illustration cc Christopher Dombres
Accueil > Politique | Par Nathanaël Uhl | 24 décembre 2015

Déchéance de nationalité : Valls pousse à l’affrontement

La volonté gouvernementale d’inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution heurte les gauches du Parti socialiste. C’est précisément pour accélérer le nettoyage du parti que Manuel Valls la porte avec détermination.

Vos réactions (25)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Le président de la République a décidé d’inscrire la déchéance de la nationalité pour les binationaux condamnés pour actes de terrorisme dans la révision de la constitution, suscitant stupeur et condamnation (lire aussi "Déchéance de nationalité : le pas de plus, le pas de trop ?". Le texte devrait être soumis au parlement d’ici la fin janvier.

Étrange pas de deux que celui de l’exécutif. Après avoir écarté cette possibilité, le président de la République vient d’annoncer que la révision constitutionnelle qu’il propose aux parlementaires d’ici fin janvier comprendra la déchéance de la nationalité pour les "djihadistes" binationaux. Cette position a été confirmée mercredi 23 décembre, lors du dernier conseil des ministres de l’année.

Pour les gauches du Parti socialiste, qui pensaient sortir confortées des élections régionales, c’est un nouveau coup dur. Que ce soit dans le parti ou au gouvernement, l’axe Valls-Hollande a décidé de passer la vitesse supérieure et de marcher sur la tête de son opposition interne.

Coup de force en Île-de-France

Tout a commencé avec une anecdotique élection de président de groupe au sein du conseil régional Île-de-France. Les gauches du PS avancent tranquillement, persuadées que le message sorti des urnes conforte leurs positions. Le patron du PS lui-même n’a-t-il pas demandé une « inflexion de la politique gouvernementale » ? L’électorat de gauche s’est mobilisé au second tour, notamment dans les régions où la gauche "rouge rose verte" s’est rassemblée. Pour les gauches du PS, il y avait donc un espace nouveau pour que « ce quinquennat soit enfin utile », selon l’expression d’une parlementaire.

C’est dans ce contexte que le député et conseiller régional Benoît Hamon se présente à la présidence du groupe socialiste à la région Île-de-France. Rapidement, il se trouve confronté à la candidature du très vallsiste Carlos Da Silva, lui aussi député. Face à ce qui apparaît comme une confrontation de ligne politique "frondeurs" contre "exécutif", une médiation est tentée pour faire émerger une troisième candidature plus œcuménique. Las, le premier ministre repousse l’idée et force la confrontation.

Quelques pressions conjuguées de Solferino, Matignon et des conseillers élyséens plus tard, Hamon est battu par le terne Da Silva par quatre voix de majorité. L’ambiance vire à l’aigre. Un conseiller régional proche de Marie-Noëlle Lienneman n’hésite pas à envoyer des sms à ses collègues de la gauche radicale pour évoquer un proche éclatement du PS. Encore une fois… « C’est particulièrement tendu », glisse une collaboratrice d’élu, sous couvert d’anonymat, témoin des crispations internes.

Les gauches du PS abasourdies

Ce devait être le dernier acte politique d’une année pourrie. La quasi-totalité des ténors du PS était partie en vacances. En début de semaine, les informations se font rassurantes. Le président de la République aurait mis de côté l’idée de déchoir de la nationalité française les binationaux nés en France et condamnés pour actes de terrorisme. Une idée controversée dès sa formulation par le gouvernement. Et pour cause, il s’agit là d’une revendication du Front national, formulée dès janvier 2015, après les trois fusillades de Charlie, à Montrouge et dans l’Hypercasher.

C’est donc entre les papillotes et les dernières courses de Noël que la décision du conseil des ministres est tombée. La révision constitutionnelle inclura la déchéance de la nationalité. Selon nos informations, Manuel Valls a fini par imposer sa volonté à François Hollande. Les gauches du PS sont abasourdies. La collaboratrice d’un eurodéputé de cette sensibilité évoque sa « honte » : « La défaite infligée à Benoît [Hamon], ce n’est rien à côté de cette mesure ». Dans un communiqué co-signé avec le député européen Emmanuel Maurel, Marie-Noëlle Lienneman dénonce la déchéance de la nationalité :

« C’est admis par ses propres promoteurs : on ne voit pas comment la déchéance de nationalité pourrait faire peur à des terroristes qui ne craignent pas de se faire exploser ou de mourir ».

