photo d'illustration cc FI Benelux
Accueil > Politique | Par Pablo Pillaud-Vivien | 12 avril 2017

« Cette fois, on est prêt ! »

[La campagne de plus près – 1/4] Dans les allées de ce marché parisien, la dynamique Mélenchon souffle un vent d’irréductible optimisme sur les tracts des militants. Partisans, nouveaux sympathisants et opposants le perçoivent parfaitement. Paroles.

Vos réactions (14)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Franchement, je la sens bien, c’t’élection ». La dame qui tracte du Mélenchon à s’en fouler le poignet, sur le passage clouté, entre les légumes et la volaille du marché ce mardi, elle y croit dur comme fer à la victoire de son candidat. Et c’est loin d’être la seule. « J’ai jamais vu ça : je n’ai jamais assez de tracts ».

Et encore, elle n’en donne pas systématiquement à tous ceux qui viennent lui en demander pour les mettre eux-mêmes dans les boîtes aux lettres de leur immeuble. Même sentiment pour ce militant communiste, un peu plus loin, qui affirme tout sourire : « Ça fait tellement plaisir d’être dans ce genre de dynamique. Et on est tellement heureux de tracter qu’on veut tous y aller maintenant ».

Un enthousiasme déroutant

La spectaculaire envolée de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages semble galvaniser un peuple – de gauche, mais pas seulement – qui avait fini par se résigner à laisser à la droite le pouvoir pour cinq nouvelles années. Du vendeur de poissons au badaud intentionné, lorsque l’on pose la question « Il vous inspire quoi, Mélenchon ? », on a majoritairement des sourires de la part des plus pressés, des dithyrambes et des panégyriques des plus affables, et même un bisou de la part d’une dame qui marchait avec une canne torsadée rouge vif.

Pour être tout à fait honnête, il y en a quand même plusieurs d’entre eux qui se sont laissés emporter par la caricature et parfois l’injure – notamment ceux pour qui il représente un char russe (« C’est le même qu’en 81 mais en pire »), une déstabilisation du marché (« et pas de celui où on est actuellement ») ou un hurluberlu sans parti (« Ce n’est vraiment pas ma tasse de thé, si vous voyez ce que je veux dire »).

Mais les Parisiens rencontrés au cours de cette petite expérience mercantile de presque village n’avaient pas que des mots pour broder autour de Jean-Luc Mélenchon. Il génère un enthousiasme déroutant : ainsi a-t-on entendu chanter l’Internationale quand d’autres offraient volontiers le café pour « discuter constituante » et serrer dans les bras parce que « les lendemains qui m’enchantent (sic), c’est pour demain – et cette fois, on est prêt ».

« Il faut avouer qu’il en a sous le capot »

Mais, et c’est peut-être l’une des spécificités du vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon, il n’y a pas que les 100% convaincus qui vont voter pour lui : « Moi, je vais voter Mélenchon pour qu’il les dégage tous. Ah oui parce que moi, une fois Mélenchon élu, je rentre direct dans l’opposition – pas question qu’il ne dégage pas lui aussi ». Le raisonnement est valable et cela n’en fait pas moins une voix de plus pour le candidat de la France insoumise. D’ailleurs, il sait ce que c’est la France insoumise ? « C’est le fan club, c’est ça ? ».

La gauche a trouvé le candidat qui la fait à nouveau vibrer – « Ça valait le coup d’attendre deux semaines avant l’échéance finalement ». Mais, à dire vrai, il semblerait que le candidat galvanise même au-delà de son socle habituel d’électeurs : « Mélenchon, c’est le seul qui gueule. Je ne dis pas qu’il a raison sur tout, d’ailleurs parfois je me rends compte qu’on est d’accord sur rien, mais j’adore l’écouter parler. C’est ça qu’on demande à nos politiques, non ? » Et un couple qui ira voter Emmanuel Macron de surenchérir : « Il faut avouer qu’il en a sous le capot. Ses idées, on ne les partage pas, mais on ne peut pas dire qu’il ne sait pas les défendre ».

