Accueil > Politique | Par Nathanaël Uhl | 19 mars 2015

Départementales : les alliances qui peuvent faire gagner la gauche radicale

À Lille, Pau, Rouen ou dans le Tarn, plusieurs cantons pourraient basculer du PS vers sa gauche grâce à des alliances entre Front de gauche et EELV, parfois élargies à Nouvelle donne. Tour d’horizon de ces lieux où la gauche se recompose avec les citoyens.

Vos réactions (14)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

La déroute électorale annoncée va-t-elle accélérer la nécessaire recomposition de la gauche ? C’est le défi qu’entendent relever une partie d’Europe Ecologie-les Verts, le Front de gauche et Nouvelle Donne dans un certain nombre de cantons. Le caractère fédéral d’EELV, où les décisions se prennent localement, et les bisbilles locales qui perdurent au sein du FdG empêchent de donner une portée nationale à ces expériences qui fleurissent sur le terrain. Mais, de Lille à Pau en passant par Rouen et le Tarn, des dynamiques d’unité pourraient alimenter la réflexion nationale.

Prendre le leadership à gauche

À l’échelle nationale, pourtant, le parti écolo n’a opté pour un rapprochement avec le PS que dans un cas sur dix. Dans 45 % des situations, les militants ont préféré former des alliances avec tout ou partie du Front de gauche. C’est le cas dans les Pyrénées-Atlantiques où Europe Écologie-Les Verts et le Front de gauche présenteront des binômes communs dans les quinze cantons du département. « Nous avons débuté des discussions à l’automne pour y parvenir. Sur le terrain, les militants des deux familles se retrouvent régulièrement, par exemple contre ce projet ruineux et totalement inutile d’une nouvelle autoroute entre Pau et Oloron », se réjouit Olivier Dartigolles, patron du PCF en Béarn.

Les luttes et mobilisations locales ont contribué à rassembler les partis à gauche du PS. Il en va ainsi dans le Tarn, même si l’union des écolos et du Parti de gauche reste cantonnée à une circonscription électorale. Le canton "Vignobles et Bastides" comprend la forêt de Sivens et le projet de barrage si décrié, qui a fini par susciter la candidature de la liste "Alternative citoyenne Tarn Écologie et Solidaire" (ACTES), soutenue par EELV et le PG, qui va s’affronter avec le PS… et le PCF. Comme dans l’Isère. Forts de la dynamique enclenchée lors des municipales à Grenoble, l’alliance citoyenne soutenue par les écolos et le parti de Jean-Luc Mélenchon entend prendre la tête du département au soir du second tour. « Nous voulons avoir plus d’élus que le PS pour prendre le leadership de la majorité à gauche », explique Lionel Coiffard, coordinateur de la campagne en Isère.

Majorités rouges-vertes

Dans le Nord, ce sont deux cantons lillois qui attirent les regards : les cantons 3 et 4 pourraient basculer, si les dynamiques militantes se développent pour faire face à la tentation du vote utile. Le PS est en effet talonné par le rassemblement EELV-Front de gauche. Une bascule de cette nature aurait une signification forte, y compris pour la maire de Lille, Martine Aubry, à quelques encablures du congrès du Parti socialiste.

En Seine-Maritime, dans une grande majorité de cantons, le Front de gauche, au complet cette fois, s’unit avec Europe Ecologie-Les Verts, mais aussi avec Nouvelle donne et d’anciens élus socialistes, comme le conseiller sortant de Saint-Valéry-en-Caux Bruno Thune. Ce dernier explique sobrement : « Nous sommes bien mieux ensemble que chacun de notre côté. Les citoyens ont le droit à un véritable programme de gauche que le PS n’incarne plus. » Dans ce département symbolique, où le PCF disposait encore de dix conseillers généraux, les cantons de Rouen, Dieppe ou encore Le Havre seront scrutés à la loupe le 22 mars au soir. Binôme de la conseillère sortante Nathalie Nail, l’écolo Alexis Deck affirme l’ambition partagée : « Avec le Front de gauche, nous partageons la volonté de défendre les services publics de proximité et d’assurer l’égalité territoriale. L’idéal serait d’obtenir une majorité rouge-verte. C’est possible. »

Dynamiques de l’union

En Haute-Vienne, ancienne "terre rouge", l’union est généralisée dans tous les cantons. Elle s’est élargie, là aussi, à Nouvelle donne et à des groupes progressistes locaux, le tout formalisé dans "Alternative 87". C’est singulièrement dans les cantons ruraux que cette alliance peut devancer le PS en profitant d’une dynamique d’union couplée à un fort ancrage communiste local. Dans le département voisin de la Corrèze, le rassemblement à gauche s’est doté d’une charte commune « qui constitue le socle de nos valeurs de gauche et pose les principes fondateurs de notre rassemblement, sans compromis avec le libéralisme et les choix du gouvernement Hollande-Valls, de la droite et du FN », expliquent d’une même voix les animateurs de cette nouvelle force politique qui entend perdurer.

