Accueil > La Midinale | Par Pierre Jacquemain | 3 mai 2017

Bruno Julliard : « Anne Hidalgo a une légitimité pour construire la gauche de demain »

Premier adjoint socialiste à la mairie de Paris, Bruno Julliard appelle à voter contre le FN sans adhérer au projet d’Emmanuel Macron, analyse la situation critique du PS et envisage les conditions d’un renouveau de la gauche.

Vos réactions (23)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
Vos réactions (23)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Avec tout le respect que je vous dois M. Bruno Juillard, je vous dis la chose suivante : vous ne tromperez plus le peuple. Nous ne sommes pas naifs ni sots. Vous osez encore parler de gauches, de gauches irréconciliables. Vous osez affirmer que la gauche n’est pas morte. Vous faites semblants de ne pas comprendre ce qui s’est passé au premier tour de la présidentielle. Et bien je vais vous éclairer. Une certaine gauche dans laquelle vous vous reconnaissez est incompatible avec l’autre gauche, tout simplement parce que cette gauche est bien de droite et qu’elle n’a même pas le courage de l’avouer. Ce qui provoque dégout et rejet définitif. Vous ne pouvez plus vous soustraire à ce qui est factuel, à savoir toutes les lois scélerates qu’a initié et voté le PS, ce parti de droite. Une honte !!! Non ce n’est plus réconciliable. Vous allez au fil de l’eau dégager ! Nous n’utilisons plus ce terme de gauche tant il est devenu une contrefaçon, tant vous l’avez terni et insulté. Nous nous allons continuer à fédérer le peuple avec l’outil "l’avenir en commun". Objectif faire progresser une conscience politique majoritaire émancipatrice permettant d’élire l’intérêt génèral. Nous n’attendons aucun messie, et surtour pas des partis. Nous voulons fédérer le peuple et certainement pas des partis. Votre vieux monde s’effrondre et le nouveau monde pointe. Rejoignez Macron, Cazeneuve, Walls et qui vous voulez, cette droite qui a permis à MLP d’être présente au second tour. Vous n’êtes plus un centre d’intérêt ! Basta !

    ecureuil66 Le 3 mai à 15:10
       
    • Entièrement d’accord. On croit rêver quand il définit sans ciller Macron comme étant l’une de ces 2 « gauches » ! Et je ne sais pas s’il faut rire ou pleurer en entendant « [...] alors la gauche serait impuissantée (???) et jamais nous ne pourrions reconquérir le pouvoir pour mettre en œuvre une politique de transformation sociale [...] » ou encore « [...] moi je suis fier d’un certain nombre de réformes qui ont été menées [...] ».
      Je crois que les apparatchiks du PS ont encore du mal à intégrer ce qui s’est passé mais le deuil comporte quelques étapes et le temps devrait les y aider...

      Franck B. Le 3 mai à 18:05
    •  
    • Entièrement d’accord !

      Pitoyable Bruno Juillard qui trouve encore le moyen de dire que certaines "réformes" du Tartarin de Tulle furent bonnes ! Lesquelles ? Ah oui, le mariage pour tous ! Que ce fût une avancée "sociétale" ne doit pas occulter que sous ce quinquennat, ce furent surtout des contre-réformes sociales dont il inutile d’égrener la triste liste, sans omettre les dénis de démocratie à répétition. Bruno Juillard fut jeune, un temps, celui de la lutte contre le CPE de de Villepin. 11 ans sont passés et Bruno Juillard est devenu vieux, comme ce monde qui n’en finit pas de mourir.

      Circulez, y a rien à voir

      Babeuf

      babeuf Le 4 mai à 09:56
  •  
  • Passons !!! Simplement de la cuisine politicienne. Oups

    rodydecoue Le 3 mai à 17:59
  •  
  • Julliard... Hidalgo... anecdotique. Le cadavre du p"s" bouge encore...

    Victor Le 3 mai à 18:53
  •  
  • Le PS bouge encore, la preuve par Julliard qui a beaucoup de mal à digérer la déculottée électorale, méritée et mémorable, du 23 avril. Pour refaire une santé à son parti moribond il rêve tout haut d’une alliance rose- vert-rouge à la Filoche qui n’est plus de saison aux élections législatives prochaines. Côté PCF, Laurent s’évertue à ressusciter le Front de gauche pour faire bonne figure en juin et sauver une poignée d’élus parlementaires. Quant à la France Insoumise, malgré le bon score de son candidat à la présidentielle, elle ne pèse en réalité que 3,47% des 7 000 000 d’électeurs de JLuc Mélenchon qui forment un rassemblement hétéroclite d’indignados contre un système qui les broie et les prive d’un avenir radieux et de déçus de tous poils. Ce qui est un peu court pour reconstruire une gauche de rupture et de transformation sociale. Bref , le changement is a long way !

    Robert Malterr Le 3 mai à 19:49
       
    • @Robert Malterr

      Je vois que vous avez des dons hors du commun." 3,7% des 7 000 000 d’électeurs de JL Mélenchon..." seraient d’après vous des Insoumis. Dans un mouvement il n’est pas nécessaire de faire un clic sur internet pour se considérer Insoumis, le vote est un moyen de participer à sa façon.