Il drague large, le Méluche ; et même cette retraitée qui avait voté Nicolas Sarkozy en 2007 et 2012 : « J’ai l’impression qu’il est bien celui-là. Et puis quand même, il est ferme au niveau de la laïcité : vous avez vu quand il a dit que la Le Pen avait raison de ne pas vouloir se découvrir ? » En revanche, on n’a pas eu le temps d’interroger des militants sur Benoît Hamon – et on ne nous en a pas parlé spontanément. On repassera la semaine prochaine, mais il sera dans doute déjà trop tard…

@tephendedalu

Vos réactions (14)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • ALLLEZ LA, on a le peps !! Mélenchon 2017 !!

    polo Le 12 avril à 15:57
  •  
  • Ne boudons pas notre plaisir !

    franck-y Le 12 avril à 16:31
  •  
  • Pareil sur le marché d’Espalion (je vous laisse chercher où c’est)

    Pierre Le 12 avril à 19:50
  •  
  • Le journal de la présidentielle : J-10 sur Tendance CLAIRE :
    tendanceclaire.org/breve.php ?id=23396
    (mettre https:// devant )
    avec un joli graphique Ipsos "Mélenchon bat tous les records de popularité".

    Durruti Le 12 avril à 22:33
  •  
  • Merci beaucoup pour ce précieux regard sur ce qui se passe sur le terrain. Car on peut lire ailleurs dans la presse écrite et sur ce sujet des propos qui n’ont plus rien à voir avec du journalisme : les rapports de force se dévoilent, on ne peut pas toujours faire illusion ;-)

    La France Insoumise est un mouvement qui contient une grande joie, consciente et inspirée. Vous soulignez un caractère précieux du rassemblement qui est né. C’est précisément ce que la politique a de meilleur. Nous l’attendions depuis si longtemps ! Nous retrouvons, tout en bas, la parole et l’espoir après 60 ans d’une pseudo-alternance qui n’a cessé de nous mener vers des décisions toujours plus stupides et brutales.

    Merci !

    Ciriaco Le 12 avril à 23:00
  •  
  • L ’espoir renaît dans le coeur des gens, moi pareil, j’ai distribué des tracts partout dans mon immeuble, et par la suite, nous nous tous réunis devant un bon café en parlant de Melenchon. Et bien évidement ils vont tous voter pour lui.

    L’espoir d’un nouveau monde, d’un nouveau ciel apparait désormais pour tout les habitans de cette planête.
    Et nous, les fonctionnaires de catégorie A allons enfin avoir une augmentation de nos salaires avec le degel du point d’incice et de connaitre enfin la fin de la souffrance que nous subissons depuis 30 ans.

    PIGEON Le 13 avril à 12:20
       
    • J’en ai la larme à l’oeil... :)

      carlos Le 13 avril à 21:51
  •  
  • Mélenchon ne "drague" pas comme vous dites, ils convainc.
    C’est ce qui le différencie des autres justement.

    aldo Le 13 avril à 13:00
  •  
  • Encore un ptit sondage ?
    Ipsos-Sopra Steria pour «  Le Monde  » réalisé les 12 et 13 avril :
    JLM : 20%
    MLP : 22%
    Macron : 22%
    Fion : 19 %

    Durruti Le 14 avril à 13:20
  •  
  • "A la fin, ça se terminera entre Le Pen et nous"
    (JL Mélenchon, octobre 2014)

    Durruti Le 14 avril à 19:45
       
    • @Durruti - je crois pas que ce sera pour cette fois... là on serait plutôt dans un duel Macron (le libéralisme ni vu ni connu je t’embrouille) VS Mélenchon (liberté égalité et fraternité au programme)...

      carlos Le 20 avril à 12:11
    •  
    • Je parlais de 2022 :-)

      Durruti Le 20 avril à 12:16
    •  
    • Bon après cette petite pirouette de ma part je dois dire que tu as sans doute raison. Si JLM est au 2ème tour ça pourrait bien être face à Macron. C’est ce que je suis porté aussi à penser aujourd’hui car depuis mon post, MLP s’est encore enfoncée dans la rediabolisation. Mais bon ce ne sont que des suppositions (que l’on pourra peut-être affiner ce soir après l’émission de France 2).

      Durruti Le 20 avril à 12:24
    •  
    • pour faire court : ;)

      carlos Le 20 avril à 17:33
  •