà une rareté dont je n’avais jamais entendu parler.
    On a presque l’impression d’un papier inspiré par la rue de Solférino.
    Pas de sources, pas de documents... tout au feeling de l’auteur.
    Nul !

    Olivier Chantraine Le 6 juillet 2014 à 23:10
  •  
  • Pour moi, qui ne suit pas un expert du PG, j’ai appris pas mal de choses interessantes dans cet article.

    Il y en a eu pas mal d’autres de ce genre sur le PCF. Ce n’est pas un mal que le dessous des cartes apparaissent de temps en temps.

    Plus que l’article, les commentaires éclairent aussi d’un jour particulièrement peu flatteur notre espace militant : aigri, sectaire et violent.

    Les débats de fond, je les ai trouvés dans beaucoup d’autres articles sur regards.fr et dans le trimestriel qui vient de sortir. Mais ceux-ci ne suscitent pas le même flot de commentaires.

    J’aimerais que nos dirigeants du Front de Gauche soient capables de faire le même effort pour porter la réflexion que Regards.

    Ido Scarpa Le 7 juillet 2014 à 11:37
       
    • C’est où dans Regards qu’on a eu ce genre d’article sur le PCF ? Merci de donner un exemple !

      Sinon je ne suis pas d’accord pour légitimer ce genre de pseudo-journalisme.

      Vous ne semblez pas capable de voir la pluralité parmi les réactions des militants PG (dont je ne fais pas partie), ni vouloir les comprendre.

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 11:45
  •  
  • A rafik

    Je ne comprends pas votre remarque "désigne aussi des militants du FDG"

    En quoi celà répond-il à mes observations et propositions ?

    antonio g Le 7 juillet 2014 à 18:50
       
    • @ antonio g

      Moi je comprends ça comme ça. Vous dites :

      "ne serait-il plus possible de débattre, c’est à dire de développer une argumentation sans qu’aussitôt surgissent invectives et procès d’intention ?"

      Premièrement, je suis étonné d’à quel point il y a une retenue vis-à-vis de cet "article" volontairement provocateur et tendancieux. Quelque part, l’auteur et la rédaction de Regards n’ont pas obtenu la violence qu’ils souhaitaient obtenir dans les réactions, afin de pouvoir stigmatiser le PG. Deuxièmement, il n’y a guère de raisons de s’étonner que nous soyons à plus de 200 commentaires de divers horizons (Ensemble, EELV, PG, PCF, citoyens lambdas, etc.), vu que l’"article" (pour beaucoup d’entre-nous en tout cas) s’attaque non seulement au PG, mais aussi au FdG et plus largement à tous ceux qui souhaitent la réussite du FdG, c’est-à-dire une vraie politique de gauche en France.

      Michel E. Le 7 juillet 2014 à 19:14
    •  
    • @antonio g

      Vous dîtes dans votre premier commentaire : "Prétendre rassembler en commençant par désigner - y compris nommément - celles et ceux qui n’ont pas leur place dans ce rassemblement"

      Je répondais à ce point précis de votre commentaire.

      Désigner celles et ceux qui "n’auraient pas leur place" dans le ressemblement c’est ce que fait exactement cet article-torchon de Regards.

      Rafik

      Rafik T. Le 8 juillet 2014 à 11:30
  •  
  • Cherchant à m’investir dans un mouvement politique capable de combattre l’unité capitaliste je me promène sur le net. Forcément j’ai pensé au PCF. Et j’arrive ici. P’tain ça fait peur ! Et blabla et blablabla. Comprends même pas le quart de quoi est-ce que l’on parle... Peut-être est-il ici le nœud du débat, de quoi parlez-vous ? Ca doit être chiant les réunions pour celui qui n’a pas de culture politique à étaler. Bon je vais aller voir ailleurs s’il y a plus accessible et plus concret. C’est dommage que vous ne mettiez pas vos convictions, votre intelligence, votre culture à ma portée.

    xorglub Le 9 juillet 2014 à 14:00
  •  
  • Tu arrives au mauvais moment...

    Je te rassures y a des jours ou c’est mieux et où les sectaires n’interviennent pas 22 fois pour dire la même chose.

    Comme quoi ils sont sur la défensive.
    Rejet de toute analyse critique, des œillères en permanence et aucune connaissance historique.

    FDG C’EST TOUT Le 11 juillet 2014 à 23:33
       
    • "Rejet de toute analyse critique"

      Vraiment ? Le rejet d’un "article" tendancieux et provocateur est considéré "Rejet de toute analyse critique" ? Ne serait-ce pas plutôt l’inverse ?

      Je comprends bien que xorglub trouve bordélique le FdG. Effectivement il y a de quoi... Et heuresement que Mélenchon semble le comprendre, si l’on en croit le dernier billet de son blog :

      http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/07/11/au-debut-de-lete/#article3

      Michel E. Le 12 juillet 2014 à 10:00
  •  
  • Tiens, regards héberge des torchons de gratte papier aigris comme le premier Libé venu.