En écho, le secrétaire-général du courant Un monde d’avance, Guillaume Balas condamne une décision qui « constitutionnalise l’inégalité entre citoyens. C’est-à-dire l’exact opposé de ce pourquoi nos ancêtres se sont battus pendant la Révolution française ». Alors que, par la voix de Florian Philippot, le FN revendique une « victoire idéologique », le député frondeur Pouria Amirshahi tempête :

« Un gouvernement socialiste légitime les thèses du Front national, offrant par là même une victoire culturelle et symbolique supplémentaire au bloc réactionnaire ».

L’eurodéputé Guillaume Balas s’interroge lui aussi :

« Soit ils croient à leur projet sur le fond et, dans ce cas, c’est très dangereux. Soit ils avancent de manière démagogique et, là, nous sommes dans le cynisme complet. Ce qui pose encore un problème majeur ».

Passage en force de l’exécutif

Pour Guillaume Balas, le PS est à la croisée des chemins. Il veut croire à un sursaut des dirigeants et des cadres intermédiaires socialistes. Les échos semblent lui raison. Quelques jours plus tôt, Bernard Roman, député de l’Isère, indiquait que « 80 % des députés PS sont opposés à la déchéance de la nationalité ». De son côté le député François Lamy, proche de Martine Aubry, relève :

« Cette mesure n’a qu’une valeur symbolique et le symbole qui est derrière, c’est la remise en cause du droit du sol. »

Olivier Faure, député de Seine-et-Marne et porte-parole du PS, renchérit :

« Cette réforme est tout simplement inacceptable. C’est une mesure inefficace qui a un effet symbolique dévastateur pour une partie de la population qui va se sentir citoyenne de seconde zone. »

Les messages font l’objet d’une fin de non-recevoir du côté de l’exécutif, qui choisit le passage en force et l’argument "C’est nous ou le chaos". Dans un parti légitimiste comme le PS, l’heure est donc à la prise de responsabilité. Et, peut-être, à la clarification. C’est ce que résume Guillaume Balas :

« Si le PS se résigne à soutenir la proposition de Manuel Valls, cela posera un problème de fond sur la nature du parti socialiste et nous amènera à nous questionner sur notre positionnement en vue de la présidentielle ».

Manuel Valls ne cache plus sa volonté de mettre en place un parti débarrassé de ses derniers habits socialistes. C’est aussi à cette aune qu’il faut lire ce qui n’est pas du tout une provocation.

Vos réactions (25)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Les trolls fachos du "grand remplacement" sévissent aussi sur le mur de Regards ? Ces représentants la France moisie, pétainiste, rabougrie sur ses frontières ? Allez troller chez vos copains du torchon Valeurs poubelles ou la pourriture Dieudonné/ Soral, ici c’est la gauche qui n’a pas renoncé à ses valeurs essentielles, dont l’internationalisme.

    Valdo Le 24 décembre 2015 à 13:07
       
    • Les termes orduriers que vous utilisez révèlent le fond de votre âme, et font de vous le meilleur allié de l’internationale capitaliste.

      Thomas Le 24 décembre 2015 à 14:35
    •  
    • "France moisie, pétainiste, rabougrie sur ses frontières ?"

      « Un peu d’internationalisme éloigne de la patrie ; beaucoup d’internationalisme y ramène. Un peu de patriotisme éloigne de l’Internationale ; beaucoup de patriotisme y ramène. » jean Jaurès

      Strelnikov Le 24 décembre 2015 à 16:28
    •  
    • @valdo
      Bravo de défendre l’internationalisme et la gauche contre vents et marées.
      Et contre ces trolls réacs qui n’hésitent pas à polluer les forums de discussion de gauche (en invoquant Jaurès à la manière dont Sarkozy se réclame de Jaurès au nom de l’ouverture de la droite la plus rétrograde).

      Jean Jaurès Le 24 décembre 2015 à 17:54
    •  
    • à Thomas : en tout cas, la pire ennemi des arriérés nationaliste,s et je l’assume.