      Ce poucentage , très, très précis, renverrait , toujours d’après vous , ne possible victoire aux calendes grecques. Depuis quand une force politique ne peut compter que sur les voix de ses milmilitants pour remporter une élection ?

      GG Le 4 mai à 10:22
    •  
    • Quand on vous invite à revenir sur terre et à mesurer le travail qui reste à faire pour transformer la société française, GG, vous prenez inutilement la mouche . Sachez que , comme vous ,j’ai voté pour votre leader maximo bien aimé le 23 avril sans être pour autant membre ou militant de la FI et sans adhérer totalement au programme de " l’avenir en commun". Ce qui est le cas probablement de beaucoup de gens parmi les 7 millions d’électeurs de Mélenchon. Mon vote JLM est un vote "par défaut" d’un autre candidat et d’un autre programme qui ne concourait pas puisqu’en avait décidé ainsi, démocratiquement, les instances de son parti en décembre dernier pour pas ajouter la division à la division d e la gauche de rupture et de transformation sociale.
      Votre irrespect à mon égard, et à travers moi, envers les communistes qui ont voté Mélenchon ne m’incitera pas à voter pour un candidat PHI au 1er ou au 2eme tour des élections législatives de juin prochain. À bon entendeur , salut !

      Robert M. Le 4 mai à 11:45
    •  
    • Bonjour Robert,
      pour le coup c’est vous qui prenez la mouche :)
      Parce qu’une personne, que visiblement vous considérez automatiquement comme « insoumise » et visiblement également comme mélenchomaniaque (l’argument ultime qu’on attendrait plutôt des anti-JLM de base), vous fait une remarque (à mon sens légitime) sur l’extrême précision d’un 3,47% dont on ne comprend pas bien l’origine vous voilà parti dans ce bon vieux réflexe « ben piske cé komm sa » et ne voterez donc plus jamais pour la FI...
      Étonnant non ?
      Sachez que tout comme vous je ne suis pas membre de la France Insoumise et que j’ai tout de même voté pour JLM. La différence est que je n’ai pas eu pour cela à mettre de côté mon parti et que je n’en garde donc aucun ressentiment...
      Cela étant dit nous sommes clairement dans le même camp et il est grand temps de combattre côte-à-côte en laissant tomber les prises de bec futiles vous ne pensez pas ?

      Franck B. Le 4 mai à 16:45
  •  
  • Un haut-le-coeur dès les 1ères images. Tout gerbé après 2 minutes. Pas pu continuer. Qu’est-ce que je fous ici ?

    Durruti Le 3 mai à 22:29
  •  
  • Le programme de ce monsieur Julliard, c’est de remplacer la tête de Hollande par celle d’Hidalgo sur les affiches électorales : tout de suite, on voit le niveau...

    Tout ça c’est fini, périmé, définitivement balayé. La bande à Martine Aubry, qui trois jours avant le premier tour aboyait encore des insultes contre les Insoumis, ne vaut pas mieux que celle de Valls et Cambadélis, et en plus elle est hypocrite.

    Évidemment, tous ces gens-là n’ont jamais été de gauche. Tirons la chasse une bonne fois...

    hopfrog Le 4 mai à 06:37
  •  
  • Super et tellement de circonstance...

    Il faudrait aussi inviter Christophe Caresche et Dany "the red" qui débordent toujours d’idées neuves pour une gauche dans le genre de celle d’adolphe thiers ou du journal l’espress.

    Assez...

    Arouna Le 4 mai à 06:58
  •  
  • Un élu de la ville de Paris ?
    Il n’a pas vu, ni entendu ces foules dans ses rues qui criaient avec force et détermination :
    « TOUT LE MONDE DÉTESTE LE Ps ! »

    Ou alors il ne sait pas pourquoi,
    et donc d’où vient cette prétention à faire de la politique et d’exercer un mandat ?

    Insolences Le 4 mai à 09:24
  •  
  • La gauche française fait décidément triste figure : désavouée (PS) ou trop hétéroclite(FI/PCF/Ensemble etc...) derrière JLM , elle a été éliminée du second tour de l’élection présidentielle. Réduite à compter les points entre Macron et Le Pen, elle songe à se rattraper dans les urnes en juin prochain. Toutefois, il semble bien que ce soit au-dessus de ses forces avec un PS en pleine débandade, une gauche de rupture et de transformation en pleine crise d’identité , tirée à hue et à dia, soit par une nébuleuse d’indignés dont le seul repère est le charismatique JLM qui se voit déjà "1er ministre de cohabitation" de Macron pour apliquer le programme de "l’Avenir en commun" sans doute ??? soit par un PCF qui peine à s’appuyer sur le score électoral inédit mais volatil réalisé par JLM au 1er tour de l’élection présidentielle en vue de grapiller quelques sièges de députés dans la prochaine assemblée nationale. Pour retrouver quelques couleurs, et une prise sur cours des choses, la gauche devra nécessairement se reconstruire en se recomposant. Compte tenu des crispations actuelles et de son état de désorganisation , ce n’est , hélas, pas demain la veille.