    Intéressant.

    Heureusement, comme libé, personne ne vous lis.

    anonyme Le 13 juillet 2014 à 00:20
  •  
  • Y a-t-il dans la salle une seule personne qui considère que le présent gouvernement fait autre chose qu’une politique de droite ? une politique atlantiste impérialiste ?

    Y a-t-il dans la salle une seule personne qui considère que le champ d’application de la souveraineté du peuple ne se réduit pas de jour en jour (GMT, traité secret sur la libéralisation des services publics à Genève, etc.) ?

    Y a-t-il dans la salle une seule personne qui croie que le parti présentement au pouvoir puisse redevenir un parti de progrès social ?
    Y a-t-il dans la salle une seule personne qui ignore l’écoeurement profond suscité par cette "droite complexée" (Lordon), qui, autant que l’autre droite, détricote les instruments publics d’une politique souveraine capable de s’attaquer au capital ?

    Dans ces conditions qui peut espérer rester crédible en fricotant à qui mieux mieux avec ceux qui soutiennent ou pratiquent cette politique libérale ? En fricotant le mardi avec ceux que nous critiquions le lundi ? Allons donc !

    Alors l’étiquette de "gauchiste" ferait rigoler... si la situation n’était pas aussi grave.
    "L’Humain d’abord" serait-il devenu un ouvrage "gauchiste" ? A remplacer par des spéculations sur la géométrie des alliances et combinazioni tous azimuts ?
    Le pouvoir actuel est diamétralement opposé à l’Humain d’abord. Il faut choisir. Surtout chez les affligés, nouvelle-donnistes et autres EELV qui vont répétant que le FdG "n’a pas de programme", affirmations facilitées par la mise en veilleuse des références au programme dans les rangs mêmes du FdG.
    Tout cela est un travail de longue haleine. On peut déplorer, mais certainement pas s’étonner que certains s’enfuient à la première difficulté (=échec électoral). La critique "du" système ne prémunit pas contre le consumérisme politique.
    Hélas l’article ne contribue pas à faire avancer le débat indispensable.

    Jean-François Le 13 juillet 2014 à 01:14
  •  
  • Décidément les membres du #PG sont de plus en plus sectaires et ne supportent même plus les critiques constructives. Il ne répondent pas au fait que même "Saint-Jean-Luc-pensez-pour-nous" ou Martine Billard se posent des questions et commencent des autocritiques sur leur positionnement incompréhensible, sur leurs insultes à répétitions contre tout le monde qui ne pense pas comme eux, sur les récupérations politiques de tout ce qui passe (Kerviel & cie et vouloir en faire un Dreyfus... Mais où va-t-on...)
    Vous êtes navrant. Et êtes à des milliers de bornes du peuple. Le peuple ne vous entend pas. Vous n’en êtes pas. Vous êtes une bande de cadres moyens-sup complètement à côté de la plaque dans un parti encore plus stalinien que le PC à ses pires heures. Vous jettez des anathèmes, insultez les travailleurs en les traitant d’ "esclaves"... Bravo. Vous avez tout gâché ! Vous ne faites que récupérer quelques voies perdues par ce PS de merde dont vos dirigeants sont en majorité issus. Vous n’avez fais naître aucune nouvelle pratique politique nouvelle. Vous avez démoralisé les gens qui auraient pû croire en vous et vous ne construisez rien.
    Vous n’êtes plus qu’un groupuscule avec des professionnels de la politique qui n’ont quittés le PS qu’en 2008 alors que si on n’est pas trop con on sait que le PS nous entube depuis 1983 (j’en espérai autre chose, une ouverture sur la société civile, les "quartiers", lr peuple, de la nouveauté sur la forme et le fond... )
    Mais jamais rien de cela ne s’est produit.
    Vous vous êtes enfermés dans votre dogmatisme.
    J’edpère que le PG meure pour laisser place à gauche à quelque chose de plus radical sur la forme, fonctionnement, ouverture, et le fond : idées... plus ouvert à tous les citoyens et surtout à ceux QUI NE VEULENT PLUS DE PARTIS DE PETITS CHEFS PYRAMIDAUX.
    Quitte à ne pas participer aux élections mais faire un vrai travail de fond.Vraiment. À long terme et sur le fobd. Dans toute la société. Vous n’avez pensé qu’a jouer le jeux du système en place.

    beijing75 Le 13 juillet 2014 à 21:15
       
    • "Décidément les membres du #PG sont de plus en plus sectaires et ne supportent même plus les critiques constructives."