      Valdo Le 24 décembre 2015 à 19:35
    •  
    • "La France, la nation, la souveraineté sont des concepts tenus à distance par maints courants de l’autre gauche du moins tant qu’il s’agit de la France car pour le reste, comme par exemple la nation palestinienne, personne ne réprouve le contenu mobilisateur de l’idée"

      Jean-Luc Mélanchon

      Strelnikov Le 26 décembre 2015 à 11:30
    •  
    • Petite faute : Mélenchon, bien sûr

      Strelnikov Le 26 décembre 2015 à 11:32
  •  
  • je ne pense pas que les gens qui ont la double nationalité doivent se sentir visés par cette loi.
    De quoi s’agit il en fait ? , de pouvoir enlever la nationalité française a un assassin de civils ( la plupart du temps) , qui véhicule la haine de la France et de ses valeurs et qui après avoir purgé sa peine , sera renvoyé dans le pays de son cœur.
    étant d’origine étrangère j ’ai choisi la France pour ma part.
    la personne qui garde deux nationalités a bien de la chance car malgré le caractère odieux de crimes , et uniquement dans le cas d’actes terroriste , il ne deviendra jamais apatride ! .
    Ou est donc la négation des valeurs de la république ?
    A moins que comme certains qui reviennent au bercail ,après avoir fait " la Syrie " ou ailleurs , leur vrai problème soit de ne pas retrouver , la CMU, l’assistance juridique, le RMI , le RSA , les allocs etc. etc. , tout ce qui a été gagné par le passé par des gens qu’ ils exècrent ?
    Quelle est la vraie angoisse celle de perdre la nationalité française ou de perdre les avantages qu’elle accorde ?

    buenaventura Le 24 décembre 2015 à 17:28
       
    • Mais enfin, les allocs ( comme vous dîtes ), la Cmu etc .... ne sont pas réservées aux seuls français, mais aux résidents. Et heureusement, sinon ce serait l’application de la préférence nationale chère à l’extrême droite ! ( et qui semble vous séduire aussi )

      Nato Le 24 décembre 2015 à 18:11
  •  
  • Correctif : Bernard Roman est député du Nord, et non de l’Isère.

    LM59 Le 25 décembre 2015 à 12:00
  •  
  • À travers une mesure qui concernera très peu de gens et qui n’a aucun effet dissuasif ou préventif sauf celui de paraître determiné, l’exécutif cherche surtout à camoufler la nullité du renseignement, des polices et de La Défense française.

    Avec deux attentats aussi rapprochés dans le temps, aux USA ou en GB, des têtes seraient tombées, des commissions saisies, des services purgés, des procédures révoquées. Pas en Europe continentale ou le titre de noblesse étatique se confond toujours avec celui qui l’incarne - c’est Thermidore qui a gagné la Révolution , pas les Montagnards.

    Les fautifs et les incapables sont toujours là et remettre en cause leur compétence vous vaut toujours, chez les citoyens comme chez les politiques, l’accusation d’attaque contre la fonction elle-même : « l’État c’est moi » - le titre se confond avec son incarnation.

    25 ans que les militaires français se paluchent sur des émeutes urbaines qui ne font peur qu’aux assureurs. Les gradés parlent de matter les gueux comme s’ils étaient Patton, Klausewitz ou Napoleon.

    10 ans durant lesquel, le clown Alain Bauer est parvenu à convainvre minstère, gallonés, juges et préfets qu’un pauvre pamplet néo-néo situationniste et une poignée de néo-ruraux allait renverser l’état français à coup de patates biologiques.

    Quand le,préfet responsable de la mort de Freiss déclare avoir vu des drapeaux de l’EI chez les hippies des Landes, on passe de la paranoïa mythomanique se Bauer à la psychose hallucinatoire. Et Cazeneuve, et tout le monde, trouve normal de laisser la sécurité publique à un vieux sénile. L’état c’est lui, s’il est préfet c’est qu’il est l’état, on ne remet en cause la légitimité de l’état.