    Norbert Deléage Le 4 mai à 09:59
       
    • @Norbert Deléage

      " une nébuleuse d’indignés dont le seul repère est le charismatique JLM qui se voit déjà "1er ministre de cohabitation" de Macron pour apliquer le programme de "l’Avenir en commun" sans doute ???..."

      Vous dégouliner de mépris. Pour dialoguer et débattre et convaincre , il faut un minimum de respect . Il est réjouissant de voir que vous ignorez ce qu’est le respect. Ainsi vous ne convaincrez personne , et resterez seul à vous rabougrir avec votre sale mépris, Monsieur le petit procateur.

      GG Le 4 mai à 10:46
    •  
    • Vous dégoulinez et non pas "er"

      GG Le 4 mai à 10:49
    •  
    • Commençons par faire un tri,
      une bonne définition de « être de gauche » qui élimine tous les usurpateurs.

      En voilà une, inspirée par Bernard Friot,
      « vouloir abolir la propriété lucrative pour la remplacer par la propriété d’usage »

      Insolences Le 4 mai à 10:49
  •  
  • Vous avez vu le débat hier soir.
    affligeant pour notre pays.
    Nous devons ce spectacle et ce choix qui nous est offert, au capitaine de pédalo et sa bande.
    ils rabaissent tout.
    finissons de les chasser à l’occasion des législatives, en élisant des députés du camps du changement .
    de la clarté, plus de compromissions.

    dan93 Le 4 mai à 10:16
       
    • Mais oui ! GG ET Dan 93, À quand la prise de l’Élysée par le peuple et pour le peuple ? Arrêtez de délirer et soyez chariable avec sur un petit jeune homme bien propre sur lui qui ayant choisi de faire carrière au PS , découvre aujourd’hui qu’il s’est trompé de combat et de gamelle.

      Robert M. Le 4 mai à 11:53
  •  
  • Au premier tour de cette présidentielle BHamom c’est 2 291 288 voix . JL Mélanchon est à 600 000 voix de la qualification pour le second tour , si B Hamon avait retiré sa candidature, JL Mélenchon se serait qualifié. Ça c’est du factuel.

    B Hamon et ses amis peuvent fuir leur responsabilité, mais elles les rattraperont plus rapidement qu’ils ne l’imaginent. On va s’en charger.

    Sur France Inter , dans une interview , A Corbière fait par d’une conversation qu’il a eu à quelques jours du premier tour , avec l’entourage de B Hamon . À la question du retrait de la candidature de B Hamon on lui à répondu " au vue des frais engagés on ne peut plus la retirer..."

    Pour une question d’argent, un parti qui a de nombreux amis milliardaires, à maintenu la candidature de B Hamon . Ce dernier a passé la dernière semaine du premier tour , à insulter JL Mélenchon. En maintenant sa candidature et en insultant JL Mélenchon, B Hamon et ses amis l’ont empêché d’être au second tour. Ils ont permis à M Lepen de se qualifier . Et si l’objectif était justement d’empêcher JLM d’être au second tour ?

    Leur leçon de morale , ils peuvent se la mettre où je pense.

    GG Le 4 mai à 12:25
  •  
  • Re-belote en juin prochain, les amis : une nouvelle " division terrible" (le politologue Rémy Lefebvre), voire une nouvelle "guerre fratricide" ( Clémentine Autain d’Ensemble) s’annoncent à gauche et par conséquent une nouvelle Bérézina qui renverra aux calendes grecques la constitution d’une majorité parlementaire susceptible de contrer la politique du Président Macron. Dans ces conditions, ne parlons même pas de l’éventualité cocasse d’une nomination de Jean Luc Mélenchon à Matignon. En revanche, ce PS, dont on nous répète ici à satiété qu’il est mort et enterré depuis le 23 avril, pourrait bien renaître de ses cendres plus vite que prévu, un fois purgé de ses composantes social libérale et macroniste... Du moins si l’on en croit le petit Julliard qui veut y croire et sauver son boulot. Il parait que FI et PCF discutent d’un accord sur 60 candidatures "communes aux forces de gauche" , alors qu’il y a plus de 500 circonscriptions électorales à pourvoir ! Il n’y a pas que le débat télévisé d’hier soir entre Macron et le Pen qui est affligeant.

    Robert M. Le 4 mai à 14:10
       
    • Je suis malheureusement d’accord avec votre analyse : l’union de gauche est encore une fois bien mal partie... heureusement qu’il nous reste la rue pour se retrouver.

      Franck B. Le 4 mai à 16:57
  •  
  • C’est un peu navrant à quel point un type de ma génération qui était contre le CPE a adopté les manières de ne rien dire de tous les communicants. Le problème du PS n’est pas de ne pas pouvoir parler des ouvriers ou des travailleurs, le problème est simplement qu’aucun ouvrier ou travailleur ne fait partie de le direction du PS. C’est un vice structurelle qu’aucune communication ne pourra jamais combler.

    Etienne Le 5 mai à 17:39
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.