Reste à voir si cette dynamique pourra s’enraciner dans les mois à venir. EELV n’est pas unanime sur le sujet d’un changement d’alliance : ses parlementaires, François de Rugy et Jean-Vincent Placé notamment, ne font pas mystère de leur opposition à une alliance durable avec le Front de gauche (lire "Chez EELV, on sort l’arme lourde"). Au sein de ce dernier rassemblement, les voix ne sont pas aussi convergentes. Les résultats électoraux joueront, probablement, le rôle de juge de paix, validant les élargissements locaux quand ils obtiennent de bons résultats.

Vos réactions (14)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • En Matheysine (pays de charbon) la démocratie participative ne peut se réduire en un accord mineur même pour satisfaire la noix de Grenoble.

    Eh bien parlons en "des verts" en Isère et de leur pratique de la démocratie participative et des ateliers citoyens.

    En Isère Sud , Canton Trièves Matheysine, des ateliers citoyens qui se sont réunis avec une bonne dynamique participative , et qui avaient pour objectif affiché, déclaré : « faire » émerger le programme et les candidats pour l’élection « départementale ».

    Un bel affichage pour in fine se retrouver avec des candidats que nous n’avons jamais vu participer ni entendu dans nos ateliers (ou si peu pour le titulaire final après son transit suppléant PS) .

    Un candidat titulaire homme ( maintenant étiqueté Citoyen) qui s’était même déclaré , pendant une journée, comme suppléant du candidat socialiste sortant.
    Une candidate titulaire femme (elle aussi étiquetée citoyenne) , sinistre inconnue des ateliers participatifs , qui se trouve probablement sortie d’un chapeau (Vert) , comme une mystérieuse "Charte éthique, venues d’ailleurs . (Grenoble ?)
    De basses manoeuvres politiciennes imposant au candidat titulaire, unanimement désigné par les ateliers participatifs, militant de terrain connu et investi à Gauche depuis longtemps, de renoncer à faire figurer son appartenance au front de Gauche - PCF ("faire un pas de coté vis à vis de son engagement au PCf" lui a t’on demandé) pour satisfaire cette charte qui ne pouvait honnêtement lui permettre de maintenir sa candidature et donc de se retirer pour laisser ainsi sa place à d’autres.

    « « -Pour information complète le communiqué distribué pour informer les citoyens. » »

    Elections départementales 22 et 29 Mars 2015 - Canton Matheysine Trièves Corps Valbonnais
    Communiqué du Front de gauche Matheysine
    et du PCF Matheysine Trièves
    "Des candidatures issues d’un large rassemblement contre la droite, l’extrême droite et toutes les politiques d’austérité pouvaient être proposées au choix des électeurs de notre canton.
    Les militants communistes avaient décliné la proposition PS d’une candidature titulaire féminine sans possibilité de discuter des orientations et du programme, et se sont engagés avec le Front de gauche dans ce qu’ils ont pensé être la construction d’un programme citoyen, élaboré dans des ateliers dès début janvier, avec des militants d’Europe Ecologie Les Verts, du Parti de Gauche et d’associations.
    Dans ce cadre, la candidature de Jean Paul Mauberret, élu à Mens, connu en Matheysine, engagé dans le Front de gauche, semblait pertinente et d’ailleurs validée par les participants aux ateliers.
    Or, il est apparu que le Rassemblement d’Initiative Citoyenne Matheysine Trièves, dans l’organisation de sa campagne électorale, devait se conformer aux conditions d’un collectif départemental capté par le parti EELV, gommant le Front de Gauche et excluant l’une de ses composantes importantes, le Parti Communiste Français.
    Dès lors, un candidat PCF/Front de gauche dans le RICMT aurait participé, contre son gré, au brouillage politique, principal pourvoyeur de l’abstention et du vote FN.
    Refusant d’être un candidat isolé politique, désigné sous condition d’accepter une charte de candidature préétablie par ce collectif départemental, Jean-Paul Mauberret, retirait sa candidature.
    Nous regrettons ces occasions manquées où des décisions d’état major ont prévalu contre les intentions affichées de « construction citoyenne ».
    Réunis dans l’urgence, et bien que prêts à présenter des candidatures, les camarades du Front de Gauche Matheysine et du PCF ont choisi de ne pas retenir cette option par respect pour l’engagement des citoyens et le travail effectué ensemble dans les ateliers.
    Cet épisode passé nous inviterons, sans exclusive à gauche, toutes les forces politiques, écologistes, les militants associatifs, syndicaux à se retrouver pour construire dans le respect de chacun, le rassemblement pour une alternative aux politiques suicidaires d’austérité, pour que vive la démocratie menacée par des décisions autoritaires antisociales, pour choisir et décider ensemble".