    Et enfin, 5 ans que les galonnés français font faire du cross-country à nos soldats sans (vouloir) arriver à rien. Des portes avions nucleaires, des lances missiles xontinentaux, dès satellites, un tombereau d’armements ultra-sophistiqué - pas foutu de déloger 20.000 pèquenaud sectaires des dunes maliennes qui se battent avec de là pétoire rouillée depuis le premier chox petrolier. Pendant que le Pkk lui botte le cul des islamistes avec le même arsenal...

    Pas besoin d’être de gauche - au contraire - pour qualifier la bêtise stratégique de ces gens qui vivent encore sous Yalta, sont lâches et incompétent, tout obnubilé par de seuls intérêts industriels et une stabilité diplomatique qui les consuit à se torcher avec les valeurs qu’ils évoquent à chaque discours.

    Le pire encore une fois, vient de l’hysterie collective consistant à se ranger derrière ces nuls et de proscrire toute critique de leur incurie : l’état c’est eux, on ne remet pas en cause la,légitimité de l’etre suprême et du roi soleil.

    Encore une fois, la comparaison avec les USA permet de bien prendre la mesure de ça. Là bas aucun plafond de verre, mais des parquets de verre ou aucun agent ne sait irremplaçable, et des agents qui une fois sortit de leur fonction n’hésite pas à parler en leur nom propre.

    La France cherche toujours à protéger les conneries de ces anciens gouvernements avec un zèle maniaque. Vous avez déjà entendu un fonxtionnaire de Bercy parler des contrats de Sarkozy ? Des frégates ? De la casette Mery ?

    Ailleurs on aurait déjà dix livres pour chaque sujet, ici les seuls informations qui sortent viennent de la justice, JAMAIS des fonctionnaires, jamais des politiques, rarement des citoyens. L’etat c’est moi.

    Manfred Le 25 décembre 2015 à 15:11
  •  
  • Ce qui me laisse pantois ce sont vos étonnements et vos surprises concernant ce parti et ce gouvernement de Défection nationale.
    Et qu’attendez-vous au juste des " gauches du PS abasourdies ", de ces godillots-frondeurs qui tempêtent dans leur verre d’eau le doigt sur la couture ?
    Il faut cesser de participer à ce mensonge qu’est la social-démocratie qui détruit nos acquis et le mouvement social - sauf à vouloir préserver de futures alliances lors de futurs scrutins.

    Zeck Le 25 décembre 2015 à 17:32
  •  
  • Il est clair que la stratégie de Manuel Valls consiste à détruire le PS qui est, malgré tout, un obstacle entre lui et l’accès à l’Elysée en 2022. On peut, dans le cadre de cette analyse, considérer que la déchéance de Nationalité est utilisée par Valls pour mener à bien ce torpillage du PS. La question est alors de savoir si il faut contrer Valls pour sauver le PS ? En d’autres termes : "à quoi bon sauver le PS ?" C’est une question qui se pose sérieusement. A quoi sert le PS aujourd’hui sinon à valider une politique libérale qui a renoncé à (quasiment) toutes les valeurs de la gauche ? Je met "quasiment" entre parenthèse car je n’ai pas oublié le mariage pour tous, mais même cette réalisation d’une revendication forte de la gauche a été laborieuse et menée avec une frilosité qui n’a fait que renforcer le camp réactionnaire. Qui peut aujourd’hui citer un sujet, une revendication, voire une simple mesure de gauche, que le gouvernement serait susceptible de porter ? Depuis l’élection de François Hollande, les renoncements ont succédé aux trahisons : absence de réforme fiscale, abandon de l’écotaxe, lois Macron, réforme du collège...
    A chaque fois, c’est le choix de la satisfaction de l’électorat de droite qui a été fait. Aujourd’hui, c’est carrément celui de la satisfaction de l’électorat de l’extrême droite et de la droite dure ! Donc je repose la question : à quoi sert le parti socialiste ? Certains commencent à trouver la réponse (Jean-Marie Darmian en Gironde par exemple). Si on répond "à rien", il y a urgence à se désintéresser de la façon dont il va mourir pour se consacrer à la seule chose qui vaille : construire une force politique alternative à gauche. Le front de gauche est dépassé, il faut être plus inventif qu’il n’a su l’être. Sans doute faut-il regarder de près ce qui se passe en Espagne. Il faut aussi sortir du carcan institutionnel de la présidentielle. Je veux dire par là qu’il faut construire cette force alternative à gauche, pour elle même, pour ce qu’elle doit représenter comme espoir et comme perspective à terme, pas pour gagner 2017 car cela revient à trouver un nom, et ce n’est pas d’un nom qu’on a besoin, mais d’un peuple qui se met en marche. S’il faut se focaliser sur une échéance électorale (et c’est évidemment incontournable), peut-être est-ce vers les prochaines municipales qu’il faut regarder... Ce qui est certain c’est qu’il faut inventer quelque chose de neuf et que cela ne se fera qu’en créant du débat, du collectif...