      Si pour vous cet "article" tendancieux et provocateur est une critique constructive, décidément vous êtes mal placé pour juger le PG. De plus, vous dites plein de choses très vagues, générales, sans rien quasiment de concret, et là où il y a du concret, vous n’êtes pas crédible (pourquoi la façon d’utiliser Kerviel comme bouc-émissaire devrait être passée sous silence ? Pourquoi se plaindre que Mélenchon etc. n’aient pas quitté le PS plus tôt, alors que l’important c’est qu’ils l’aient fait, et ne se laissent pas acheter/compromettre, contrairement à d’autres qui tendent leur cul au PS depuis plus de 30 ans en échange de bons postes et salaires ?)

      Michel E. Le 14 juillet 2014 à 09:32
  •  
  • Et de plus "Saint-Jean-Luc-pensez-pour-nous" en bon donneur de leçon s’est enrichi personnellement en achetant sa permanence de Massy, comme beaucoup d’autres, avec son IRFM, notre argent. Et il se l’ai faite rembourser après la campagne des présidentielles. Quand on donne des leçons à la terre entière on se doit d’être moralement juste. Ce n’est pas con cas ! Où alors il ferme sa gueule ! Mais ce serait trop lui demandé. Ou donner l’argent aux Restos du Cœur. Jusqu’à présent il la bien garder ce fric.

    beijing75 Le 14 juillet 2014 à 10:08
  •  
  • Et comme d’hab vous n’êtes que sur la défensive. Toujours ! Vous évitez toujours toujours et encore toujours aux suestions qu’on vous pause ! LANGUE DE BOIS. VOUS ÊTES SAOULANT ! ET MÉRITEZ D’ÊTRE RANGÉ DABS LES 0LACARDS DE L’HISTOIRE. VOUS AVEZ 50 ANS DE RETARD.

    beijing75 Le 14 juillet 2014 à 10:12
       
    • Vous êtes sûr de ne pas confondre le PG avec le PCF ?

      Michel E. Le 14 juillet 2014 à 11:12
  •  
  • "Et de plus "Saint-Jean-Luc-pensez-pour-nous" en bon donneur de leçon s’est enrichi personnellement en achetant sa permanence de Massy, comme beaucoup d’autres, avec son IRFM, notre argent. Et il se l’ai faite rembourser après la campagne des présidentielles." (Beijing-le-parisien)

    Ne t’en fais pas Michel E, ce texte est signé : il ne vient pas de Pékin ni des cols Mao, mais du château de Montretout et de ses milliards au soleil. "Rodolphe Santerre", auteur-pseudo d’un articulet fielleux indigne de "Regards", a décidément les défenseurs qu’il mérite.

    Autrement Le 15 juillet 2014 à 18:00
  •  
  • Bonjour
    il y a peu encore, j’envisageais de m’abonner à Regards.
    Ma lecture de cet article, le choix du pseudonyme du signataire et le teneur de certains des commentaires, m’en dissuade, hélas...

    rony Le 27 juillet 2014 à 19:47
  •  
  • Ce n’est pas les élections qu’il faut gagner, mais un mode de vie !

    Tout ce débat est digne de la tradition de la gauche française : conservatrice, productiviste et opportuniste.

    Le passé est nécessaire à l’avenir, mais pas à le construire. il se construit avec des rêves, des désirs t du courage.

    Y a a marre de combinaison pour la place, le poste ... l’ego ou le fric.

    on en est vraiment loin d’être capable d’être autogestionnaire dans les lieux de production avec de tels débats. A croire qu’en France, le citoyen est politiquement stérile !

    jm Le 19 août 2014 à 14:14
  •  
  • j’ai peur que vous ne vous mépreniez sur ce qu’est le PG.

    Je parle en tant qu’ancien adhérent du PG, ce qui va suivre n’est pas à prendre avec une connotation négative mais au contraire sans jugement de valeur et avec du recul

    Le PG, c’est une petite armée. Ce n’est pas un parti démocratique. Il n’a pas vocation à l’être. Comme toute armée, il est dirigé par le haut. Par les chefs.

    Ceux qui sont au PG en sont plus ou moins conscients : les gens sont "implicitement" d’accord avec la ligne générale du parti, c’est pour ça que ça file doux, la plupart du temps. Ce n’est pas pour autant qu’ils perdent leur esprit critique, paradoxalement, ça discute et ça s’engueule, mais ça ne rompt pas, tant qu’il n’y a pas de rupture sur le fond. Ceux qui ont un désaccord de fond s’en vont.

    C’est un état d’esprit particulier, mais il faut en être conscient lorsqu’on s’adresse au PG : c’est une armée, disciplinée et pas décentralisée pour deux sous : l’exact inverse d’EELV, parti où la décentralisation est vraiment appliquée (ce qui ne va pas sans poser d’autres problèmes, notamment de cohérence de la ligne d’un coin à l’autre : autant au PG, partout en France la ligne est globalement la même, autant à EELV, vous faîtes 30 bornes et la ligne peut être radicalement différente)

    (A l’inverse le PCF et le PS sont des partis centralisés en décomposition, c’est à dire qu’il y a toujours un autoritarisme du haut sur le bas mais que la ligne politique varie considérablement d’une section/tendance à l’autre, faute d’oser mener un vrai débat de fond...)

