Accueil > Politique | Par Manuel Borras | 6 janvier 2017

Comment l’extrême droite a pris son envol dans la fachosphère

Initialement envisagé comme un outil démocratique favorable à la diffusion d’idées progressistes, Internet contribue à la diffusion de la pensée la plus réactionnaire. Efficacement organisée, la "fachosphère" y répand une propagande virtuelle aux effets bien réels.

Vos réactions (11)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Dossier "Faut-il être raciste pour être populaire ?" dans le nouveau numéro de Regards.


Qu’est-ce qui rassemble l’islamophobie du site Fdesouche, le catholicisme réactionnaire d’un Salon beige porté par la Manif pour tous, le think thank identitaire Polémia et un pôle Dieudonné-Soral (Égalité & Réconciliation) à la recherche du "complot juif" ? À première vue, pas grand-chose. Dans un récent ouvrage [1], les journalistes David Doucet et Dominique Albertini mettent pourtant en lumière une fachosphère aux contours cohérents.

"Gramscisme de droite"

Les dénominateurs communs entre les pôles de cette galaxie hétéroclite les classent, sans doute aucun, sous la bannière de l’extrême droite classique : xénophobie et/ou racisme, thème de la décadence d’une communauté nationale essentialisée, vision complotiste des rapports sociaux, rejet des médias mainstream représentés comme défenseurs du "système", parole décomplexée… Ainsi qu’une certaine russophilie – à l’instar du Front national. De plus, de nombreuses passerelles et relations entre ces acteurs les lient les uns aux autres.

Surtout, ces sites s’inscrivent dans une démarche claire, celle d’un "gramscisme de droite" initié à la fin des années 1960 par le courant de la Nouvelle droite avec le Grece puis le Club de l’horloge, dont certains membres font d’ailleurs partie intégrante de la fachosphère en ligne. L’idée est simple : la conquête du pouvoir politique ne peut passer que par l’obtention préalable d’une hégémonie culturelle qui imposerait la prédominance des thèmes et du vocabulaire de l’extrême droite dans le débat public.

Dans cette lutte, l’outil Internet devient arme. Ses atouts sont redoutables : l’anonymat libère la parole, l’absence de règles permet la mise en place de pratiques originales et agressives et le format en lui-même offre un fort pouvoir de diffusion à faible coût. À la pointe de l’innovation du Web politique depuis la fin des années 1990, la fachosphère s’est affirmée comme une véritable machine de guerre, aux pratiques multiples et complémentaires, tendues vers un objectif revendiqué de "réinformation".

Machine de la guerre du Web

Certains de ses sites sélectionnent et relaient des articles de grands médias qui servent leurs discours, comme l’emblématique Fdesouche. D’autres produisent leur propre contenu. Tous mènent, appuyés par de classiques armées de trolls [2], une intense activité de lobbying en direction des acteurs politiques, institutionnels et médiatiques. Le Web d’extrême droite possède son propre organe de critique des médias (l’OJIM), et la tendance catholique radicale tient son patron de presse en ligne en la personne de Guillaume Jourdain de Thieulloy – directeur de publication du portail Nouvelles de France et du Salon beige. Côté technique, l’ensemble des plateformes et formats disponibles sont investis : articles de fond ou courtes news, vidéos YouTube, réseaux sociaux, forums...

Le résultat est sans appel. La combinaison de deux récentes études statistiques permet de mesurer l’ampleur de la percée. En décembre 2012, la fachosphère représentait, numériquement, 14% des sites politiques disponibles sur le Web, en troisième position derrière les sphères de “gauche“ (46,8%) et de “droite“ (18,1%) [3]. En 2016, seize de ses sites se classent parmi les trente plateformes politiques les plus consultées en France [4]. Donnée parlante : Égalité & Réconciliation brasse davantage de lecteurs que Mediapart…

Suffisant pour toucher directement le grand public ? Il semblerait que non : la fachosphère demeure à l’heure actuelle une chambre d’écho où les convaincus viennent conforter leur position. D’où son action de lobbying, sa quête de relais et sa dépendance à des “passeurs” dans les mondes politique et médiatique. C’est ainsi aux Buisson, Zemmour et autre Finkielkraut que l’on doit avant tout la colonisation des esprits par l’imaginaire d’extrême droite.