    Emmanuel Séchet Le 26 décembre 2015 à 00:43
       
    • Absolument d’accord avec votre analyse et vos perspectives, mais compte tenu du danger (la politique de Hollande est déjà à l’extrême droite), il faut aussi tenter de stopper ce pouvoir.
      Je propose que soit lancé un référendum (organisé par toutes les forces qui le souhaitent) révocatoire à l’encontre du président. Ce sera la première forme de la mobilisation et de l’organisation nouvelle à réaliser.

      Michel 65 Le 26 décembre 2015 à 11:15
    •  
    • entièrement d’accord avec vous Emmanuel, mais allez donc faire comprendre au ex/toujours stalinien du Pcf qu’ il leur faudra abandonner leurs hochets et leur oripeaux pour intégrer des jeunes de la société civiles qui n’en ont rien a faire du pc.
      Allez faire comprendre a la direction du PG qu’ il faut se dissoudre pour renaitre, dans un vaste mouvement, allez faire comprendre que podemos a viré izquierda pour son plus grand profit. Allez demander a ensemble, la fase, GA , GU , toutes ces coquilles vides remplies de sexagénaires pontifiants que le renouveau de la gauche ne passera plus par des vieux partis mais par des mouvements spontanés.
      Allez faire comprendre que l’auto flagellation sur la "colonisation " n’apportera rien sinon des voix au front national.
      Le PS a 12 % des voix tant mieux, le PCF a 2 % ? enfin ! ? le FDG a reconstruire ? oh que oui ! vivement 2017 que tous s éclaire enfin !

      buenaventura Le 26 décembre 2015 à 11:28
  •  
  • Tous ces commentaires mille fois ressassés (pour ou contre la déchéance, pfff...) passent à côté du sujet qui est : obliger les élus socialistes à se soumettre. Taubira est la première, elle a choisi la soumission. Que choisiront les autres ? On pourrait imaginer un éclatement, mais MV est plus malin que ça. S’il prend le risque du coup de force, c’est qu’il est persuadé de gagner. Quelques-uns, encore, choisiront de se laisser marginaliser, très peu de partir. Les autres trouveront des justifications à leur abaissement.

    Le dernier à sortir, qu’il n’oublie pas d’éteindre la lumière. C’est pas pour tout de suite. Mais ça vient.

    Cultive ton jardin Le 26 décembre 2015 à 12:06
  •  
  • voilà ce qui arrive quand certains jettent de l’huile sur le feu - en corse, il y a toujours eu beaucoup de racisme contre les saisonniers marocains et aujourd’hui suite à un guet-apens organisé à l’intérieur d’une cité, des citoyens se sont sentis obligés d’aller faire justice. Alors, on peut crier à l’atteinte d’une mosquée et ce serait légitime mais ne pas oublier non plus les faits qui ont précédés cette virée raciste. Je dis cela pour tous ceux qui ont prétexté les guerres menées au moyen orient pour ne pas condamner les actes terroristes leur trouvant des explications et qui organisent des meeting pour une politique de paix, de justice et de dignité ( slogan religieux en passant). Organiser des confrontations, des fractures racialistes sur le terrorisme blanc et allumer le feu en france en organisant la guerre civile avec des propos incendiaires - voilà ou çà peut mener et personne ne pourra contrôler les dérapages et les violences.Ceux qui crient à l’islamophobie à tout bout de champs et ceux qui instrumentalisent les jeunes et les questions sociales avec une intention politique religieuse et surtout cette élite qui est à l’abri de ce genre de violence sur la butte Montmartre ou à Ménilmontant. souhaitons que ce genre d’évènement vous rende un peu plus responsables dans vos campagnes et vos sites.