    Évidemment ce que je dis sur le PG n’est valable que lorsque la ligne montre des résultats et que le chemin est déjà tout tracé.

    Là, nous nous trouvons à la croisée des chemins, avec deux questions à trancher :

    1) Sur l’Europe et l’euro : quelle position adopter ? Une claire (on quitte tout ça) ou une pas claire-mais-très-intelligente-tellement-qu’on-peine-à-la-faire-comprendre-à-qui-que-ce-soit-même-à-nous : oui, l’europe on peut en sortir mais peut être pas si ça marche, enfin on sait que personne n’acceptera ce qu’on propose donc qu’on sortira de l’europe mais on ne le dit pas quand même...

    2) Sur le PCF : qu’est-ce qu’on en fait ? On reste alliés avec ce parti en décomposition où il n’y a plus de ligne et donc plus d’interlocuteur puisqu’il y a cinq ou six PCF selon les lieux et les militants, celui à fond FG très honnêtement sans arrière pensée, celui à fond FG pour tout récupérer comme ce qu’ils ont tenté de faire en 2007, celui anti FG parce que le PCF est le grrrrrrrrrrrrand parti des travailleurs qui va faire la rrrévolution prrrrolétarienne à lui tout seul, celui anti FG parce que ça empêche de s’allier tout le temps avec nos amis du PS, celui pro FG pour mieux négocier les sièges avec nos amis du PS... Bref, aucune ligne. Ou bien doit-on rompre avec ce parti, au risque de devoir suer pour les signatures pour la prochaine présidentielle et avoir de sérieux problèmes logistiques ?

    En science politique, la manière dont les décisions sont prises et les divergences réglées dans une structure politique est quelque chose de passionnant, et je suis très intéressé de voir comment dans un parti non démocratique comme l’est le PG on va trancher ces deux problèmes stratégiques qui sont liés.

    Mais pour cela, il faut avoir clairement en tête ce qu’est le PG. Un parti creuset, peut être, un parti démocratique, surement pas (et ce n’est pas souhaitable à mon sens parce qu’on n’agit plus dans un parti démocratique, par expérience de ce que j’ai pu voir dans les ex comités bové, à la FASE, ou au NPA avec toutes ses tendances...) L’atout du PG, jusqu’à présent, c’est qu’il a toujours su agréger les opinions différentes, en faire une synthèse et intégrer ceux qui les portent à son "cercle dirigeant", et au final s’en renforcer.

    Comment va-t-il (et va-t-on) trancher les problèmes et divergences qui se présentent maintenant à nous ? Là est toute la question, mais si l’on veut la traiter, commençons par savoir réellement ce à quoi on affaire.

    Bon, j’ai rédigé comme j’ai pu et ai tenté d’être aussi clair que je le pouvais à cette heure, maintenant tu as une carte de plus en main camarade, bon courage !
    Ajout : depuis quelque temps, (et cela m’inquiète), la direction semble ne pas être capable de trancher dans le bon sens ou de prendre les bonnes décisions, souvent pour de mauvaises raisons. La direction est divisée sur certains points, et refuse d’étaler au grand jour ses divisions pour que le reste du PG tranche, et les décisions peuvent être prises pour des raisons absolument pas politiques (renseignez vous sur le dernier Conseil National...), toute la direction a un problème dans son règlement des divergences qui peuvent y exister et cela nuit à l’aspect "creuset" du parti... Et la direction faillit dans son rôle qui est le sien de "trancheur" des divergences de ce parti non démocratique à dessein mais où c’est justement la direction doit prendre des décisions et faire des choix.

    Desbons Claude Le 19 août 2014 à 16:48
       
    • Je croyais que Claude Desbons avait quitté le PG en raison du manque de démocratie. On m’aurait menti ?

      Gilbert Duroux Le 23 août 2014 à 16:06
  •  
  • Je constate que les échanges par mail, où les mots revêtent un sens différent d’un interlocuteur à l’autre, où les tournures de phrases sont soumises à diverses interprétations en fonction des "cultures" de chacun, sont au total propices aux discordances voire aux invectives. Je crois que la vérité peut sortir davantage de la parole, et donc des rencontres, des réunions conviviales, où des consensus peuvent émerger plus facilement.
    J’en conclus qu’il faut continuer le travail de proximité pour encrer le PG localement.
    Bonne soirée
    Je pars à une réunion.

    Yves Mzd Le 30 septembre 2014 à 19:43
  •