    In fine : 4 candidats dans ce canton affichés "citoyens" soutenus par EELV, Parti de Gauche, Nouvelle Donne , dont seul le nom de la suppléante femme avait été proposé comme éventuelle candidate suppléant dans les ateliers participatifs (auxquels elle n’a jamais participé) sont proposés aux électeurs.
    Etonnez-vous que les citoyens n’y comprennent plus rien, ne s’investissent plus et s’abstiennent ....ou s’engagent dans "la Marine "à force de vouloir faire disparaître les partis et les vrais militants.

    Arthurr Le 19 mars 2015 à 20:45
       
    • QUI EST RESPONSABLE DE CETTE ABSURDISTE ? MELENCHON OU LE PCF ?

      Dominique FILIPPI Le 20 mars 2015 à 12:14
  •  
  • Jacques s’appelle François de Rugy !
    Mais qu’en est-il d’Ensemble le Parti dont Clémentine Autain est porte-parole je crois ? On n’en parle pas dans cet article !

    Rémy Querbouet Le 20 mars 2015 à 11:52
       
    • Des responsables de cette absurdité ?

      Pas plus le PG de Mélenchon que le PCF de Pierre Laurent ou encore Ensemble de Clémentine Autin , mais seulement quelques "ayatollah" de Grenoble et ses environs, fantasmant encore sur leur méthode depuis leur victoire aux municipales Grenobloises, pour qui la démocratie participative et les ateliers citoyens ne seraient finalement que leurres pour régler de vieux comptes et éliminer.
      En effet, nous sommes très très loin la très pertinente analyse de Clémentine Autin qui l’amène à dire :« Un de nos défis est de redonner gout à la politique ».
      Mais l’histoire ne se répète pas, même si parfois elle bégaie, et là, ils en ont encore, malheureusement, dégoûté plus d’un.

      Arthurr Le 20 mars 2015 à 14:42
  •  
  • Quelle déception...
    Quoi que l’on puisse penser de ce ce qui se passe en Ukraine, voire en Russie, Qui peut ne pas tout faire pour éviter la guerre, vers laquelle "on" , et c’est toujours un con, nous prépare, nous tire, un système qui n’a plus que ça, pour s’en sortir, cela n’est pas sentie que par des oublieux, ou des incultes en histoire, et en politique.

    Voir Clémentine se répandre comme elle le fait....
    Surtout en ce moment... C’est désespérant.

    Eponyme Le 20 mars 2015 à 14:11
       
    • "Voir Clémentine se répandre comme elle le fait.... Surtout en ce moment... C’est désespérant."OUI ....DÉSESPÉRANT....ET NUL....

      Dominique FILIPPI Le 21 mars 2015 à 18:33
  •  
  • Comme le HAVRE est cité dans cet article, voici qqs infos :
    Front de gauche au havre ? il y a des listes ,oui mais, dans tous les cantons sans le PG !! le PCF s’est octroyé les cantons principaux, exemple le CANTON 17, 2 titulaires du P.C.F. dont un cumul avec le conseil municipal,et avec des priorités de campagne très floues, que la presse locale HAVRE LIBRE du mercredi 18 mars 2015 mentionne par CECI :
    "bien que représentant également la majorité départementale" !!!donc PS.PRG !
    Ma décision est prise , je voterais blanc sur ce canton !

    bergil Le 21 mars 2015 à 09:19
  •  
  • Dans le sud ouest,en Haute garonne,Tarn,Gers deux listes Front de gauche s’affronteront au premier tour dans de nombreux cantons.C’est certainement un signe du succès de l’idée Front de gauche,mais c’est nul électoralement parlant.
    Aucun élu fdg ne sera élu à ces élections comme aux autres,par pure imbécillité,de se présente l’un contre l’autre !
    Personne sur le site de Regard,surtout pas Uhl,ne s’intéresse au baba électoral qui consiste à éviter d’avoir 2 listes fdg pour un même poste d’élu.Dimanche ce sera le cas dans de nombreux cantons.
    Au moins Mélenchon,véritable propriétaire du brevet’fdg’,lui est une fois encore et toujours,dans le vrai.
    Il faut tuer le PCF-fdg,qui a trop d’électeurs,et de militants par rapport au seul fdg,légal,selon le code de la propriété,le PG.
    Enfin,pourquoi le PCF existe t il toujours ?