    feriel Le 26 décembre 2015 à 17:35
  •  
  • En fait pour ce qui s’est passé en corse ca va être compliqué aux tenants de la Nov-langue, pour apporter des justifications, car le front national las bas ne fais que 12% donc difficile de crier au complot le péniste.
    J imagine déjà les bien pensants tordant la bouche en cul de poules sur le "vivre ensemble " , même si ce qui s’est passé est inadmissible , on ne se fait pas justice en démocratie, surtout une justice aveugle et expéditive.
    Cependant certains "jeunes-en-rupture-issu- de-là-diversité- des-quartiers- défavorisés " ( ouf c’est difficile la Nov-langue) vont devoir depuis les attentats revoir leur rapports a la justice et aux respects des lois.
    Car il y a fort a parier que les citoyens Français et pas seulement les faschos sont bien moins tolérants aux "gestes d incivilité " ( voitures qui brulent, caillassage, vandalisme) depuis les attentats du 13 novembre, réalisés par des "jeunes radicalisés" .
    Evidement , ces "jeunes sans repères " sont des victimes désignés du racisme ordinaire et des "bêtises " comme des caillassage de policier, de pompiers ne sont que des manifestation du "malaise des quartiers " qu ils conviens de ne pas "stigmatiser ".
    La question est de savoir si la justice va enfin faire cesser ces "incivilités " ou plutôt les actes délictueux des racailles avant que des pseudos justiciers , ne fassent dériver la société française dans la loi du talion.

    buenaventura Le 26 décembre 2015 à 20:22
  •  
  • eh oui vous avez raison - les gens n’en peuvent plus de ces violences quotidiennes qui sont en miroir avec la violence sociale subie par les habitants des quartiers. Les gens n’en peuvent plus et il y a une demande fort de police et de justice de la part des personnes qui sont obligés de se taire devant les exactions de bandes qui existent et qui tiennent certains quartiers faisant la misère à tout le monde - allez voir les locataires de saint ouen ou dans n’importe quel quartier ou les gens ne peuvent pas parler et surtout se révolter sur les conditions de logements à cause de ces bandes qui repèrent et font taire les quelques personnes qui voudraient y mettre le holà. On va voir si nos glorieux intellectuels vont aller à ajaccio faire manif contre les corses à cause de leur volonté de se faire justice. Ces activistes parisiens sur fessebook et sur twitter qui veulent organiser la sécession des musulmans en leur désignant la laïcité comme ennemie essentielle sans savoir que celle ci organise le respect des cultes et ne prônent pas l’athéisme. les arabes en corse sont minoritaires et ils ont du rester chez eux et subir ces violences alors qu’ils sont là parfois depuis plus de cinquante ans - c’est horrible - je ne sais pas si nos théoriciens de l’islamisme radical mesurent les conséquences de leurs discours dans des pays ou le racisme n’a jamais dit son dernier mot. la réalité est là et permet à tous de se remettre en question en se demandant quelle est sa responsabilité dans les déterioration des relations entre les différentes communautés.

    feriel Le 26 décembre 2015 à 22:24
       
    • que vont faire le parti des indigènes de la république, le collectif contre l’islamophobie, toutes les personnes qui ont fait partie de la marche de la dignité et toutes les féministes du PIR prets à monter au combat pour défendre la puissance indigène ou alors nos baudruches vont s’esclaffer derrière leurs ordinateurs pour gueuler contre l’agression de ces habitants de quartiers ? l’islamisme radical et les défenseurs d’un islam fondamentaliste vont-ils défendre ces quartiers et vont-ils monter une initiative ?