Les snipers de Marine ?

Cette hégémonie croissante ne peut que se révéler favorable au Front national. Revient souvent l’idée d’une direction frontiste en quête de dédiabolisation, laissant volontairement des petites mains se charger à sa place du “sale travail” de diffusion de ses idées les moins assumables. De fait, les relations personnelles entre les membres des deux pôles sont monnaie courante, tout comme les déclarations de solidarité mutuelle face à la “répression” judiciaire. Marine Le Pen et Jean-Yves Le Gallou (Polémia), à l’origine de l’émergence du concept de préférence nationale, dînent par exemple régulièrement ensemble. Pierre Sautarel, “gourou” de Fdesouche, est un ancien de la maison, tout comme Alain Soral.

Mais les rapports sont en réalité plus complexes. La fachosphère tient le FN pour ce qu’il est, de fait : une cible de son activité permanente de lobbying. La plus naturelle des cibles peut-être, mais un outil tout de même. Elle s’immisce ainsi, d’une part, dans les batailles internes au parti entre les différentes tendances qui le traversent. D’autre part, avec la désignation de François Fillon à la tête des Républicains pour la prochaine élection présidentielle, une partie de la fachosphère pourrait être tentée de lâcher le FN pour s’orienter vers le nouveau chantre des racines chrétiennes de la nation. Une hypothèse qu’accréditent les déclarations de Guillaume Jourdain de Thieulloy dans l’ouvrage La Fachosphère : « L’objectif est que l’UMP et le FN reprennent un certain nombre de nos idées. En fonction de cela, on soutiendra l’un ou l’autre ».

Au-delà du jeu partidaire, les thématiques, elles, se répandent. Quelle démarche adopter pour ceux qui veulent les contrer ? La bataille est à mener sur le terrain des idées, via les mêmes plateformes, avec les mêmes outils.

Notes

[1Dominique Albertini, David Doucet, La Fachosphère. Comment l’extrême droite remporte la bataille du Net, Flammarion, 2016.

[2Provocateurs qui viennent délibérément faire dégénérer les débats en ligne.

[3Enquête “La blogosphère politique en 2012“ menée par le site Linkfluence.

[4Classement établi au 1er octobre 2016 par le site d’analyse de données Alexa.

Vos réactions (11)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bonjour
    Au tout début d’internet et du web...il faut savoir pourquoi internet est née, dans un but militaire, comme nos fusées , devenu missiles. Mais internet a été pensée, mis au point, par des scientifiques, qui avait un but "pacifiste", avec un esprit "libertaire ", puis après le monde des affaires la investie. Sur internet tout est permis , pour le moment, jusqu’au jour, ou il sera contrôler, censuré, payant !?...l’image de Von Braun, est significative, un chercheur qui voulait aller dans l’espace, qui collabore avec les nazis, et l’armée, et qui se vend au USA.
    C’est pas la diffusion des idées démocratique ou progressiste, seulement.
    la fachosphère, là investi habilement, sans vergogne, mais comme les communistes, libertaire, alternatifs, ou autres sensiblité. Il faudrait plutôt se poser la question pourquoi, eux ont du succés sur internet , ainsi que les sites complotistes , conspirationnistes, ou djiadhistes , sectes et marchands d’illusions, porno..... Pourquoi les gens , vont sur ces sites plutôt que des sites progressistes, libertaires, marxistes ....
    Pour moi, cela vient plus de l’éducation, et de l’information, et a l’apprentissage de la pensée critique, en amont. Savoir repérer un site douteux, se faire sa propre analyse.
    Prenons Soral pour exemple, voilà un monsieur qui est beaucoup consulter sur internet, mais il était déja lu beaucoup avant en livre, cela n’est pas anodin !?. pourquoi un telle "succés" ?. les illuminatis marche très fort, ainsi que les OVNI...
    les sites , marxistes,de philosophie beaucoup moins, pardon sauf Onfray, mais parce que ses université marche fort aussi, ceci explique cela ?....
    Il faut un intellectuel collectif, un parti, des Politzer, qui font progresser la pensée, matérialistes, progressiste, critique....pour qu’aprés les gens consultent internet.
    Internet n’est qu’un moyen, comme un couteau, qui sert soit a tuer ou travailler, une fusée qui sert a aller dans l’espace , pour découvrir les mystére de la vie , ou en faire un missile qui porte une bombe atomique. pourquoi spontanément les gens vont plutôt, sur des sites facho et pas des sites révolutionnaires ?
    Ceci dit , on a une tendance a classer, dans la fachosphère, tout les gens qui ne correspondent pas a nos idées, comme les sites complotistes. La guerre des médias, la propagande, l’intox n’épargne pas le net, au contraire, elle est le lieue idéal, ou on peut contrer la propagande officiel, la fachosphére la bien compris. De plus sur le net, n’importe qu’elle imbécile est habilité a parler , et passer pour un expert, c’est le règne des imposteurs.