    Mélenchoniste Le 21 mars 2015 à 13:06
  •  
  • Ben voyons !!!!!!
    "Tuer le PCF" voilà le vieux fantasme des caméléons sauce "Cohn Bendit" qui ne date pas d’hier....
    Au lieu de lutter contre la droite et les socialos" socios libéros " (roses, verts, jaunes, mais jamais rouges selon les circonstances et le moment), qui une fois élus font une politique de droite et par là même le lit du FN ; le seul adversaire, déclaré ou pas, mais à détruire serait bien le PCF encore trop influent et implanté localement.

    C’est vrai que c’est plus tentant pour ces militants fleurissant seulement lors des veilles électorales d’essayer de jouer les coucous dans les "circonscriptions communistes" que d’aller affronter les "socios libéros" et la droite dans leurs fiefs pour in fine les laisser au pouvoir et in permettre d’éliminer le PCF.

    Merci de votre franchise , et c’est tout à fait ce que font EELV en Isère parfois avec le PG (qui deviendra bien vite aussi leur adversaire à éliminer ) comme ils le font après s’être servis du PS (voir la Seine Saint Denis _Montreuil..., le Val de Marne _Gentilly Villejuif, ...et toutes les banlieues des grandes agglo.
    ça c’est de la politique politicienne ,visiblement vous aimez, , Mamère, Voynet, Bové, Liepietz... vous a montré l’exemple, continuez, les "saigneurs" libéraux sont près à vous passer les couteaux pour dépecer la bête.

    Arthurr Le 21 mars 2015 à 14:01
       
    • Elle te donne du goût à la politique Clémentine en ce moment ? Tu dois avoir un sacré appétit alors !

      Dominique FILIPPI Le 21 mars 2015 à 18:42
  •  
  • Article extraterrestre !En fait, les partis qui constituent la « gauche radicale » – devenus des groupuscules – n’ont globalement plus rien à dire de sérieux. Ils n’ont pas d’analyse politique, économique, sociale, bref, pas d’idéologie à défendre. La preuve ? Ils constituent aujourd’hui des alliances qui varient de département en département, de canton en canton, en fonction des préférences ou des détestations personnelles et locales. Dans un canton, EELV ira avec le PS alors que le PCF ira avec le PG, Ensemble et le NPA. Dans le canton voisin, le PS ira avec le PCF, alors que EELV se joindra au PG et Ensemble. Dans un troisième, Ensemble et EELV auront fait alliance alors que le PS se retrouve avec le PCF et le PG. Et ainsi de suite.

    blaise Le 22 mars 2015 à 10:05
  •  
  • Mais pourquoi cette fixation sur Clémentine Autin ?
    Fut-elle une adepte de l’école buissonnière ?
    Alors, discutons du programme , des objectifs dans la transparence, et pas de "petit père des peuples" ni de culte de la personnalité.
    Les feuillages touffus, fussent-ils verts, peuvent toujours cacher des épines

    Arthurr Le 22 mars 2015 à 10:06
  •  
  • Arthur cherche pas trop loin...
    Je vais te mettre au parfum.
    Dominique FILIPPI est mélenchoniste,comme Patrick Buisson ,le conseiller de Mélenchon.
    Donc tout ce qui peut faire de l’ombre au grand homme est à abattre.
    Clémentine Autain,Duflot,Pierre Laurent,Piquet,moi, etc...
    Dominique FILIPPI est le gardien du temple Mélenchoniste et sévit sévèrement contre les hérètiques,depuis plus de 2ans sur ce site.
    Voilà,maintenant ,ce doit être plus clair pour toi .Amitiés communistes.

    Maurice Le 22 mars 2015 à 11:12
       
    • Fatras, foutaises et billevesées. Circulez il n’y a rien à voir. Pas une once d’analyse, un petit procès vite fait bien fait qui rappelle des pratiques finalement pas si lointaines où on excommuniait à tour de bras des militants sincères à coup d’adjectifs assassins : titiste, crypto-trotskiste, liquidateur, vendu aux flics ... Ah la belle époque !

      Mac Cullers Le 27 mars 2015 à 04:39
  •