      tahar Le 27 décembre 2015 à 09:34
  •  
  • je ne comprends pas cette gauche militante qui s’allie à tous ces islamistes pour aller dénoncer l’etat d’urgence ? la seule atteinte qu’ils dénoncent : c’est l’interdiction du foulard à l’ecole et les atteintes aux femmes qui portent le niquab et le gileb . Pensez vous sincèrement que ces gens défendent les arabes dans les quartiers ? pensez-vous sincèrement que ces gens en ont quelque chose à faire des conditions qui sont faites aux habitants des quartiers ? ils défendent une religion l’islam et son interpretation la plus littérale en faisant du voile la centralité de leur intervention - ce sont des mouvements religieux qui ont fait un holdup sur les luttes de l’immigration depuis plus d’un demi siècle - la gauche militante serait-elle contente d’être un jour défendu par des intégristes chrétiens ? la gauche militante serait-elle contente si ses militants un jour étaient appelés et caractérisés comme chrétien ou chrétien d’apparence comme le fait l’appel de la coalition qui se construit contre l’état d’urgence ? la gauche militante serait-elle contente si toutes leurs luttes étaient récupérées ou instrumentalisées pour défendre l’interdiction de l’avortement, la manif pour tous, l’homophobie et la liberté des femmes qui feraient du costume des religieuses l’étendard du féminisme chrétien ? La gauche militante ferait mieux dans ce cas de s’allier vraiment aux organisations religieuses musulmanes qui assument leur engagement religieux et ne se cachent pas derrière des clivages idéologiques fumeuses pour se construire et tuer tout mouvement antiraciste égalitaire et émancipateur. la gauche militante montre son etat de déliquescence en s’alliant avec ces forces réactionnaires comme la gauche gouvernante organise ses alliances avec la droite et l’extrême droite en prenant des dispositions contraires à l’égalité. la gauche militante fait des alliances avec des militants qui défendent l’inégalité entre les hommes et les femmes et l’infériorisation et l’injonction de pudeur pour leur imposer de cacher leur corps.

    anya Le 27 décembre 2015 à 11:52
  •  
  • Jean-Louis Sagot-Duvauroux Le 28 décembre 2015 à 17:26
  •  
  • Cette loi est une excellente loi.
    Elle permettra d’expulser les terroristes après avoir purgé leur peine.
    Cette loi est une loi sécuritaire et la sécurité est une grande valeur de gauche.
    Loi symbolique et pragmatique : très grande loi de gauche.

    La vérité de gauche Le 28 décembre 2015 à 22:38
  •  
  • blablabla blablabla, verbiage et bonnes consciences sont sortis des placards ! Dans quel but ? apporter une caution supplémentaire à M.Valls et Hollande et à leur incapacité à trouver des solutions durables pour sortir de la crise économique le peuple de France ! Et surtout pour faire oublier le secret de polichinelle de la gauche française et de la classe politique politique : M. Valls n’est né en France, ses parents ne sont pas français et il a obtenu la nationalité française par naturalisation après l’élection du premier mandat présidentiel de M.Mitterrand, je ne peux pas m’empêcher de lui trouver une ressemblance avec ce bon Iznogood, le vizir qui voulait prendre la place du calife (souchien, bien entendu le calife et il joue aux allumettes au moyen orient)

    yaya Le 29 décembre 2015 à 14:44
  •  
  • Le problème vient que tous les partis actuels ne représentent pas 50% des citoyens français.

    Nous n’avons pas dans ces institutions, la possibilité de faire émerger des gens neufs. Nous sommes condamnés à subir c système t ses valeurs bourgeoises, voire totalitaires.

    Tout cela donne un pays administré t non géré par un petit groupe d’individus issu de quelques écoles ; lieu de reproduction sociale consanguine.

    Ils ne nous restent que les voies des syndicats (et encore) et de l’associatif pour influencer la vie vers quelque chose de plus humains.

    Ce ne sont même pas les média, même ceux de gauche qui nous permettent de nous exprimer, nous simples citoyens, mais seulement la technologie qu’ils emploient - comme ici.

    Donc tout ce monde a bien accès à ce que que ressent le peuple, mais ils n’en tiennent pas compte, ils restent à se prendre, à l’image du groupe qui nous gouverne, pour les "élus" des solutions ; élu pas au sens démocratique, mais au sens divin.

    J’espère t nous souhait que 2016 sera l’année du début de notre réelle émancipation et la réelle continuation du combat des Communards.

    La Renaudie Le 31 décembre 2015 à 08:19
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.