    bob Le 6 janvier à 15:01
       
    • Bonjour,
      votre résumé historique d’internet, au début de votre article, est inexact mais ce n’est pas très important (il n’y a pas d’un côté les méchants militaires et de l’autre les gentils scientifiques ; les idées pacifistes voire libertaires n’ont rien à voir dans cette histoire).
      Je pense que vous posez la bonne question : pourquoi eux ça marche et pas les autres. Je pense que dans la réponse il y a ces éléments :
       les idées avancées par les fachos sont très simples à comprendre : elles partent de constats d’une réalité brute (sans commentaire, sans explication) et donnent des solutions qui ne font pas appel à la réflexion mais à nos instincts "animaux" (je ne sais pas dire autrement) de survie qui nous font nous regarder sans se préoccuper de ce qu’il y a autour (je pense à moi, je me moque de la société).
       les idées avancées par les progressistes, marxistes, libertaires et autres partent elles aussi du même constat mais tentent d’en comprendre les raisons, d’expliquer l’état des choses et de trouver des solutions réfléchies qui, tout en aidant l’individu, permettent à la société toute entière de ne pas retomber dans les mêmes travers. Tout cela produit des idées beaucoup plus difficiles à comprendre.
       il faut 5 minutes pour sortir une idée facho et des heures de discussion pour la combattre et réussir à convaincre celui/celle qui en est imprégné/e.
       sans être aller voir de près du côté de la fachosphère, je suis prêt à parier qu’il y a beaucoup moins de sites facho que de sites progressistes, marxistes, libertaires et autres. Notre division, notre émiettement, est très caractéristique de ce que nous sommes et il ne date pas d’hier. Le patronat, même ayant plusieurs composantes, arrive à faire un seul mouvement (CNPF puis MEDEF) : verra-t-on un jour un "Conseil national des salariés français" ? Pourquoi ne voulons-nous pas nous unir ? Je ne crois pas que les différences d’idées soient la seule raison.
       la fin de votre article est dangereuse... pour vous. Quand on sait la hargne que peuvent avoir certains commentateurs ici, parfois le mépris qu’ils expriment, cela pourrait très bien se retourner contre vous. Comme vous le dites dans une autre réponse, "nous avons tendance nous-mêmes à faire dans la censure, l’autocensure, avec des personnes, ou points de vue, qui ne nous plaisent pas, mêmes, s’ils sont proches de nous". Et c’est un comportement qui fait fuir.

      Alain Le 10 janvier à 14:05
  •  
  • En fait, ont-ils réellement besoin d’avoir leur propre média, lorsqu’on songe que les "grands" médias de l’oligarchie, en France sont responsables de la diffusion des idées xénophobes depuis très longtemps. Ce sont eux, les journaux comme "Le Point", "L’Express", "Le Monde" (qui consacrait quasiment la moitié de ses unes au FN 6 mois avant les élections de 2014), "Le Nouvel Obs" sans oublier BFMTV, TF1 et j’en passe. Ils ont préparé le terrain de longue date à l’extrême droite. Et continuent d’ailleurs à le faire, le FN étant désormais suffisamment "dédiabolisé" et désormais rejoint par LR et une partie du PexS qui adhère sa rhétorique.

    Julien Le 6 janvier à 16:19
  •  
  • Dernier événement en date qui illustre la diffusion des idées d’extrême droite dans le sérail journalistique "autorisé" : le courrier que la directrice de LCP vient d’adresser à Edwy Plenel qui protestait contre la qualificatif injurieux "d’ennemis de la nation" professé à l’encontre de A Badiou, P. Boniface et lui-même en raison de leur positionnement anti-raciste. La présidente de LCP "n’hésite pas à assumer les propos tenus à l’antenne par Frédéric Encel, qualifiés de « pensée » et de « thèse qu’il développe ». "

    Julien Le 6 janvier à 17:09
  •  
  • Bonjour
    Vous écrivez : "En 2016, seize de ses sites se classent parmi les trente plateformes politiques les plus consultées en France [4]. Donnée parlante : Égalité & Réconciliation brasse davantage de lecteurs que Mediapart". Cette information n’est pas donnée par le "site d’analyse" d’Alexa, elle repose sur des données d’Alexa, et publiées dans un billet de blot de Mediapart, dont je suis l’auteur. Merci de rendre à César ... Antoine Bevort

    Bevort Antoine Le 6 janvier à 18:38
  •  
  • j’ai oublié de mentionner l’URL du billet : https://blogs.mediapart.fr/antoine-bevort/blog/211016/les-trente-sites-politiques-francais-ayant-le-plus-d-audience-sur-le-web-0
    Pour les non abonnés, voir mon blog
    http://antoinebevort.blogspot.fr/2016/10/les-sites-politiques-francais-les-plus.html
    sur lequel je publie régulièrement des analyses sur l’audience sur le Web et les réseaux sociaux.
    Antoine Bevort

    Bevort Antoine Le 6 janvier à 18:44
  •  
  • Nul besoin de sites fachos pour voir, entendre, lire Philipot ad nauséam semaine après semaine. Il suffit d’allumer la TV ou la radio et d’écouter nos chers journalistes qu’ils soient à la solde du PS, des LR ou des Bolloré de tout poil ! L’éternelle stratégie de l’épouvantail à pigeons...

    René-Michel Le 7 janvier à 00:21
  •  
  • Traiter des opposants, des gens avec qui on n’est pas d’accord de fachos (vieilles technique mais non éculée inventée par Lénine et Staline) il est possible que ça contribue aussi à faire monter le FN.
    Les gens ont sans doute besoin de s’exprimer et de contrer cette domination de la pensée alter-mondialiste qui contrôle totalement les médias depuis 35 ans.
    Même si ça vous déplaît.

    Antifa Le 7 janvier à 23:31
       
    • hi ! hi ! Je ne pensais pas que Bolloré, Bouygues, Pinault, Arnault, Dassautl, Pigasee, Drahi étaient des alter-mondialistes. dans ce cas, la finance capitaliste est alter-mondialiste.

      Julien Le 9 janvier à 22:39
  •  
  • Bonjour
    je donne raisons a certain plus haut, il n’y a pas besoins d’internet pour faire la promotion de certaines idées, le 20 h , sur toutes les chaines de TV , y contribue beaucoup, certaines idées ou personnes sont en permanences mis en avant, d’autres sont occultés ou marginaliser . On ne voie pas beaucoup le PCF, ou Mèlenchon , ou encore le NPA, ou LO....par contre on voie beaucoup Philipot, Marine ou Marion....
    Mais quand mêmes une petite remarque, nous avons tendance nous mêmes a faire dans la censure, l’autocensure, avec des personnes, ou point de vue, qui nous plaisent pas, mêmes, s’ils sont proche de nous. Vieux réflexe partidaire stalinien, toute opposition, critique, venant de notre propre camp doit être étouffé ?.

    bob Le 8 janvier à 12:23
  •  
  • Super article, éclairant et conçu de manière très propre.
    J’ai beaucoup appris en particulier concernant les subtitilités de ce monde fasciste, qui a toujours eu sa propre existence en France, ne l’oublions jamais.
    Cet article détruit les amalgames possibles et nous alerte sur la frayeur de ces groupes.
    Bravo

    Pierre Antoine Le 12 février à 09:37
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.